Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Lindsey a refait sa vie sur une île proche de Vancouver. Voilà dix ans, la jeune femme avait pris la décision de fuir avec sa fillette un mari qui, sous une apparence d’homme idéal, lui faisait vivre l’enfer.

Aujourd’hui, Lindsey a la sensation d’être suivie et espionnée jusque chez elle comme autrefois. Pour elle, ça ne fait aucun doute : Andrew, son ex-mari sorti depuis peu de prison veut se venger.

Andrew, lui, prétend qu’il a changé. Sincère REPENTANCE ou manipulation machiavélique ?

L’enfer recommence ! Et ses flammes vont tout dévaster...

Séparée de son mari qui lui faisait vivre l’enfer, Lindsey a de nouveau l’impression d’être espionnée et suivie jusque chez elle. Et si Andrew, son ex-mari, était revenu ?
Un thriller glaçant, par Chevy Stevens, l’auteure de Séquestrée, vendu à plus de 120 000 exemplaires.
Source :site de l’éditeur

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Vos #AvisPolar

  • Emysbook 25 octobre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Encore une fois Chevy Stevens vient déjouer toute l’intrigue avec une plume tranchante et marquée.

    J’aime beaucoup cette auteure car à chaque roman c’est un voyage, un détour vers l’horreur mais avec autant de finesse et de subtilisé qu’elle sait donner aux lecteurs.
    Avec ce volet on va retrouver Lindsay qui a refait sa vie avec sa fille sur une île. Celle-ci a fui son mari qui lui faisait vivre l’enfer.
    La jeune mère, douce, sensible et profondément marquée par son ex mari se sent espionnée et traquée comme une animal en cage. Pour elle, il n’y a pas de doute a avoir c’est Andrew son ancien amant sorti de prison qui vient se venger.
    Andrew que j’ai détesté du début au milieu de roman. On a tellement l’impression que c’est un homme bien que le pardon lui serai donné sans confession. Je pense que c’est clairement ce jeu que l’auteure voulait donner au lecteur !

    A-t-il vraiment changé comme il prétend le dire ? Ou est-ce juste pour manipuler la jeune femme ?

    Le sujet des femmes battus entre doucement en scène sans pour autant que cela soit trop. C’est vraiment réaliste ce qui donne vraiment envie de voir l’évolution de la situation. On arrive très bien à imaginer l’auteure qu’a subit la jeune femme repliée sur elle-même…

    Dès les premières pages on se retrouve happé par le passé et le présent qui s’enchaînent de manière fluide et naturelle. On a envie de tourner ces pages et de dévorer le roman sans ménagement. J’ai vraiment apprécié retrouver cette addiction comme avec son précédent roman Séquestrée qui selon moi est vraiment sombre et marquant.
    Ce que j’ai également apprécié dans cet opus c’est la façon dont Chevy explore la mentalité et la psychologie des personnages. C’est un thriller psychologique à l’ambiance d’un huis-clos perdu. L’ambiance de l’île offre un côté emprisonnée au récit. Cette île semble maudite et Lindsay et sa fille ne peuvent s’en approcher.
    L’histoire est ficelé avec beaucoup d’imagination de façon a ce que jamais on ne se doute du dénouement et du secret qui unis Lindsay et Andrew.

    L’angoisse et l’impression d’être moi-même suivi. C’était terrifiant et oppressant. le manque d’oxygène se bloqué à chaque fin de chapitre pour venir me briser le chapitre d’après ! Bref vous l’aurez compris c’est une sortie à ne pas manquer.
    Chevy Stevens et une auteure à suivre…

    Merci encore Mylène !

  • Maks 25 octobre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Ce nouveau Chevy Stevens (auteure de "Séquestrée"), nous donne ici un thriller psychologique où le suspense est présent de bout en bout, pas une minute de répit pour le lecteur, non que ce soit plein d’action ou lent, c’est juste bien dosé et la narration s’alterne entre une mère et sa fille, d’une époque à l’autre pour en venir à "maintenant".

    Le sujet de la femme violentée moralement et physiquement par un mari maladivement jaloux est ici bien emmené. Prison, pression et manipulation mentale, espionnage, harcèlement, mort, vengeance, peur, courage, reconstruction, tout est abordé de manière claire et précise.

    Chevy Stevens brouille les pistes tout du long mais cela ne m’a pas empêché d’avoir découvert le" twist final" aux deux tiers du roman. Ce sera mon seul regret, sinon j’ai passé un très agréable moment de lecture.

