Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

31 #AvisPolar
8 enquêteurs
l'ont vu/lu
5 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser « accidentellement » sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…
Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?
Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.
Pour l’agent Stephanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Au fil des Pages 7 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Voici le genre de Thriller que j’aime lire ;)
    Un thriller où les faux-semblants sont de mises et qui se dévore en une journée !
    Nous suivons ici Mark North un célèbre beau et riche photographe et sa compagne Evie et Cléo la sœur de Mark (qui n’apprécie pas vraiment EVIE). Voici les 3 personnages centraux de l’histoire
    Un soir la police doit se rendre chez eux suite à un appel et trouve les 2 corps ensanglantés avec Mark mort et Evie choquée.
    Evie avoue direct l’homicide volontaire MAIS .... au procès la procédure prends une nouvelle tournure avec des révélations CHOCS de la part d’Evie concernant son compagnon.

    Le + : Une vraie intrigue, un vrai scénario et un livre qui se dévore. Si on est habitué à lire ce genre de thriller forcément nous comprenons vite le pourquoi du comment mais cela ne gâche pas le plaisir de la lecture.
    Le petit renversement final j’ai adoré !!!!
    Le - : Quelques longueurs et peut être un manque de précisions sur certains points.
    En tout cas si vous adepte de thriller domestique où manipulation, mensonge, rivalité féminine, secrets et non-dits sont au cœur de l’intrigue vous aimerez forcément ce roman de Rachel Abott.

  • Anne-Sophie Books (Les lectures d’Anne-Sophie) 13 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Rachel Abbott n’en est pas à son coup d’essai et cela se ressent à la lecture de Ce Qui ne Tue Pas.
    L’histoire est bien en place, les descriptions évitent les longueurs inutiles, les dialogues sont posés sans être envahissants, et ses personnages, et leur psychologie, sont amenés progressivement, avec ce qu’il faut de questionnements et de non-dits pour nous laisser dans un flou agréable.

    Markus, artiste tourmenté, et sa sœur Cleo ont une relation particulièrement fusionnelle, et ont pris l’habitude de ne compter que l’un sur l’autre.
    Peut-être même un peu trop.

    Lorsque Mark rencontre Evie et décide de vivre avec elle, Cleo se montre tout de suite très méfiante, et une haine policée ne tarde pas à s’installer entre les deux femmes.

    Aussi, lorsque son frère est retrouvé mort, il ne fait aucun doute pour elle qu’Evie l’a assassiné sans raison et elle n’hésite pas un instant à réfuter en bloc les violences que cette dernière semble avoir vécues.

    Qui croire, de la sœur aimante ou de la compagne meurtrie ?
    À sans cesse protéger son frère, Cleo n’en était-elle pas devenue aveugle au point d’occulter ses côtés sombres ?
    Quant à Evie, pourquoi son passé semble-t-il si mystérieux ?

    La guerre qui se joue entre ces deux femmes fera ressortir le pire de chacune d’elles, mais également du disparu.
    Et mettra en lumière leurs secrets les plus noirs.

    Ce thriller psychologique se lit facilement et rapidement, l’auteure sachant nous donner envie d’en connaître toujours plus sur chacun des protagonistes en nous plaçant, tour à tour, dans la tête de Cleo et d’Evie.

    J’avoue que j’ai deviné le pourquoi de cette histoire assez tôt dans le roman.
    Mais, même si c’est toujours un peu frustrant, ça ne m’a absolument pas gâché la suite, ni donné envie d’arrêter ma lecture.

    Et bien m’en a pris !

    D’une part parce que l’auteure amène les choses de manière construite, et parce que, contre toute attente, une des révélations finales s’est avérée vraiment surprenante.

    Cette lecture a donc été une agréable surprise, et, même si ce n’est pas un coup de cœur, j’en garde un bon souvenir et la conseille à tous les lecteurs qui recherchent un thriller domestique entre deux romans plus « sanglants ».

  • livrement-ka 16 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Un grand merci aux Editions Belfond pour m’avoir adressé ce livre après avoir été tirée au sort à l’opération Club Sang organisée par Bepolar.

    Il s’agit d’un thriller.

    Début du livre : 

    Ca se termine comme ça. 

    J’ai compris à présent : c’est toi ou moi.

    L’auteur n’en est pas à son coup d’essai et cela se voit. Elle manie l’intrigue avec un tel professionnalisme que ça en devient passionnant. 

    Dès les premières phrases on se retrouve plongé dans le coeur de l’histoire. Le moment où tout dérape.
    Nous remontons alors en arrière pour comprendre le cheminement et surtout le pourquoi du comment de cet événement.
    Dans cette partie qui va de la rencontre entre Marc et Evie au drame, on va essayer de cerner les différentes personnalités de chacun.

    Les personnages

    - Marc, dit Markus est un photographe, avec un caractère un peu renfrogné et peu aimable. Il traîne un passé pas très agréable.

    Après tout voilà bientôt dix huit mois que

    Marcus vit en ermite.

    - Cléo, sa soeur aînée, protège son frère, comme elle se l’était promis depuis toute petite. Cette dernière est très guindée et a une sorte d’emprise sur son frère, et beaucoup d’ambition. Elle semble avoir mis sa vie de côté.

    Pourquoi tu permets encore à Cléo de te dicter

    ta conduite ?

    - Evie, quant à elle, est une jeune femme qui rencontre Mark et Cléo, dans le but de faire réaliser des photos. 

    La deuxième partie est consacré au drame,ses conséquences et à la recherche de la vérité dans une enquête menée de front par Stéphanie, et Angus. Egalement est présent dans cette partie le déroulement du procès avec l’intervention excellente de Harriet, avocat.

    Quant à la dernière partie , elle concerne tout l’après-procès et l’après jugement ; le devenir de Cléo, et Evie, et surtout la résolution de l’intrigue à laquelle on s’attend un peu quand même dès la moitié du livre mais sans en être franchement convaincu.

    La personnalité de chaque personnage est vraiment présentée de manière à tromper le lecteur. Chaque personnage cache son jeu et son véritable caractère. On a du mal à discerne les personnes bien-intentionnées des autres.
    Le récit est mené de telle manière que des personnes dont on avait pitié au départ attise ensuite une incompréhension puis une haine.

    Les sujets du récit sont le meurtre, la violence conjugale, la jalousie, et surtout le mensonge.

    Le style de l’auteur est prenant, envoûtant, hypnotique. On a du mal à lâcher le livre. On élabore dans sa tête plusieurs hypothèses. L’auteur a l’art de nous plonger dans un espèce de manque : connaître la suite de l’histoire sera plus que nécessaire. Le rythme du récit est soutenu et les mots employés percutants, de telle sorte qu’on est bousculé dans nos sentiments envers les personnages, qui évoluent au fur et à mesure de l’histoire.

    Sur la forme de l’histoire :

    Le livre est divisé en plusieurs chapitres. Certains passages sont à la la première personne du singulier. c’est Evie qui raconte l’histoire. J’aime ce côté intimiste des livres qui nous fait nous sentir à la place du personnage.
    Le texte très aéré et l’écriture fluide fait de ce livre une lecture vraiment agréable.

