Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Formation d’élite - Lee Child

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

1996. Jack Reacher fait encore partie de l’armée. Revenu d’une mission où il a exécuté deux criminels de guerre en Bosnie, il est décoré. Mais, aussi étonnant que cela paraisse, il est aussi renvoyé à l’école avec deux autres agents tout aussi brillants et décorés que lui. Pourquoi ? Il se le demande encore lorsqu’il apprend qu’une cellule djihadiste dormante basée à Hambourg et infiltrée par la CIA vient d’entendre parler d’un traître américain. Cet homme aurait quelque chose à vendre à des terroristes islamistes… et, potentiellement, à d’autres individus tout aussi dangereux, mais d’un genre différent. Le tout pour la coquette somme de cent millions de dollars.
Reacher se voit ainsi confier la tâche de retrouver cet homme, de chercher à savoir ce qu’il est prêt à vendre à ce prix et, naturellement, de faire tout ce qu’il faut pour l’arrêter. Car, si personne ne paie, les conséquences seront absolument catastrophiques…
Collection :
Robert Pépin présente...

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • angelita 12 octobre 2019
    Formation d’élite - Lee Child

    Résumé Formation d’élite de Lee Child
    Jack Reacher, suite à ses actes, doit recevoir une médaille. Plus tard, on lui apprend qu’il est convoqué.

    Il doit rejoindre une formation. Très vite, il pense qu’il est mis au placard, surtout lorsqu’il rencontre les deux personnes avec lesquelles il doit suivre cette formation.

    Avis Formation d’élite de Lee Child
    C’est mon deuxième Lee Child. Lorsque j’ai posé ma candidature sur Netgalley, je n’ai pratiquement pas lu la 4ème de couverture, je me suis basée sur le titre et l’auteur. J’aurais dû y réfléchir à deux fois. Lorsque j’ai relu ma précédente critique de l’auteur, je me suis rappelée que je m’étais ennuyée. C’est encore le cas ici. Je ne mets pas en cause les qualités d’écrivain, loin de là, mais je n’ai pas été emballée par ce roman où l’on retrouve Reacher. Dans le précédent roman, je n’avais pas compris qu’il faisait partie de l’armée américaine depuis de nombreuses années et que des missions lui étaient affectées. Missions où il fait pratiquement ce qu’il veut pour réussir. Dans ce roman, il a tout de même trois grandes autorités au-dessus de lui mais il analyse les situations, les protagonistes et même s’il sait qu’il avance à tâtons avec ses collègues, c’est une chance sur 10 pour que cela réussisse.

    Donc, voilà, dans ce roman des prises de décision sont prises, mais ils sont toujours en retard de quelques minutes. Pour revenir au début, Reacher semble être mis au placard avec deux autres hommes, un de la CIA et un de la FBI. Ils sont mis au secret et sauront très vite ce qu’ils doivent faire. Un mot, collaborer. Mais sur quoi, par rapport à qui ? Ils ne le savent pas et découvriront la vérité au fur et à mesure. Cette vérité se pose, à mon avis, comme un cheveu sur la soupe. Malgré l’étude de nombreux cas, ils arrivent, assez vite, à trouver qui est responsable. Ce point me chagrine. C’est vrai, je sais que nous sommes dans un roman, mais quand même. Ils ont procédé par des recoupements et surtout grâce à Reacher et ses fameuses phrases, comme, cela peut ne pas être ça mais il y a tout de même une possibilité.

    Histoire aux Etats-Unis qui se retrouve être très vite en Allemagne. Lorsque l’on profite des uns et des autres, quand il y a des meurtres qui donnent des indices aux agents américains. Eux ne donnent pas leurs informations aux autres forces de police pour tenter de résoudre les meurtres. Mais comme partout, il y a ceux qui ne conçoivent pas leur métier de la même façon que les autres.

