Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Demain c’est loin - Jacky Schwartzmann

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

« J’avais un nom de juif et une tête d’Arabe mais en fait j’étais normal. » Voici François Feldman, originaire de la cité des Buers à Lyon, plus tout à fait un gars des quartiers mais n’ayant jamais réussi non plus à se faire adopter des Lyonnais de souche, dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Il est entre deux mondes, et ça le rend philosophe. Juliane, elle, c’est sa banquière. BCBG, rigide et totalement dénuée de sens de l’humour, lassée de renflouer le compte de François à coups de prêt. « Entre elle et moi, de sales petites bestioles ne cessaient de se reproduire et de pourrir notre relation, ces sales petites bêtes contre lesquelles nous ne sommes pas tous égaux : les agios. » Mais le rapport de force va s’inverser quand, un soir, François lui sauve la mise, un peu malgré lui, suite à un terrible accident. Et la banquière coincée flanquée du faux rebeu des cités de se retrouver dans une improbable cavale, à fuir à la fois la police et un caïd de banlieue qui a posé un contrat sur leurs têtes. Pour survivre, ils vont devoir laisser leurs préjugés au bord de la route, faire front commun. Et c’est loin d’être gagné.

Vos #AvisPolar

  • dubonheurdelire 19 juillet 2019
    Demain c’est loin - Jacky Schwartzmann

    Les éditions Point ont organisé cet hiver un petit jeu pour gagner un mug ainsi qu’un livre et pour une fois j’ai eu un peu de chance et j’ai gagné Demain c’est loin et un sympathique mug rose ! C’est donc l’occasion de plonger dans un petit polar un peu déjanté !
    « « J’avais un nom de juif et une tête d’Arabe mais en fait j’étais normal. » Voici François Feldman, originaire de la cité des Buers à Lyon, plus tout à fait un gars des quartiers mais n’ayant jamais réussi non plus à se faire adopter des Lyonnais de souche, dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Il est entre deux mondes, et ça le rend philosophe. Juliane, elle, c’est sa banquière. BCBG, rigide et totalement dénuée de sens de l’humour, lassée de renflouer le compte de François à coups de prêt. « Entre elle et moi, de sales petites bestioles ne cessaient de se reproduire et de pourrir notre relation, ces sales petites bêtes contre lesquelles nous ne sommes pas tous égaux : les agios. » Mais le rapport de force va s’inverser quand, un soir, François lui sauve la mise, un peu malgré lui, suite à un terrible accident. Et la banquière coincée flanquée du faux rebeu des cités de se retrouver dans une improbable cavale, à fuir à la fois la police et un caïd de banlieue qui a posé un contrat sur leurs têtes. Pour survivre, ils vont devoir laisser leurs préjugés au bord de la route, faire front commun. Et c’est loin d’être gagné.

    Pour tout vous avouer, au début j’ai été un peu déstabilisée…je ne m’attendais pas à ce ton cru, un peu vulgaire parfois et souvent très oralisé. La situation de départ est aussi un peu rocambolesque : une banquière qui écrase un petit délinquant des cités et qui s’enfuit grâce à un de ses clients et qui n’est franchement pas un modèle en terme d’épargnant ! Mais au fil des pages, on se laisse complètement embarquer dans cette histoire un peu folle et on s’attache aux personnages qui sont surprenants. La BCBG va se révéler être une jeune femme avec des valeurs et elle semble même prête à baisser sa garde et à faire tomber les apriori. Quant à François Feldman – déjà quel nom ! – il va lui aussi vous surprendre !
    En résumé : aux premiers abords un peu réticente, j’ai beaucoup ri en lisant ce polar qui sort de l’ordinaire !

  • Cigale17 3 novembre 2019
    Demain c’est loin - Jacky Schwartzmann

    Quand on porte le nom d’un chanteur ringard qui, en plus, « sonne » juif et qu’on a la tête d’un arabe (« surtout dedans »), pas facile, facile de consolider un prêt bancaire avec une jolie petite bourgeoise des beaux quartiers ; alors en obtenir un nouveau, ça va être du sport… C’est rien de dire que François Feldman galère ! Et d’ailleurs, c’est un incompris. Il a monté une petite boîte de tee-shirts avec des slogans sympas qu’il compose lui-même, du style à faire les faire mourir de rire lui et ses potes, mais qui s’exportent mal au-delà du quartier des Buers, dans la presqu’île lyonnaise par exemple. Et quand Juliane Bacardi, sa conseillère financière, panique et renverse le neveu du caïd de la cité, les choses vont un peu se compliquer pour ce couple improbable.

    J’ai beaucoup aimé ce court roman policier, même si l’intrigue en est parfaitement loufoque : ce n’est pas là que réside son intérêt. La langue de Jacky Schwartzmann est colorée, incisive, vivante, ironique. Les situations dans lesquelles il place ses personnages les emmènent au bout d’eux-mêmes, là où ils n’envisageaient pas de se rendre. Impossible après ça de faire marche arrière. Si la langue est intéressante, le propos l’est aussi. On est bien loin de la rectitude politique, et l’auteur assène quelques vérités bien senties et pas très agréable à entendre… Difficile de le situer politiquement : il tape un peu dans tous les sens. Et surtout, il est drôle, vraiment drôle, parfois de manière tellement décalée qu’on est un peu gêné d’avoir ri…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.