    Conclusion :

    Encore une fois Rachel Abbott a su réussir un coup de maître et tenir le lecteur en haleine du début jusqu’à la fin de l’histoire. Une maîtrise de l’intrigue très juste.
    Une grande auteure de thriller dont je ne me lasse pas.

    Je vous le conseille vivement.

  • Annec 23 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Remerciements au site Netgalley, et aux éditions Belfond pour la lecture de cette auteure que je découvre ici malgré déjà 6 livres à son actif. La profondeur de la psychologie de ses personnages assure à ce livre une intrigue addictive et captivante.
    LE PORTAIT D’UNE MANIPULATRICE
    Le personnage d’Evie capte notre attention du début jusqu’à la fin. Sans scrupule, Evie nous confie ses manigances de séduction outrancières pour le lecteur mais inaperçues par la candide Markus. Un foyer aimant. De son amour avec Evie, naitra Lulu leur petite fille.
    Le suspens tient à la motivation cachée d’Evie. On ne comprend qu’à la fin son obstination à séduire Markus. On perçoit une intention malveillante, mais on éprouve une certaine compassion des sévices qu’elle a subis. Sans en comprendre la portée on se demande comment Evie supportait-elle toutes ces tortures ?
    Devant la scène finale de Markus, on se pose les mêmes questions que notre policière S. King et que son avocate.
    Evie use de tous les subterfuges pour faire aboutir ses plans dont on ne parvient pas à décortiquer le but. Elle les maîtrise tous : mensonge, hypocrisie, dissimulation, manipulation.
    FEMME BATTUE DEVENUE BOURREAU
    Evie, dégage un pan courant du thème de la femme battue : soumise, elle demeure sujette ou objet d’un mari violent dont elle ne peut se défaire. Alors quand, à bout, elle s’en défend et le tue, c’est elle qui se retrouve derrière les barreaux.
    Dans quelle mesure est-elle en situation de légitime défense ? A-t-elle prémédité son acte qui a entrainé un homicide ? Les doutes nous assaillent ou se dissipent quand on apprend qu’Evie fréquentait l’organisation caritative des femmes battues. Pourquoi ne s’y est-elle jamais confiée sur sa situation conjugale désastreuse ? Etait-ce un moyen pour bénéficier de la meilleure avocate dans le domaine des femmes battues ?
    J’ai bien aimé le déroulé de l’inculpation et du procès.
    Je relierai cette histoire avec d’autres (avec quelques nuances )
    DES PERSONNAGES BIEN CAMPES
    Les personnages restent imprégnés d’humanité car tempérés, sans aucun manichéisme.
    LES QUESTIONS FINALES
    Un véritable très bon thriller : les questions du début ne trouveront réponse qu’à l’extrême fin. La tension nourrie par la perversité d’Evie nous captive. La relation entre Marcus et Cleo nous touche, mais elle est si forte qu’elle nous intrigue.
    On ne peut lacher le roman sans connaitre l’issue finale. 400 pages qui se dévorent, mais très denses. Le rythme des derniers chapitres s’accélèrent et nous précipitent vers une fin vertigineuse.
    Des détails sur le blog https://lesparolesenvolent.com/tout-ce-qui-ne-tue-pas-de-rachel-abbott/

  • Annec 23 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Remerciements au site Netgalley, et aux éditions Belfond pour la lecture de cette auteure que je découvre ici malgré déjà 6 livres à son actif. La profondeur de la psychologie de ses personnages assure à ce livre une intrigue addictive et captivante.
    LE PORTAIT D’UNE MANIPULATRICE
    Le personnage d’Evie capte notre attention du début jusqu’à la fin. Sans scrupule, Evie nous confie ses manigances de séduction outrancières pour le lecteur mais inaperçues par la candide Markus. Un foyer aimant. De son amour avec Evie, naitra Lulu leur petite fille.
    Le suspens tient à la motivation cachée d’Evie. On ne comprend qu’à la fin son obstination à séduire Markus. On perçoit une intention malveillante, mais on éprouve une certaine compassion des sévices qu’elle a subis. Sans en comprendre la portée on se demande comment Evie supportait-elle toutes ces tortures ?
    Devant la scène finale de Markus, on se pose les mêmes questions que notre policière S. King et que son avocate.
    Evie use de tous les subterfuges pour faire aboutir ses plans dont on ne parvient pas à décortiquer le but. Elle les maîtrise tous : mensonge, hypocrisie, dissimulation, manipulation.
    FEMME BATTUE DEVENUE BOURREAU
    Evie, dégage un pan courant du thème de la femme battue : soumise, elle demeure sujette ou objet d’un mari violent dont elle ne peut se défaire. Alors quand, à bout, elle s’en défend et le tue, c’est elle qui se retrouve derrière les barreaux.
    Dans quelle mesure est-elle en situation de légitime défense ? A-t-elle prémédité son acte qui a entrainé un homicide ? Les doutes nous assaillent ou se dissipent quand on apprend qu’Evie fréquentait l’organisation caritative des femmes battues. Pourquoi ne s’y est-elle jamais confiée sur sa situation conjugale désastreuse ? Etait-ce un moyen pour bénéficier de la meilleure avocate dans le domaine des femmes battues ?
    J’ai bien aimé le déroulé de l’inculpation et du procès.
    Je relierai cette histoire avec d’autres (avec quelques nuances )
    DES PERSONNAGES BIEN CAMPES
    Les personnages restent imprégnés d’humanité car tempérés, sans aucun manichéisme.
    LES QUESTIONS FINALES
    Un véritable très bon thriller : les questions du début ne trouveront réponse qu’à l’extrême fin. La tension nourrie par la perversité d’Evie nous captive. La relation entre Marcus et Cleo nous touche, mais elle est si forte qu’elle nous intrigue.
    On ne peut lacher le roman sans connaitre l’issue finale. 400 pages qui se dévorent, mais très denses. Le rythme des derniers chapitres s’accélèrent et nous précipitent vers une fin vertigineuse.
    Des détails sur le blog

  • Annec 23 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Remerciements au site Netgalley, et aux éditions Belfond pour la lecture de cette auteure que je découvre ici malgré déjà 6 livres à son actif. La profondeur de la psychologie de ses personnages assure à ce livre une intrigue addictive et captivante.

