Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Homme peuplé - Franck Bouysse

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Harry, romancier à la recherche d’un nouveau souffle, achète sur un coup de tête une ferme à l’écart d’un village perdu. C’est l’hiver. La neige et le silence recouvrent tout. Les conditions semblent idéales pour se remettre au travail. Mais Harry se sent vite épié, en proie à un malaise grandissant devant les événements étranges qui se produisent.

Serait-ce lié à son énigmatique voisin, Caleb, guérisseur et sourcier ? Quel secret cachent les habitants du village ? Quelle blessure porte la discrète Sofia qui tient l’épicerie ? Quel terrible poids fait peser la mère de Caleb sur son fils ? Entre sourcier et sorcier, il n’y a qu’une infime différence.

Au fil d’un récit où se mêlent passé et présent, réalité apparente et paysages intérieurs, Franck Bouysse trame une stupéfiante histoire des fantômes qui nourrissent l’écriture et la création.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Aude Bouquine 18 juin 2024
    L’Homme peuplé - Franck Bouysse

    « L’homme peuplé » est un roman fantomatique, récit d’atmosphère où hiver, neige et silence s’entrelacent, où le brouillard vient brouiller les pistes de vie. Et pourtant, la première image du roman est une mésange, la vie, un ange perché sur un bord de fenêtre qui accompagne Caleb, guérisseur et sourcier du village. C’est dans cette atmosphère de conte, presque irréelle, que décide de s’installer Harry, écrivain en recherche d’inspiration. Depuis « l’Aube Noire », il n’a rien écrit de tangible. Ce village isolé, séparé du monde des vivants, presque inhospitalier, fait naître chez l’auteur la sensation d’être épié. « Le silence revient. L’inquiétude se diffuse dans le corps, tenace. Avec le brouillard qui l’enveloppe, le paysage tout entier semble se replier autour de lui, comme pour isoler un parasite, l’enfermer dans une gangue. Il n’est pas à sa place et chaque élément de l’environnement le lui signifie clairement. » Harry observe la maison d’en face enveloppée par l’obscurité, où tout semble statique, sauf les aboiements d’un chien qui à l’air de vivre là.

    Dans cette solitude choisie, auto imposée, il existe peu de liens avec le réel et la vie qui bruisse. Franck Bouysse est l’écrivain du silence, de ces lieux où l’on ne parle pas pour ne rien dire, de ces endroits où les habitants vivent selon les saisons en cultivant leur terre. Je tairais volontairement les prénoms des autres protagonistes du roman, car je ne veux parler que d’atmosphère en utilisant les mots de chacun pour tenter de vous y transporter par la pensée.« (…) disait peu, mais lorsqu’elle disait, on se doutait que c’était important. Disait qu’une fois que le passé est passé, il n’y a plus à revenir dessus. Ajoutait qu’il ne faut rien supposer du futur, rien envier de ce qu’il réserve ; que la vie résulte de très vieilles fautes que l’on n’a pas commises, mais qu’il faut pourtant endosser, et que si l’on venait à les connaître, on attenterait à sa propre mort ; que la haine n’est pas une arme létale, mais du sel incrusté sous la peau. Elle disait des choses qu’un enfant ne peut comprendre, qu’un adolescent n’entend pas et qu’un adulte ressasse le restant de sa vie (…) Elle disait que le monde de chacun est clôturé par des barbelés et que, s’ils viennent à céder, il faut s’empresser de les réparer et de les consolider. » Franck Bouysse est la voix des taiseux aux vérités furieuses lorsqu’elles s’expriment, la voix des secrets de famille tus, du mutisme rural généralisé.

    Harry pourrait être l’ombre de Franck Bouysse, son double littéraire, celui qui est confronté aux affres de la création. Un voyage intime qu’il doit faire seul, parfois torpillé par sa propre intériorité, doutes et questionnements, vie passée. Harry vit avec ses fantômes intérieurs, ceux de chaque écrivain, personnages, émotions, idées, idéaux. Le mécanisme de création est un sacerdoce. À défaut d’écrire, Harry lit « Mémoires d’un paysan du vingtième siècle », s’imprègne des mots d’un autre, « Il lit très tard pour repousser l’affrontement avec les créatures de la nuit. Il sait comment le sommeil travaille les corps démunis. », il recherche « l’odeur du silence » dans ce lieu-dit nommé le Bélier, il « continue d’écouter de la musique pour se rendre en terre d’écriture… ».

