Annabelle - Lina Bengtsdotter

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

La détective Charlie Lager est contrainte par ses supérieurs de retourner à Gullspång, la petite ville où elle s’était juré de ne jamais remettre les pieds pour enquêter sur la disparition d’une jeune fille de 17 ans, Annabelle que la police locale n’a pu retrouver. Alors que ses recherches progressent, Charlie est confrontée à un passé traumatisant, vieux de 20 ans. La jeune femme, que sa brillante ascension dans la police suédoise a conduite à résoudre des enquêtes particulièrement complexes, se retrouve démunie et vulnérable face aux démons de sa propre enfance ; car Charlie aussi a de sombres secrets. Lina Bengsdotter, en écrivant ce thriller plein de suspense, montre le poids des relations sociales dans de petites communautés où les rumeurs se répandent rapidement, où personne ne peut échapper à son passé. Le personnage complexe et intense de Charlie n’est pas sans rappeler celui de Stella Gibson dans la série The Fall.

Vos #AvisPolar

  • warlop 19 mars 2019
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Gullspang endroit perdu à deux heures de Stocholm, où règne la pauvreté, où les seuls moyens pour les jeunes de s’amuser sont l’alcool, le sexe et la drogue. Un soir après une de ces fêtes habituelles, un soir où les interdits sont franchis,Annabelle disparaît. Jeune fille aussi intelligente que belle, qui suscite le désir dans les yeux des hommes. Annabelle à la mère névrosée, psychologiquement dérangée… Charlie Lager enquêtrice de la police criminelle de Stockholm est envoyée sur l’affaire, 19 ans plus tôt elle s’était juré de ne plus retourner dans ce bled paumé qui l’a vu grandir, ce bled où tout espoir de s’en sortir est infime. Un endroit ou chacun se connait, s’épie, se soutient.

    « un monde ou les adolescents devaient s’assommer à coups de drogues, pour supporter tout ça »

    Un roman à trois histoires, celle de l’enquête et surtout Charlie, on vit le jour de la disparition d’Annabelle et un retour dans le passé Rosa et Alice « avant », 3 histoires distinctes mais qui finiront par se rejoindre et prendre tout son sens.

    Au delà de la disparition d’Annabelle c’est le passé de Charlie qui resurgit, j’ai aimé ce personnage borderline élevée par une mère névrosée, j’ai aimé ses blessures, ses failles, une jeune femme seule socialement inapte, portée sur la bouteille, qui se prend en pleine face un passé dont elle n’a jamais guéri, un passé qu’il faut régler pour aller de l’avant. Dans le même temps l’urgence de l’enquête ne permet pas de s’apitoyer, la vie ne tourne pas toujours comme on l’imagine et les gens que l’on a connus, ne sont plus tels que l’on croyait. Un voile se lève et on se prend au jeu, l’auteure donne du rythme aux chapitres courts à l’écriture fluide, on enchaîne la lecture, pour ne plus lâcher le livre tellement l’histoire est prenante, tellement l’envie de retrouver Annabelle, de connaitre l’histoire de Rosa et Alice, de voir les fantômes du passé de Charlie s’envoler…Mais est ce une finalité ?

  • Marie Nel 22 avril 2019
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    C’est la grande mode des polars scandinaves depuis quelques années, et il doit être bien difficile de se faire un nom à côté des Stieg Larsson, Jussi Adler-Olsen ou Jo Nesbo. Et pourtant Lina Bengtsdotter sera un nom de plus à retenir, elle signe ici son premier roman et je trouve que c’est une réussite et qu’elle a un bon potentiel. Sa formation de psychologue lui a permis justement de bien travailler ses personnages, toute leur psychologie et leurs caractères. Elle fait également une belle analyse sur les comportements, le rythme de vie et le milieu social de cette petite ville de Suède qu’elle connait bien puisqu’elle y est native.

