Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Doute - S.K. TREMAYNE

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Vos #AvisPolar

  • Krysaline555 21 septembre 2017
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    « le Doute » c’est l’histoire de Sarah, journaliste, d’Angus, architecte, de Kirstie et de Lydia, leurs jumelles monozygotes, parfaitement identiques et indifférentiables y compris dans leurs ADN et de Beany le gentil springer anglais qui forment une famille parfaite, au bonheur sans nuages et que tout le monde envie. Mais ce bonheur parfait va soudain voler en éclat, le jour où un malheureux accident se produit dans la maison des grands-parents maternels des petites et que l’une des deux jumelles, Lydia, y perd la vie. Les apparences et la façade qu’offraient le couple s’effondre alors et Angus, ne sachant comment faire face se réfugie dans l’alcool et perd son travail et que Sarah, quant à elle, sombrera dans la dépression et n’émergera qu’un an après le drame.

    Le livre commence à Camden, dans un quartier de Londres, avec la préparation du déménagement que prévoient Sarah et Angus sur l’ile de Torran (l’île du tonnerre), une île totalement isolée au large de l’écosse et de l’île de Skye, héritée de la grand-mère d’Angus. Une île sauvage aux paysages magnifiques mais hostiles à ses habitants avec ses vasières qui se transforment en pièges mortels pour ceux qui s’y aventurent en dehors des trois ou quatre heures de répit que propose la marée basse. Une île inhospitalière pour une famille qui cherche à se reconstruire.

    En effet, Sarah et Angus, désireux d’aller de l’avant et tenter de tourner définitivement la page de ce douloureux épisode de leur vie après l’accident qui a donc couté la vie à l’une de leur jumelle, décident de tenter un nouveau départ pour la survivante, Kirstie et de laisser une seconde chance à leur couple également.

    Mais tout ne se déroule pas de façon idyllique et ce déménagement va bien vite tourner au cauchemar. La maison que Sarah va trouver, loin de ressembler aux photos vues sur internet, et loin de l’idée résolument positive qu’elle a bien voulu s’en faire, est presque inhabitable, en partie détruite, complètement délabrée avec les rats qui y ont élus domicile : tout est à reconstruire. de plus l’isolement est complet puisque le téléphone passe par une pauvre ligne antique et chaotique et avec la plus grande difficulté, et qu’en plus il n’y a aucun réseau disponible donc pas de téléphone portable ni internet.

    L’atmosphère va encore s’alourdir lorsque Kirstie, en proie à des troubles psychologiques grandissants va déclarer être en fait Lydia. A partir de là, tout part en vrille…. Kirstie, la rescapée serait en fait Lydia, induisant une terrible erreur d’identification lors de l’accident. Mais est-elle vraiment Lydia ? Car l’une est l’autre et inversement, ou peut-être est-ce le contraire ? Et si finalement Lydia était vraiment Kirstie ? ou peut-être fait-elle semblant d’être l’autre ? Comment savoir ? le doute s’installe, insistant, persistant, sournois et destructeur. Les rancoeurs accumulées au sein du couple, les non-dits, les accusations, les sous-entendus s’insinuent entre eux, rendent la tension palpable entre eux et vont à terme, détruire le peu de confiance qu’ils avaient encore l’un dans l’autre.

    Les épreuves s’accumulent au coeur de cette île hostile et secrète qui accentue encore leurs différences ; puis les ennuis continuent avec la scolarisation de la jumelle. Lydia ou bien Kirstie (?) va être mise à l’écart par ses camarades de classe qui ont peur d’elle car la fillette continue à s’adresser et jouer avec sa soeur comme si elle n’était pas morte. Il faudra plusieurs tentatives de la part de Sarah avant que la situation ne s’envenime, que l’école ne l’exclue temporairement d’abord, puis la réintègre et qu’elle ne jette finalement l’éponge devant le martyr que vit sa fille.

