Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Little Heaven - Nick Cutter

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le passé est un molosse qui vous poursuit à travers champs et collines, tenaillé par une faim dévorante, vous pistant jusqu’à ce que, une nuit, vous l’entendiez gratter à la porte. Le mal ne meurt jamais ; il sommeille. Parlez-en à Minerva, à Micah et à Ebenezer, chasseurs de primes, mercenaires dans l’âme mais aux dons inégaux. La première fois qu’ils font équipe, en 1966, c’est pour retrouver un enfant qui a été enlevé par une secte obscure œuvrant au Nouveau-Mexique, dans un endroit nommé Little Heaven. C’est là que le révérend Amos, qui reçoit ses ordres de Dieu directement, rassemble ses fidèles pour un culte des plus sombres. Quinze ans plus tard, la fille de Micah est enlevée, et le trio devra s’armer pour le débarquement de l’Enfer à Little Heaven. Avec un plaisir manifeste et sa perversité habituelle, Nick Cutter (Troupe 52) démontre dans ce western sanglant et nerveux qu’il a su dompter les codes du roman d’épouvante.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • celinelecture 8 juillet 2020
    Little Heaven - Nick Cutter

    Alors attention ! Âmes sensibles je vous préviens : c’est crado, sanglant, dégueu !
    Moi j’ai adoré ! 😈
    Alors oui, j’avoue qu’il y a quelques longueurs mais l’auteur nous entraîne dans un espèce de western à la Quentin Tarantino où nous allons croiser des créatures monstrueuses, des anti héros haut en couleurs et attachants, un soit disant révérant fanatique, des disparitions d’enfants, des insectes, beaucoup d’insectes ..... beurk 🤢 .
    Le récit est hyper cinématographique, la description des sons est très réaliste, l’immersion est total dans le récit.
    Bon l’histoire ne m’a pas foutue les chocottes mais je suis le Terminator du roman d’horreur/frisson car aucun livre ne m’a jamais angoissé donc je ne suis pas une référence !

    Si vous avez envie de frisonner et de faire la grimace en lisant certaines scènes, voir de vous couper l’appétit, je vous conseille d’aller faire un petit tour à Little Heaven.

  • unevietoutesimple 2 mars 2020
    Little Heaven - Nick Cutter

    Pour tout vous dire, après Vindicta, j’ai voulu changer de registre pour être certaine de ne pas faire de comparaison entre les deux livres, tout en choisissant un roman qui promettait de l’action. Je ne me suis pas trompée en optant pour “Little Heaven”.

    Parlons d’abord de cette couverture, soyeuse sous les doigts, mais qui d’office laisse entendre que cet endroit nommé Little Heaven n’est pas le paradis que son nom laisse supposer. Cette couverture est plutôt sinistre et ne laisse rien présager de bon, Little Heaven est tout sauf un havre de paix.

    A l’intérieur, de superbes dessins viennent illustrer l’histoire, renforçant pour certains le climat malsain et oppressant du récit.

    “Little Heaven” est un roman horrifique. Il n’y est pas question de fantômes, d’esprits maléfiques, non, il y est tout simplement question du Mal et peu importe la forme qu’il prend. Il y est question de domination (de l’esprit et du corps), de rédemption, de la capacité à mettre de côté ses différends et sa soif de vengeance pour s’unir contre le mal.

    Les chapitres alternent entre le présent (1980) et le passé (1965-1966). Ces allers-retours entre les deux époques permettent de comprendre les liens qui unissent les trois protagonistes : Micah, Minerva et Ebenezer. Chacun a une personnalité bien définie et je les ai trouvés très attachants, tout mercenaires qu’ils soient. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et le révérend est particulièrement détestable comme tous les gourous.

    Le début ressemble à un western et m’a fait penser à la tour sombre de Stephen King et particulièrement au personnage de Roland pour ce qui est de Micah. Ebenezer est, je crois, mon personnage préféré avec son humour anglais typique. Quant à Minerva, son besoin d’aller au bout du but qu’elle s’est fixé lui fait aller au-delà de ses limites.

