Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Munera - Eric Calatraba

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Aux quatre coins du monde, des hommes qui n’ont plus
rien à perdre risquent leur vie dans des combats
singuliers.
Quelques semaines plus tard, un cadavre enfermé dans
un sac en compagnie d’un coq, d’un singe, d’un chien et
d’un serpent est repêché à Nice. C’est le point de départ
d’une nouvelle enquête pour le capitaine Larcher et le
commandant Lucchi. La chasse à l’homme est lancée,
de l’embouchure du Var aux confins du cercle polaire,
en passant par les favelas de Rio. Mais Raphaël et Ugo
ne tarderont pas à se demander qui du chasseur ou du
gibier poursuit réellement l’autre ? Et qui en sortira
vainqueur...

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • titoulematou 9 mai 2020
    Munera - Eric Calatraba

    Mon résumé :
    A Nice, en Laponie, en Australie, à Rio… des jeunes, des moins jeunes sont engagés pour des combats ultimes…
    A Nice, justement, des braqueurs de fourgons bancaires sont abattus... Un corps est retrouvé dans un sac…
    Ces meurtres sont-ils liés ? C’est à Raphaël Larcher et Ugo Lucchi qu’il revient d’enquêter …

    Mon avis :
    Autant j’avais été happée dès le début par Haïku, autant mon entrée dans Munera a été plus compliquée. Les descriptions de combats au début, la violence et l’enchainement des personnages m’ont prise au dépourvu…Quand le quotidien est déjà difficile et non dépourvu de violence ( physique ou institutionnelle) il n’est pas simple de retrouver cela le soir dans son lit, inscrit noir sur blanc sur les pages de son livre…
    J’ai tenté de lire en transversale ces pages ... puis je me suis dit qu’il valait mieux que je recommence au calme… j’ai bien fait car cela m’a permis de mieux comprendre la suite et de l’apprécier.
    Ce livre est plus noir, que Haïku. En dehors de Raphaël et Ugo, les personnages sont moins attachants, ou plutôt plus résistants. L’histoire a encore une fois des ramifications « mondiales ».
    La musique est un peu moins présente, moins un élément essentiel de la résolution des crimes.
    J’ai apprécié la dénonciation, par l’auteur, des non-dits, du danger du « toujours plus », de l’escalade de la violence avec comme envie le pouvoir et l’argent. Mr Calabrata questionne la place de la vie et surtout du respect de l’humain dans notre société actuelle : qu’est ce qui est plus important : l’argent ou la vie ?
    J’ai aimé aussi la question de l’acculturation qui est évoquée au travers d’un des personnages : comment se construire quand on est issu d’une double culture, quand il faut en plus s’inscrire dans la modernité… Faut-il rejeter et tourner le dos au passé et aux connaissances des cultures ancestrales ou peut-on au contraire se servir de ce que les anciens ont appris et nous ont transmis pour faire un monde meilleur, plus respectueux de la nature et des différentes formes de vie ? Comment faire coexister la nature, le respect de celle-ci et les « besoins » de nos sociétés actuelles.
    Mr Calabrata nous montre que quelles que soient les époques les relations familiales, les non-dits sont toujours au centre de la construction des êtres humains …
    Merci à Jean Louis Nogaro pour cette découverte et à Mr Calatraba pour toutes les réflexions que ses livres suscitent !!

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.