Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Annabelle - Lina Bengtsdotter

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

La détective Charlie Lager est contrainte par ses supérieurs de retourner à Gullspång, la petite ville où elle s’était juré de ne jamais remettre les pieds pour enquêter sur la disparition d’une jeune fille de 17 ans, Annabelle que la police locale n’a pu retrouver. Alors que ses recherches progressent, Charlie est confrontée à un passé traumatisant, vieux de 20 ans. La jeune femme, que sa brillante ascension dans la police suédoise a conduite à résoudre des enquêtes particulièrement complexes, se retrouve démunie et vulnérable face aux démons de sa propre enfance ; car Charlie aussi a de sombres secrets. Lina Bengsdotter, en écrivant ce thriller plein de suspense, montre le poids des relations sociales dans de petites communautés où les rumeurs se répandent rapidement, où personne ne peut échapper à son passé. Le personnage complexe et intense de Charlie n’est pas sans rappeler celui de Stella Gibson dans la série The Fall.


Voir en ligne : La critique d’AVoir-Alire

Vos #AvisPolar

  • warlop 19 mars 2019
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Gullspang endroit perdu à deux heures de Stocholm, où règne la pauvreté, où les seuls moyens pour les jeunes de s’amuser sont l’alcool, le sexe et la drogue. Un soir après une de ces fêtes habituelles, un soir où les interdits sont franchis,Annabelle disparaît. Jeune fille aussi intelligente que belle, qui suscite le désir dans les yeux des hommes. Annabelle à la mère névrosée, psychologiquement dérangée… Charlie Lager enquêtrice de la police criminelle de Stockholm est envoyée sur l’affaire, 19 ans plus tôt elle s’était juré de ne plus retourner dans ce bled paumé qui l’a vu grandir, ce bled où tout espoir de s’en sortir est infime. Un endroit ou chacun se connait, s’épie, se soutient.

    « un monde ou les adolescents devaient s’assommer à coups de drogues, pour supporter tout ça »

    Un roman à trois histoires, celle de l’enquête et surtout Charlie, on vit le jour de la disparition d’Annabelle et un retour dans le passé Rosa et Alice « avant », 3 histoires distinctes mais qui finiront par se rejoindre et prendre tout son sens.

    Au delà de la disparition d’Annabelle c’est le passé de Charlie qui resurgit, j’ai aimé ce personnage borderline élevée par une mère névrosée, j’ai aimé ses blessures, ses failles, une jeune femme seule socialement inapte, portée sur la bouteille, qui se prend en pleine face un passé dont elle n’a jamais guéri, un passé qu’il faut régler pour aller de l’avant. Dans le même temps l’urgence de l’enquête ne permet pas de s’apitoyer, la vie ne tourne pas toujours comme on l’imagine et les gens que l’on a connus, ne sont plus tels que l’on croyait. Un voile se lève et on se prend au jeu, l’auteure donne du rythme aux chapitres courts à l’écriture fluide, on enchaîne la lecture, pour ne plus lâcher le livre tellement l’histoire est prenante, tellement l’envie de retrouver Annabelle, de connaitre l’histoire de Rosa et Alice, de voir les fantômes du passé de Charlie s’envoler…Mais est ce une finalité ?

  • Marie Nel 22 avril 2019
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    C’est la grande mode des polars scandinaves depuis quelques années, et il doit être bien difficile de se faire un nom à côté des Stieg Larsson, Jussi Adler-Olsen ou Jo Nesbo. Et pourtant Lina Bengtsdotter sera un nom de plus à retenir, elle signe ici son premier roman et je trouve que c’est une réussite et qu’elle a un bon potentiel. Sa formation de psychologue lui a permis justement de bien travailler ses personnages, toute leur psychologie et leurs caractères. Elle fait également une belle analyse sur les comportements, le rythme de vie et le milieu social de cette petite ville de Suède qu’elle connait bien puisqu’elle y est native.

