Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sel - Jussi Adler-Olsen

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

En replongeant dans une affaire non résolue datant des années 1980, Carl Mørk et l’équipe du Département V découvrent avec stupeur que depuis trente ans, un tueur particulièrement rusé choisit avec une régularité effrayante une victime et l’élimine en déguisant ce meurtre en accident ou en suicide.

À chaque fois, sur le lieu du crime, un petit tas de sel.

Sur fond de restrictions sanitaires dues au Covid-19, Mørk et ses acolytes se lancent dans une enquête dont ils n’imaginent pas l’ampleur.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Mousquetaire11 7 septembre 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Pour ne pas déroger à mes mauvaises habitudes, voici encore un ouvrage dans lequel je me suis plongée sans avoir lu les précédents... Finalement ce vilain défaut a eu pour conséquence de me faire acheter "miséricorde" car j’ai tellement aimé ce livre que j’ai envie de dévorer toute la série dans l’ordre cette fois-ci !

    Dans "Sel", on retrouve nos personnages en décembre 2020, en pleine deuxième vague du covid. Alors que tout le monde se prépare à ce que le pays soit reconfiné, un décès brutal va amener Carl Mørk et le reste du Département V à rouvrir de vieilles enquêtes non résolues où le dénominateur commun est un tas de sel de table retrouvé sur chaque scène de crime.

    Ouvrage addictif, une véritable course contre la montre va alors se jouer pour les membres de l’Unité habitués à résoudre des affaires classées. Dès les premiers chapitres, nous sommes plongés dans plusieurs histoires se déroulant à plusieurs époque. Il va en naître des enquêtes passionnantes que l’on va rapidement chercher à rattacher les unes aux autres.
    Je me suis rapidement attachée aux membres de l’équipe qui, même s’ils sont très différents, sont vraiment complémentaires. J’ai notamment beaucoup aimé les expressions d’Assad surtout celle où il est question de chameaux !

    Même si "Sel" nous rappelle les heures assez sombres de la covid 19, je me suis régalée à écouter cet ouvrage dont la voix de Julien Chatelet se prête parfaitement au texte. Je suis contente de savoir que je vais pouvoir la retrouver lors de mon écoute des précédents tomes prévue prochainement.

    Je tiens vraiment à remercier Audiolib et Netgalley France pour toujours proposer de très bons ouvrages policiers que l’on ne se lasse pas d’écouter...

  • Va.lérie 25 août 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Bof Bof, cette enquête du Département V !

    Déjà le précédent « victime 2117 » m’avait un peu déçu. J’ai voulu persévérer mais je n’ai pas adhéré. Dommage, j’avais vraiment beaucoup aimé ces premiers livres et les débuts du trio de choc.

    Le sujet aurait pu être sympa, mais la narration m’a paru plate et bien fade. L’intrigue a du mal à se mettre en place, Je me suis ennuyée et j’ai vraiment eu du mal à le terminer.

    A suivre avec la dernière enquête prévue par l’auteur.

  • Sylvie Geoffrion 18 août 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Haaaa que dire ? Déjà après Victme 2117 je me demandais bien comment Jussi Adler Olsen allait redonner vie à ses personnages du Département V et bien et bien c’est en plein confinement Covid que cela se fait. Sachez que la police a maintenant de nouveaux locaux et que Carl et ses comparses du Département V ne sont plus cachés au sous-sol qui se refait un décor mais à l’étage avec les autres collègues de la police. Et bien, malgré ce que j’aurais cru, ce réaménagement ne semble pas trop les déranger...Voici que le suicide d’une femme fait ressortir des liens avec d’autres affaires et on mobilisera le Département V là-dessus. Et c’est là qu’on s’apercevra que certaines morts, suicides ou accidents, ayant eu lieu des années auparavant, ne sont peut-être pas ce que l’on croit être. Mais mais mais, ça traine. Disons donc que le poussif, la lenteur non les longueurs, l’ennui sont dûs à la pandémie qui a le dos bien large et qui excuse mon agacement.
    Oui je me suis attachée aux personnages de Rose, Gordon, Assad et Carl. Oui je prenais plaisir à les retrouver. Oui j’appréciais leur humour, leur amitié, leur loyauté mais ce neuvième titre des enquêtes du département V m’a laissé sur ma faim. Un pavé de 550 pages pour persister à nous dire ce que l’on sait déjà à la moitié du livre où tout est livré très clairement. Honnêtement, j’ai pris beaucoup moins de plaisir à retrouver mes amis des dossiers non résolus de la police danoise. Il me manquait ce petit quelque chose chez chacun d’eux qui faisait leur charme, petit quelque chose probablement détruit par le sani gel, les gestes barrières, le masque, la distanciation physique et le virus. Carl est papa/gaga d’une petite fille ; Assad a des problèmes familiaux, Rose est toujours aussi cinglante et Gordon prend la place qui lui revient mais , à mon humble avis, il manquait justement de Sel à la sauce.

