L’écorchée - Donato Carrisi

Notez
Notes des internautes
4
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. Incapable d’éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, Mila excelle dans la recherche de ceux qui, un jour, se sont évanouis dans la nature. Elle seule ne peut oublier ces « victimes potentielles d’homicides ».

Soudain, l’un d’eux réapparaît… et tue. Un à un, ceux dont les portraits ornent les murs des Limbes, reviennent, transformés en assassins. Epaulée par l’agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et féru d’anthropologie, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une « hypothèse du mal

Vos #AvisPolar

  • La Caverne du Polar 16 janvier 2019
    L’écorchée - Donato Carrisi

    J’ai découvert Donato Carrisi avec Le Chuchoteur, le premier opus de la saga Mila Vasquez. Aujourd’hui je vais vous parler du second tome L’écorchée. Je signale quand même qu’il vaut mieux avoir lu Le Chuchoteur avant. Je trouve que c’est toujours mieux de lire dans l’ordre pour vraiment comprendre tous les personnages. Allez suivez-moi en direction de l’Italie.

    Sept ans ont passés depuis l’affaire du Chuchoteur. Mila Vasquez travaille toujours encore dans les Limbes, ce service de police qui s’occupe de retrouver les personnes portées disparues. Dans la salle des Pas Perdus sont affichées les photos de ces personnes et Mila passe tous les jours devant leurs visages. Et justement une de ces personnes disparue est réapparue en massacrant une famille entière. Mila va être confronté à plusieurs personnes qui avaient disparu depuis de nombreuses années, et toutes ces personnes reviennent pour commettre des meurtres. Plusieurs hypothèses sont possibles, terrorisme, sectes, … Mila va devoir interpréter au mieux tous les indices et faire le rapprochement entre toutes ces personnes. Mais pour cela elle sera épaulée par Simon Berish, un flic spécialiste en anthropologie au passé douteux, accompagné de son chien Hitch.

    J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver le personnage de Mila. Même si il faut bien l’avouer, c’est un personnage assez bizarre qui n’éprouve aucune empathie pour qui que ce soit, pas même sa fille. Elle est obligée de se mutiler pour ressentir une émotion, une douleur qui la libère momentanément de ses angoisses. L’affaire du chuchoteur l’a beaucoup marqué et elle a toujours encore du mal à s’en remettre. Elle vit sans cesse dans un équilibre précaire pour ne pas basculer du côté obscure. Le second personnage important de ce roman est Simon Berish, un flic mis à l’écart, soupçonné de corruption, qui va aider Mila à y voir plus clair dans l’enquête. D’ailleurs je trouve que les deux forment un très bon duo.

    C’est fascinant comment l’auteur arrive à nous expliquer, comment une personne, quelle qu’elle soit, peut en arriver à disparaître dans le néant, s’effacer complètement, ou encore manipuler les autres jusqu’à les pousser au meurtre. Donato Carrisi excelle vraiment dans cet aspect psychologique du thriller.

    L’écorchée est un livre très sombre. L’intrigue est bien maitrisée, le suspense est présent et les différents protagonistes sont très aboutis. J’ai hâte de lire le troisième opus L’égarée… Pour terminer je vais rajouter un extrait du livre que j’ai adoré.
    •S’il existait un seul homme sur terre, serait-il bon ou mauvais ?
    •Ni l’un ni l’autre… ou peut-être les deux.
    •Exact. Les deux forces ne constituent pas une dichotomie, deux opposés nécessaires supposant que le bien n’existerait pas sans mal et vice-versa. Parfois le bien et le mal sont le résultat d’une convention mais, surtout, ils n’existent pas sous une forme absolue. L’hypothèse du mal dit « Le bien de certains coïncide toujours avec le mal d’autres, mais le contraire vaut également. »

  • Nadège Michèle 19 janvier 2019
    L’écorchée - Donato Carrisi

    Auteur excellent je me régale à chaque fois...

  • Saveur Littéraire 21 janvier 2019
    L’écorchée - Donato Carrisi

    Une enquête, plusieurs morts, comme dans le précédent opus. Les victimes, peut-on vraiment les appeler ainsi ? Les victimes n’ont pas des âmes si angéliques que ça. Comme dans Le Chuchoteur, il est question de types qui ont commis des crimes : on parle d’âmes qui ont des choses à se reprocher. C’est d’ailleurs un thème récurrent chez l’auteur.