    Tout commence avec un chapitre très court où on suit Annabelle, une jeune adolescente de 17 ans, qui rentre d’une fête, elle ne va pas bien, et rencontre une autre personne qu’elle connait apparemment. Sa mère ultra-protectrice va s’inquiéter de suite de l’absence de sa fille, et va envoyer son père la chercher. Mais aucune trace, et ce ne sont pas les jeunes qui étaient à la fête qui vont pouvoir le renseigner, vu dans l’état où ils étaient tous. L’alcool, la drogue, le sexe font partie de leurs soirées. Il faut dire qu’ils habitent dans un bled perdu où les distractions sont rares. Pour mener l’enquête, Charlie Lager et son partenaire Anders vont être envoyés de Stockholm. Charlie est un peu en terrain connu puisqu’elle est native du village où a eu lieu la disparition, Gullspang. Elle l’a quitté dix-neuf ans auparavant alors qu’elle était toute jeune ado, dans des conditions sombres. Cela crée un certain malaise chez elle, elle ne veut pas faire resurgir son passé et surtout que les gens apprennent qu’elle connait le village. Elle pensait surtout ne plus jamais y revenir. L’enquête va être menée avec une certaine poigne. Charlie est une jeune femme volontaire, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle va devoir aussi faire face aux différents souvenirs du passé, surtout ceux concernant sa mère et la vie dissolue qu’elle menait. Les soupçons vont se porter vers les différentes personnes que côtoyait Annabelle, ses amis, mais aussi cette personne plus âgée dont elle était amoureuse et dont personne ne connait l’identité. On va vite se rendre compte que derrière les bonnes notes et l’intelligence d’Annabelle, se cache en fait une grande souffrance et un gros mal-être. La tâche va être ardue pour Charlie pour arriver à décortiquer tout cela.

    Le suspense est bien mené, car, en tant que lectrice, mes doutes se sont portés sur beaucoup de personnes, mais aussi sur les circonstances de la disparition d’Annabelle. Car jusqu’à la toute fin, nous ne saurons pas si c’est un meurtre, un suicide ou une simple fugue. Le roman est bâti de telle façon que notre esprit est balloté entre diverses informations et fait que l’on ne sait plus où donner de la tête. Le récit s’emmêle en trois parties, on suit simultanément l’enquête en elle-même, mais aussi des passages où on suit Annabelle le jour de sa disparition, et d’autres où ce sont deux petites filles, inconnues, Alice et Rosa. On comprend et on se doute que tout est lié, mais la grande question est comment et pourquoi. Et franchement, je n’ai rien vu venir. Les révélations sur Annabelle ou sur le passé de Charlie s’enchainent et je suis allée de stupéfaction en étonnement. Pour finalement en arriver à quelque chose de très simple pour le cas d’Annabelle. Par contre, en ce qui concerne Charlie, c’est tout le contraire et j’étais loin de m’imaginer un tel passé. Toute cette enquête est un prétexte pour la reconstruction de sa personnalité, la découverte de ce qu’elle est et de son histoire.

    Comme je le disais plus haut, la psychologie des personnages est bien travaillée, les lieux également. L’auteure a bien su recréer l’ambiance à travers ses mots. C’est vrai que c’est un paysage qu’elle connait puisque c’est son village natal, mais elle a bien su retranscrire l’atmosphère. Mais ce que l’auteure dépeint sur la société, les conditions de vie, l’ennui des jeunes qui commencent à boire très tôt, tout cela ne donne pas trop envie d’y vivre. Les ragots et les secrets sont quant à eux bien universels et se reconnaissent partout.
    L’histoire est bien écrite et j’ai beaucoup aimé le style de l’auteure et sa façon de construire son histoire. Mon seul hic serait peut-être le tutoiement dans les discussions. En effet, tous se tutoient, que ce soit entre inconnus, entre suspects et policiers. Au début, je pensais qu’ils se connaissaient, mais non, pas tous. Alors, cela vient peut-être de la traduction ou alors c’est coutumier pour les auteurs nordiques. À vérifier lorsque j’en lirai d’autres. Mais c’est vraiment un petit détail qui n’entache en rien le déroulé de la lecture et de l’histoire, qui s’est faite toute seule et avec suspense. Ce que j’ai apprécié également, c’est qu’il n’y ait pas de sang ou de grande tuerie, on se trouve ici beaucoup plus dans un thriller psychologique.

    Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture, Lina Bengtsdotter va faire partie de ma liste d’auteurs à suivre et que je lirai à nouveau volontiers. Annabelle est un bon polar à découvrir, il m’a emmenée sur des chemins que je ne pensais pas emprunter au départ. Un roman à lire, ça je vous le conseille.

  • Marie Nel 7 mars 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    C’est la grande mode des polars scandinaves depuis quelques années, et il doit être bien difficile de se faire un nom à côté des Stieg Larsson, Jussi Adler-Olsen ou Jo Nesbo. Et pourtant Lina Bengtsdotter sera un nom de plus à retenir, elle signe ici son premier roman et je trouve que c’est une réussite et qu’elle a un bon potentiel. Sa formation de psychologue lui a permis justement de bien travailler ses personnages, toute leur psychologie et leurs caractères. Elle fait également une belle analyse sur les comportements, le rythme de vie et le milieu social de cette petite ville de Suède qu’elle connait bien puisqu’elle y est native.

    Tout commence avec un chapitre très court où on suit Annabelle, une jeune adolescente de 17 ans, qui rentre d’une fête, elle ne va pas bien, et rencontre une autre personne qu’elle connait apparemment. Sa mère ultra-protectrice va s’inquiéter de suite de l’absence de sa fille, et va envoyer son père la chercher. Mais aucune trace, et ce ne sont pas les jeunes qui étaient à la fête qui vont pouvoir le renseigner, vu dans l’état où ils étaient tous. L’alcool, la drogue, le sexe font partie de leurs soirées. Il faut dire qu’ils habitent dans un bled perdu où les distractions sont rares. Pour mener l’enquête, Charlie Lager et son partenaire Anders vont être envoyés de Stockholm. Charlie est un peu en terrain connu puisqu’elle est native du village où a eu lieu la disparition, Gullspang. Elle l’a quitté dix-neuf ans auparavant alors qu’elle était toute jeune ado, dans des conditions sombres. Cela crée un certain malaise chez elle, elle ne veut pas faire resurgir son passé et surtout que les gens apprennent qu’elle connait le village. Elle pensait surtout ne plus jamais y revenir. L’enquête va être menée avec une certaine poigne. Charlie est une jeune femme volontaire, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle va devoir aussi faire face aux différents souvenirs du passé, surtout ceux concernant sa mère et la vie dissolue qu’elle menait. Les soupçons vont se porter vers les différentes personnes que côtoyait Annabelle, ses amis, mais aussi cette personne plus âgée dont elle était amoureuse et dont personne ne connait l’identité. On va vite se rendre compte que derrière les bonnes notes et l’intelligence d’Annabelle, se cache en fait une grande souffrance et un gros mal-être. La tâche va être ardue pour Charlie pour arriver à décortiquer tout cela.