    LE PORTAIT D’UNE MANIPULATRICE

    Le personnage d’Evie capte notre attention du début jusqu’à la fin. Sans scrupule, Evie nous confie ses manigances de séduction outrancières pour le lecteur mais inaperçues par la candide Markus. Un foyer aimant. De son amour avec Evie, naitra Lulu leur petite fille.
    Le suspens tient à la motivation cachée d’Evie. On ne comprend qu’à la fin son obstination à séduire Markus. On perçoit une intention malveillante, mais on éprouve une certaine compassion des sévices qu’elle a subis. Sans en comprendre la portée on se demande comment Evie supportait-elle toutes ces tortures ?
    Devant la scène finale de Markus, on se pose les mêmes questions que notre policière S. King et que son avocate.
    Evie use de tous les subterfuges pour faire aboutir ses plans dont on ne parvient pas à décortiquer le but. Elle les maîtrise tous : mensonge, hypocrisie, dissimulation, manipulation.
    FEMME BATTUE DEVENUE BOURREAU
    Evie, dégage un pan courant du thème de la femme battue : soumise, elle demeure sujette ou objet d’un mari violent dont elle ne peut se défaire. Alors quand, à bout, elle s’en défend et le tue, c’est elle qui se retrouve derrière les barreaux.
    Dans quelle mesure est-elle en situation de légitime défense ? A-t-elle prémédité son acte qui a entrainé un homicide ? Les doutes nous assaillent ou se dissipent quand on apprend qu’Evie fréquentait l’organisation caritative des femmes battues. Pourquoi ne s’y est-elle jamais confiée sur sa situation conjugale désastreuse ? Etait-ce un moyen pour bénéficier de la meilleure avocate dans le domaine des femmes battues ?

    J’ai bien aimé le déroulé de l’inculpation et du procès.
    Je relierai cette histoire avec d’autres (avec quelques nuances )
    DES PERSONNAGES BIEN CAMPES
    Les personnages restent imprégnés d’humanité car tempérés, sans aucun manichéisme.

    LES QUESTIONS FINALES
    Un véritable très bon thriller : les questions du début ne trouveront réponse qu’à l’extrême fin. La tension nourrie par la perversité d’Evie nous captive. La relation entre Marcus et Cleo nous touche, mais elle est si forte qu’elle nous intrigue.
    On ne peut lacher le roman sans connaitre l’issue finale. 400 pages qui se dévorent, mais très denses. Le rythme des derniers chapitres s’accélèrent et nous précipitent vers une fin vertigineuse.

    Des détails sur le blog

  • ju_se_livre 25 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    J’avais déjà eu l’occasion de lire Une famille trop parfaite que j’avais trouvé sympa. Là, on est à un autre niveau, c’est complètement addictif. J’aime ces livres où dès le début on est plongé au coeur de l’action.
    Pour moi, la force de ce livre c’est la construction du récit. Rachel Abbott a vraiment une très bonne plume et a créé une histoire prenante, addictive sans temps morts. J’ai été totalement captivée par cette histoire où Cleo, Evie et Marcus sont au coeur et où les non dits, les secrets et les suscipions nous font douter jusqu’à la dernière page. On ne sait même plus si on doit détester ou aimer les personnages tellement l’auteur nous fait douter jusqu’au bout.

    J’ai particulièrement apprécié la seconde partie qui se déroule dans un contexte intéressant. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler. Mais j’ai trouvé l’idée originale.

    En tout cas, c’est un très bon page turner dont l’ambiguïté des personnages donne une furieuse envie de connaître le dénouement. Si vous cherchez un thriller domestique qui vous tient en haleine, celui-ci est fait pour vous.

  • Escale en bord de page 26 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Alerte ! Attention ce livre est addictif !

    Je viens tout juste de lire les dernières pages de ce roman et j’ai adoré. Je l’ai dévoré.
    C’est le genre de thriller psychologique que j’apprécie particulièrement : des secrets, de la manipulation, des rivalités... le tout géré parfaitement par l’auteure.
    On ne sait plus qui croire, la femme violentée ou la soeur aimante. Chaque personnage à sa place, tout est très bien pensé, l’écriture est fluide et le rythme est prenant.
    J’ai beaucoup aimé les chapitres sur le procès et la fin qui s’accélère nous plonge dans un dénouement captivant.
    Bref vous l’aurez compris je recommande très très vivement la lecture de ce thriller très bien construit à mon goût.

  • Le Boobooker 26 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    L’autrice nous conte l’histoire de Mark (Marcus) et Evie, en commençant par nous montrer une scène macabre : leurs deux corps retrouvés en sang chez eux, un mort, l’autre non, mais que s’est-il passé ?

    Tout porte à croire qu’Evie est coupable, mais les interrogatoires et l’enquête finiront par lui donner raison : en effet, Mark la battait, Mark était son bourreau, en témoignent également tous ces nombreux "accidents" qui arrivent à Evie chez elle. Malgré l’amour qu’ils semblent se porter et leur petite fille Lulu, Evie est déclarée innocente et victime de son mari, qu’elle a tué sur un coup de folie, pour faire arrêter ces longs mois de calvaire.

    Pourtant certaines choses ne collent pas : Cleo, la soeur de Mark, clame l’innocence de son frère, qu’elle dit doux et bienveillant. Pourtant, elle n’aimait déjà pas la première femme de Mark... Quel rôle joue-t-elle dans cette histoire ?

    Bon, autant vous dire que je me suis bien faite avoir quand même ! J’ai vraiment dévoré cette lecture. L’autrice nous glane des indices ci et là pour nous mettre sur la piste mais je trouvais ça bien trop simple, ou alors bien trop compliqué peut-être... J’ai fini ce livre en comprenant cette rivalité féminine qui se tramait, qui était là depuis le début. J’ai détesté Cleo du début à la fin... Mais j’ai aimé cette ambiance et ce passé, ce drame qui s’est joué des années avant et qui explique toute l’histoire.

    Vraiment je conseille ce thriller qui se lit d’une traite, vous ne voudrez pas le lâcher pour connaître le fin mot de l’histoire et savoir si vos intuitions étaient bien fondées ou non !

  • La bibliothèque de Céline 27 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Ce qui ne tue pas… ne rend pas forcément plus fort…
    Mon premier Rachel Abbott. Voici une histoire qui me donne envie de découvrir les précédents titres de l’autrice. Dès les premières pages, l’atmosphère est électrique. Le thermomètre est en chute libre. Evie, Cleo, Mark : un trio glacial. Ce dernier est un photographe de talent. On comprend sa personnalité atypique, taciturne, ses profonds tourments. C’est un artiste après tout Cleo, sa sœur dont il est extrêmement proche et Evie, son épouse, s’affichent d’emblée comme des rivales. Aussi antipathiques l’une que l’autre. Elles n’effectuent aucun faux pas. Tout semble savamment pensé, précisément calculé. Dès les premières pages, le malaise est palpable. Maitrise et contenance sont les maitres mots de ces personnages féminins. Elles paraissent parfaites. Trop parfaites pour être naturelles ? Sincères ? La question peut se poser. Notamment après le drame dont je tairai tout ici. Je me contenterai de donner mon humble ressenti.
    La méfiance de l’une envers l’autre ne fait que s’accroître après la tragédie. Des portraits à faire froid dans le dos. Tout comme les lieux. Cette grande demeure au bord de la plage qui est décrite autant comme inhospitalière que cossue. Et cette mer, terrible, qui l’encercle. Des descriptions qui ne m’ont pas poussée à poser mes bagages dans cette partie de l’Angleterre mais que j’ai adorées lire tant elles m’ont fait frémir. C’est tout juste si je ne sentais pas le vent dans mes cheveux et l’eau glacée sur mes pieds.
    Un suspense implacable pour une fin totalement inattendue. J’ai réfléchi à différents scénarios. Je n’ai pas regardé où il fallait. Si je n’avais pas ressenti quelques longueurs arrivée à la moitié de l’histoire, ce thriller aurait frôler le sans faute. Heureusement, de nouveau, le rythme s’est accéléré .Jusqu’à la dernière page.
    Un thriller pas banal dans lequel se mêlent manipulation et mensonge à travers une plume implacable qui nous rappelle l’importance de l’enfance et la nécessité, parfois, de réparer celle-ci coûte que coûte.
    Un thriller dont je conseille la découverte ! Je remercie les éditions Belfond ainsi que Be polar pour ce bon moment de lecture.

