Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’aigle de sang

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • Cipyta 4 juin 2019
    L’aigle de sang

    Marc Voltenauer ne fait pas les choses à moitié, c’est le moins que l’on puisse dire ! Il nous avait laissé en apnée à la fin de Qui a tué Heidi ?, et c’est dans ce même état que l’on attaque la lecture de ce nouvel épisode des aventures d’Andreas Auer.

    Dire que ce livre commence tambour battant est en effet un euphémisme ! Dès les sept premières pages, on sait déjà que l’on va en avoir pour son argent : un coup au cœur, un rappel historique qui donne d’entrée de la profondeur au récit, et un sacrifice. On pourrait difficilement rêver démarrage plus haletant !

    Fidèle à ce qui est désormais son habitude – et quelle excellente habitude ! -, Marc Voltenauer nous fait très rapidement effectuer un premier passage dans la tête du meurtrier. Avant même que l’on sache très bien de quel meurtre il s’agit. Et si les premières pièces du puzzle se mettent rapidement en place, on sait pertinemment que les fausses pistes et les erreurs d’aiguillage ne vont pas manquer.

    On sait, sans savoir vraiment. Tout est dit, mais à demi-mots. Les lignes – narratives, historiques, filiales… – sont entremêlées, et il va falloir du temps pour remettre de l’ordre dans tout cela.

    L’idée, au surplus, de convoquer les traditions et les rituels vikings : quelle excellente idée ! J’en connais qui ont eu l’occasion, cette année, de découvrir toute la richesse de cette civilisation, qui se sont pris d’intérêt pour Harald à la dent bleue… Cela permet d’inscrire cette histoire dans une Histoire bien plus vaste, et dans des traditions qui, si elles nous échappent en grande partie, obligent aussi à se poser des questions très actuelles sur notre vision du monde !

    Bref, on a réellement l’impression d’être comme Andreas : à la fois on a très envie de connaître nos racines – pardon, ses racines –, tout en ayant l’angoisse de ce qu’il peut découvrir. Et quand, petit à petit, la vérité se dévoile, alors que l’on attend la confirmation des premières déductions de notre inspecteur préféré, on espère autant que l’on redoute qu’il soit dans le vrai.

    Et les pièces viennent inéluctablement se mettre en place, alors que la violence qui avait une première fois éclaté en 1979 refait surface.

    C’est, de mon point de vue, très réussi. Tous ceux qui ont apprécié les précédents devraient penser de même. Alors, n’hésitez pas : ajoutez rapidement L’aigle de sang à vos PAL !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.