Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’invisible - Robert Pobi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jack Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jack, qui a le corps entièrement tatoué d’un chant de L’Enfer de Dante, souvenir d’une jeunesse perturbée, est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes. Alors qu’un terrible ouragan s’approche des côtes, Dan Hauser, le shérif de la ville, profite de la présence de Jack pour lui demander de l’aider à résoudre un double assassinat, celui d’une femme et d’un enfant dont on ignore les identités. Devant la méthode employée par le tueur, Jack ne peut s’empêcher de faire le lien avec un autre crime, jamais résolu, le meurtre de sa mère lorsqu’il avait 12 ans. Alors que le village est bientôt coupé du monde par la tempête, les meurtres se succèdent et Jack est bientôt convaincu que son père connaît l’identité de l’assassin. La clé réside-t-elle dans les 5 000 mystérieux tableaux qu’il a peints inlassablement ces dernières années et qui semblent constituer une sorte d’étrange puzzle ? C’est dans l’esprit de son père que Jack va cette fois devoir entrer, comme il entre d’habitude dans celui des criminels, pour trouver une vérité complètement inattendue.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • l’oeil de sauron 27 juin 2021
    L’invisible - Robert Pobi

    C’est un très bon thriller. Il a des défauts mais malgré cela, franchement c’est très bon. Je l’ai fini au lit avant de dormir, je m’en suis mordue les doigts, j’ai eu bien du mal à dormir derrière tout ça.

    Dès le départ du roman, on plonge dans l’horreur, l’atmosphère est oppressante entre les meurtres bien atroces et l’ouragan qui s’approche, tout est fait pour faire monter le stress et l’écriture de l’auteur fait que, immédiatement, on transpire, on grelotte, on angoisse.

    Le principal défaut du livre vient du manque de crédibilité ou plutôt d’explications face à certaines scènes qui , pourtant, sont importantes pour comprendre. J’ai parfois eu l’impression qu’il manquait des pages à mon livre. On a le début le milieu mais pas la fin qui raccorde le tout, c’est à nous de l’imaginer…. Je désapprouve totalement. Bien sûr, il est impossible de vous parler des scènes auxquels je pense sans vous dévoiler des choses donc je ne vous donnerai pas d’exemples mais voilà , ça m’a gênée.

    Je n’en ferai pas des tonnes sur ce roman qui a largement été commenté mais je dirais que le point fort est véritablement l’atmosphère générale avec la pression qui monte et qui empire comme l’ouragan présent dans ce roman mais l’absence de descriptions psychologiques des personnages en fait un roman de façade. On a des bribes mais à un aucun moment je ne me suis dit que c’était poussé, bien au contraire. C’est dommage, il y a matière à et j’avoue que, du coup, j’ai vu venir la fin, ça n’a pas été une surprise.

    https://loeildesauron190081932.wordpress.com/2021/05/22/linvisible-de-robert-pobi/

  • booksandmartini 8 juin 2021
    L’invisible - Robert Pobi

    Bon c’est un avis en demi mesure. Oui encore, ça va ne me taper pas tout de suite, laisser moi vous expliquer.

    Je vais commencer par le positif, ce roman est très, très bien écrit, je lui l’accord Robert Pobi à un certain talent. L’ambiance glauque, anxiogène lié a l’enquête et à l’ouragan présent durant tout le roman sont bien au rendez-vous. La plume est même assez cru, directe, ça y’a pas à dire il n’y va pas par 4 chemins.

    Mais… Non, non, çe ne suffit pas, si à un certain moment je me suis dit qu’on tenait la un thriller presque génial, j’ai vite déchanter. Je n’ai pas toute les références littéraire nécessaire pour dire si c’est du copier/coller d’autre roman ou quoi. Mais ce roman est trop facile, malheureusement le final ne pas absolument pas prise de cour, j’avais déjà trouver le vilain de l’histoire.

    Donc mitigé d’un coté ce côté glauque, angoissant, ouragan ma plu, mais la fin était beaucoup trop prévisible.

  • angelita 28 janvier 2021
    L’invisible - Robert Pobi

    L’invisible de Robert Pobi, présentation
    Jack Cole revient à Montauk, 25 ans après être parti. Il a été appelé car son père s’est énormément brûlé et il est passé par les baies vitrées de sa maison. Tyran, alcoolique, Jack a eu énormément de colère contre son père mais il ne veut pas prendre de décisions.

    Le sheriff l’appelle car il y a eu des meurtres. Deux personnes écorchées vives ont été retrouvées.