  • Sylvie Geoffrion 18 août 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Haaaa que dire ? Déjà après Victme 2117 je me demandais bien comment Jussi Adler Olsen allait redonner vie à ses personnages du Département V et bien et bien c’est en plein confinement Covid que cela se fait. Sachez que la police a maintenant de nouveaux locaux et que Carl et ses comparses du Département V ne sont plus cachés au sous-sol qui se refait un décor mais à l’étage avec les autres collègues de la police. Et bien, malgré ce que j’aurais cru, ce réaménagement ne semble pas trop les déranger...Voici que le suicide d’une femme fait ressortir des liens avec d’autres affaires et on mobilisera le Département V là-dessus. Et c’est là qu’on s’apercevra que certaines morts, suicides ou accidents, ayant eu lieu des années auparavant, ne sont peut-être pas ce que l’on croit être. Mais mais mais, ça traine. Disons donc que le poussif, la lenteur non les longueurs, l’ennui sont dû à la pandémie qui a le dos bien large et qui est capable d’en prendre.
    Oui je me suis attachée aux personnages de Rose, Gordon, Assad et Carl. Oui je prenais plaisir à les retrouver. Oui j’appréciais leur humour, leur amitié, leur loyauté mais ce neuvième titre des enquêtes du département V m’a laissé sur ma faim. Un pavé de 550 pages pour persister à nous dire ce que l’on sait déjà à la moitié du livre où tout est déjà clair. Honnêtement, j’ai pris beaucoup moins de plaisir à retrouver mes amis des dossiers non résolus de la police danoise. Il me manquait ce petit quelque chose chez chacun d’eux qui faisait leur charme, petit quelque chose probablement détruit par le sani gel, les gestes barrières, le masque, la distanciation physique et le virus. Carl est papa/gaga d’une petite fille ; Assad a des problèmes familiaux, Rose est toujours aussi cinglante et Gordon prend la place qui lui revient mais , à mon humble avis, il manquait justement de Sel à la sauce.

  • angelita 11 août 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Sel de Jussi Adler Olsen, présentation
    1982, orage, six morts brûlés, une jeune rescapée qui annonce être heureuse que les autres soient morts.

    1988, Maja a sa voiture en panne. La faire réparer est trop cher. Elle a trouvé un garage qui propose des prix imbattables. Elle va chercher sa voiture avec son fils. Une explosion a lieu et son fils meurt.

    Avis Sel de Jussi Adler Olsen
    Marcus Jacobsen est triste lorsqu’il apprend le suicide d’une jeune femme. En effet, il se rappelle une précédente enquête, il y a pas mal d’années et il s’en ouvre à Carl. Maja a perdu son fils lors de l’explosion d’un garage où tout a été détruit et où il y a eu de nombreux morts. Une enquête qui n’a jamais été résolue et qui sera parfaite pour le Département V.

    On retrouve le quatuor, plus uni que jamais. Hassad va mal depuis ce qu’il s’est passé dans l’opus précédent. Certes, il a retrouvé toute sa famille, mais femme et enfants ne vont pas bien, du tout. Le travail est son refuge car il ne peut pas travailler de chez lui. Nous sommes en décembre 2020 et en deuxième vague de pandémie. Des restrictions vont être prises pour les fêtes de Noël, les bureaux vont fermer, les cas de Covid vont se multiplier et les forces de police vont être décimées. Mais Carl, Hassad, Gordon et Rose vont mettre toutes leurs forces pour résoudre cette enquête, aux multiples ramifications. Cela va être difficile pour eux de faire le lien entre tous les cas, mais lorsqu’un tas de sel est retrouve à chaque fois, ils pensent tenir un indice. Ensuite, ce sont les dates qui seront très importantes et aussi la mort de ce député.

    Pendant ce temps, des jeunes femmes commettent des actions contre des citoyens dont elles jugent les actes indignes. L’une se fera arrêter par la police et l’autre fera en sorte que la première ne parle pas.

