Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Taches rousses - Morgane Montoriol

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Los Angeles. Un soir de canicule, Beck Westbrook, une comédienne de 24 ans, au visage constellé de taches de rousseur, découvre la dépouille mutilée d’une jeune femme dans le bac à ordures de son jardin. Cette découverte la renvoie à son passé à Muskogee et à la disparition restée inexpliquée de Leah, sa soeur. De plus, elle croise régulièrement un homme étrange. Premier roman.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • alexandra 7 mars 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    Que dire de ce livre à part qu’il ne laisse pas indifférent ! Pour ma part je fais partie de la team qui a aimé ce livre☺ on lui a reproché d’être violent et vulgaire mais ce livre n’aurait été qu’un bouquin fade parmi d’autres sans cette violence et cette vulgarité. Elles sont justifiées de part le caractère des personnages. Il y a de l’autodestruction dans ce livre. Je n’ai pas aimé Beck. Elle est remarquablement bien décrite mais elle est antipathique. J’ai préféré Wes. Folie destructrice, folie créatrice. Ces deux êtres évoluent en parallèle mais comme deux parasites. Seuls ils ne sont rien. Mais plus la folie de Beck se dévoile plus Wes est transcendé dans son art. C’est magistrale ! L’atmosphère est lourde, poisseuse, oppressante. On sent la canicule coller nos vêtements à la lecture de ce livre. On est gêné, dérangés, bousculés. C’est qui cette folle qui vit la vie de sa soeur disparue par procuration ? Qui couche avec un type qui pourrait être son grand père ? Autodestruction, folie meurtrière...plus on avance dans l’histoire et plus on comprend qui se cache derrière la Beck apprentie actrice et Wes l’artiste mystérieux
    Seuls bémols pour moi sur la forme. Même si l’emploi du présent se banalise ça pique quand même les yeux. Et surtout, surtout l’abus de virgules mal placées qui cassent la lecture. Jamais de virgules entre un sujet et un verbe... et puis la fin... elle arrive trop vite. Elle est expédiée... Beck ne méritait pas de s’en sortir
    Bref un très bon premier roman noir et une auteure à suivre !

  • C’est Contagieux 8 mars 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    « Taches Rousses » de Morgane Montoriol - La chronique poil de carotte !

    Le premier roman de Morgane Montoriol est une coulée de lave en fusion dans les vallées du roman noir. Si vous ajoutez à ça une écriture rock, rageuse et racée, vous comprendrez vite que vous tenez entre les mains un rubis d’émotions anguleuses.

    Morgane nous raconte les âmes égarées, leurs déambulations tourbillonnantes dans le labyrinthe émotionnel de leur psyché. Qu’il s’agisse de Wes au passé nébuleux ou bien de Beck, comédienne en perdition vivant par procuration les fantasmes d’actrice de sa sœur décédée - dans un Hollywood qui se meurt de ses turpitudes -, ce sont deux personnages dans l’imposture, captés avec intelligence par une écrivaine qui saisit l’essence des êtres.
    « Taches Rousses » est la quintessence du thriller psychologique avec son lot de remises en perspectives, de meurtres, de fausses pistes et de rebondissements. Un roman sur la filiation, l’identité, le deuil ; le poids encombrant qu’ils nous font porter. « Taches rousses » comme ces taches de rousseur que Beck essaie désespérément de faire disparaître pour nettoyer cette enfance souillée qu’elle revisite avec horreur. L’expérience est douloureuse pour le personnage principal (Beck), jubilatoire pour les lecteurs.

    L’histoire est captivante mais là n’est pas l’essentiel. « Taches rousses » est une poésie du mal-être dont on nous récite les vers incantatoires, une évanescence métallique, une descente en chute libre dans les tréfonds du moi.

    L’écriture est rugueuse, sèche mais flamboyante, les mots claquent au vent et sur le beignet de quiconque y plongera les yeux. Ce bouquin possède une indéniable force d’attraction, il happe, hante, hypnotise. D’ailleurs, ne le lisez pas d’une traite, ce n’est pas un page-turner. C’est un roman que vous dégusterez patiemment à la petite cuillère jour après jour, comme un junkie qui viendrait chercher sa dose quotidienne pour pallier au manque inévitable et douloureusement excitant que l’attente procure.
    Lire Morgane Montoriol fait penser à un mariage détonnant entre Virginie Despentes et Bret Easton Ellis, la faute à cette écriture viscérale qui tord le ventre et irrigue le cerveau.

    Clivant Taches Rousses ? Probablement. Et vous choisirez votre camp. C’est justement parce que l’écriture est aussi atypique que vous l’aimerez ou le détesterez.
    Mais c’est sur votre âme que se graveront ces taches rousses car l’auteure possède une écriture écorchée, racée, une plume imbibée d’émotions, de rage et de fêlures...

  • lesmotsquilient 27 mars 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    Un goût de demi teinte. A la fois captivant et dérangeant. Une intrigue forte. Des personnages cabossés par la vie. Des mots crus parfois indélicat. Une histoire rude. Rude dans les mots, rude dans les événements, rude dans les Maux.

  • Emysbook 29 mars 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    Un roman agressif, un roman qui retourne les tripes, des scènes qu’on a envie d’oublier, du noir, du profond, du répugnant, du singulier, une écriture excentrique : TÂCHES ROUSSES

    Une écriture lourde, cru dont je n’ai pas l’habitude distingue les débuts d’un roman aux scènes extravagantes. Tout commence d’une disparition. Leah.Femme de la scène ; Une soeur, Beck aux tâches rousses ignobles, que décrit l’auteure avec précision et détail.