    Avis L’invisible de Robert Pobi
    Jake est un agent du FBI. Il a été appelé car son père, qu’il n’a pas vu depuis près de 30 ans, a été hospitalisé. Il a mis le feu chez lui, est passé par une fenêtre. Jake n’éprouve aucun sentiment pour son père. Le jour de son arrivée, il est appelé sur les lieux d’un crime, une femme et son fils ont été écorchés vifs. C’est une scène d’une violence indéniable. Le shérif n’a jamais vu ça. Mais Jake doit s’imprégner de la scène. Sa plus grand force est de lire tous les indices laissés par le tueur, de les interpréter pour tenter de trouver le coupable.

    Lorsqu’il arrive dans la maison de son père, peintre célèbre et reconnu, il trouve le chaos. Des bouts de toile ont été disséminés partout. La maison est sale, remplie de cadavres d’alcool. A cela s’ajoute le plus grand ouragan de tous les temps qui doit arriver dans les plus brefs délais. En plus, la femme et le fils de Jake vont arriver de New-York, pour ne pas le laisser seul.

    Les cadavres vont se multiplier. Jake pense que tout est lié, notamment au meurtre de sa mère. Est-ce que son père connaît le coupable ? Il semble bien car il a extrêmement peur. Mais Jake va devoir démêler un véritable écheveau avec tous ces tableaux.

    Très professionnel, Jake fait peur à tous car il n’est pas compris, notamment au niveau de sa démarche pour comprendre un meurtre. Jack est très en colère contre son père. On sent que la peur revient très vite également chez lui. Mais il veut aller jusqu’au bout de cette histoire, même s’il a promis à sa femme d’arrêter après cette enquête. Il doit se blinder pour que rien ne l’affecte. Pourtant il en a vécu des drames, de la dépendance. Il veut même oublier jusqu’à tous ses souvenirs. Y arrive-t-il ? En filigrane, sa mère, assassinée, qui souhaite, selon lui, qu’il s’occupe de son père.

    L’auteur nous offre un roman magistral au niveau de l’étude psychologique des personnages, surtout celui de Jake. Mais tous ont pu vivre des situations difficiles, comme le shérif ou le père de Jack ? Ce dernier sait-il ce que sa femme a subi et ce qui l’a tué ou qui ?

    Même si ma lecture a été poussive, je ne suis entrée dans le roman que pratiquement à la moitié, parce que je ne lisais que quelques pages le soir et bien sûr le matin, dans le matin, j’ai vraiment été scotchée par le final. Je croyais avoir trouvé le meurtrier mais bon, ce n’est finalement pas celui ou ceux auxquels je pensais. Je regrette toutefois que l’auteur me laisse sur ma faim et qu’il n’explique pas pourquoi le meurtrier est devenu comme ça, peut-être son passé et pourquoi il a assassiné ceux qui semblaient compter pour lui.

    J’ai bien aimé cette étude sur l’ouragan, ces données météorologiques données, sa puissance, sa transformation.

  • Nonobstantine 30 juillet 2019
    L’invisible - Robert Pobi

    L’histoire ? L’atypique profiler du FBI, Jake Cole, est contraint de revenir à Montauk, ville où il a grandit. Son père, un artiste peintre dont la renommée n’est plus à faire, est malade, la folie et la maladie d’Alzheimer l’emportant. Malgré la relation conflictuelle unissant les deux hommes, Jake est revenu pour lui. Un retour qui va faire ressurgir les secrets les plus enfouis.

    Le shérif de la ville, va solliciter l’aide de l’agent Cole pour résoudre un double meurtre. Une femme et son fils, écorchés vifs. Une enquête particulièrement sanglante va alors commencer, sous la menace d’un ouragan qui va tout dévorer sur son passage. Les meurtres se succèdent, et Jack est bientôt convaincu que son père connait l’identité de l’assassin. La solution est-elle dans les 5 000 tableaux peints inlassablement par son père ?

    Pour un premier roman, Robert Pobi ne fait pas les choses à moitié. “L’invisible” est un véritable coup de coeur ! Publié en 2013 aux Editions Points, ce thriller psychologique est le premier roman de l’auteur. J’ai pu lire quelques bons thrillers, mais à mon sens celui-ci est une référence, une véritable pépite.

