Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’interrogatoire de Laurent Loison pour "Coupable ?"

Bepolar : Comment est née l’idée de ce roman en partie en Arizona ? Pourquoi d’ailleurs avoir choisi cet état ?
Laurent Loison : L’idée m’est venue quand je vivais en Arizona, justement. J’y suis resté 5 ans. C’est un endroit magnifique où malgré la civilisation qui grappille de l’espace, il est encore possible de se retrouver seul face à l’immensité des paysages. Que ce soit le « Canyon », « Monument Valley » ou le « Lake Powell », la puissance de la nature vous écrase et vous remplit autrement. Vous en sortez avec la volonté de revenir à l’essentiel. Justement, ce livre est un retour à l’essentiel sur nos actes et leurs conséquences.

Bepolar : Est-ce que vous pourriez nous présenter Patrick et Ivan ? Comment les voyez-vous ?
Laurent Loison : Patrick est un homme seul, désabusé par ce que la vie lui a imposé, la société et ses rouages. Il a une existence simple et rodée : vivre de son travail (le cambriolage) et ne pas se faire attraper par la police. Il est plutôt bon dans son métier, d’ailleurs. Nous assistons à sa première arrestation dans le « Gran Canyon State ». Patrick n’est pas foncièrement mauvais, même si ses actes ne parlent pas pour lui.
Ivan est un écorché vif en pleine adolescence qui se bat pour entrer dans le monde des adultes dans un environnement violent et sans pitié. Violence physique et psychologique, quête de reconnaissance, acceptation… Il est pris dans un engrenage infernal.
Deux tranches de vie glauques dont personne ne sort indemne.

spip-slider

Bepolar : Et aussi Kenza l’avocate ?
Laurent Loison : Kenza est le personnage le moins fictif de cet opus, inspiré, justement, d’une connaissance à Scottsdale. Inspiré seulement car croyez-le ou non, mais la vie de Kenza est un conte de fée à côté de celle de cette personne.
La vie nous met parfois face à des destins tragiques qui nous forcent à réfléchir.

Bepolar : On est face à un système américain difficile. La veuve de l’homme tué veut absolument envoyer sur la chaise électrique Patrick, avec l’appui du procureur. La justice américaine est-elle très différente de la française ?
Laurent Loison : La justice américaine est fondamentalement différente de la justice française, oui. Elle est beaucoup plus axée sur la punition que sur la prévention.
Il n’est pas ici question de faire l’apologie de l’une ou l’autre méthode d’autant que tout est question de contexte.
Personnellement, je ne me suis jamais senti autant en sécurité qu’à Phoenix. Et pourtant, il n’est pas rare de croiser un homme avec un colt à la ceinture (C’est encore légal là-bas). Là encore, loin de moi l’idée de promouvoir les armes. Ce n’est pas mon souhait. Il faut juste savoir qu’il n’est pas du tout impossible de retrouver un puma, (petit chat de 70kg) dans votre jardin à l’endroit même où jouent vos petits chenapans.
Dans ce cas, quid d’avoir une arme pour les défendre ?
Évidemment, dans notre contexte géographique et culturel, la question ne se pose pas et le prisme à travers duquel nous voyons les choses est tout autre. Il en est de même pour ce qui est de l’analyse de la justice.
En conclusion, comme dirait Voltaire, nous avons une propension à donner des leçons et à vouloir cultiver le jardin des autres avant de s’occuper du nôtre. A méditer…

Bepolar : Il y a aussi Michel qui se retrouve en prison en France. Vous aviez envie d’une forme de ping-pong entre les deux pays ?
Laurent Loison : Le terme ping-pong est particulièrement bien choisi.
Pour réfléchir, il faut faire une balance, opposer les arguments, les méthodes. Les résultats sont-ils plus probants d’un côté ou de l’autre de l’océan ? Je ne crois pas ! Des deux côtés, il y a des gens d’exception et des pourris. Notre devoir est de soutenir ceux qui officient pour le bien de tous.

Bepolar : Une des forces de ce roman, c’est sa construction. Comment avez-vous travaillé ? Vous aviez un plan, une idée bien précise de la fin ?
Laurent Loison : Oui, la fin est toujours prête avant même que je ne pose une ligne sur l’écran. Ensuite, je construis le scénario pour la servir au mieux. La trame s’est presque imposée d’elle-même. Mon objectif étant de faire réfléchir le lecteur autour de cette histoire sur les conséquences de nos actions.
Prenons-nous suffisamment le temps de réfléchir avant d’agir ? Combien de fois se dit-on, si j’avais su, j’aurais agi autrement ? Avec « Coupable ? », ces questions sous-jacentes nous torturent et nous bousculent.

Bepolar : Quelles sont vos prochaines dates de dédicaces ?
Laurent Loison : Dans l’ordre : le 1er mars dans mon fief à Montmorency, les 18 et 19 avril à la Fête du livre de Quiberon, le 24 avril à Belleville sur Saône pour Cépages noirs, le 9 mai à Fargues Saint Hilaire pour Polar entre-deux-mers et d’autres en passe de validation.

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.