    Le suspense est bien mené, car, en tant que lectrice, mes doutes se sont portés sur beaucoup de personnes, mais aussi sur les circonstances de la disparition d’Annabelle. Car jusqu’à la toute fin, nous ne saurons pas si c’est un meurtre, un suicide ou une simple fugue. Le roman est bâti de telle façon que notre esprit est balloté entre diverses informations et fait que l’on ne sait plus où donner de la tête. Le récit s’emmêle en trois parties, on suit simultanément l’enquête en elle-même, mais aussi des passages où on suit Annabelle le jour de sa disparition, et d’autres où ce sont deux petites filles, inconnues, Alice et Rosa. On comprend et on se doute que tout est lié, mais la grande question est comment et pourquoi. Et franchement, je n’ai rien vu venir. Les révélations sur Annabelle ou sur le passé de Charlie s’enchainent et je suis allée de stupéfaction en étonnement. Pour finalement en arriver à quelque chose de très simple pour le cas d’Annabelle. Par contre, en ce qui concerne Charlie, c’est tout le contraire et j’étais loin de m’imaginer un tel passé. Toute cette enquête est un prétexte pour la reconstruction de sa personnalité, la découverte de ce qu’elle est et de son histoire.

    Comme je le disais plus haut, la psychologie des personnages est bien travaillée, les lieux également. L’auteure a bien su recréer l’ambiance à travers ses mots. C’est vrai que c’est un paysage qu’elle connait puisque c’est son village natal, mais elle a bien su retranscrire l’atmosphère. Mais ce que l’auteure dépeint sur la société, les conditions de vie, l’ennui des jeunes qui commencent à boire très tôt, tout cela ne donne pas trop envie d’y vivre. Les ragots et les secrets sont quant à eux bien universels et se reconnaissent partout.
    L’histoire est bien écrite et j’ai beaucoup aimé le style de l’auteure et sa façon de construire son histoire. Mon seul hic serait peut-être le tutoiement dans les discussions. En effet, tous se tutoient, que ce soit entre inconnus, entre suspects et policiers. Au début, je pensais qu’ils se connaissaient, mais non, pas tous. Alors, cela vient peut-être de la traduction ou alors c’est coutumier pour les auteurs nordiques. À vérifier lorsque j’en lirai d’autres. Mais c’est vraiment un petit détail qui n’entache en rien le déroulé de la lecture et de l’histoire, qui s’est faite toute seule et avec suspense. Ce que j’ai apprécié également, c’est qu’il n’y ait pas de sang ou de grande tuerie, on se trouve ici beaucoup plus dans un thriller psychologique.

    Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture, Lina Bengtsdotter va faire partie de ma liste d’auteurs à suivre et que je lirai à nouveau volontiers. Annabelle est un bon polar à découvrir, il m’a emmenée sur des chemins que je ne pensais pas emprunter au départ. Un roman à lire, ça je vous le conseille.

  • mouffette_masquee 24 mars 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Résumé : Gullspång, petite ville perdue de Suède, bled paumé gangrené par le chômage, l’alcoolisme et où la jeunesse désœuvrée est à la dérive. Annabelle, 17 ans, disparaît en rentrant d’une fête dans un squat à laquelle elle avait interdiction de se rendre. Ce n’est qu’au bout de quatre jours que la police comprend la gravité de la situation. Elle appelle en renfort deux inspecteurs de Stockholm, dont Charlie Lager, une jeune femme originaire de cette bourgade mais qui l’a fui a l’âge de 14 ans. Pour résoudre cette affaire, Charlie va devoir affronter les fantômes de son passé.

    Mon avis : À sa sortie, je ne me souviens pas d’avoir vu passer ce livre sur les réseaux. La quatrième de couverture ne fait pas forcément rêver non plus (la dernière disparition, le mois dernier pour le #prixdeslecteurs2020 m’a laissé des séquelles... d’ennui intense !). Et pourtant... J’ai tellement aimé ce livre ! J’ai été embarquée rapidement dans cette intrigue, dont le suspense s’installe doucement. J’ai aimé Charlie, qui a un petit soucis d’alcool et de libido. Le fait de revenir dans le bled de son enfance ne va vraiment pas l’aider à sortir la tête de l’eau. Elle a clairement eu une enfance moisie, avec une mère déjantée et immature. 20 ans plus tard, l’ambiance poisseuse et malsaine de ce bled est vraiment étouffante. Il est désespérant de voir le désœuvrement des adolescents, comme si aucun avenir n’était possible. Les parents semblent avoir également abandonné tout espoir. J’ai aimé découvrir la dernière journée d’Annabelle au fur et à mesure de la lecture, qui m’ont permis de mieux la comprendre. J’ai été très intriguée dés passage de l’enfance de Ross et Alice, de plus en plus anxiogènes, jusqu’à l’horreur. Je n’ai rien vu venir et me suis pris une grosse claque. Vraiment je vous le conseille.

