Cyanure - Laurent Loison

Notez
Notes des internautes
(12)
10
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fi dèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.

Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.

Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement effi cace se promène-il dans la nature ?

Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

Vos avis

  • dguidat 30 octobre 2017
    Cyanure - Laurent Loison

    CYANURE est le second livre de Laurent Loison et il signe un excellent thriller.
    L’enquête est menée tambour battant et vous laisse sans voix à la fin.

    Le final est parfaitement réussi. Laurent Loison, avec ce deuxième roman, est entré dans le cercle des auteurs de thrillers. Il est un grand auteur et il faudra compter sur lui pour les prochaines années.

    Je vous recommande CYANURE , même si à titre personnel, j’ai préféré CHARADE (premier roman). CYANURE est un excellent thriller qui ravira les habitués du genre.

    Ma note : 18/20

  • QuoiLire 4 mars 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Après avoir lu La disparue de la cabine n°2 de Ruth Ware, la lecture de Cyanure de Laurent Loison est un véritable changement, mais agréable changement.

    Les deux auteurs ne jouent pas dans la même catégorie. Mais attention, ce n’est pas forcément celui qui bénéficie d’une moindre politique de publicité qui est le moins talentueux. En effet, Laurent Loison nous offre un roman d’un dynamisme incroyable. A peine débuté, et pan un meurtre de grande envergure ; patientez quelques pages et vous aurez votre second lot de mort. et ne croyez pas que vous allez vous reposer de sitôt, il vous faudra attendre la dernière page pour souffler (et encore, voir ma remarque de fin de critique).

    L’autre bon point de Laurent Loison est de faire adopter à ces personnages un langage proche de ce que cela pourrait être dans la réalité. La gouaille parisienne mélangée à l’argot des banlieues donne un réalisme profond qui projette encore plus le lecteur dans l’histoire.

    Si vous êtes fidèle lecteur de cet auteur, vous aurez plaisir à retrouver les héros de Chrade son précédent roman qui lui a valu reconnaissance dans le monde de la littérature policière. Hauts en couleur et à forts caractères, ils sont attachants même s’ils sont un tantinet caricaturaux (le flic qui perd des proches et sombre dans l’alcool).

    Roman parfait ? Presque car un très gros point négatif vient avec la version numérique. Sachez que pour profiter de la fin, les versions papier présentent un code unique, ce qui n’est pas le cas pour la version numérique. Mais vous pouvez en acquérir un sur le site www.lafindecyanure-lelivre.com moyennant la "modique" somme de 2,50€. Malheureusement, je n’ai trouvé nulle part sur les sites vendant la version numérique la mention de ce surcoût.

    Et puis on voit que ce n’est que le second roman de Laurent Loison car il ne joue pas assez avec son lecteur. L’histoire est un peu trop linéaire, l’auteur ne met pas assez de fausses pistes pour son lecteur cherche, cogite, ou tout simplement se fasse surprendre par l’issue de l’histoire. Ici, tous les éléments, ou presque, contribuent à la résolution de l’énigme.
    (https://quoilire.wordpress.com/2018/03/04/laurent-loison-cyanure/)

  • FLORENCE CHOLLET / VOYAGELIVRESQUE 10 mars 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    L’auteur nous transporte dans un véritable polar, une plongée dans le noir , dans une enquête menée tambour battant , sans temps mort.
    Un style qui tranche dans le vif, aussi percutant que les balles et incisifs qu’une arbalète, un scénario et des dialogues cinématographiques, de nombreux jeux de mots et des rapports de force, un rythme puissant et des joutes verbales percutantes.
    Une construction parfaite avec une totale maîtrise du suspens.
    Des personnages forts en émotion face à un tueur en série dénué d’émotion.
    Pleins de détails renforcent l’histoire et des descriptions hyper précises ponctuent le texte.
    Les chapitres s’ouvrent sur une citation qui doit mettre le lecteur sur la piste et elles portent toutes sur une notion de jugement, thème récurrent du livre, en plus de la tendance politico mafieuse qui sert de toile de fond.

    L’histoire commence au printemps 1984, avec deux enfants emprisonnés et violentes.
    Puis de nos jours , l’affaire débute par l’assassinat d’un ministre par un tueur d’élite apte à tuer d’une seule balle enduite de cyanure un politicien ultra protégé qui plus est à plus de 1000m.
    Branle bas de combat au 36 quai des Orfèvres , Florent Bargamon , sa compagne et collège Emmanuelle de Quezac et le capitaine Loic Gerbaud sont mandatés par le ministre de l’intérieur Maurice de Quezac , parrain d’Emmanuelle.
    Le groupe aidé par un ancien légionnaire, sniper lui même vont fouiller toutes les pistes quitte à déplaire aux hautes sphères politiques. D’autant que le ministre n’est pas la seule victime et que le tueur s’attaque au grand banditisme, à des petites vieilles sans histoires... avec des modus operandi de grande précision.