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2020/10/jamais-tu-ne-me-quitteras-chevy-stevens.html

  • L’atelier de Litote 28 octobre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Vous aimez les thrillers domestiques, alors vous avez le bon livre dans les mains. C’est la vie de Lindsay et de sa fille Sophie que nous allons suivre dans un jeu de passé présent judicieusement écrit. Le récit se déroule à travers la narration de Lindsay à la première personne ce qui nous donne toute la mesure des humiliations et de sa lutte. On y apprend un peu de la vie qu’avait Lindsay lorsqu’elle était la femme d’Andrew. On découvre quel genre d’homme, de père et de mari il était, jaloux, alcoolique, violent, le trio gagnant. Croyez-moi sur parole, c’est le portrait fidèle d’un pervers narcissique qui nous est brossé. Sa vie était devenue infernale à tenter de le rendre heureux sans jamais y parvenir. Pourtant Lindsay est une femme forte et déterminée à protéger sa fille. Un peu plus tard nous aurons aussi le point de vue de sa fille en alternance avec celui de sa mère ce qui nourrit encore plus la force de l’intrigue. Dès qu’elle aura une opportunité, elle saura la prendre, Andrew se retrouvera en prison pour dix ans. Pendant se temps elle décide de tout reprendre à zéro, nouveau lieu, nouveau job, nouveau compagnon. La vie devrait être belle mais lorsqu’il sort de prison, Linsay se sent épiée comme avant. Une histoire de relation toxique inimaginable, mais aussi le rapport mère/fille bien étudié donne aux personnages un développement intéressant. Une lecture digne d’un page turner, un rythme soutenu et pas mal de suspense et de rebondissement pour nous mettre sous-tension et je ne vous parle même pas de l’intensité de la conclusion car découvrir la réponse à nos questions était saisissant même si je l’avais vu venir, cela n’a en rien gâché le plaisir. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/10/28/38597752.html

  • Le Monde de Marie 29 octobre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Il est important de savoir que ce livre a été publié sous le titre « Liés à tout jamais » chez France Loisirs et qu’il s’agit bel et bien de la même histoire.

    Chevy Stevens est une auteure qui excelle dans le genre thriller psychologique. Dès les premières pages et tout au long du récit l’ambiance ce fait lourde, pesante, oppressante. Dans une alternance entre passé et présent on apprend et on est horrifié par les tortures psychologiques subies. On est touché par la peur profonde et la paranoïa que les protagonistes ressentes.

    Attention, les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. L’auteure va maintenir le suspense jusqu’à la toute fin. Elle nous entraine dans les pensées des personnages, dans leur manière d’appréhender les faits et nous pousse à un raisonnement qui ne sera pas toujours juste. Dans cette intrigue très efficace, il est important de réussir à voir au-delà. Même lorsqu’on pourrait croire que tout est fini on sent dans nos tripes qu’il nous manque encore un élément. Et comme beaucoup d’autres je pense, mais aussi pour mon plus grand plaisir, je me suis laissée prendre et le dénouement m’a totalement surprise.

    Lindsey et Sophie sont toutes les deux très attachantes et très vite on ressent une profonde empathie à leur égard. J’ai aimé qu’on les suive en alternance sur les chapitres. Des chapitres qui nous font découvrir leur point de vue, leurs pensées et leurs sentiments. Encore plus pour Sophie, les faits et révélations vont être très difficiles à accepter. Elle est tiraillée entre ce qu’on lui dit, ce qu’elle ressent et ce qu’elle voudrait croire.

    Un thriller psychologique qui a été travaillé tout en finesse pour nous offrir suspense, angoisse, paranoïa et tremblements. Impossible de le lâcher avant d’en avoir tourné la dernière page.

  • valmyvoyou lit 9 novembre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Décembre 2016, sur une île proche de Vancouver où Lindsey a refait sa vie. Il y a onze ans, elle a quitté le domicile conjugal avec sa fille, âgée de sept ans, Sophie. Son mari les a poursuivies et a provoqué un accident mortel. Condamné à dix ans de prison, il vient d’être libéré. La vie de Lindsey replonge en enfer : elle se sent harcelée, car des faits étranges se produisent. Elle en est certaine, c’est Andrew qui cherche à se venger.