    Tout commence avec un chapitre très court où on suit Annabelle, une jeune adolescente de 17 ans, qui rentre d’une fête, elle ne va pas bien, et rencontre une autre personne qu’elle connait apparemment. Sa mère ultra-protectrice va s’inquiéter de suite de l’absence de sa fille, et va envoyer son père la chercher. Mais aucune trace, et ce ne sont pas les jeunes qui étaient à la fête qui vont pouvoir le renseigner, vu dans l’état où ils étaient tous. L’alcool, la drogue, le sexe font partie de leurs soirées. Il faut dire qu’ils habitent dans un bled perdu où les distractions sont rares. Pour mener l’enquête, Charlie Lager et son partenaire Anders vont être envoyés de Stockholm. Charlie est un peu en terrain connu puisqu’elle est native du village où a eu lieu la disparition, Gullspang. Elle l’a quitté dix-neuf ans auparavant alors qu’elle était toute jeune ado, dans des conditions sombres. Cela crée un certain malaise chez elle, elle ne veut pas faire resurgir son passé et surtout que les gens apprennent qu’elle connait le village. Elle pensait surtout ne plus jamais y revenir. L’enquête va être menée avec une certaine poigne. Charlie est une jeune femme volontaire, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle va devoir aussi faire face aux différents souvenirs du passé, surtout ceux concernant sa mère et la vie dissolue qu’elle menait. Les soupçons vont se porter vers les différentes personnes que côtoyait Annabelle, ses amis, mais aussi cette personne plus âgée dont elle était amoureuse et dont personne ne connait l’identité. On va vite se rendre compte que derrière les bonnes notes et l’intelligence d’Annabelle, se cache en fait une grande souffrance et un gros mal-être. La tâche va être ardue pour Charlie pour arriver à décortiquer tout cela.

    Le suspense est bien mené, car, en tant que lectrice, mes doutes se sont portés sur beaucoup de personnes, mais aussi sur les circonstances de la disparition d’Annabelle. Car jusqu’à la toute fin, nous ne saurons pas si c’est un meurtre, un suicide ou une simple fugue. Le roman est bâti de telle façon que notre esprit est balloté entre diverses informations et fait que l’on ne sait plus où donner de la tête. Le récit s’emmêle en trois parties, on suit simultanément l’enquête en elle-même, mais aussi des passages où on suit Annabelle le jour de sa disparition, et d’autres où ce sont deux petites filles, inconnues, Alice et Rosa. On comprend et on se doute que tout est lié, mais la grande question est comment et pourquoi. Et franchement, je n’ai rien vu venir. Les révélations sur Annabelle ou sur le passé de Charlie s’enchainent et je suis allée de stupéfaction en étonnement. Pour finalement en arriver à quelque chose de très simple pour le cas d’Annabelle. Par contre, en ce qui concerne Charlie, c’est tout le contraire et j’étais loin de m’imaginer un tel passé. Toute cette enquête est un prétexte pour la reconstruction de sa personnalité, la découverte de ce qu’elle est et de son histoire.

    Comme je le disais plus haut, la psychologie des personnages est bien travaillée, les lieux également. L’auteure a bien su recréer l’ambiance à travers ses mots. C’est vrai que c’est un paysage qu’elle connait puisque c’est son village natal, mais elle a bien su retranscrire l’atmosphère. Mais ce que l’auteure dépeint sur la société, les conditions de vie, l’ennui des jeunes qui commencent à boire très tôt, tout cela ne donne pas trop envie d’y vivre. Les ragots et les secrets sont quant à eux bien universels et se reconnaissent partout.
    L’histoire est bien écrite et j’ai beaucoup aimé le style de l’auteure et sa façon de construire son histoire. Mon seul hic serait peut-être le tutoiement dans les discussions. En effet, tous se tutoient, que ce soit entre inconnus, entre suspects et policiers. Au début, je pensais qu’ils se connaissaient, mais non, pas tous. Alors, cela vient peut-être de la traduction ou alors c’est coutumier pour les auteurs nordiques. À vérifier lorsque j’en lirai d’autres. Mais c’est vraiment un petit détail qui n’entache en rien le déroulé de la lecture et de l’histoire, qui s’est faite toute seule et avec suspense. Ce que j’ai apprécié également, c’est qu’il n’y ait pas de sang ou de grande tuerie, on se trouve ici beaucoup plus dans un thriller psychologique.

    Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture, Lina Bengtsdotter va faire partie de ma liste d’auteurs à suivre et que je lirai à nouveau volontiers. Annabelle est un bon polar à découvrir, il m’a emmenée sur des chemins que je ne pensais pas emprunter au départ. Un roman à lire, ça je vous le conseille.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.