    Le dénouement va littéralement vous bluffer , non par un super rebondissement, mais par l’originalité dont l’auteur a fait preuve...mais chut à vous de le découvrir ....

  • nathalie gonnachon 16 juillet 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Un vrai coup de coeur ou on rit on tremble et on frémit dans les scénes hot, j’ai adorer !!!!!

    Une enquête dans les couloirs de la politique, on se sent impliquée avec l’équipe de Florent

  • Les Lectures de Maud 18 juillet 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Une nouvelle enquête de Barga et Manue, personnages que j’ai été ravi de retrouver. Ils vont devoir faire face à des bouleversements personnels et professionnels. La force psychologique dont ils vont faire preuve m’a fascinée. J’ai terminé ce livre estomaquée.
    Je salue ce deuxième opus, réalisé avec brio. Le lecteur est transporté sans vraiment savoir où il va aboutir, même si certaines pistes se dévoilent, sont-elles vraies ou fausses ? La magie a encore opéré sur moi.
    L’auteur, avec une écriture précise et très détaillée, nous relate ce drame. Rien n’est laissé au hasard, même si parfois on se demande l’objet de certains passages (notamment l’évocation du passé), la réponse suit dans la poursuite de la lecture. Il soulève également avec justesse les conséquences des mensonges et des non-dits. Qui sont les réels « méchants » ?

    Œuvres à lire dans l’ordre : Charade, Cyanure

  • Leroy Delphine 4 septembre 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    J’ai mis du temps à le lire puisque je possède Cyanure depuis septembre, mais quel plaisir de retrouver Bargamont et De Quezac dans cette toute nouvelle enquête, moins trash que Charade mais tout aussi manichéenne.

    J’avais eu un gros coup de cœur en fin d’année 2016, à la lecture de Charade, premier forfait de l’auteur, Laurent Loison, un coup de maître magistral. Ce deuxième roman est d’une extrême puissance, magnifiquement orchestré par l’auteur. Nous ne sommes plus dans le gore et le sadique mais dans la conspiration, le complot politico-mafieux, avec un peu de sang quand même, je vous rassure et des choses pas très catholiques ^^

    Beaucoup d’événements dans cet opus vont mettre à mal notre duo d’enquêteurs, et surtout Barga qui va en prendre pour son grade, sans mauvais jeu de mots...

    Cyanure est un thriller brillant, réfléchi, machiavélique, d’une grande noirceur. Laurent Loison confirme avec cet opus, qu’il fait partie des plus grands auteurs francophones. Sa plume est fluide et ses personnages créent de l’empathie chez le lecteur. La fin est très originale et interactive, ce qui créée un lien unique avec l’auteur.

    Ce n’est pas un coup de cœur car je l’aurai aimé un peu plus sanglant (oui, mon côté sadique rejaillit), mais je ne peux que vous le recommander chaudement, tant l’intrigue est intelligente, savamment orchestrée et prend à revers le lecteur. Une excellente évasion livresque...

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Nos actes, nos choix ont des répercussions indélébiles mais lorsque nous nous retrouvons face à "l’impossible" nous ne pouvons plus nier l’évidence. Quand la justice devient une affaire de conscience.

    Un très bon roman policier comme je les aime, dosé, ponctué, rebondissant, sans demi mesure on aime ou on n’aime pas en tous les cas ne laisse pas insensible et c’est le page turner assuré.
    Beaucoup de citations d’auteurs toutes en lien avec la justice et la vengeance formatent au fur et à mesure le cerveau du lecteur pour le Grand Final.

    Pas simple d’enquêter sur un tueur en série évoluant depuis plus de 15 ans sans laisser aucune trace. L’auteur fait monter la pression, distillant quand il faut et où il faut l’élément qui réenclenche automatiquement l’intérêt du lecteur sans jamais le lasser.

    Voilà comment un roman policier devient un thriller à la mécanique machiavélique.

    Mais surtout avec une grande stratégie, l’auteur va nous donner suffisamment d’éléments pour faire appel à notre conscience et notre esprit de justice - ou esprit de vengeance ? - Foncez vous le procurer et jugez vous vous-même, qui êtes vous vraiment ? juge ou justicier ? vous le saurez en le lisant.