    Les deux seuls personnages que j’ai bien aimés dans ce roman sont le policier allemand et la jeune femme qui aide Reacher, qui est membre de l’armée également. Autre point qui me chagrine est la façon que Reacher a de tuer, surtout vers la fin. Pourquoi n’a-t-il pas arrêté cet homme qui ne présentait pas franchement de menaces pour lui même même si on peut comprendre que ce qu’il représente et ce qu’il souhaite réaliser peut entraîner de graves conséquences ? Bref, pas de témoins donc rien à dire. Même si on rend des comptes aux plus grandes instances, tant qu’il y a des résultats, on ferme les yeux, même si les relations entre deux pays peuvent en souffrir, même si un pays se mêle de la politique intérieure d’un autre.

    Ce que j’ai bien aimé est l’objet de la quête que l’on comprend au fur et à mesure et qui est révélé. C’est franchement bien trouvé et pour moi c’est un des points positifs du roman avec la qualité de style de l’auteur et cet humour que l’on peut trouver entre les lignes, lorsqu’il répète certaines phrases pour accentuer les propos. Par contre, on ne sait pas si cette formation d’élite, si le fait de travailler ensemble a réellement donné une coopération entre les services pour plus tard, car les protagonistes continuent leur métier ailleurs.

    Je remercie Netgalley et les Editions Calmann Levy

  • Sharon 21 octobre 2019
    Formation d’élite - Lee Child

    Depuis quelques opus, Jack Reacher ne mène plus systématiquement ses missions sur le territoire américain. Pour celle-ci, il se rend en Allemagne, où se déroulera une grande partie de l’action. Il faut dire aussi que, dans ce volume, nous faisons un bond dans le passé, et Reacher appartient encore à la police militaire.

    Nous sommes en 1996, et près une mission réussie (nous sommes deux ans après la guerre dans les Balkans), Jack est renvoyé à l’école avec un agent de la CIA et un autre du FBI. Couverture : il leur faut retrouver un traitre américain. Chance : Reacher trouve une piste assez vite. Oui, je suis assez optimiste, je me dis que nous sommes dans un roman, et que dans la réalité, il y aurait eu beaucoup plus de tâtonnement.

    Nous suivons aussi le parcours du « traitre », et je l’ai trouvé parfois franchement maladroit. Oui, si vous lisez ce livre, vous trouverez peut-être que l’adjectif est mal choisi, cependant je pense que quelqu’un qui, depuis des années, planifie son existence en vue d’empocher une forte (très forte) somme d’argent dans l’objectif de trahir son pays, une personne qui tend à rester invisible bien qu’elle ait commis quelques erreurs dans le passé, puisse craquer ainsi.

    Ce n’est pas forcément la seule fausse note que j’aurai relevée dans ce volume qui, en dépit des enjeux, m’a semblé bien ronronnant. La mécanique est bien huilée, l’enquête progresse en mode « américain sauveur du monde », qui agisse sur le territoire allemand un peu comme s’ils étaient chez eux. Il faut bien garder à l’esprit aussi en lisant qu’en 1996 la réunification était récente, la guerre froide, pas si lointaine, et les craintes qui y étaient liées, assez énormes.

    Il est cependant un personnage qui trouve grâce à mes yeux : Griezmann, le policier allemand. Il fait son métier, et c’est déjà beaucoup. Il respecte les règles, et c’est bien plus important qu’on ne le croit. Il n’aime pas voir un crime impuni, qui pourrait le lui reprocher ? Il est, même si son physique déplait à Reacher (tout le monde n’est pas une machine de guerre humaine), éminemment sympathique, et ce, à chacune de ses apparitions, toujours motivée pour le bien de l’une ou de l’autre enquête.

    Ce que nous montre le roman, c’est la montée de l’extrémisme, du racisme, et s’il est facile de voir après coup, il faut aussi se dire que l’on ferait bien de regarder autour de nous.

    Un roman essentiellement pour les fans de l’auteur et de son personnage.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.