    Devant les affirmations catégoriques de Kirstie (« Maman, c’est Kirstie qui est morte, moi je suis Lydia...Pourquoi tu m’appelles tout le temps Kirstie ? »), après avoir relevé que le comportement de leur chien, Beany, avait changé depuis la mort de Lydia et noté qu’il se comportait avec Kirstie comme si elle était Lydia et enfin, après avoir fait un ultime « test » avec sa fille, Sarah est finalement persuadée que c’est donc Lydia qui est la survivante tandis qu’Angus est certain qu’il s’agit de Kirstie. Chacun est finalement content de ces demi-vérités puisqu’ils pensent que c’est leur « préférée » respective qui est vivante. Mais que cela cache-t-il ? Pourquoi Sarah ne se souvient-elle de rien concernant la période post-accident ? Que s’est-il passé exactement le jour de l’accident ? Pourquoi ont-ils déduit qu’il c’était Lydia qui était tombée alors qu’elles étaient vêtues de la même façon toutes deux et qu’aucuns signes ne les distinguais l’une de l’autre ? Pourquoi Angus semble s’éloigner de plus en plus de Sarah et nourrir une haine tenace envers elle ? Autant de questions auxquelles il faudra qu’ils fassent face pour arriver à déterminer la réalité.

    Tout au long du livre, on suspecte d’un côté la mère d’être un chouilla déséquilibrée, en tout cas pour le moins très déstabilisée par la mort de l’une de ses filles, de l’autre le père, d’être nébuleux, inquiétant voire manipulateur et même malsain peut-être ; on soupçonne aussi Kirstie d’être Lydia ou puis aussi l’inverse ; bref à la fin on ne sait plus qui fait quoi dans l’histoire et le but de l’auteur est donc parfaitement atteint. L’ambiance pesante et glauque sur laquelle plane ce fameux « doute » est à ce point bien rendue que l’on s’y perd et on se laisse finalement mener en bateau jusqu’au final qui hélas flirte un peu trop avec le paranormal et le fantastique à mon goût (un peu « too much » pour moi). Je dirais donc globalement, efficace et réussie, l’histoire tient en haleine et entretient l’addiction jusqu’à la fin. Juste un tout petit bémol sur la fin à mon sens …. Mais bravo ! Je n’en espérais pas tant pour un premier roman (quoiqu’il s’agisse en fait d’un pseudonyme d’un écrivain très connu en Angleterre : Sean Thomas) !... Et jamais titre de livre n’a aussi bien porté son nom je trouve !!

  • CaroS 3 octobre 2018
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    C’est un nouveau départ qui s’offre aux Moorcroft. L’héritage d’une île écossaise est l’occasion de faire table rase du passé et de ses drames. Mais peut-on vraiment tourner la page quand on a perdu un de ses enfants ? Comment la fille survivante peut-elle tourner la page de la mort de sa jumelle ?

    Très vite la situation va se dégrader, Kirstie va avoir un comportement étrange, l’angoisse va s’emparer de ses proches.

    Dès le début de l’histoire le décor nous emmène dans une terre sombre, sur cette île isolée de tout et de tous. Connait-on vraiment nos enfants ? Comment démêler la vérité des mensonges ?

    J’ai adoré l’intrigue, le thème de ce roman. Un thriller psychologique parfaitement réussi. Le doute est là, constamment, le doute des personnages mais celui du lecteur aussi.

    Une dois le livre refermé, vous ne pourrez l’oublier. Aucun doute…

  • Lucie de Abracadabooks 17 janvier 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Le doute est un thriller glaçant et aussi lugubre qu’un crépuscule d’hiver dans le nord de l’Écosse. Nul doute que ce roman de S. K. Tremayne vous fera passer une nuit blanche et ce, pour au moins deux raisons :

    Tout d’abord, ce thriller se lit d’une traite ! Vous verrez, les pages se tournent aussi vite que votre respiration. Le doute est un roman addictif, un page-turner comme on dit dans le jargon.
    Passées ces considérations d’ordre stylistique, vous vous apercevrez vite qu’une fois la lumière éteinte, certaines parties du roman viennent titiller votre imagination et déformer votre perception de la réalité… Est-ce le reflet d’une enfant, là, dans le miroir de ma chambre ?

    L’histoire des Moorcroft est terrifiante ! J’ai rarement lu de récit de cet acabit. Certains lecteurs ont reproché à S. K. Tremayne des personnages auxquels on ne s’attachait pas. Après lecture, je peux affirmer que c’est fait exprès ! Le romancier nous éloigne sentimentalement des parents, du couple Moorcroft pour brouiller nos repères. Lequel des deux hallucine ? Qui du père ou de la mère est une menace ? J’ai adoré cette manipulation.

    À la manière de Daphné du Maurier dans Rebecca, S. K. Tremayne fait du lieu de l’intrigue un personnage à part entière. Cette vieille maison sur une petite île isolée d’Écosse et balayée par les intempéries devient une entité bien vivante qui concourt au malheur de ses habitants…

    Pourtant, en dépit de toutes ses qualités, Le doute me procure un désagréable sentiment de déjà vu…

  • tabutin 31 janvier 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Le doute... jusqu’au bout.