  • calyenol 27 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    J’ai terminé "Ce qui ne tue pas" de Rachel Abbott.
    .
    Mark est photographe professionnel,veuf,il rencontre Evie qui lui demande de faire des photos d’elle pour son père.
    Afin de payer ses photos,elle lui propose de s’occuper de son blog.
    Ils se rapprochent,au grand désarroi de Cleo la soeur envahissante de Mark.
    Evie tombe enceinte,ils décident de vivre ensemble et une petite Lulu née.
    Sous l’apparence parfaite du couple,Evie a souvant des accidents domestiques.
    Mark serait-il violant ?
    Un soir,tout dérape,Evie flanche et le tue.
    Arrêtée pour meurtre,le caractère violant de Mark éclate mais Cleo n’y croit pas une seconde.Pour elle,son frère n’était que douceur et gentillesse.Pour elle,Evie ment.
    Mais une autre question vient se poser,qu’est-il arrivé à Mia la première épouse de Mark retrouvée morte au pied de l’escalier de leur villa ?
    .
    Ce que j’aime dans mes lectures,c’est quand je me pose des questions,quand le doute persiste,quand je suis tenue en haleine et quand la fin d’un chapitre me donne envie de lire le suivant.
    J’ai eu tout ça dans ce livre.
    L’histoire m’a happé de par son sujet,de par son intrigue,l’envie de ne pas le fermer pour en connaitre son dénouement,l’envie de savoir où là fin va m’amener...une fin étonnante mais sans surprise pour moi car je ne la voyais pas autrement.
    Un roman noir sans longueur où le rythme m’a convenu,où le mensonge prend tout l’espace,où les faux semblants et la manipulation pour assouvir une vengeance va très loin.
    Un roman avec lequel j’ai passé un très bon moment de lecture.

  • Saveur Littéraire 27 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Je tiens d’abord à remercier chaleureusement les éditions Belfond pour leur confiance, et le formidable site BePolar pour les opérations que l’équipe propose. Merci de me compter parmi vos lectrices, et au passage, de m’avoir tenue éveillée avec un roman tout à fait délectable !

    Des chapitres qui alternent le point de vue de deux femmes, des chapitres qui s’intéressent aussi bien à Cleo, soeur du célèbre photographe dit Marcus, qu’à sa seconde épouse, Evie. On perçoit le regard d’Harriet, l’avocate d’Evie, mais aussi l’enquête que mènent Stephanie et Gus, les policiers en charge de ce meurtre affreux commis à l’écart de tout. Rachel Abbott ne se contente pas de faire parler des personnages, elle nous livre leur point de vue, leur haine, leur douleur, les aspects les plus complexes de leur personnalité. Et cette dame le fait avec efficacité, bien entendu ! Les chapitres passent ainsi à une vitesse quasi-diabolique, tant on ne voit pas le temps passer.

    Ce qu’il y a de formidable dans Ce qui ne tue pas, c’est la part de mystère et les doutes omniprésents à chaque instant tandis que l’on se confronte aux personnages, c’est une bataille hargneuse que se livrent Evie et Cleo, liées secrètement. Le comportement d’Evie nous apparaît mystérieux, de plus elle avoue avoir tué son mari, mais quel secret cache Cleo ? Son lien fraternel avec Mark était-il trop malsain ? Quant à Mark lui-même, victime qui ne peut plus parler pour se défendre, était-il un mari aimant ou battait-il sa femme dans l’intimité de leur maison au bord de mer ? Qu’en est-il aussi de Mia, sa première femme que l’on a retrouvé morte dans cette même maison ? Bref, le mystère plane à chaque page que l’on tourne, à chaque chapitre que l’on découvre. Inutile de vous dire que c’est un vrai page-turner qu’on a entre les mains !

    Si le début de la solution nous est suggéré assez rapidement au détour d’un passage parfaitement anodin, je vous dirais que ça n’a, pour ma part, pas enlevé le suspense et la réaction devant la dernière partie de cette intrigue machiavélique, malgré que la solution faisait déjà son chemin à travers moi. La tension grimpe et quand le puzzle s’assemble enfin sous nos yeux, ça explose ! Une superbe explosion qui nous est offerte par le biais d’une confrontation qu’on attendait avec impatience.

    C’est une chronique quelque peu mystérieuse qui n’en dit pas beaucoup sur l’intrigue ou sur les personnages, mais il le faut bien pour apprécier au maximum le scénario complètement tordu et diabolique imaginé par Rachel Abbott. C’est un thriller qui ne laisse pas indifférent, en particulier vis à vis des sujets traités. On y parle violences domestiques et violences conjugales, on y parle psychologie et traumatismes, désir de vengeance. Un régal qui nous achève les neurones.

    Les personnages, que l’on ne voudrait sûrement pas croiser dans notre vie, nous fascinent néanmoins et nous obligent à vouloir les écouter. Si bien qu’à la toute fin, on ne sait plus quel camp choisir. On trouve dans Ce qui ne tue pas un panel de personnages aussi victimes que bourreaux, finement écrits et bien retranscrits. Bref, un sacré moment à passer avec cette plume que je découvre seulement, et que je vais continuer à suivre, sans aucun doute !

    Nuit blanche assurée avec ce bouquin en main ! Verdict ? Coupable, je recommande vivement, que ce soit pour les lecteurs avides de thrillers ou pour les nouvelles têtes qui veulent s’essayer au genre.

  • manonlit_et_vadrouilleaussi 29 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Angleterre. Le sergent Stephanie King se rend au domicile d’un couple après l’appel d’une femme criant à l’aide. Sur place, deux corps retrouvés : celui de l’artiste Marcus North et de sa compagne Evie. Dispute conjugale ou intrusion ?
    Cleo Noth, la sœur de Marcus fera tout pour que la vérité éclate. Dévouée corps et âme à son frère , sa nouvelle compagne ne lui a jamais inspiré confiance... mais la précédente non plus elle ne l’aimait pas.


    Je découvre l’auteure avec ce roman. Merci BePolar et aux éditions Belfond .

