Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Terra Nullius - Victor Guilbert

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Hugo Boloren a perdu la bille. Celle qui l’accompagne dans ses enquêtes et qui fait "ding" pour le mettre sur la bonne piste. Alors il erre dans le commissariat, neurasthénique, au grand dam de Lulu la stagiaire. Même ses carrés de chocolat échouent à le remettre d’aplomb. Il est temps de changer d’air. Justement, le commissaire Grosset a obtenu pour la mère d’Hugo un rendez-vous dans la clinique lilloise d’un spécialiste de la maladie d’Alzheimer. La veille du départ, Boloren apprend qu’un garçon d’une dizaine d’années, Jimcaale, vient de se faire agresser dans une immense décharge publique coincée à la frontière franco-belge et jouxtant un étonnant camp de laissés-pour-compte. L’instinct d’Hugo lui murmure d’aller jeter un œil à cette intrigante Terra Nullius, un territoire sans maître ; sans se douter que l’attend là-bas l’affaire criminelle la plus sordide de sa carrière.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 29 avril 2022
    Terra Nullius - Victor Guilbert

    Deuxième épisode des aventures de Hugo Boloren. Un flic pas tout à fait comme les autres dont l’instinct se matérialise par une bille qui circule dans ses synapses mais qui n’apparaît que rarement et dont le « ding » est annonciateur d’une information capitale permettant de faire avancer une enquête. Mais là c’est le drame : Hugo à perdu sa bille et cela le déstabilise au plus haut point dans sa manière d’être comme dans sa manière de penser. D’autant plus que sa mère n’est pas au mieux , atteinte d’Alzheimer, et qu’il doit l’emmener dans la région lilloise se faire soigner auprès d’un spécialiste. Une information à la radio concernant l’agression mortelle d’un enfant dans une décharge à ciel ouvert à la frontière franco-belge attire son attention. Avec l’aide de son patron , il va pouvoir s’immiscer à l’enquête en cours saisissant l’opportunité de son déplacement à caractère médical dans la région. Ce fait divers dramatique semble en effet l’attirer comme un aimant , comme si sa bille intérieure le guidait imperceptiblement vers cet endroit. Peut-être y retrouvera-t-il un peu de sérénité , en attendant il peut compter sur ses carrés de chocolat, toujours à portée de main, pour calmer son humeur instable.

    La prose singulière de Victor Guilbert nous conte cette histoire incroyable qui nous transporte dans cette Terra Nullius, ce territoire oublié du monde , bidonville coincé entre deux frontières côtoyant une montagne de détritus. A travers le prisme de notre héros Hugo Boloren, on découvre un monde à part, régi par des règles non écrites, qui cache de lourds secrets.
    Deux enfants en ont subi les conséquences récemment : Jimcaale sauvagement attaqué alors qu’il jouait, attifé de son costume de super-héros et son ami Gao Cheng frappé par surprise par un CRS dépêché sur place. Deux victimes innocentes, dont l’un n’a aucune chance d’en réchapper. Outre ces deux enfants aux destins tragiques on découvre une faune incroyable gravitant autour et dans ce bidonville, tous suspects les uns autant que les autres.
    Hugo, aidé de sa fameuse bille, va emmagasiner tout un lot d’informations, fournies pour partie par ses collègues locaux , informations qui vont peu à peu nourrir sa réflexion et le rapprocher de la vérité, si cruelle soit-elle.
    L’auteur a pour moi monté d’un cran depuis son dernier roman, tant dans son écriture, teinté d’un humour espiègle, que dans la description de cet univers impitoyable où cette décharge joue les premiers rôles avec Hugo. Un cadre incroyable, un écosystème vivant, craquant,vibrant, lieu de tous les émerveillements pour certains mais aussi de grands dangers. Les personnages ne sont pas en reste : de la cheffe de la Terra Nullius escorté de son chambellan, aux flics lillois quasi-caricaturaux en passant par un photographe voyeuriste, Papa et Maman Germain ou Lulu la stagiaire et son trimoin, il y a de quoi se régaler sans oublier la Snick, une bière lambic pas authentique, élément essentiel d’une enquête dans le Nord. En guise de bouquet final, l’auteur nous offre un hommage à Agatha Christie où tous les suspects sont regroupés et où le coupable est désigné.
    Un roman savoureux. Une belle réussite.