  • Maks 9 février 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Cette histoire pourtant attrayante sur le fond n’a pas réussi à me captiver complètement, je l’ai lu sans trouver de véritables frayeurs, sans angoisses, un récit qui finalement n’a que peut de suspense si ce n’est le morceau que l’ont attend depuis le début et que l’ont nous sert à la fin, logique me direz-vous, oui, mais pas normal au point de s’ennuyer pendant plusieurs chapitres, heureusement que l’écriture est fluide.

    Les personnages eux sont classiques, seuls les lieux et paysages de l’Ecosse et de ses Lochs ont réussi à me captiver, le brouillard, la nature, les petites îles proches du beau petit village portuaire au pub et aux habitants bien Écossais.

    Un thriller classique, vite lu. Dans le même genre je vous conseille plutôt "Jeux d’enfants" de Peter James.

  • Le Boobooker 27 février 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Un livre où je me suis bien ennuyé, le rythme était souvent très plat, je ne me suis pas attaché aux personnages. J’ai trouvé que les révélations tardaient souvent à venir, puis celles-ci n’étaient pas vraiment folles. Des révélations ça doit vous entraîner encore plus profondément dans le livre, vous vous sentez plus concernés encore par l’enquête, mais ici ce n’est pas le cas. L’effet inverse serait exagéré mais on n’en est pas loin 😪

    Bref moi qui adore les thrillers où des jumeaux ou jumelles sont au coeur de la trame, ici ça ne l’a pas fait du tout. Mais ça arrive. Et ça arrivera encore, on ne peut pas tout aimer, ce serait bien trop ennuyant 😉

    Ce n’est que mon avis, il est sincère, mais libre à chacun de se faire son propre avis c’est toujours mieux !

  • mdg2810 28 février 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    J’aime les thrillers, même si ce n’est pas mon genre préféré, et j’avoue en lire de plus en plus. Le problème c’est que les scénarios sont généralement du "déjà-vu".
    J’ai connu cette lecture par le biais de la lecture commune organisée par Victoria de Mango and Salt et Yasmine de Whatever works et ce fut un réel coup de coeur !
    J’ai été happée par le scénario, et ce, durant toute ma lecture. A chaque fois que je posais le livre, cela me coûtait de revenir à la réalité. J’ai eu le cerveau complètement retourné après ma lecture, et quelques mois après la fin de cette dernière, je ne peux m’empêcher de comparer mes dernières lectures du même genre à l’ouvrage de S.K Tremayne.
    C’est original, addictif (comme vous l’avez compris) et très bien pensé. Rien ne peut laisser deviner la fin au début du roman. L’aspect psychologique des personnages est tellement travaillé que l’on croit devenir fou (un peu comme si l’on était l’un des parents des deux jumelles).

  • Morgane 3 avril 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Un thriller angoissant, des personnages tourmentés, des décors inquiétants : tout est réuni pour frissonner au fil des pages, jusqu’à la révélation... La gémellité est ici fascinante !

  • colorandbook 24 mai 2019
    Le Doute - S.K. TREMAYNE

    Je vous le conseil, malgré quelques petit défauts qui m’ont légèrement ennuyé j’ai passé un super moment de lecture, j’ai ressentie l’angoisse et le doute tout le long. Tout étais bien ficelé malgré une fin un peu trop vite expédiée à mon goût, mais elle reste surprenante.

    Les personnages, sont légèrement agaçants sur les bords, mais ils reste passionants à suivre et surtout ils ont une réelle évolution au fil des pages. M ême si j’ai eu beaucoup de mal avec Sarah, j’ai adoré suivre leurs évolution. Le fait que je ne l’apprécie pas étais d’autant plus ennuyeux qu’on est dans sa tête presque tout le long du roman.

    L’histoire est vraiment prenante, elle m’a passionnée malgré quelques longeurs, les différents thèmes abordés m’ont beaucoup plu et j’étais totalement prise dans l’histoire, qui pour moi étais super bien menée malgré la fin un peu trop rapide..

    En bref, c’est un bon roman, qui m’a beaucoup plu,
    je ne peux que vous le conseiller.
    que se soit l’histoire qui est palpitante, ou bien les personnages, bien qu’ils soit agaçants, ou encore la plume de l’auteur malgré les lourdeurs j’ai tout aimé.
    Un bon thriller à l’ambiance écossaise bien plaisante.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.