    Dans la première partie, l’espace temporel alterne entre le présent, en 2016, et les années pendant lesquelles Lindsey a vécu avec son époux. Chevy Stevens décrit la maltraitance psychologique et physique qu’Andrew a exercée sur sa femme. Elle relate des scènes glaçantes et révoltantes. Évidemment, personne n’a rien vu puisque, en public, l’homme était un époux-modèle, un gendre attentionné, un patron respectable, etc. La jeune femme n’avait personne à qui se confier, car les sévices qu’elle subissait l’ont obligée à s’éloigner de son entourage, afin d’éviter des répercussions de violence. Le traumatisme est gravé en elle et dix ans après, la peur ne la quitte pas. Quand elle est partie, elle savait qu’elle ne pouvait le faire qu’en disparaissant, sans avertir son mari. Sophie, quant à elle, est persuadée que son père a changé.

    Dans la seconde partie, l’étau se resserre autour de Lindsey. Elle ne sent plus en sécurité depuis qu’Andrew a découvert où elle habite. Ce dernier semble prendre plaisir à l’effrayer. Il ne la menace pas directement, mais agit de la même manière que quand elle vivait avec lui : ses clés disparaissent, ses affaires sont dérangées. Mais surtout, il a proféré une menace voilée : il sait ce qui s’est passé la nuit pendant laquelle elle a pris la fuite… Sophie espère une rédemption de son père, elle aimerait lui laisser une chance…

    Enfin, le dénouement atteste que l’on ne peut jamais oublier son passé.

    Chevy Stevens montre que l’emprise d’un homme violent et manipulateur se bâtit de manière insidieuse et qu’il est difficile de partir. Les menaces ne pèsent pas que sur la victime, mais aussi sur son entourage et encore plus lorsque l’on est maman. La première scène du livre est révélatrice du climat de peur dans lequel Lindsey a vécu. Cet épisode m’a chamboulée. L’auteure relate également de quelle manière, la jeune femme a modifié sa personnalité pour correspondre aux attentes de son mari alcoolique, afin d’éviter les répercussions. Jamais tu ne me quitteras rappelle, également, qu’aucune protection n’est offerte à celles qui ont tenté de se libérer. Il faut attendre un drame pour que la justice puisse agir. C’est aux femmes de se cacher et la peur ne les quitte pas, même dix ans après. Cependant, un élément important de l’histoire est bouleversant et interroge sur certaines responsabilités.

    Ce livre est un suspense et, même si vous croyez détenir la vérité, l’auteure ne vous a pas tout dit, aussi un rebondissement effroyable m’a mise sous tension. Alors que durant toute la lecture, j’ai été oppressée et inquiète, il y a eu un basculement qui m’a mis les nerfs à vif. J’ai adoré Jamais tu ne me quitteras.

  • LesRêveriesd’Isis 11 novembre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Jamais tu ne me quitteras est mon premier roman de Chevy Stevens, et une fois de plus, je suis contente de m’être laissée tenter.
    Le roman nous présente Lindsay, une femme qui a quitté son mari, un homme en apparence parfait, mais qui lui faisait vivre un enfer. Dix ans plus tard, voilà qu’elle a l’impression d’être suivie et espionnée jusque chez elle. Immédiatement, elle pense à son ex-mari, Andrew, tout juste sorti de prison. Pourtant, lui affirme qu’il a changé : alors, vraie repentance ou manipulation machiavélique ?

    Le début de ce roman permet de placer les choses : un temps assez lointain, une dizaine d’années auparavant, l’enfer du couple, les reproches, la manipulation, la possessivité et une femme au bord de la rupture, à l’affût du moindre signe, du moindre problème. Puis les temps heureux et le patient travail d’Andrew pour s’attacher Lindsay, pour la couper des autres et pour asseoir son emprise. Tout cela permet de comprendre le parcours de l’héroïne et de mieux appréhender son angoisse lorsque le spectre de son mari revient la hanter. Cela donne donc corps aux personnages. Dans l’esprit du lecteur, l’ombre entêtante et menaçante d’Andrew existe, comme une entité mystérieuse qui rôde, et Lindsay apparaît comme une bonne mère, une femme aux abois, désespérée mais courageuse.