    Peu à peu, les trois mercenaires vont voir la situation leur échapper et le western prend une tout autre tournure. L’ambiance devient oppressante, la tension monte et les monstres apparaissent… Je ne vous en dirai pas plus à leur sujet mais sachez qu’ils sont tout simplement effrayants (et je ne parle pas forcément de leur aspect physique).

    Quand on commence à connaitre les personnages et que l’on sait à quel point ils peuvent encaisser les coups, on comprend que ce qu’ils ont vécu à Little Heaven doit être terrible mais cela va au-delà de tout ce que l’on peut imaginer.

    Les livres agissent rarement sur la qualité de mon sommet, mais “Little Heaven” a réussi à troubler mes nuits à plusieurs reprises, je ne saurais pas expliquer comment car elles n’ont pas été peuplées de cauchemars, mais au réveil, j’avais la sensation que cette histoire était à l’origine de mon sommeil perturbé. C’est assez rare pour le souligner. Malgré cela, j’ai continué chaque soir à lire en me demandant quelle en serait l’issue et cette dernière ne m’a pas déçue.

    L’enfer est une boîte, l’enfer est une boîte, l’enfer est une…
    Et si on commençait ?

  • unevietoutesimple 4 juin 2019
    Little Heaven - Nick Cutter

    Parlons d’abord de cette couverture, soyeuse sous les doigts, mais qui d’office laisse entendre que cet endroit nommé Little Heaven n’est pas le paradis que son nom laisse supposer. Cette couverture est plutôt sinistre et ne laisse rien présager de bon, Little Heaven est tout sauf un havre de paix.

    A l’intérieur, de superbes dessins viennent illustrer l’histoire, renforçant pour certains le climat malsain et oppressant du récit.

    “Little Heaven” est un roman horrifique. Il n’y est pas question de fantômes, d’esprits maléfiques, non, il y est tout simplement question du Mal et peu importe la forme qu’il prend. Il y est question de domination (de l’esprit et du corps), de rédemption, de la capacité à mettre de côté ses différends et sa soif de vengeance pour s’unir contre le mal.

    Les chapitres alternent entre le présent (1980) et le passé (1965-1966). Ces allers-retours entre les deux époques permettent de comprendre les liens qui unissent les trois protagonistes : Micah, Minerva et Ebenezer. Chacun a une personnalité bien définie et je les ai trouvés très attachants, tout mercenaires qu’ils soient. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et le révérend est particulièrement détestable comme tous les gourous.

    Le début ressemble à un western et m’a fait penser à la tour sombre de Stephen King et particulièrement au personnage de Roland pour ce qui est de Micah. Ebenezer est, je crois, mon personnage préféré avec son humour anglais typique. Quant à Minerva, son besoin d’aller au bout du but qu’elle s’est fixé lui fait aller au-delà de ses limites.

    Peu à peu, les trois mercenaires vont voir la situation leur échapper et le western prend une tout autre tournure. L’ambiance devient oppressante, la tension monte et les monstres apparaissent… Je ne vous en dirai pas plus à leur sujet mais sachez qu’ils sont tout simplement effrayants (et je ne parle pas forcément de leur aspect physique).

    Quand on commence à connaitre les personnages et que l’on sait à quel point ils peuvent encaisser les coups, on comprend que ce qu’ils ont vécu à Little Heaven doit être terrible mais cela va au-delà de tout ce que l’on peut imaginer.

    Les livres agissent rarement sur la qualité de mon sommet, mais “Little Heaven” a réussi à troubler mes nuits à plusieurs reprises, je ne saurais pas expliquer comment car elles n’ont pas été peuplées de cauchemars, mais au réveil, j’avais la sensation que cette histoire était à l’origine de mon sommeil perturbé. C’est assez rare pour le souligner. Malgré cela, j’ai continué chaque soir à lire en me demandant quelle en serait l’issue et cette dernière ne m’a pas déçue.

    L’enfer est une boîte, l’enfer est une boîte, l’enfer est une…
    Et si on commençait ?