    Un récit particulier, un polar où l’enquête tourne autour de cadavres retrouvés. Mais qui sème ces morts ?
    Le style d’écriture avec les tournures Anglo-saxonnes m’ont étonnés et surprise ! J’avais l’impression d’être perdu et de ne pas comprendre le sens des phrases, mais pas de panique pour moi j’ai rectifié tous les passages dans ma petite tête et me voilà reparti. Le style fini par retomber au milieu du roman, sur quelque chose de plus fluide. En effet, les tournures de phrases sembles plus souple et moins dur. Elles agressent moins. Comme deux faces contraires.

    D’ailleurs, si j’avais une question dès les premiers chapitres c’est : pourquoi ce style d’écriture ? ( C’est la première fois que je lis ce genre, il ne me déplaît pas seulement il m’intrigue, il ne me choque pas il m’interpelle, il ne passe pas inaperçu, il marque simplement et dans le temps )

    Un peu comme Beck, du moins c’est ce que j’ai pensé, le profil du personnage aux tâches rousses donne juste une pensée de manipulation, de sociopathe et de maniaque. J’ai vraiment apprécié ce côté là de sa personnalité ! Non je ne suis pas folle, je suis juste attiré par les personnes avec des comportements étranges et des troubles mentaux important ! Cela ne fait pas de moi une tueuse pour autant si ?

    Ce que j’ai vivement adoré ce sont les descriptions, en effet l’auteure n’hésite pas à décrire un paysage, une relation, un ressentis ou une personnalité sur plusieurs pages. J’aime beaucoup quand les éléments et les événements sont expliqués. Passer du coq à l’âne c’est pas vraiment intéressant et ça je trouve que c’est vraiment le point fort de l’auteure. Par exemple, dans le récit Morgane explique à diverses reprises la relation entre les deux sœurs mais également la relation qu’elles entretiennent avec leur parent. Des moments forts à priori sans importance mais qui prennent tout leurs sens par la suite.

    En bref, le suspense et l’intrigue ont enfin pris leur sens quand il resté 150 pages ce qui m’a satisfaite, lectrice mordu d’action ! Le début du roman été principalement axé sur Leah, Beck et les différents vécus ce qui plonge vraiment le lecteur dans leurs quotidiens avant de donner la soif de découvrir.

    Morgane Montoriol se distingue vraiment par son style à plaire ou non. Même si j’ai trouvé une écriture et une structure de texte inhabituelle et paradoxale pour moi ce polar m’a marqué et laisse des souvenirs à vif. Je n’oublierai pas de si tôt le dernier acte cruel énoncé.
    Une auteure à suivre.

  • lesmotsquilient 31 mars 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    Un roman agressif, rude et dérangeant. Une écriture aussi aiguisée qu’une lame. Des mots aussi tranchants qu’un couteau. Une histoire qui laisse une trace aussi douloureuse qu’une cicatrice. Un style et une intrigue en dent de scie, aussi morcelé que son héroïne. Beck. La fameuse Back. Une jolie rousse qui déteste, que dis-je qui hais ses tâches de rousseurs qui pourtant fait tomber tout ceux qui l’approche. Cette Beck… actrice en devenir à Los Angeles, a une histoire douloureuse et traumatique : un père violent, une soeur disparue et une mère décédée. Mais qui est Beck ? Et qu’est-il arrivée à Leah, sa soeur, disparue lorsqu’elle avait 14 ans ? Qui est ce sociopathe qui hante les rues de LA et tue avec barbarie des jeunes femmes ? Qui est cet artiste torturé qui semble avoir enfoui de douloureux secrets ? Qui manipule qui ? Double jeu, double face, double identité, double… Double quoi déjà ? Le roman nous perd au fil des pages, on soupçonne, on déllusionne, on se convainc pour finalement repartir à zéro. On se sent manipulé, page après page en nous laissant un goût étrange. Comme un doute. Jusqu’au dénouement final. Qu’on a presque envie d’oublier. Fascinant, troublant, cruel, sulfureux et dramatique ; l’auteure nous emmène dans les méandres les plus sordide de l’humanité. Cette cruauté distillé au fil des pages de vous laissera pas indemne. Vous tenterez d’oublier mais vous n’oublierez pas. Bienvenue en enfer.

  • sorayabouquine 23 août 2020
    Taches rousses - Morgane Montoriol

    Beck et Leah, n’ont pas été gâtées par la vie. Élevées par un père violent et sadique. La maltraitance était la norme dans leur maison jusqu’à la disparition, un après midi de septembre, de Leah. Son corps n’a jamais été retrouvé.

    Beck ne se remet pas de la disparition de sa soeur. Elle quitte sa petite ville Mukogee et s’installe à Los Angeles où elle tente une carrière de comédienne en hommage à sa soeur Leah.
    C’est dans ce contexte qu’un tueur en série sévit dans un milieu artistique gore et morbide.

    Un roman choral où tour à tour chacun raconte sa vie, ses souvenirs et ses souffrances. C’est noir, cru, psychologique et angoissant. L’écriture est incisive et peu paraître par moment vulgaire mais je l’ai trouvé en adéquation avec le contexte du récit.
    J’ai aimé l’ambiance et l’atmosphère. Une fin qui m’a bluffée, je m’y attendais pas du tout.
    Un premier roman cru et déroutant ! Bravo Morgane Montoriol.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.