    Caleb est un homme de la terre, tout l’inverse d’Harry, guérisseur d’animaux et sourcier, paria du village, il refuse de soigner les humains. « Caleb pense que ce qui peut arriver de mieux à la planète, c’est que les humains disparaissent le plus rapidement possible, peu importe comment. Pour que ce soit parfait, il faudrait qu’il n’y ait aucun survivant, sinon un jour ou l’autre, on recommencerait les mêmes erreurs. » Caleb n’est pas concerné par le processus créatif, il est en revanche un réceptacle à émotions, capable de ressentir tout ce qui anime le vivant. « À ses yeux, un livre, c’est de la poudre aux yeux. Ça n’aide pas à vivre. »

    « L’homme peuplé » est un roman choral où plusieurs voix se relayent. L’hostilité polaire y est omniprésente et vient s’infiltrer nonchalamment dans le cœur du lecteur. Ses émotions finissent frigorifiées, transies par un inéluctable engourdissement. Était-ce alors l’état d’esprit de Franck Bouysse, navigant entre deux personnalités d’homme diamétralement opposées ? Était-ce sa volonté de démontrer qu’à travers des mots, un roman où l’atmosphère glaçante et hostile serait omniprésente, il serait possible d’anesthésier chaque âme à distance ? C’est précisément sur cette idée que je voudrais m’arrêter pour tenter d’exprimer mon ressenti. Cette citation sur le processus créatif m’interpelle : « Les mots seuls ne fabriquent pas d’émotion sincère, c’est l’émotion qui doit précéder l’apparition de mots. » Dans ce cas, qu’en est-il de la perception et du ressenti du lecteur ? Car, je dois bien l’avouer, outre le style si poétique de Franck Bouysse dont la virtuosité romanesque et stylistique n’est plus à démontrer, je n’ai strictement rien ressenti. Ni joie, ni peur, ni empathie, ni compassion à l’égard des personnages. Je n’ai eu de plaisir réel et d’admiration que pour cette écriture exemplaire, pour la perfection de chaque phrase associée à chaque idée, pour la mise en abîme du processus de création d’un auteur qui cherche réellement à nous transmettre, à travers Harry, la difficulté d’écrire. Mais, il m’aura manqué l’ÉMOTION, celle qui fait vibrer, celle qui met les entrailles en vrac, celle qui oblige le cerveau à penser encore et encore au roman, celle qui bouleverse tout sur son passage comme dans « Né d’aucune femme » ou « Buveurs de vent ». Pourtant, je suis dans l’incapacité de dire que je n’ai pas aimé ce roman alors que j’ai toujours affirmé que dans chaque lecture c’était d’abord l’émotion qui primait. Me voilà bien ennuyée et un peu ébranlée dans mes certitudes…« Le problème avec ceux qui aiment le livre, c’est qu’ils finissent par aimer son auteur, sans réserve. » Voilà peut-être un début de réponse…

  • spitfire89 14 juin 2024
    L’Homme peuplé - Franck Bouysse

    Franck Bouysse tisse une toile au travers de deux temporalités, l’une pour un regard vers le passé et l’autre sur l’avenir.
    L’homme peuplé est un récit fantastique sur la nature, l’existence, les croyances comme avec Caleb sourcier et guérisseur. Une atmosphère puissante, mystérieuse et inquiétante. Une plume délicate, envoûtante et mélancolique.

    Solitude, Sorcellerie, Secret et Singularité. Une lecture en apnée.

    "Caleb pense que ce qui peut arriver de mieux à la planète, c’est que les humains disparaissent le plus rapidement possible, peu importe comment. Pour que tout soit parfait, il faudrait qu’il n’y ait aucun survivant, sinon un jour ou l’autre, on recommencerait les mêmes erreurs. L’homme a toujours réussi à faire mieux, en pire."

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.