  • Maks 8 février 2019
    Little Heaven - Nick Cutter

    Géniallissime, captivant, effrayant, horrible, grouillant, éprouvant, "Little Heaven" (Petit Paradis) ne pouvait porter un autre nom tellement il est en accord avec ce que l’on cherche dans ces pages et que l’on ne trouve pas une minute mis à part que c’est celui d’une bien étrange communauté de survivalistes religieusement étranges perdue au fond d’une forêt où je ne souhaiterai pas mettre les pieds.

    Souvent trash, d’une violence et d’une perversité qui ont réussies à me faire ressentir la peur que je n’avais quasiment jamais trouvé dans un livre en dehors de certains Stephen King et du premier roman de Cutter "Troupe 52", mêlant l’hémoglobine d’un western de Tarantino à l’horreur d’un film gore, je suis ressorti de ce bon pavé de 600 pages subjugué par la manière de l’auteur à faire régner une tension permanente, autant dans l’action que dans l’attente.

    Nick Cutter est à mon sens un "héritier littéraire" de Stephen King, on ressent cette ambiance propre à King, profond, autant psychologique et mystérieux que dans l’action et le surnaturel.

    La trame de l’histoire est développée sur une longue période et les moments s’entrecroisent pour donner de l’ampleur aux personnages, aux lieux, aux événements. Même si nous passons des années 60 aux années 80 pour revenir ensuite en arrière, le lecteur ne se perd pas car le plan est correctement découpé pour aider le lecteur à comprendre et non pour brouiller les pistes.

    Les personnages sont sensationnels, rien à dire de plus là-dessus pour ne pas vous spolier quoi que ce soit, sachez juste qu’ils ont tous des particularités bien spécifiques psychologiquement parlant et que tous ont des défauts et que ce sont ces défauts qui les rend inoubliables.

    Nous sommes avec "Little Heaven" dans une œuvre marquante de la littérature horrifique qui mérite sa place dans le haut du panier des livres flippants.
    La cerise sur le gâteau, c’est que cette édition est dotée d’illustrations superbement réalisées qui en plus d’apporter un côté très esthétique, donne vie aux créatures hantant cette histoire. Glaçant !!

  • Les Lectures d’Anne-Sophie 8 janvier 2019
    Little Heaven - Nick Cutter

    Si vous aimez les histoires cauchemardesques, celles qui parlent du Mal à l’état pur, avec des « êtres » effrayants, des endroits glauques, des monstres abominables et du sang à profusion, ce livre est fait pour vous.

    Si en plus vous raffolez des atmosphères façon westerns sanglants et répliques assassines, stoppez tout et allez vous procurer Little Heaven, le dernier roman de Nick Cutter.

    Alternant entre deux périodes, 1965/66 et 1980, l’auteur nous entraîne dans une aventure en tous points horrifiante.

    1965 : Micah, Minerva et Eb, trois tueurs professionnels qui étaient bien partis pour s’entretuer vont finalement devoir faire équipe pour se sortir du pétrin dans un premier temps, puis pour partir à la recherche d’un enfant retenu dans une secte.

    Il s’avèrera que c’est bien plus que cela. Little Heaven est le berceau du mal incarné.

    1980 : 15 ans se sont écoulés, et nos trois acolytes vont devoir se réunir pour tenter de retrouver la fille de Micah, et repartir pour Little Heaven, endroit honni et plus terrifiant que jamais.

    Bêtes immondes, entités malfaisantes, et morts violentes, cruelles et sanglantes sont donc au rendez-vous dans ce roman.

    Mais il y a plus.

    Une atmosphère, très bien décrite. Pesante. Stressante. Oppressante à souhait.

    Des personnages forts. Cabossés. Fêlés. Profondément humains pour certains. Particulièrement diaboliques pour d’autres.

    Une histoire, très bien construite. Ancrée. Addictive.

    Des dialogues savoureux. Sincèrement je pense que c’est ce qui m’a le plus accrochée.
    Un mélange de vulgarité dosée et de politesse à l’ancienne. Des reparties aux petits oignons. Des inventions d’expressions aussi fines que rocambolesques.
    Un décalage entre les phénomènes et le phrasé qui est tout bonnement jubilatoire.

    Et un objet livre magnifique : le format, la qualité du papier, la couverture, et une mise en page attirent le regard et mettent l’histoire particulièrement en valeur.
    Des dessins, disséminés de ci de là au fil des pages, apportent un vrai plus à cette lecture, facilitant encore plus l’immersion dans cet environnement sombre et angoissant.

