Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La confidente - Renee Knight

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Il n’y a qu’un pas entre la loyauté...et l’obsession.

Regardez autour de vous. Qui détient le plus de pouvoir dans la pièce ? Est-ce celui qui parle le plus fort ou celui qui a le plus d’argent ?
Ou peut-être est-ce quelqu’un comme Christine Butcher : une figure douce et invisible, un témoin silencieux lorsque les informations sont partagées et les secrets murmurés.
Quelqu’un qui, tranquillement, parfois même sans le vouloir, accumule des connaissances sur ceux qu’elle est venue servir – ; ceux qui ne vont pas faire attention à elle.
Mais lorsque quelqu’un comme Christine Butcher est poussé à bout, elle pourrait bien devenir la personne la plus dangereuse et la plus puissante de la pièce...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 28 août 2020
    La confidente - Renee Knight

    Christine Butcher est secrétaire depuis près de vingt ans au siège social des supermarchés Appleton. Sa patronne Mina Appleton est en plein procès, la gestion de l’entreprise familiale ayant dérapée vers des pratiques frauduleuses. Le personnage de Christine est effacée, elle est détentrice des secrets de Mina, elle sait tout et ne dit rien, elle ne semble pas avoir de Mina une vision réaliste. A la suite du procès tout cela est sur le point de basculer. Ce livre se lit rapidement tant il a eu pour moi un côté addictif et pourtant, il a une construction qui pourrait s’apparenter à celle d’un journal intime. Il n’y a qu’un seul point de vu, celui de Christine qui nous relate sa vie professionnelle auprès de sa patronne. Même si les thèmes abordés sont parfaits : pouvoir, vengeance, trahison, loyauté, les personnages n’ont pas suffisamment de profondeur pour que leur comportement soit crédible et surtout ils sont antipathiques au possible. On ne devient pas une « Mina » de but en blanc, j’aurai aimé en apprendre plus sur elle mais aussi sur Christine. Alors que celle-ci semble avoir eu une enfance « normale », un mariage heureux. Qu’est ce qui la pousse à agir ainsi ? Il est évident que si on le provoque, même la réaction de quelqu’un de discret peut nous surprendre. Pour ce qui est de l’écriture, on a ici un long monologue avec des dialogues occasionnels. Du coup les événements progressent lentement et sont peu passionnants, un peu ennuyeux à ce stade même s’il y a eu des moments de bon suspense. Je sentais bien que cela nous préparait à une fin inattendue. Jamais je n’aurai pu prédire cette suite mais pour moi c’était définitivement trop. L’intrigue devient bizarre et pour tout dire c’est assez choquant. Un livre fait pour un lecteur patient qui aime les combustions lentes. Bonne lecture.

  • Annesophiebooks (Les lectures d’Anne-Sophie) 29 août 2020
    La confidente - Renee Knight

    Quoi de mieux, entre deux polars bien costauds, qu’un bon thriller psychologique so british ?
    Ça tombe bien, c’est exactement ce que nous propose Renée Knight avec son nouveau roman, « La Confidente ».

    J’avais eu le plaisir, il y a un an ou deux, de lire son thriller précédent, « Révélée », qui avait déjà bien fonctionné avec moi.
    Je suis donc immédiatement montée sur le pont lorsque j’ai su qu’elle en sortait un nouveau.

    Christine est l’assistante principale de Mina Appleton, présidente des supermarchés du même nom depuis le décès de son père.
    Pour Christine, c’est le travail de sa vie, celui dont elle rêvait. Un travail à la cadence soutenue, avec de très nombreuses responsabilités.
    Elle en rêvait, Mina l’a fait.
    Oui mais à quel prix ?

    Pour le savoir il va vous falloir lire ce bon roman.

    Il est parfois très compliqué de faire la part des choses entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle lorsque l’on tient ce genre de poste. Il n’est pas toujours évident d’être à la fois présente pour votre famille et pour votre employeur quand vous savez pertinemment que celui-ci ne peut pas se passer de votre présence pour régler les problèmes du travail mais également pour gérer SA propre vie privée.

    Ce n’est pas un mythe, l’assistante est la personne indispensable, en qui il peut avoir confiance, et sur les épaules de laquelle reposent quantité de choses.

    Autant dire que dans ce genre de rapports, il est important de dresser des barrières assez vite. Car à être trop inter-dépendants, on peut facile en arriver à se vampiriser...
    C’est précisément ce qui va se passer pour Christine.

    Jusqu’à ce que...

    Laquelle des deux est à blâmer ?
    Quelle étrange dynamique lie ces deux femmes ?
    Et, surtout, jusqu’où sont-elles prêtes à aller, pour se protéger ou protéger l’autre ?

    Encore une fois, vous le saurez en lisant La Confidente.

    Thriller psychologique par excellence, ce n’est pas le rythme qui importe ici mais bel et bien l’atmosphère et les personnages.
    Encore plus que dans son précédent titre, Renée Knight parvient à nous prendre dans sa toile et ne nous relâche plus avant la toute fin.

    La trame est très efficace et on se régale.
    Bref, je vous le conseille !

  • Sangpages 11 septembre 2020
    La confidente - Renee Knight

    Mina Appleton, à l’aube de la retraite de son père Lord Appleton, prend la tête de la grande chaîne de magasins d’alimentation familiale avec la ferme intention de leur donner un gros coup de jeune. Riche à millions elle règne sur son monde, mais personne ne peut régner sans une assistante dévouée - Christine Butcher, parachutée pour remplacer une secrétaire en vacances croit au miracle lorsque Mina lui propose ce poste. Dévouée, obsédée par le personnage de Mina, elle devient très vite indispensable.