    Osons le mot, au début de sa vie de couple, Lindsay a tout de l’oie blanche, du naïf petit papillon ébloui par la lumière d’une flamme… et qui finit par s’y brûler. En cela, elle est un peu désespérante. Pour autant, il est facile de juger – de l’extérieur, bien au chaud roulé dans son plaid automnal. En réalité, Andrew adopte une stratégie maligne et efficace, et grignote morceau par morceau l’indépendance de sa femme, sous couvert de vouloir l’aider, et s’assurer de son bien être. Le fait qu’elle reprenne sa liberté est donc un véritable renversement de situation, et constitue un ressort dramatique capital. Pour autant, Lindsay ne se libère jamais vraiment de ses chaînes. Elle tremble sans cesse devant cet époux qu’elle a fui, qu’elle craint et qu’elle ne veut plus voir. Elle est pourtant aussi hantée par sa propre culpabilité, car pour se libérer, elle aussi a dû prendre quelques libertés avec le Bien. Son personnage se nuance donc lentement pour finalement mettre un lumière un être moins manichéen, moins lisse aussi. Elle devient plus intéressante une fois certains de ses secrets révélés. Tout ceci crée un cocktail efficace et fait osciller le personnage entre rationalité et angoisses irraisonnées, entre force et faiblesse. Cette caractéristique devient un des points d’ancrage du récit et est à l’origine de nombreux rebondissements. Avec un peu plus de lucidité, elle aurait évité certains écueils, n’aurait pas interprété à tort des situations, mais nous n’aurions pas eu autant de rebondissements à nous mettre sous la dent ! Bref, le caractère du personnage est un élément clef pour l’avancée du récit : tout s’infléchit en fonction de ses décisions.

    La relation mère-fille est aussi un enjeu dans le livre puisque c’est la brèche dans laquelle s’engouffre l’ex-mari, c’est aussi un petit plus qui ajoute du piment. Par l’intermédiaire de Sophie, certains personnages s’immiscent dans le quotidien des deux femmes, et cela floute encore les repères et rend l’élucidation du coupable plus mystérieuse. Le lecteur est donc entraîné sur des fausses pistes. Je me suis laissée mener un temps par l’autrice, car elle sait distiller des éléments à même de nous induire en erreur. Pour autant, aux trois quart du roman, j’ai compris de quoi il retournait. La chute s’avère relativement classique, mais n’est pas pour autant déplaisante. J’ai passé un très agréable moment avec les personnages et je trouve que l’autrice prépare bien la fin. Elle suggère, elle laisse planer certains doutes, et elle masque particulièrement bien les intentions de quelques personnages. Elle fait cristalliser un ex-mari si détestable qu’il parvient à occulter d’autres éléments qui nous mettraient sur la bonne voie.

    Pour finir, je dirai que la plume de l’autrice est agréable et fluide. La lecture se déroule sans anicroche et le lecteur peut savourer un bon moment de lecture, reposant.

    Ainsi, le roman de Chevy Stevens Jamais tu ne me quitteras est un bon thriller. Il remplit les attentes en nous fournissant une intrigue resserrée, des personnages intéressants et facettés pour nous mener par le bout du nez. Pour autant, certains éléments restent assez classiques, sans être désagréables, si bien que la lecture manque d’un petit zeste supplémentaire pour être époustouflante.

  • Inside your books 24 novembre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    En cette période troublée je crois que j’avais envie de me faire encore plus de mal, alors j’ai lu ce roman !

    Encore une fois, comme tous mes thrillers des éditions Archipel, j’ai été emporté (mettons de côté "Sans mon ombre" voulez-vous !). La tension psychologique que peut ressentir une femme en couple avec un tel pervers narcissique m’a donné froid dans le dos !

    J’étais aussi heureuse et fière qu’un roman comme celui-ci existe ! Ces relations empoisonnées sont à pointer du doigts et on doit pouvoir se mettre à la place des victimes embourbées dans ce cauchemar afin de ne pas oublier et de rester vigilant quant aux relations qu’entretiennent nos proches !

    Ma lecture était donc très rapide mais efficace, j’avoue avoir changé mes hypothèses assez souvent, et (même si je préfère les miennes et que j’aurais modifié la fin) j’étais satisfaite de ce périple !

  • Mes petits plaisirs à moi 1er décembre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Quand la vengeance tourne à l’obsession

    Violence domestique, profils psychologiques instables, vengeance et suspicion à gogo, voilà les ingrédients quasi inévitables dans un thriller domestique et Chevy Stevens n’en fait pas ici l’économie. De plus, avec un titre tel un 11e commandement, tout était imaginable : Qui est ce tu ? qui est ce me ? Que va-t-il arriver si ce tu enfreint cette injonction ? En somme, un programme de rêve pour un amateur de thriller.