    Un roman à deux voix addictif. D’un côté Cleo la sœur un peu trop protectrice et possessive envers son frère et de l’autre Evie la compagne énigmatique et « maladroite ». J’ai beaucoup aimé l’écriture et je dois l’avouer je ne savais absolument pas où l’auteure nous emmenait. J’ai douté puis accepté ce qu’on me démontrait. Un thriller psychologique où les manigances ,faux-semblants et rivalité sont présents. On nous mène par le bout du nez jusqu’aux dernières pages ! Je ne peux que vous le recommander !

  • Happy Manda Passions 29 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Littéralement conquise Thriller attrayant et fascinant j’ai fondu decouvrez le vite, les amateurs de thrillers psychologique vous allez adorer. 388 pages que j’ai dévorées en un deux soirées.

    Stéphanie King, agent de police, arrive sur une scène de crime où Marcus North a trouvé la mort par égorgement. Sa femme, Evie, est en état de choc mais reconnait l’homicide volontaire. Incarcérée commence le procès. Légitime défense ? manipulation ? La soeur de la victime Cléo n’en démord pas cette femme a quelque chose à cacher et leur veut du mal. Mais si ce n’etait qu’une victime de violences conjugales ?

    Jusqu’au bout les questions fussent dans une ambiance malsaine avec une manipulation des personnages du lecteurs extraordinaire.

    J’ai vraiment apprécié ma lecture, de la majuscule au point final.
    Et vous arriverez vous à déjouer le manipulateur de l’histoire ?

    Les personnages sont fouillés et travaillés, la narration est d’une grande qualité, l’auteur nous place dans la tête de chacun, nous avons accès à leurs pensées à leur façon de voir les choses. Par moment, j’étais horrifiée, d’autres j’avais envie de dire "non tu te trompes, tu tombes dans le piège, stop".

    Un roman complexe et parfaitement rythmé.

    https://happymandapassions.blogspot.com/2019/03/ce-qui-ne-tue-pas-rachel-abbott.html

  • meslivresetmoi33 30 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Un livre que j’ai trouvé passionnant.
    L’histoire débute par la découverte de 2 corps emmêlés couverts de sang, Mark et Evie. En peu de temps Evie avoue son meurtre aux enquêteurs présents sur place…

    Nous allons donc dans une première partie remonter 4 mois avant le drame, nous allons faire connaissance d’Evie, de Mark et de sa soeur Cleo. Nous allons apprendre que Mia la première femme de Mark est décédée accidentellement dans la maison et que ça a profondément atteint Mark. Nous allons suivre leur quotidien, l’animosité de Cleo envers Evie. Les accidents mystérieux d’Evie...bref nous allons sérieusement nous poser des questions sur ce trio !!Le décor est planté !! Nous revenons ensuite dans le présent, c’est la partie avec le procès d’Evie, c’est celle que j’ai préférée. Les langues se délient et tous semblent avoir des secrets inavouables !! Les révélations s’ensuivent Cléo apparait comme une sœur jalouse, possessive envers son frère. La personnalité d’Evie sera plus compliquée a analysée. Que cache-t-elle ? Dit-elle toute la vérité ?

    Je ne vous en dit pas plus, mais ce roman est addictif, pleins de suspense, de rebondissements. L’écriture est fluide et bien rythmée. Il n’y a pas de longueurs superflues et se lit très rapidement !!

    Si vous cherchez un bon thriller domestique, je vous le conseille !!

  • Pink-Lady 31 mars 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Ce thriller psychologique est déroutant !
    L’auteure installe dès les premières lignes une ambiance sombre et glauque.
    Même si les personnages sont loin d’être attachants, j’ai très vite été addicte à ma lecture !
    Malgré les évidences, j’ai tout de suite été convaincue que les choses n’étaient pas ce qu’elles semblaient être.
    Du coup, ça a un peu "gâché" ma lecture car je me méfiais de tout et j’étais très en attente des retournements de situation et des révélations. Je n’ai donc à aucun moment été surprise de quoi que ce soit.
    Mais ce fut quand même une très bonne lecture, avec un épilogue très réussi et très bien écrit (l’auteure a cette fois réussi à me faire douter jusqu’à la dernière ligne 😉).

  • clothildePL 1er avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Rachel Abbott sait comment nous tenir en haleine durant tout le bouquin !

    Je ne connaissais pas du tout cette autrice, mais j’ai beaucoup apprécié ma lecture, impossible pour moi de reposer le livre.
    Thriller psychologique rempli de suspense. Le ton est donné dès les premières pages.

    En effet, l’intrigue se déroule en plusieurs parties. Tout débute avec la découverte de deux corps ensanglantés, par l’agent Stéphanie. Cette dernière connait très bien l’endroit car elle a eu a enquêter auparavant sur la mort de la première femme de Marcus, Mia, tombé accidentellement dans les escaliers.
    Par la suite, nous faisais donc la connaissance de Marcus, photographe professionnel et de Evie, qui demande à se dernier de se faire photographier. Une relation va commencer entre eux et donner par la suite naissance à une petite fille. Mais voilà, cette relation n’est pas accepté par Cleo, la sœur protectrice et envahissante de Marcus. Cette dernière n’aimait d’ailleurs pas la première femme de son frère. Mais voilà, les accidents domestiques à répétition d’Evie inquiète son entourage.
    Enfin, nous revenons au présent avec notre inspectrice. Elle découvre alors le corps de Marcus, mort et de Evie qui déclare directement l’avoir tué. C’est alors que nous assistons au procès d’Evie. Cette dernière va révéler être victime de violences conjugales, pourtant Cleo en est sur, Marcus n’aurait jamais fait de mal. Toutefois des témoins vont apporter leur soutien à la présumé coupable.

    Qui croire ? Evie est elle la victime qu’elle laisse entendre ? Y a t’il eu préméditation ? Marcus était il si violent ? Quels secrets vont être dévoilés ?
    Nous pourrons voir le point de vue de Cleo et de Evie, deux femmes complexes et manipulatrices.

    Un thriller pleins de rebondissements jusqu’à la dernière page... J’ai beaucoup aimé !

  • ninie5131 2 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Un grand grand polar à lire d’urgence !
    Tout d’abord merci à l’équipe de m’avoir envoyé ce livre.
    Cette auteure m’était totalement inconnue, mais dès les premières pages, on sent qu’on est accroché et qu’on ne le lâchera pas.
    L’intrigue mêle le présent le présent, le passé, le tout dans une ambiance psychologique très marquée.
    Chaque personnage est très bien construit, au point qu’au bout d’un moment on se fait retourner la tête.
    Un véritable coup de coeur

  • Et le Monde de Sosso 2 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    ✒️Super thriller domestique comme je les aime !
    Cleo a toujours été proche et extrêmement protectrice envers son frère Marcus, artiste qui semble tourmenté par son passé. Il semble notamment marqué par la perte de leurs parents et de sa femme dans une chute à domicile alors qu il était absent.
    Elle voit donc d’un mauvaise œil l’arrivée d’Evie dans la vie de celui-ci. Alors que la carrière artistique de Marcus s’envole, Evie est étrangement blessée à chacun des déplacements professionnels de son mari.
    Survient alors le drame : le couple est retrouvé ensanglanté dans le lit conjugal, Marcus décède et Evie survit. Le procès et l’enquête par l’agent Stephanie qui tenteront de lever le masque sur qui était véritablement Marcus. Qui sont les victimes ? Qui sont les bourreaux ? La frontière est-elle si facile à définir ?