  • Les Lectures de Mystic 26 mars 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Coucou mes Mystigris 😉

    J’ai lu Annabelle de @linabengtsdotter dans le cadre du Prix des Lecteurs @livredepoche 2020 catégorie Polar/thriller et mon choix pour ce mois de mars se portera sur ce roman.
    🅲🅷🆁🅾🅽🅸🆀🆄🅴 Charlie Lager, détective va devoir enquêter sur la disparition d’Annabelle, une jeune fille de 17 ans. Cette enquête n’est pas dans n’importe quelle ville, en effet c’est celle de son enfance, où il y a 20 ans, elle s’était promis de ne jamais revenir. Elle va devoir replonger dans son passé, faire face à ses démons et ses sombres secrets qui la rendront fragile et vulnérable.
    🄼🄾🄽 🄰🅅🄸🅂 La couverture ne m’a pas attiré au premier abord et finalement j’ai été surprise par la fluidité de l’écriture et la complexité de ce récit qui comporte 3 histoires liées entre elles, nous avons l’enquête qui est la plus présente, puis les évènements qui se sont produits avant l’étrange disparition et pour finir l’histoire d’Alice et Rosa et du petit John John qui a priori n’ont aucun rapport avec les deux récits précédents.
    Concernant l’ambiance et l’endroit , la ville de Gullspang en Suède est un village isolé en pleine campagne où le chômage est monnaie courante, où la drogue, le sexe et l’alcool sont le seul divertissement des habitants et plus particulièrement chez les jeunes.
    Le personnage principal de Charlie est spécial, c’est une détective aux antipodes du bon inspecteur. Elle est asociale, alcoolique, forte et fragile à la fois, c’est le personnage central de ce livre, on découvre petit à petit son passé troublant, les raisons de sa fuite à 14 ans. C’est un personnage atypique auquel on s’attache malgré ses défauts.
    🄲🄾🄽🄲🄻🅄🅂🄸🄾🄽 un très bon policier suédois. Un personnage principal attachant, du suspense, de la psychologie... Tous les ingrédients réunis pour rester en haleine jusqu’au bout !

  • Root 27 mars 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Le détective Charlie Lager s’était juré de ne jamais revenir à Gullspång, mais le destin, et son patron, en ont décidé autrement. Annabelle, 17 ans, a disparu. Si la thèse de la fugue ne peut être écartée, celles de l’enlèvement et du meurtre non plus.

    Dès les premières pages, la petite ville de Gullspång s’impose comme un personnage à part entière de cette histoire, incarnée par son usine à papier qui empoisonne l’air et par cette mentalité qu’on ne trouve que dans les bourgades. La solidarité se met naturellement en place pour rechercher Annabelle, mais paradoxalement, la suspicion suinte sur toutes les lèvres, sans que personne veuille (se) l’avouer. La morosité ambiante et l’hostilité des habitants (les flics « de la ville » ne sont clairement pas les bienvenus) ne rendent pas la tâche facile à Charlie Lager, déjà borderline. Elle sait ce que peut être la vie d’une adolescente dans un endroit comme celui-ci, où aucun espoir n’est permis. Si ce n’est pas la raison qui l’a poussée à quitter Gullspång à l’âge de 14 ans, elle ne doute pas du mauvais coton qu’elle aurait filé si elle n’avait pas choisi de s’installer à Stockholm. Mais le passé n’a pas voix de cité ici, chaque heure qui s’écoule amenuise les chances de retrouver Annabelle.