  • Happy Manda Passions 12 avril 2022
    Terra Nullius - Victor Guilbert

    Après le succulent Douve j’avais hate de retrouver l’inspecteur Boloren dans un nouvel opus c’est chose faite voici #TerraNullius.
    Un roman qui se savoure jusqu’à la dernière page on apprécie chaque mot, on imagine chaque environnement et personnage et on se glisse dans la peau de Hugo pour mener l’enquête rêvant nous aussi d’une petite bille qui nous guide... quoique... car les nouveaux partenaires de Hugo ont une autre explication sur sa fameuse bille chuttt je ne vous en dis pas plus
    L’enquête se déroule sur une décharge ou un petit garçon Jumcaale a été sauvagement agressé. Il va décéder de ses blessures dans 6 jours exactement, 6 jours pour mener l’enquête et découvrir le trésor enfoui sous les monticules d’immondices et percer les secrets de cette décharge.
    Hugo a perdu sa bille va t-il la retrouver ? L’auteur jongle avec les intrigues secondaires, il introduit une dimension humaine et personnelle dans un savant mélange. Je me suis demandé plus d’une fois comment il allait accorder tout cela, mais dès que j’ai atteint les dernières pages, le puzzle avait plus une allure d’incroyable image que de dizaines de pièces assemblées.
    encore un roman incroyable

  • Matildany 10 avril 2022
    Terra Nullius - Victor Guilbert

    Terra Nullius, une décharge à ciel ouvert à la frontière franco-belge, un noman’s land peuplé de laissés-pour-comptes. Le petit Jimcalee y est retrouvé assassiné, et la police lilloise est sur les dents, le lieu a toujours été soigneusement ignoré par les politiques, et il n’est pas bon d’exposer ce genre d’endroit à l’opinion publique.
    Hugo Boloren, flic parisien est désabusé, car il a perdu sa " bille", qui l’orientait vers les pistes à suivre dans ses enquêtes. Il doit accompagner sa mère dans une clinique spécialisée dans les troubles d’Alzheimer, sur Lille, et son supérieur l’envoie en tourisme professionnel, pour lui changer les idées.
    Un policier un peu décalé, mais sans passé trop lourd. Son addiction, c’est le chocolat noir, et il est soucieux de sa mère, journaliste criminelle atteinte d’Alzheimer.
    Le ton est à l’envi du personnage, le commissariat entier est fan d’une célèbre émission culinaire, Hugo découvre le Nord et ses chtis, et la plume espiègle revendiquée sur la 4ème de couverture n’enlève en rien la profondeur de certaines pensées du héros. Un rythme partagé entre le récit introspectif de Hugo et les agissements détaillés des autres protagonistes en font une lecture fluide, au ton original et désabusé. Une très bonne découverte !
    Ma note : 4,5/5
    https://instagram.com/danygillet

  • Musemania 8 avril 2022
    Terra Nullius - Victor Guilbert

    Après avoir dévoré fin mars le premier polar de l’auteur, « Douve », je me suis directement plongée dans son nouveau thriller paru il y a un peu plus d’un mois aux Editions Hugo Thriller, « Terra nullius ». Étant donné la récurrence de l’inspecteur Hugo Boloren, j’avais encore en mémoire tous les petits détails de sa première enquête et cette suite logique a fait que j’ai tout autant aimé ce second.

    J’ai vraiment beaucoup apprécié ce personnage, bien atypique qu’est cet inspecteur de police à la fois un tantinet étrange mais aussi attachant au travers de ses fêlures. On le retrouve ici à Lille, afin de visiter une clinique spécialisée pour sa mère et sa maladie d’Alzheimer. C’est l’occasion pour lui de se pencher sur l’agression d’un jeune garçon, dans un camp de migrants, jouxtant une décharge à cheval entre la Belgique et la France.

    Un point commun observé dans les deux livres de l’auteur que je viens de dévorer, « Douve » et « Terra nullius » est la façon d’installer et de projeter le dénouement de façon intelligente et réfléchie. Alors que j’ai en horreur les enquêtes qui se terminent en moins de deux où l’auteur bâcle les dernières pages, Victor Guilbert prend bien le temps pour son final et j’admire cela.

    Toute l’histoire se lit avec beaucoup de facilités, même si je trouve que l’auteur introduit à chacun de ses livres un certain nombre de personnages. Malgré cette pléthore, chacun de ceux-ci apporte une plus-value à l’histoire et n’est pas superflu.

    En plus de cela, un événement déstabilisant se déroule aux deux tiers de l’histoire et franchement, je ne l’avais vraiment pas vu venir. Je ne rentrerai pas dans les détails pour ne pas en dire trop au risque de spoiler des détails mais j’en suis tombée de ma chaise, si je puis dire.

    Pour finir, Victor Guilbert est parvenu à me surprendre par sa façon de se renouveler dans l’écriture d’une nouvelle enquête policière, sans que cela ne soit redondant par rapport à celle qui avait tenu place dans « Douve ». Il ne s’est pas reposé sur ses acquis et j’apprécie beaucoup ça que cela soit pour des auteurs confirmés mais aussi par des primo-écrivains.

    J’ai maintenant hâte de découvrir le prochain thriller de cet auteur et espère de tout coeur que ce personnage captivant d’Hugo Boloren reviendra pour de prochaines aventures.