    ✒️ J’ai beaucoup aimé ce roman même si à force d’en lire de ce genre, on finit par deviner, supposer les différents dénouements possibles. Mais j’apprécie cette gymnastique même si la fin n’a rien d’ultra surprenant. Le roman reste efficace et j’ai passé un bon moment de lecture !
    Je rajoute sur ma liste les précédents romans de Rachel Abbott dans ma liste.

  • Le Monde de Marie 3 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Un récit qui se déroule en 3 parties. Chacune d’entre elles crée en nous des sentiments variés. Un récit rédigé d’une plume fluide et addictive. Des chapitres courts qui donnent du rythme en nous faisant passer d’un protagoniste à l’autre.

    D’abord le trouble de découvrir une histoire où on décèle des faits qui dérangent, des éléments qui nous font partir en suppositions mais où rien ne semble vraiment clair. On imagine le pire. On se laisse prendre par l’intrigue tout en étant troublé par certains points qui manquent de concordance.

    Puis c’est le choc, le premier retournement de situation qui va nous ouvrir les yeux. On y découvre l’horreur et développe une forte empathie pour celle qui nous révèlera bien des secrets. On est pris dans les méandres de l’instruction et tenu en haleine par son dénouement.

    Enfin, une dernière partie où tout devient clair grâce à de sacrés rebondissements et révélations. Un récit où on ne peut être sûr de rien avant d’en avoir tourné la dernière page. Machination, soif de vengeance et surtout une très belle orchestration qui laisse le lecteur sans voix sur certains passages.

    Une lecture parfaite parce que rien n’est couru d’avance. Le lecteur se laisse balader tout autant que les protagonistes et il fini surpris par une conclusion que l’on attend pas même si au fond de nous, on l’a toujours craint.

  • Djustinee 3 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser " accidentellement " sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse...

    Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?

    Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.

    Pour l’agent Stephanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

    Avouez que ce résumé donne envie ! Je le trouvais tellement bien fait que je n’ai pas pris la peine de le faire moi-même... Trop peur de spolir !

    Je ne connaissais pas l’auteure mais ce titre m’a mis l’eau à la bouche. Et je n’ai pas été déçue.

    C’est un très bon thriller qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Tout est parfaitement ficelé, les chapitres sont aérés et se suivent à un très bon rythme.

    On ne s’ennuie pas et le suspense est maintenu jusqu’aux dernières pages.

    Je n’hésiterais pas à me plonger dans d’autres romans de l’auteure si l’occasion de présente. C’est une très bonne découverte pour moi.

    C’est sans hésitation que je vous conseille ce thriller qui m’a retourné le cerveau.

  • Les_lectures_de_linzio 4 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    1er livre que je lis de cette auteure et vraiment pas déçue !!
    .
    Un bon thriller domestique comme je les aimes. Cleo, Marcus frère de Cleo et Evie épouse de ce dernier forme un trio complètement machiavélique, tous plus complexe, antipathique les uns que les autres. Tous cachent des choses sans exceptions mais quoi ?!
    .
    Nous voilà plongé dans ce huis clos où tous s’enchaînent, je n’ai ressenti aucun temps morts, des doutes en veux tu en voilà ! J’ai été absorbé par cette histoire.
    Un malaise présent dès les premières pages, on sait que quelque chose cloche mais on ne sait pas encore quoi ! On ne sait pas/plus qui croire.
    .
    Une histoire qui fait froid dans le dos, des personnages froids, une maison glaciale de par sa description, une fois les portes fermées tous pour se passer, dont des choses qu’on ne soupçonnent pas forcément, en tout cas que je n’ai pas soupçonné..
    .
    Manipulation, mensonges sont les maîtres mots de ce thriller.
    Les apparences sont souvent trompeuses, méfiez vous !!
    .
    Merci @bepolar et @éditionbelfond pour cette lecture que j’ai beaucoup apprécié

  • Les_lectures_de_linzio 4 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    1er livre que je lis de cette auteure et vraiment pas déçue !!
    .
    Un bon thriller domestique comme je les aimes. Cleo, Marcus frère de Cleo et Evie épouse de ce dernier forme un trio complètement machiavélique, tous plus complexe, antipathique les uns que les autres. Tous cachent des choses sans exceptions mais quoi ?!
    .
    Nous voilà plongé dans ce huis clos où tous s’enchaînent, je n’ai ressenti aucun temps morts, des doutes en veux tu en voilà ! J’ai été absorbé par cette histoire.
    Un malaise présent dès les premières pages, on sait que quelque chose cloche mais on ne sait pas encore quoi ! On ne sait pas/plus qui croire.
    .
    Une histoire qui fait froid dans le dos, des personnages froids, une maison glaciale de par sa description, une fois les portes fermées tous pour se passer, dont des choses qu’on ne soupçonnent pas forcément, en tout cas que je n’ai pas soupçonné..
    .
    Manipulation, mensonges sont les maîtres mots de ce thriller.
    Les apparences sont souvent trompeuses, méfiez vous !!
    .
    Merci @bepolar et @éditionbelfond pour cette lecture que j’ai beaucoup apprécié

  • Musemania 4 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Plongée en plein thriller domestique, vous devrez souvent revoir vos idées préconçues car Rachel Abbott aime brouiller les pistes et s’aventurer dans des revirements à 180 degrés. L’auteure dispose d’une plume efficace et déroutante qui empêche le lecteur de s’ennuyer. Elle compte parmi les auteurs anglais qu’il faut tenir à l’oeil sur la scène internationale.

    Marcus est un photographe dont la renommée commence doucement à croître, malgré qu’il ait dû surmonter un drame personnel par le décès de sa première épouse. Pour l’aider dans sa tâche professionnelle et se faire connaître, il est épaulé par sa soeur Cleo, avec qui il partage une relation assez fusionnelle. Quand Marcus se met en couple avec Evie, Cleo admet difficilement de perdre sa place privilégiée auprès de son frère et voit d’un mauvais oeil cette nouvelle relation. Un soir, un appel à l’aide parvient à la police qui découvre deux corps ensanglantés dans la maison de Marcus et Evie. Comment en est-on arrivé là ? Accident ? Meurtre ? Jeu sexuel ?

    S’il fallait résumer ce livre en seulement trois mots, ils seraient : faux-semblants, manipulation et vengeance. La psychologie des personnages est finement distillée au compte-goutte pour que la machination puisse se mettre en place au fil des pages. Alors qu’on se demande jusqu’où s’étend le côté sombre de Marcus, les voix de Cleo et Evie narrent chacune leur vision des faits. La rivalité féminine entre la compagne et la soeur évolue comme thème principal du récit.