    Toute la première partie du roman retrace, à travers des aller-retour entre le début de l’histoire d’amour entre Lindsey et Andrew en 2005 et l’époque actuelle (2016) où Lindsey pense être enfin définitivement débarrassée de son ex, emprisonné pour un délit dont il la tient personnellement responsable. Même si cette première partie ne se révèle pas des plus originales car déjà vue dans nombre de thrillers du genre, Chevy Stevens réussit à décrire avec réalisme la naissance du caractère obsessionnel d’Andrew qui, de gendre idéal, se transforme peu à peu en un être incapable de surmonter la moindre frustration de la part de son épouse tout en conservant l’image du père parfait aux yeux de leur petite fille, Sophie, et de sa belle-famille. C’est d’ailleurs vraiment ce qui me surprend toujours, cette capacité machiavélique qu’ont certains hommes à changer de visage en fonction des circonstances. Andrew excelle dans le genre d’autant qu’on peut également lui attribuer un petit côté « pervers narcissique » dans la mesure où il s’assure une complète adhésion (et sans doute une part d’aveuglement) de la part de son beau-père en lui offrant un travail qui les sauve, lui et son épouse, de la ruine.

    La deuxième partie se révèle nettement plus intéressante car elle met en scène la confrontation de Lindsey avec son époux mais également la relation naissante entre sa fille avec son « premier » petit copain. Le parallèle entre les deux histoires se justifie pleinement car on réalise à quel point l’amour sans limites peut devenir véritablement dévastateur pour certains esprits un peu fragiles. Et là, le lecteur se pose une question quasi existentielle : mais les hommes sont-ils tous des grands malades ? Vous aviez demandé un thriller psychologique ? Eh bien, croyez-moi sur ce coup, vous allez être servis car, de l’avis de Chevy Stevens, seul le frère de Lindsey semble échapper à la critique et à la suspicion. En effet, tous les autres représentants de la gent masculine ont quand même tendance à avoir un petit grain dans cette histoire ou du moins des comportements qui interrogent. L’auteur ballotte ainsi son lecteur d’un suspect à l’autre sans qu’il ne puisse jamais réussir à trancher. En effet, dès qu’il croit avoir identifié le plus malade de tous et donc celui qui en veut le plus à Lindsey, ses soupçons sont immédiatement orientés par l’intrigue vers un autre candidat au titre.

    C’est la troisième partie qui vous donnera le mot de la fin. Mais là, même si cela s’avère plutôt bien ficelé, j’aurais deux reproches à faire :

    - l’insistance sur certains indices dans les deux premières parties gâche un peu la révélation du dénouement. Même si c’est parfaitement crédible, on est un peu déçu car trop prévisible ;
    - le traitement du dénouement se révèle un peu bâclé en une centaine de pages. J’aurais finalement apprécié, sadique que je suis (enfin, on l’est tous un peu sinon on ne lirait pas ce genre de romans), que la confrontation entre Lindsey et qui vous saurez une fois le roman lu se révèle plus étoffée, plus fouillée d’autant que les lieux s’y prêtaient bien.

    Au final, un thriller domestique plutôt réussi avec des personnages, notamment masculins, dont la psychologie est plutôt bien traitée, même si on reste un peu sur sa faim au terme de l’histoire car on aurait sans doute souhaité que le face à face final s’éternise un peu plus.

  • ludi33 3 décembre 2020
    Jamais tu ne me quitteras - Chevy Stevens

    Jamais tu ne me quitteras nous plonge dans les affres de la violences conjugales. On y suis Lindsey et sa fille, Sophie, qui ont réussi à échapper à l’emprise d’Andrew. La première partie du roman alterne le présent et des scènes du passé de Lindsey, quand elle était encore en couple avec son mari. En çà, le roman nous offre une vrai chronique de la violence domestique, qui s’instaure petit à petit dans le couple.
    Pourtant, l’intrigue va petit à petit se montrer plus complexe, quand Andrew sort de prison et que Lindsey recommence à se sentir harcelée.
    On s’attache énormément à Lindsay et à sa fille, personnages bien dessinés parfaitement réalistes dans leurs attitudes et leur psychologie.
    Niveau intrigue, l’autrice déploie par mal d’ingéniosité pour nous perdre dans les méandres du harcèlement que subit l’héroïne. Pourtant, l’intrigue va petit à petit par gagner en épaisseur. Même si le roman souffre parfois de quelques longueurs, on se laisse prendre au jeu de ce thriller très bien fichu.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.