    Parents, camarades de lycée, meilleure amie… emplois du temps officiels et déclarations sont passés au crible. Et la personnalité d’Annabelle apparaît comme complexe. Fêtarde – les soirées alcool-drogue-sexe sont nombreuses dans le coin –, parfois secrète, bonne élève et investie dans le groupe religieux local, la jeune fille a du caractère et doit composer avec le tempérament surprotecteur de sa mère, grande consommatrice d’antidépresseurs et autres anxiolytiques. Mais a-t-elle franchi le cap, comme Charlie vingt ans plus tôt, se libérant de l’emprise de Gullspång et de son autarcie ?

    Partant d’une intrigue somme toute classique, Lina Bengtsdotter vous prend très vite dans ses filets, grâce à Charlie, une héroïne attachante, travaillée tout en finesse et dont on découvre, au détour d’un mot tu, les raisons de la fuite, et une chronologie renversée qui dévoile au compte-gouttes les heures qui ont précédé la disparition d’Annabelle. La crédibilité, servie par le facteur humain qui infirme toutes les hypothèses, vous englue dans ce milieu rural voilé par la crise économique. Tous les acteurs de cette histoire sont faillibles, et c’est ce réalisme qui fait mesurer l’ampleur du drame. Qui sont ces deux ados dont les souvenirs émaillent le déroulement de l’enquête ? Un point fort dans la construction complexe du roman – brillamment maîtrisée – qui vous perd pour mieux vous assommer lorsque la vérité tombe comme un couperet. Je suis peu coutumière du polar scandinave, et j’ai apprécié ici le rythme parfait et la part belle faite à la psychologie des personnages, couplés à un décor social sombre et étouffant : option thriller validée !

    Lina Bengtsdotter, revenue au pays le temps de son premier roman, nous fait miroiter une belle bibliographie.

  • Kirzy 29 mars 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Excellente surprise que ce premier roman suédois au point de départ pourtant très convenu : la disparition d’une jeune fille de 17 ans. A-t-elle fugué ? s’est-elle suicidé ? A-t-elle été assassiné ?
    Je me suis régalée. L’auteure a réussi à transcender cette banalité en parvenant à insuffler sa touche personnelle. Et cela fonctionne très bien.

    Tout d’abord, il y a le cadre très loin de la Suède stéréotypée. Direction Gullspång, une petite ville frappée par la crise économique depuis la fermeture de la fonderie : pauvreté, magasins fermées, jeunesse désoeuvrée, les stigmates sont bien là. La description très réaliste de cette micro-société en marge de la prospérité suédoise apporte beaucoup, comme un huis clos morose qui influe sur la population.

    C’est dans cet arrière-plan très intéressant qu’évolue un personnage principal passionnant bien que peu aimable : l’inspectrice de la brigade criminelle Charlie Lager. Elle occupe tout l’espace. Rugueuse, solitaire, alcoolique, en colère, une femme libre à la fois forte et fragile qui assume une vie sentimentale dissolue. Sa carapace dure comme l’acier va petit à petit se fendre … car Charlie a vécu jusqu’à ses quatorze ans à Gullspång avant de fuir pour se reconstruire après un drame dont on découvre la teneur à dose homéopathique. Rapidement, le polar se double d’une quête identitaire qui l’amènera peut-être jusqu’à la résilience, la vraie, pas celle de la carapace. Les souvenirs ressurgissent, le déni s’efface, dix-neuf ans après.

    Surtout, la construction du récit est très réussie. le talent de l’auteure s’exprime tout particulèrement dans sa maitrise des trois arcs narratifs qu’elle déploie : « ce jour-là » qui met en scène la dernière journée d’Annabelle avant sa disparition, le temps de l’enquête qui occupe le plus de chapitres, et « avant » très mystérieux avec deux jeunes filles qui n’apparaissent pas dans les deux autres récits … Bien évidemment, ces trois arcs narratifs vont s’enchâsser en éclairant le passé de Charlie.