    La villa design au bord de la falaise occupe une place importante dans l’histoire et offre une ambiance assez glauque et glaciale. Par moment, cela m’a rappelé le thriller « La fille d’avant » de J.P. Delaney où même un lieu peut à lui tout seul conférer une atmosphère particulièrement singulière.

    Le petit bémol de ce livre serait pour moi est la mise en retrait de la policière Stephanie King alors que le résumé laissait sous-entendre une place prépondérante. Même si elle apparaît dès les premières pages, il faut ensuite attendre un assez long moment avant qu’elle ne réapparaisse.

    Ce bouquin ne sera peut-être pas le thriller de l’année mais vous fera, malgré tout je pense, comme pour moi, passer un très bon moment de lecture divertissant au rythme soutenu. C’était la première fois que je lisais cette auteure, mais ça ne sera sûrement pas la dernière.

    Un tout grand merci à bepolar.fr et aux éditions Belfond Noir pour leur confiance.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/04/ce-qui-ne-tue-pas-de-rachel-abbott.html

  • anne-lineC 5 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    😈Alerte ! Thriller psychologique féminin, ça chauffe !!😈
    Rachel Abbott a une écriture redoutable ...
    De l’histoire, je ne vous en dirai pas plus que la quatrième de couverture sous peine de gros spoil. .. c’est dire qu’il n’est pas facile de chroniquer sur ce livre sans en livrer trop.
    Tout est en non-dit dans ce thriller psychologique. On est tour à tour à la place des 2 femmes qui se font face dans ce roman. Et tour à tour, on prend fait et cause pour chacune d’elle. L’auteur joue ainsi avec nos nerfs et nos à priori qui sont sans cesser balotés d’un bord à l’autre. Notre conviction semble ainsi faite que le chapitre suivant notre avis est alors diamétralement opposé et cela pendant quasiment tout le livre car , évidemment, il n’y a qu’à la toute fin ou tout est dévoilé.
    L’histoire pourrait rester centrée sur ces 2 femmes , l’ajout de la policière et sa relation amoureuse avec l’enquêteur chef semble anecdotique, voir superflue.
    L’auteure fait pencher le lecteur tantôt du côté d’Evie tantôt du côté de Cleo et arrive parfaitement à tromper nos certitudes.
    Elle distille savamment ses informations et nous fait vaciller tout le long du roman.
    ..
    Bravo à l’auteure, elle maitrise parfaitement sa narration et mène le lecteur par le bout du nez. On ne peut que tourner fébrilement les pages pour connaître enfin le dénouement de cette gymnastique neuronale...
    Bref , elle nous ballade pauvre lecteur que nous sommes...

  • Lecturesetgourmandises 5 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Captivant ! Voilà le premier mot qui m’a traversé l’esprit lorsque j’ai refermé ce livre. Avalé en un week-end et impossible à lâcher, Rachel Abbott a réussi à m’hypnotiser tout au long de ma lecture, sans ressentir aucune forme de lassitude.

    À travers les yeux de Cleo et Evie, l’auteure développe son intrigue, entre rivalité et jalousie.

    Cleo est surprotectrice envers son frère Marcus depuis sa plus tendre enfance. Elle est méfiante et ne fait confiance à personne, exceptée sa meilleure amie Aminah. Aucune femme n’est suffisamment bien pour son frère et elle suspecte Evie de vouloir profiter du succès de Marcus.

    À l’inverse, Evie est tout ce qu’il y a de plus de secrète, une personnalité impossible à percer. Son apparence froide et distante ne font qu’éveiller les soupçons de Cleo qui ne porte absolument pas la nouvelle compagne de son frère dans son coeur.

    Au surplus, les malencontreux accidents d’Evie accentuent davantage l’exaspération de Cleo envers sa belle-soeur.

    Après une première partie intrigante, de part l’alternance des points de vue et la grande rivalité entre Cleo et Evie, la seconde partie du roman emmène le lecteur dans une spirale faite de doute set faux-semblants. La sincérité de la relation entre Mark et Evie va être mise à mal.

    L’histoire se reconstitue par bribes de souvenirs, telle les pièces d’un puzzle que l’on assemble, faisant naître beaucoup de questions dans l’esprit du lecteur.

    Un autre élément essentiel du roman, c’est le décor qui permet à l’auteure de mettre en place une atmosphère sombre et pesante. La maison dans laquelle vivent Evie et Marcus est une grande demeure en bord de falaise dont une façade ne possède aucune fenêtre, leur permettant ainsi d’être à l’abri des regards. Cette maison fut le lieu d’un drame quelques années auparavant, lors de la mort accidentelle de la première épouse de Marcus.

    « Ce qui ne tue pas » est un roman addictif et plus que prenant ! Impossible à lâcher, ce thriller psychologique est plein de rebondissements et a réussi à me faire me triturer les méninges ! Je recommande !

  • aurelivres57 6 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Ce thriller psychologique nous met directement dans l’ambiance : Une chambre dans l’obscurité totale, du sang partout, la découverte de deux corps nus dans un lit, celui de Marcus North, célèbre photographe, mort, et celui d’Evie Clarke, sa compagne, mutilée à sang et en état de choc, agonisante.

    Commence alors pour l’agent Stephanie King, une incroyable enquête où le passé et l’intimité du couple Marcus-Evie vont être exposés, révélant de sombres secrets. Mais comment démêler le vrai du faux quand l’un est mort et ne peut donner sa version des faits ?

    Leur couple était pourtant vu d’un mauvais œil par Cleo, la sœur aînée de Marcus, dont l’attitude était surprotectrice et oppressante à l’égard de son frère. Elle qui n’a jamais accepté Evie, mais n’appréciait pas non plus Mia, la première épouse de Marcus, morte dans un étrange accident quelques années auparavant.

    Et qui était Evie ? Cette jeune femme mystérieuse, solitaire, renfermée, dont les multiples accidents et blessures, survenus avant chaque départ en voyage de Marcus, devenaient de plus en plus suspects. Etait-ce volontaire de sa part pour attirer l’attention sur elle ?

    Alors que s’est-il réellement passé ce soir-là ? Pourquoi Evie était-elle recroquevillée contre le cadavre de Marcus ?

    Ce qui ne tue pas est le cinquième roman de Rachel Abbott. Une histoire macabre, où les fantômes du passé ressurgissent sans que l’on s’y attende. Entre vengeance, jalousie, mensonges et manipulation, Stephanie King va devoir démêler cette sordide affaire et faire face à une Evie devenue l’ombre d’elle-même, et une Cleo, enragée et prête à tout pour protéger la mémoire de son frère. La rivalité entre les deux femmes sera palpable et insoutenable tout au long du procès. Mais les apparences sont parfois bien trompeuses… Entre bourreau et victime, il n’y a alors qu’un pas.

    Un véritable page-turner ! Chaque révélation dans l’affaire amène son lot de découvertes, et les pistes que nous imaginions prennent alors un tout autre tournant. Chaque personnage devient suspect lorsque l’on aborde ses failles. Le puzzle ne se reconstitue qu’à la fin, nous étouffant d’un suspense haletant et dévorant !