    Dès le départ, tu sais que les choses ont mal tourné, mais bien entendu, tu ne sais ni pourquoi ni comment. Tu le découvres au fil des chapitres à la première personne de Christine, au fil des articles qu’elle découpe dans les journaux - comme un fil conducteur - dans un présent où l’on sent la rage et la rancœur. La structure est, d’ailleurs très originale et le passé-présent habilement mené.

    J’ai côtoyé des assistantes de direction de grandes entreprises dans une autre vie et je dois dire que l’auteure a su la décrire avec une précision d’horlogère suisse. La relation, la dévotion, le travail qui frise l’asservissement alors que quelque part, elles ne sont que l’extension d’un bras amené à toutes les manœuvres bonnes ou mauvaises. Souvent détestable, à force d’agir en cerbère à l’aide de ce pseudo pouvoir que leur confère leur position. Pourtant elles sont des oreilles, des yeux. Elles entendent tout, voient tout et peuvent potentiellement devenir ...très dangereuses...

    Au travers de ce récit, l’auteure nous parle de pouvoir, d’argent, de chaînes de magasins qui font la pluie et le beau temps au détriment des petits producteurs. Elle nous parle des business d’aujourd’hui qui se soucient plus de la rentabilité que de la qualité. Elle nous parle aussi de dévotion jusqu’à en tout perdre, d’admiration, d’envie, de tout ce qui peut faire rêver sans imaginer que cela puisse conduire à sa propre perte.
    Elle aborde, sans vraiment en avoir l’air, une multitude de problématiques et nous glisse à l’oreille ce qu’est le pouvoir sous toutes ses formes et tu verras que le final est exceptionnel !

    Subtil, prenant malgré quelques longueurs, j’ai, pour ma part, passé un excellent moment de lecture et ne peux que te le recommander !

    A toi qui t’apprêtes à prendre un tel poste...Tu changeras peut-être d’avis...

  • Aude Lagandré 18 septembre 2020
    La confidente - Renee Knight

    « La confidente » est un roman noir psychologique qui traite des relations au travail. Une secrétaire intérimaire, Christine, se voit confier l’un des postes les plus importants de la société : assistante particulière de Mina, à la tête de l’entreprise. Précédemment, elle était celle de Lord Appleton, le père de Mina. Mina est un personnage trouble, un peu fille à papa, née avec une cuillère d’argent dans la bouche, à qui l’on a donné de grosses responsabilités (peut-être un peu trop grosses pour elle) et qui souhaite se démarquer de son prédécesseur de père en prenant des directions différentes pour l’avenir de l’entreprise. Les supermarchés Appleton travaillaient avec de petits producteurs, vantant ainsi des relations équitables pour achalander les rayons de leurs magasins, et c’est tout ce système que Mina souhaite secrètement peu à peu métamorphoser. L’appât du gain peut faire faire des choses peu recommandables…

    Christine, qui n’a jamais eu un poste de cette importance se sent pousser des ailes. Enfin, une reconnaissance dans le domaine professionnel, de quoi briller un peu en société, mais surtout dans les yeux de son mari : nouveau poste, salaire en conséquence, responsabilités accrues. C’est important pour une femme de se sentir reconnue. C’est en partie à cause de ce besoin de reconnaissance que Christine va se laisser entraîner dans une spirale qui va progressivement la dépasser, car Mina est loin d’être une patronne comme les autres. Elle est tyrannique, omnipotente, et grappille progressivement du terrain, effaçant peu à peu la faible limite qui peut et doit exister entre vie privée et vie professionnelle. Les ambitions de l’une trouvent un point d’accroche dans les rêves « d’être importante » de l’autre. Mina sait parfaitement bien comment susciter l’implication de « cette nouvelle domestique » tout entière dédiée à son nouveau rôle. Ce roman est entièrement axé sur les relations de patron à employé mais ce seul pitch serait un peu simpliste. Vous vous doutez bien que Renée Knight vous a concocté quelques surprises, quelques twists et de petites révélations qui vont donner du corps au récit. Le danger lorsqu’un binôme, même professionnel est aussi fusionnel, est que parfois, la créature se retourne contre son créateur et forte des secrets accumulés, elle a tendance elle aussi à vouloir prendre le pouvoir.

    Alors qui domine vraiment ? La gentille petite assistante ou la chef d’entreprise bénéficiant de tous les pouvoirs ?

    Vous l’aurez compris, nous sommes vraiment au cœur d’un roman psychologique qui oscille entre fidélité et dévouement, tendant peu à peu vers l’obsession maladive. Je me suis surprise à me prendre d’affection pour l’une des deux (je ne vous dirai pas laquelle) et parfois même à ressentir de l’empathie pour elle. J’ai apprécié la force, mais aussi la fragilité de ces deux femmes dans cette relation de travail ambiguë où clairement les barrières n’ont pas été précisées dès le départ.

    L’autre point intéressant c’est de découvrir l’envers du décor de l’industrie agroalimentaire. Je ne m’en cache pas : c’est une industrie que je déteste, une industrie sans conscience, sans réelle ambition de respecter ses intermédiaires, pour ne pas dire faire du fric sur leurs dos. Souvenez-vous des grandes manifestations agricoles dans notre pays où les producteurs déversaient des litres de lait dans les rues, justement à cause du prix d’achat des grandes centrales alimentaires, vendant même parfois à perte. Un secteur fort inhumain démontrant encore une fois à quel point notre système est pourri, mortifère et profondément injuste.

    Pour résumer, adeptes des thrillers psychologiques, allez-y : vous passerez un bon moment à parler à votre livre ou même à tempêter. Je l’ai lu entre deux romans extrêmement sombres, et c’était la lecture qu’il me fallait à ce moment-là, un peu moins anxiogène, mais certainement pas dénuée d’intérêt.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.