    Tout sonne juste dans ce polar complexe mais fluide, admirablement construit qui fouille la psychologie des personnages de façon très approfondie. J’ai pensé ( toute proportion gardée, le fantastique en moins ) à la génialissime série de David Lynch, Twin Peaks, Annabelle comme une nouvelle Laura Palmer ... et des secrets terribles jadis enfouis qui ressurgissent.

  • Musemania 20 avril 2020
    Annabelle - Lina Bengtsdotter

    Je « connaissais » ce thriller pour l’avoir vu passer à sa sortie en 2019 mais je ne l’avais pas lu. Comme pour les deux autres livres de la sélection de mars, cela a été trois découvertes car je n’en avais lus préalablement aucun. J’avoue que c’est toujours plus sympa et plus objectif même si on peut déjà posséder le bouquin mais ne pas avoir forcément eu le temps de l’ouvrir.

    Si vous êtes déjà venu sur mon blog, vous avez déjà dû lire que j’avais une certaine passion pour la littérature nordique, que ce soit en matière de littérature générale mais aussi et surtout, en matière de polars. Et dénicher un nouveau auteur est toujours super agréable, je pense que je suivrai Lina Bengsdotter avec intérêt !

    C’est le genre de lecture que j’affectionne particulièrement. En effet, pour tout amateur de littérature noire, il en a les qualités confirmées : une ambiance très sombre, des personnages torturés, plein de mystères environnants et bien entendu une disparition ou un meurtre.

    Les atouts de ce thriller, qui n’est en fait pas l’un des innombrables qui paraissent chaque année, sont les originalités dont il est doté. Alors que l’histoire se déroule en Suède, on est très loin de la carte postale ou des clichés qu’on s’imagine tous de ce pays. Même si les enquêteurs proviennent de Stockholm, l’intrigue se déroule à Gullspang, une bourgade, loin de tout et oubliée de tous. Située en plein coeur du pays, la majorité de ses habitants sont au chômage, les filles sont mères bien avant de quitter le lycée et les loisirs se résument à une peau de chagrin.

    Ensuite, autre originalité, c’est le duo d’enquêteurs : Anders est un peu comme le beau gosse assez bridé par sa compagne alors que Charlie Lager est une alcoolique qui brûle la chandelle par les deux bouts, malgré son talent pour son métier. Je les ai aimé avec leurs défauts et leur humanité. On est loin du duo parfait sous tout rapport avec le sourire Colgate.

    Alors que l’enquête principale est menée sur la disparition d’Annabelle, une jeune fille de 17 ans, l’auteure n’a pas omis de finement travailler ses personnages et surtout, leur passé. Mêlant à la fois le passé et le présent au sujet de la disparition d’Annabelle mais aussi quant à Charlie, les questions s’accumulent pour le lecteur et on ne peut s’empêcher de poursuivre sa lecture et de tourner les pages.

    Quant au final inattendu, il a su réellement me surprendre et ça, c’est ce que j’adore !

    Vous l’aurez compris, voilà déjà un coup de coeur pour moi dans le cadre du Prix des Lecteurs. Je dois reconnaître que la sélection de mars était de très haut niveau. En fait, j’ai beaucoup apprécié les trois livres mais chacun aura droit à sa petite étincelle (je ne vous en dis pas plus, mes chroniques seront bientôt publiées ici 😉

    Si comme moi vous avez beaucoup aimé les aventures de Charlie Lager, sachez que le tome 2 est déjà paru chez Marabout en février de cette année, sous le titre de « Francesca » (quelque chose me dit que je n’attendrai pas longtemps avant de le lire).

    Lu dans le cadre du Prix des Lecteurs 2020 des éditions du Livre de Poche, sélection polar.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.