  • bookliseuse 29 septembre 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    C’est avec plaisir que je retrouve le commissaire Florent Bargamont “Barga”, Emmanuelle de Quezac “EDQ” et le capitaine Loïc Gerbaud.

    Gonzague Verdine, ministre des affaires sociales et de la santé est tué par balle, par un sniper assez doué !

    Bien entendu notre très cher Maurice Quezac ministre de l’intérieur ne veut que Barga et donc sa chère nièce Manue sur l’enquête.

    L’auteur nous fait quelques retours en arrière afin de nous mettre dans l’ambiance mafieuse et “politico incorrecte” qui est omniprésente dans le livre. La vous vous vous dites, oh non on va encore manger de la politique à toutes les pages avec des mafieux et corruption et tout le tralala qui va avec… Mais pas du tout en faite, je dirais même que l’auteur à plutôt bien exploité cette partie nécessaire du roman, sans longueur, ni approfondissement sur les enjeux politiques des uns et des autres, juste une petite touche de rien du tout qui apporte beaucoup à la compréhension des actes de certains, même si ça n’excuse rien.

    Au fils de l’enquête Barga découvre le tueur à gages responsable de la mort de Verdine, a déjà à son actif en 15 ans une cinquantaine d’assassinats, tous passés complètement inaperçus aux yeux de la justice…

    On découvre également une partie du passé de Barga avec l’arrivée d’un nouveau personnage, une jeune fille, l’auteur ne s’attardera pas longtemps sur celle-ci, peut être dans un prochain roman ?

    Comme son premier roman, j’ai adoré cette histoire, dure de lâcher le roman…la lecture est fluide grâce à ces courts chapitres, les personnages sont attachants.

    Ne vous attendez pas à une partie de plaisir en lisant ce roman, il y a des moments hyper dure, ou la larme m’est venue facilement, je l’avoue sans aucune honte, et j’ai adoré ça, j’ai adoré être touchée par cette histoire, complètement emmenée dans l’histoire…

    Et la fin ? Mais quel génie ce Laurent, une fin surprenante !

    Pour résumer, un vrai coup de coeur, allez que vienne le prochain je l’attend avec beaucoup, mais alors vraiment beaucoup d’impatience. Laurent confirme ce que je pensais lors de la lecture de Charade, il va faire partie de ses grands écrivains français dont on attendra la sortie du prochain roman avec impatience !

  • jeanmid 30 septembre 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Première expérience - collision devrais- je dire - avec Laurent Loison .
    Effectivement il s’agit plutôt d’un choc littéraire qu’autre chose . Un style percutant et bougrement original - vous comprendrez mieux en lisant la fin du livre . L’auteur ne laisse à ses lecteurs comme à ses protagonistes aucun répit - ils n’auront pas l’occasion de faire du gras c’est sûr . Staring le commissaire Florent Bargamont et le capitaine Emmanuelle de Quézac - qui ne boit pas que de l’eau comme son nom pourrait le laisser penser ….Barga et Manue pour les intimes , en couple dans le privé . Barga est un teigneux , par moment insupportable , qui carbure au super mais qui fait corps avec son équipe de flics quand il mène la chasse .
    C’est une sacrée affaire qui va lui tomber dessus : des assassinats dont le point commun est une flèche d’arbalète au cyanure plantée dans le coeur . du travail d’orfèvre et de précision dont peu sont capables . Il va maintenant leur falloir débusquer l’animal avant qu’il ne fasse plus de ravages .
    C’est puissant , corrosif , ça décape la rouille mieux que de la toile émeri . L’ami Loison ne fait pas dans la dentelle et ça se voit . le récit est superbement fagoté afin qu’il vous scotche et ne vous laisse aucune trêve. Son style inimitable fait le reste . Côté personnages c’est du lourd : le côté simpliste c’est pour les autres . Ici personne n’est noir ou blanc mais dans la nuance ou avec des circonstances atténuantes éventuellement . Rebondissements imprévisibles , humour noir complètent une recette parfaitement réussie . du thriller made in France comme on aimerait en lire plus souvent .

  • universpolars 24 novembre 2018
    Cyanure - Laurent Loison

    Nous débarquons dans cette histoire au printemps 1984. Les premières images se matérialisent sous la forme de deux petits enfants, d’une ambiance d’enfermement, de violence et de beaucoup de douleurs. Ça promet.

    Sinon, c’est de nos jours que nous rencontrons les principaux protagonistes de ce roman, personnages que nous connaissons déjà, à condition d’avoir lu le 1er roman de Laurent Loison, "Charade". Aussi, l’auteur se sert de quelques flash-back pour nous donner encore davantage d’informations sur certains de ces personnages. Des images du passé, bien vu.