    Donc, si vous aimez avoir peur, foncez. Vous avez là de quoi passer de belles nuits blanches…

  • lesmotsdelau 28 décembre 2018
    Little Heaven - Nick Cutter

    Un beau petit pavé comme je les aime, quasi 600 pages pour le petit dernier de Nick Cutter. Je retrouve avec plaisir l’auteur qui m’a fait tant trembler avec son « Troupe 52 ».
    Changement de décor pour ce livre, mais des scènes tout aussi réalistes. Bienvenue au nouveau Mexique dans cette histoire en plusieurs temps. La première va se passer en plein cœur des années 60, Minerva Micah et Ebenezer, trois personnages hauts en couleur et très différents vont faire équipe afin de tenter d’élucider une sombre histoire. Un enfant enlevé par son père se rendant dans une secte religieuse dans un endroit mystérieux que l’on nomme Little Heaven. Voilà la tâche qui attend à première vue nos chasseurs de primes, seulement le plus terrifiant ne se trouve peut-être pas dans cette église, la forêt abrite bien pire. Quinze années plus tard, l’horreur vient de nouveau frapper les personnages, qui devront une fois de plus combattre le côté sombre pour tenter de sauver la fille de l’un d’entre eux.

    Si vous êtes fan d’horreur comme je le suis, ce livre est pour vous ! Aux portes de l’enfer, vous allez être chamboulés, terrorisés par certaines scènes et même dégoûtés par les visions que vous vous ferez au fur et à mesure de votre lecture. Tout est bien décrit, il faut avoir le cœur bien accroché tant l’horreur est présente.
    Entre religion, secte, terreur, fantastique, épouvante et secrets le tout au temps des westerns voilà un roman et un pari audacieux relevé haut la main par l’auteur. Une lecture qui va vous procurer de jolies sueurs froides et qui vous marquera pendant quelque temps.

  • L’atelier de Litote 10 décembre 2018
    Little Heaven - Nick Cutter

    Que dire de Little Heaven si ce n’est vous prévenir que vous embarquez sur des terres inconnues, terrifiantes et dangereuses pour votre santé mentale. Un conte épique où il est question de terreur et de rédemption. Les personnages principaux sont trois chasseurs de prime qui se lient dans les années 60 et se retrouvent à nouveau dans les années 80. Micah, Minerva et Ebenezer, décident de venir en aide à Ellen qui souhaite être rassurée sur le sort de son neveu Nate, que son beau-frère à emmené vivre avec lui dans une communauté isolée dans les montagnes du Nouveau Mexique. Ce lieu bien nommé Little Heaven par son créateur le révérend Amos, ressemble à tous sauf à un paradis.
    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire même si elle m’a semblé dure et effrayante, ce qui ressort de tout cela est une imagination intense, une créativité à toute épreuve qui m’on fait penser au travail du grand Stephen King mais aussi par ses côtés les plus sombres aux nombreuses nouvelles de Lovecraft. Il y a de très belles scènes notamment avec le prédicateur fêlé qui sont d’anthologie.
    J’ai trouvé ce récit très fourni, trop ? Peut-être pas mais entre les différentes temporalités, le jeu entre les chasseurs de prime, ce qu’il se passe dans les bois, à l’intérieur même de la communauté de Little Heaven où encore dans le rocher noir, cela commençait à faire beaucoup pour moi. Les personnages principaux du livre sont justes parfaits, j’ai aimé l’humour décalé d’Eb qui arrive toujours à point nommé pour faire baisser la tension, le côté féministe de Minerva et la grande humanité de Micah. Les méchants ont vraiment méchants et le révérend Amos Flesher m’a rendu malade. Mixer les forces surnaturelles qui grandissent et un lieu de culte trop bizarre était une excellente idée qui a bien fonctionné avec moi. Il faut dire que tout au long des chapitres nous sommes accompagnés par de superbes illustrations qui apporte un plus à notre imagination déjà fort bien sollicitée. Un livre impressionnant qui viendra certainement hanter mes prochaines nuits. Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.