  • Cancie 7 avril 2022
    Terra Nullius - Victor Guilbert

    https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    Hugo Boloren, le narrateur de Terra nullius est un flic en perdition, il a perdu sa bille depuis sa dernière enquête. La bille, « ce sont mes pensées qui s’ordonnent pour m’en livrer une autre plus grande, plus essentielle … Il faut qu’elle revienne, je ne vaux pas grand-chose comme flic quand elle n’est pas là ».
    Hugo erre dans le commissariat, à Paris, pensant à sa mère pour qui le commissaire Grosset, aux petits soins avec son équipe, a obtenu un rendez-vous auprès d’un spécialiste de la maladie d’Alzheimer dans une clinique lilloise. Tout à ces pensées stressantes, il entend alors à la radio qu’un enfant d’une dizaine d’années, Jimcaale, vient de se faire agresser, près de Lille justement, dans la plus grande décharge publique de France coincée à la frontière franco-belge, jouxtant un étonnant bidonville, et qu’une émeute est en cours. Puisqu’il part pour Lille le lendemain, il pourrait peut-être aller jeter un œil dans ce que certains appellent ironiquement, dans la région, la Terra nullius, cette locution latine désignant une zone de territoire qui n’appartient à aucun État.
    Et puis il y a Lulu la stagiaire, rayonnante car elle vient de mettre le doigt sur un détail étrange en préparant son projet et, sachant que l’inspecteur aime bien les trucs bizarres, s’ouvre à lui de sa découverte : au cours d’enquêtes sur trois meurtres sans aucun lien entre eux, commis dans des lieux différents et à des époques différentes, un certain Antoine Dupuis est cité les trois fois comme témoin direct des meurtres, intrigant non ?
    Hugo devient tout pâle. Son instinct lui souffle que ces deux éléments, Jimcaale l’assommé et Antoine Dupuis, le « trimoin » sont importants et que c’est peut-être une chance unique pour lui de redevenir lui-même.
    Il prend donc le train avec sa mère, direction Lille. Ils sont accueillis sur le quai par l’inspecteur Desreumaux venu les chercher avec sa vieille Citroën. C’est lui et l’inspecteur Lasselin, eux aussi forts mais fragiles, qui sont chargés de la recherche des suspects de l’agression et ils vont être nombreux !
    Notre sympathique inspecteur Hugo Boloren ne se doutait pas de ce qui l’attendait là-bas et qu’il allait devoir affronter l’affaire criminelle la plus sordide et la plus embrouillée de sa carrière car « le problème dans cette affaire, ce n’est pas le nombre de pièces dans le puzzle, c’est le nombre de puzzles ».
    Terra nullius est un polar magnifique qui m’a subjuguée.
    J’ai été conquise évidemment par cet enquêteur principal qu’est Hugo, tellement attachant mais aussi par la singularité, l’originalité des autres personnages. Malgré le nombre important de protagonistes, je n’ai jamais été perdue, chacun étant clairement authentifié.
    Les thèmes abordés, extrêmement actuels, que ce soit la vie de ces laissés-pour-compte tentant de survivre dans ce bidonville, que ce soit le problème des décharges dont personne ne veut sur son territoire ou encore les troubles engendrés par la maladie d’Alzheimer, l’impact sur la vie au quotidien et la souffrance ressentie par les proches, tous apportent une plus-value non négligeable au bouquin en s’intégrant parfaitement à l’enquête.
    Victor Guilbert, en choisissant comme cadre pour son polar cette décharge publique gigantesque, hallucinante, en a fait un véritable personnage. le cliquetis des tôles, les grincements lugubres, le gémissement glauque dû aux monticules qui s’affaissent, le plastique et le métal ramollissant sous le soleil, la canicule étant là, contribuent à la rendre effrayante, mais tellement vivante.
    Ce qui fait le charme et la force de ce polar, le deuxième seulement, après Douve qui avait obtenu des critiques élogieuses, c’est aussi la plume espiègle, pleine d’humanité et d’humour de l’auteur, non exempte de tendresse.
    Impossible de résister à ce héros désenchanté à souhait qui possède un étui à cigarettes rempli de chocolats et qui donc, use et abuse de carrés de chocolats millésimés, les considérant « comme un substitut à ses pensées désagréables, une catharsis comestible ». de plus, il n’a vraiment aucun talent pour le mensonge, mais pense-t-il, s’il ne sait pas mentir, il sait se taire.
    Comment ne pas avoir envie de savourer une fricadelle avec lui, arrosée d’une « Bière de Snick, la lambic authentique qui tombe à pic » ?
    Victor Guilbert emmène le lecteur dans une enquête à multiples rebondissements sans jamais le perdre et réussit à maintenir un suspense grandissant jusqu’au bout pour un final complètement inattendu.
    Un excellent thriller avec une intrigue glaçante dans un lieu dantesque et un enquêteur fabuleux pourraient résumer Terra nullius de Victor Guilbert.

    Je ne serais pas surprise que Terra nullius soit rapidement convoité par un réalisateur de cinéma, tant le scénario et le décor sont originaux !
    Encore une très belle découverte grâce à Babelio et aux éditions Hugo Thriller que je remercie sincèrement.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.