    Un récit à tendance politico-mafieuse se met gentiment en place. En cette année d’élection française, cela tombe plutôt bien dans le timing. Par contre, je vous le dis déjà : je suis allergique à la politique, on verra donc ce qu’il en ressort ici !

    Mais pas de panique, niveau politique, pas de problème ici ! Au contraire, l’auteur se dirige assez dans mon sens et joue un peu sur les clichés - réels ! - de la sphère politique. J’apprécie. Ce qui est un peu moins réel, par contre, c’est l’amour et le soutien que la population et le monde des médias vouent envers leur président de la république ! Je dis ça, je dis rien...

    Nous démarrons sur un assassinat perpétré en plein après-midi dans un lieu public. Un ministre - apparemment - sans histoire a reçu un projectile qui a débuté sa course à plus de 1000 mètres de sa cible. Un sniper vient de réussir sa mission. Et vu les capacités du tireur, nous n’avons pas à faire au délinquant du coin. Cela annonce davantage une sale affaire d’Etat...

    Le commissaire Florent Bargamont, du 36, va être placé aux commandes de cette enquête, ordre du ministre de l’intérieur. (Pour info, le ministre est le parrain de sa copine...). Vu sa finesse diplomatique et sa capacité à mettre le maximum de personnes à bout en un minimum de temps, ce n’est pas gagné d’avance !

    L’affaire va prendre de l’ampleur lorsque les enquêteurs trouveront un lien entre une cinquantaine de cas similaires, rien que ça.

    Ce que le lecteur remarquera très rapidement, au gré des chapitres, c’est que tout ce qu’il est en train de suivre et de vivre dans ce roman est une puissante et violente affaire de vengeance qui semble être en cours de préparation depuis bien longtemps.

    Cela tombe à pic, j’adhère totalement aux histoires de vengeance, surtout si elles sont justifiées - si j’ose dire.

    Pour ce qui est de l’écriture, des personnages ou encore de la cohérence du récit, de l’enquête, je commencerais par le fait que quelques chapitres m’ont donné du fil à retordre. Pour certains d’entre-eux, j’ai dû les relire car je n’y comprenais plus grand-chose. Info pour l’auteur : il s’agit des premiers chapitres qui traitent des familles mafieuses.

    Pour ce qui a trait aux personnages, comme dans "Charade", je les trouve impeccables. Bonnes interactions, caractères bien fouillés, épais, du bon boulot. L’auteur leur donne une sacrée vivacité et c’est fort appréciable.

    À contrario, un élément qui m’a quelque peu chiffonné, c’est le fait d’inclure dans l’équipe d’enquêteurs un suspect, et ceci sans prendre la moindre précaution. Certes, son aide est pertinente, mais c’est un suspect ! Ce genre d’initiative me contrarie la moindre. Dans "Charade", un point similaire m’avait déjà fait dresser les cheveux sur la tête.

    Bref. L’intrigue se met gentiment en place. L’auteur nous fournit beaucoup d’informations qu’il faut déguster rapidement. Il sera important ensuite de les digérer calmement, une par une, histoire de ne pas perdre le fil. L’enquête est très large et j’espère à chaque page qu’elle va se jeter dans un entonnoir pour qu’elle devienne plus ciblée.

    Rassurez-vous, cela sera le cas ! L’enquête prend une belle accélération. Les choses se précisent, le rythme soutenu nous écrase le crâne et nous donne un bon coup de pied à l’arrière-train. La course contre la montre bousille celle-ci au premier tour de cadran, c’est un sprint permanent !

    L’auteur ira jusqu’au bout des choses pour nous saper le moral. Ses personnages vont ramasser de lourdes enclumes sur la gueule - suis vulgaire c’est vrai -. Laurent Loison n’a pas pris l’option de préserver les héros de son polar. Au contraire, nous allons les voir s’approcher d’une crevasse, les yeux fermés, et tomber dedans avec à peine un effet de surprise dans le regard.

    Le piège est diabolique, l’adversaire est coriace, malin, entraîné et imprévisible. Par contre, lui, prévoit absolument tout !

    Le dénouement va certainement vous bluffer. Pas par les révélations, - quoi que ! -, mais surtout par l’originalité dont fait preuve l’auteur pour nous impliquer nous, lecteurs, dans ce dénouement. C’est bien vu et cela fait réfléchir. Bien que le thème du jugement, - sous toutes ses formes -, je me le suis déjà repassé dans la tête maintes et maintes fois ! Oui, car c’est de cela qu’il s’agira.

    À vous de faire le vôtre, si vous pensez que c’est bien votre rôle... et bonne chance.

    Bonne lecture.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.