    Est-ce que toutes ces affaires sont liées ? Jussi Adler Olsen nous emmène là où il le souhaite avec sa magnifique galerie de personnages, toujours aussi attachants. Le lecteur retrouve les croisades de l’auteur contre tous ceux qui s’approprient la religion, ces personnes qui font fortune sur le dos des autres, sur leur crédulité, sur le travail dissimulé, …Il dénonce également ceux qui sont victimes de la pandémie et qui ne travaillent pas, n’ont aucune aide de l’état, notamment les professions artistiques.

    Une neuvième enquête du Département V, l’avant-dernière ? Pour moi, il est très difficile de passer après Victime 2117 et ce roman vraiment très fort en émotion. Roman de transition avant de tout savoir sur cette enquête, qui dure depuis des années, et qui concerne Carl et ses anciens coéquipiers, dont un est mort, lors d’une intervention ?

    Cela a été assez long à se mettre en place, mais Jussi Adler Olsen, en nommant le personnage en début de chapitre, nous permet de ne pas perdre le fil et de suivre ces enquêtes dont un des buts est de sauver le dernier personnage enlevé et trouver cet assassin extrêmement minutieux, méticuleux, intelligent mais profondément instable psychologiquement. Les relations humaines ont été mises à mal avec la pandémie, et notamment les relations amoureuses. Le lecteur s’en rend compte avec Gordon qui cherche toujours l’amour. Gordon est un personnage qui a énormément évolué depuis les débuts. Il fait partie intégrante du Département V et l’avis de Carl a changé à son sujet.

  • valmyvoyou lit 20 juin 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Sel est le 9e tome de la série du Département V. En novembre 2020, Marcus, le chef de Carl, l’informe que Maja Petersen est décédée. Il lui demande d’enquêter sur le drame qui a brisé la vie de cette femme. En 1988, son enfant avait été tué dans une explosion accidentelle. L’équipe de Carl était arrivée la première sur les lieux et avait été rejointe par celle de Marcus. Ce dernier reconnaît qu’il n’a jamais cru à la thèse de l’accident et qu’en relisant le dossier, un détail l’a interpellé. Il est indiqué que sur la scène, il y avait un monticule de sel alimentaire. Il y a trente ans, cette information ne lui avait pas semblé importante. Or, aujourd’hui, il se souvient que du sel était présent dans une autre affaire, mais il ne sait plus laquelle. Il charge Carl et son équipe de retrouver le dossier.

    La tâche est ardue, pourtant la stupéfaction du Département V est immense quand les investigations révèlent qu’un meurtrier agit, en toute impunité, depuis trente ans. Ses crimes sont maquillés en accident ou en suicide. Ils sont commis avec une régularité effrayante. L’équipe comprend que la temporalité est un élément-clé de l’enquête et que le temps est compté. La mort d’une prochaine victime, pour le moment inconnue, est programmée.

    Hélas, la pandémie restreint les moyens humains. Même la Police est sujette aux restrictions sanitaires. Le confinement limite les déplacements et les interrogatoires physiques. Le Département V doit s’adapter à des nouvelles méthodes de travail. De plus, Assad est tourmenté par l’administration et Carl est rattrapé par le passé.

    En raison du confinement, l’ambiance est moins explosive que dans Victime 2117, pourtant, j’ai adoré Sel. L’intrigue s’adapte à la paralysie dans laquelle le monde a été plongé, pendant la pandémie. De plus, le tome précédent avait renforcé les liens entre les membres de l’équipe atypique et leur solidité se confirme dans Sel. Carl m’a semblé plus enclin à montrer sa sensibilité, son caractère grognon n’émerge que quand on cherche à l’entraver. Même si les bureaux ont quitté le sous-sol, j’avais l’impression que la pénombre et l’isolement dominaient, malgré les fenêtres et la proximité des autres services. J’ai retrouvé l’atmosphère intimiste que j’aime dans cette série, avec une grosse dose de piment, imputable aux évènements du présent. A la fin, le rythme s’accélère et nous aimerions que le temps ralentisse, puisqu’il est compté pour certaines personnes. Enfin, la conclusion de ce neuvième tome est une déflagration. L’attente du prochain livre va être longue.

    Après la lecture de Sel, je suis toujours aussi fan du Département V.

  • fanchloua 29 mai 2022
    Sel - Jussi Adler-Olsen

    Une affaire scandinave qui mérite que l’on y mette son grain de sel. En effet encore une affaire du département v menée façon cold case. Le bon vieux carl morck se lance dans une affaire ayant générée une enquête close 30 ans plus tôt. L’auteur laisse derrière lui un tas de sel comme à son habitude...j’ai bien aimé cet humour puissant et acerbe de L’auteur. La justice sociale est également l’un des leviers d Adler Olsen. Pour les amoureux du polar scandinave.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.