    Mais avant tout, je tiens à préciser que cette lecture n’est peut être pas pour tout le monde. Il y a du sang, des victimes dépouillées de leur peau, des personnages torturés, le tout dans une ambiance très sombre. De quoi ne pas être très serein au moment d’aller dormir, surtout si dehors le vent et la pluie font rage. Mais j’ai décidé d’écrire une chronique sur le blog, dans cette catégorie “conseiller”, parce qu’à mon sens ce livre a tout d’un grand thriller. Il n’est pas bâclé, ni trop sale, tout y a sa place et prend son sens lors du dénouement.

    Le style d’écriture est fluide, le lecteur n’est pas perdu dans les différents développements sur la psychologie et la mémoire. Les descriptions sont tellement précises et réalistes que le lecteur peut facilement s’imaginer la maison familiale, au bord de l’océan.

    Ce roman est avant tout des personnages aboutis, notamment celui de Jake Cole. Cet agent du FBI qui navigue en solo, au passé torturé, tatoué de la tête aux pieds, ne ressemble en rien à ce que l’on peut s’attendre d’un spécialiste en tueurs en série. Avec sa mémoire visuelle hors norme et ses tatouages, il impressionne autant qu’il fait peur. Malgré tout, j’ai éprouvé une certaine empathie pour ce personnage que les épreuves de la vie n’ont pas épargné.

    Quant à l’histoire, je n’ai rien à dire de plus que : chapeau l’artiste. J’ai été berné du début à la fin, sans rien voir venir. Mes théories sont tombées à l’eau les unes après les autres jusqu’à un dénouement final qui a tenu toutes ses promesses. Les différents rebondissements sont maniés intelligemment, aux moments où le lecteur s’y attend le moins.

    La fin laisse le lecteur avec des dizaines de questions en suspend. Certains lecteurs détestent, d’autres comme moi adorent. J’ai aimé refermer ce livre, puis l’ouvrir à nouveau pour relire certains passages en quête de réponses à mes questions. Mais j’ai encore plus aimé créer mes propres réponses. Evidemment, ça vous rappellera “Shutter Island” et cette incroyable fin que l’on se surprend encore à vouloir connaître.

  • slymageaz 20 juillet 2017
    L’invisible - Robert Pobi

    attention révélation
    Attention révélation ! Ce thriller est sans aucun doute l’un des meilleurs qu’il m’ait été donné de lire.
    Montauk, en Nouvelle-Angleterre, Jake Cole revient pour la première fois depuis trente ans dans la maison où il a passé son enfance. Mais il y revient contraint. Son père, Jacob Coleridge, qu’il déteste, un peintre reconnu à l’égal d’un Jackson Pollock y vivait reclus depuis des années. Au bord de la démence, Jacob s’est immolé et a sauté par la verrière mutilant gravement ses mains. Jake est lui aussi un écorché de la vie, après avoir tâté un peu trop de tous les paradis artificiels. Cette jeunesse de junkie a laissé des traces dans et sur son corps. A cause de tous ses excès, il doit désormais vivre avec un pacemaker. De plus, un chant complet de la Divine Comédie de Dante est tatoué sur son corps après qu’une overdose un peu trop violente lui a fait oublier cinq mois de sa vie. Jake Cole s’en est cependant sorti et a retrouvé un équilibre. Il est inspecteur au FBI. Ses techniques d’investigation étonnent la plupart de ses collègues. Jake possède un don unique pour lire les scènes de crime et lire dans l’esprit des psychopathes. Et sa compagne Kay et son fils Jeremy sont les trésors de sa vie.
    Le travail rattrape cependant Jake sur les lieux de son enfance. Un meurtre ignoble vient d’être commis et la police locale, dirigée par le shérif Hauser, se trouve démunie. Une femme et un enfant ont été retrouvés écorchés vifs. Jake fait vite le lien avec le meurtre de sa mère, retrouvée dans le même état bien des années auparavant. Il est convaincu que son père connaît le fin de mot de l’histoire. Peut-être la solution se cache-t-elle dans les 5000 toiles, au style résolument sombre, retrouvées éparpillées dans sa maison ?
    Ajoutez à ce sombre tableau, qu’un ouragan dévastateur va s’abattre dans quelques heures sur cette côte et vous comprendrez toute la tension qui règne dans ce roman. Une belle trouvaille d’avoir placé cette enquête dans ce climat réellement pesant.
    L’auteur canadien Robert Pobi livre là un premier roman faramineux. Ce thriller très glauque tient en haleine de la première à la dernière page avec une intrigue machiavélique, et un final qui laisse sans voix. Autant prévenir tout de suite, il faut avoir le cœur bien accroché tant ce thriller est glauque et plein de tension.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.