    L’intrigue tourne autour de disparus, à diverses époques. Aucun corps n’a jamais été retrouvé, jusqu’à maintenant. On a aussi masse de domaines vachement intéressants qui sont exploités : l’anthropologie, la fameuse Hypothèse du mal. Donato Carrisi nous en donne une bonne définition, nous donne des exemples que l’on connait tous, mais auxquels on ne pense pas. Le régime nazi, les justiciers…et tant d’autres ! Une plongée dans l’esprit humain, dans ses contradictions et ses recoins les plus sombres. Car il est aussi question d’obscurité. Des fantômes, des explosions intérieures, des désirs refoulés, qu’on ne s’avoue qu’à soi-même, et un défi à relever. Une mise à l’épreuve pour les personnages, une enquête qui part dans un sens, puis un autre. Chaque secret est révélé minutieusement, et avec ça, on se prend une autre claque sur la bouille !

    “Je viens de l’obscurité et c’est dans l’obscurité que je dois retourner…” Cette phrase que dit Mila résume bien. Excellent second opus, mention et apparitions de personnages du premier, ça fait plaisir de voir qu’ils sont encore là. Peut-être moins addictif que le premier, mais excellent quand même. J’approuve et je me décide à lire le reste des romans de cet auteur de génie. Un véritable régal.

  • eTemporel 10 février 2019
    L’écorchée - Donato Carrisi

    Après l’immense coup de cœur qu’avait été Le chuchoteur pour moi, c’est avec une grande impatience que j’attendais l’occasion de me replonger dans l’univers de Donato Carrisi, et de retrouver Mila Vasquez dans la suite de ses aventures : L’écorchée. On la retrouve effectivement 7 ans après les événements précédents, dans la section de recherche des disparus, à l’abri, croit-elle, du plus gros de ses ténèbres. En réalité, c’est justement par ce choix qu’elle va de nouveau être confrontée à une nouvelle intrigue, malsaine au possible.

    J’aime ce personnage de Mila. Elle a un petit coté un peu cliché, celui de l’enquêtrice en butte à ses propres démons, et en même temps, ces démons sont, il faut le reconnaître, bien particuliers. D’une part, rappelons qu’elle est complètement incapable d’éprouver la moindre empathie pour qui que ce soit, pas même sa fille, obligée de se mutiler pour ressentir enfin une émotion, une douleur, quelque chose, ce qui la libère momentanément de ses angoisses. Et pour couronner le tout, les ténèbres lui sont quasiment irrésistibles, elle résiste un temps, mais on la sent toujours sur le fil, sur la tangente, prête à basculer dans l’ombre.

    C’est vraiment un personnage bien construit, très abouti, elle a quelque chose de presque réel. Dans L’écorchée, on fait également la connaissance d’un nouveau protagoniste masculin : Simon, un paria, un flic mis à l’écart car soupçonné de corruption, un anthropologue qui va aider Mila à y voir clair dans l’enquête. Il est plutôt sympa et agréable, mais là en revanche, un peu trop cliché à mon goût. Et puis le chuchoteur, encore et toujours, dont l’ombre plane au-dessus de ce second volume. J’ai trouvé l’intrigue un peu moins bien ficelée que la précédente, un peu plus poussive, mais elle reste agréable à découvrir, et le dénouement m’a terrifiée, en tant que mère !

    Encore une fois, tout le talent de Donato Carrisi réside dans sa façon de nous expliquer comment une personne, quelle qu’elle soit à l’origine, peut en arriver à d’effroyables extrémités : disparaître dans le néant, s’effacer complètement, ou encore manipuler les autres jusqu’à les pousser au meurtre. C’est vraiment cet aspect psychologique qui m’intéresse et me plaît chez cet auteur. Après, il applique ici les mêmes ficelles que dans son premier roman, et il ne faudrait pas non plus que cela devienne une marque de fabrique un peu trop prévisible. A surveiller, donc, mais L’écorchée a été pour moi un très bon moment de lecture, que je ne saurais que recommander.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.