  • Kebooks 7 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    J’avoue ne pas trop savoir ce que je pense de ce livre. J’ai beaucoup aimé mais c’est (C’est mon ressenti après chaque thriller domestique mais bon)
    Dans ce livre, on se retrouve avec le point de vue de plusieurs protagonistes ce qui nous permet d’avoir une vue d’ensemble. Personnellement c’est ce que je préfère avec les thrillers (dans la limite du raisonnable ( j’ai déjà lu un thriller avec 20 personnage je vous dit pas l’embrouille).
    Les chapitres sont courts, il n’y a pas de blabla inutile donc il se lit très rapidement (la journée pour ma part). J’ai beaucoup aimé l’agent Stéphanie King qui est, je suppose un clin d’œil à Stephen King...

    Cleo, sœur de Mark, un célèbre photographe, ne voit pas d’un très bon œil sa nouvelle compagne : Evie. Jusque là on se dit bon... simple querelle féminine mais non puisque cette chère Evie commet un homicide volontaire donc oui, la haine de Cleo était bien fondée. Heureusement, l’histoire ne s’arrête pas là, Evie révèle des infos choquantes à propos de Mark lors du procès... était-il vraiment la personne que l’on croyait ?

    Mensonges à gogo, manipulation à souhait, vous allez être servie avec ce thriller !

  • Mes évasions livresques 9 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Ce qui ne tue pas est un thriller domestique où les faux-semblants sont légion.
    L’auteure s’amuse à leurrer le lecteur du début à la fin même si certains indices permettent d’être sur la voie.

    Ce thriller psychologique offre trois portraits de femme bien différents : entre Evie, Cleo et Stephanie, ce sont trois femmes fortes à leur manière que nous décrit l’auteure.

    Le roman se découpe en trois parties : l’exposition tout d’abord, le procès et le dénouement.
    Chaque personnage semble trouble et l’auteure s’applique à nous mener dans une paranoïa où tous peuvent être suspects. Qui est la victime ? Qui est le bourreau ? Et quelles sont les motivations ?

    Tout au long du récit, le lecteur se laisse embarquer par les faits décrits et au fil de ses certitudes, se retrouve démuni face aux nouvelles déclarations.

    Ce roman a été pour moi une lecture mitigée. En effet, j’ai eu beaucoup de mal avec les longueurs très présentes dans le récit qui me plombaient la lecture. Les personnages et leurs motivations sont assez troubles et peu d’empathie envers eux du coup.

    Cependant, le roman repose sur une intrigue solide et bénéficie de nombreux rebondissements dont un dénouement très efficace et inattendu.

  • Au chapitre d’Elodie 24 avril 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    Mark North (Marcus sous son nom d’artiste) est photographe. Il rencontre Evie Clarke qui lui demande de faire des photos pour son père. Très vite, le courant passe et ils forment un couple. Ils ont d’ailleurs la petite Lulu quelques mois plus tard. Un couple parfait ? En apparence... Evie a souvent des accidents domestiques (brûlures, membres cassés...), quelque chose ne semble pas aller dans leur couple. Qui est vraiment Marcus ? Qui est Evie ?

    Deux corps sont retrouvés par le sergent Stephanie King, un homme et une femme sur un lit imbibé de sang. L’homme a été poignardé, la femme est vivante. Il s’agit d’Evie et de Marcus. Que s’est-il passé ? "Je l’ai tué" Evie avoue et soutient la légitime défense, elle est condamnée pour meurtre...

    S’ensuit l’enquête, le procès... Et une ombre au tableau : Cleo la soeur de Marcus qui soutient que Marcus est un saint...

    Nous avons, dans ce livre, le point de vue d’Evie et de Cleo. Cleo incarne la perfection, semble être au centre de leur histoire et s’immisce dans leur vie car elle est très (trop ?) proche de son frère. J’ai trouvé chaque personnage louche et je n’ai cessé de me demander où était la vérité ? L’auteure distille au fur et à mesure de la lecture des indices à prendre ou à laisser mais qui vous fera vous interroger sans cesse. On entre dans la vie d’un couple, de ses secrets, des non-dits et des faux semblants...On ressent une certaine tension entre Evie et Marcus mais aussi entre chaque personnage. D’ailleurs, qui était Mia, l’ex-femme de Marcus ? Décédée dans le sous-sol de la maison... L’affaire a été bouclée et conduit à un accident. Le sergent Stephanie King va passer cette enquête ainsi que celle de son ex-femme au peigne fin et ce qu’elle va découvrir fait froid dans le dos. Qui croire ? Que croire ? Attention à ne pas être manipulé...

    Elodie
    http://auchapitre.canalblog.com/archives/2019/04/24/37271698.html

  • valmyvoyou lit 5 mai 2019
    Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott

    C’est la deuxième fois que la police se rend dans la maison de Mark North, un photographe talentueux. La première fois, l’agent Stephanie King avait enquêté sur la mort de Mia, la première femme de l’artiste.

    La scène qui accueille les forces de l’ordre est glaçante. Dans le lit, se trouve une femme, le corps tailladé et ensanglanté. Elle dit qu’elle a tué Mark.

    La première partie raconte les événements survenus trois mois plus tôt, ainsi que la rencontre entre Mark et Evie. La jeune femme n’a pas réussi à se faire accepter par Cléo, la sœur de son amoureux. Cette dernière n’accepte pas son influence et ne comprend pas pourquoi Evie se blesse si souvent. Est-ce pour attirer l’attention ? Cléo voue un amour très fort à son frère. Leur relation est fusionnelle.

    Dans la deuxième partie, nous assistons au procès. La vie conjugale est épluchée. Quelles sont les circonstances du meurtre ?

    Enfin, la dernière partie relate ce qu’il s’est passé après le verdict.

    Tout au long de l’histoire, les voix et les versions se mélangent. Nous ne sommes jamais perdus, car aussi bien les caractères que les façons de s’exprimer sont empreints de la personnalité de chaque personnage. Les portraits psychologiques sont saisissants de véracité et de trouble à la fois.

    Mes convictions ont souvent été ébranlées dans ce suspense psychologique. A chaque fois que je croyais détenir la vérité, un détail me chagrinait ou une révélation faisait s’effondrer ma théorie. Il est difficile de se repérer dans tous les mensonges. Tous les personnages ont des zones d’ombre et des secrets à protéger. Ils semblent tous avoir une dose de perversité et en même temps, une part d’innocence. Qui croire ? Qui est victime ? Qui est coupable ?

    Les indices sont semés par l’auteure, au fil des pages. Peut-on lui faire confiance ? Ne nous manipule-t-elle pas ? Avec Ce qui ne tue pas, notre échelle de confiance baisse. Tout le monde est sujet à caution.

    J’ai adoré ce huis clos que j’ai dévoré. Il me fallait lire la suite, car je ne savais plus si je devais faire confiance à ce que mon cerveau et mon intuition me soufflaient.

    Vengeance et manipulation sont les maîtres mots de ce drame domestique.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.