Le Cheptel - Céline Denjean

Notez
Notes des internautes
2
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Le corps d’une jeune femme est retrouvé en Lozère. Au regard des éléments qu’ils détiennent, les enquêteurs de la SR de Nîmes se forgent rapidement un avis : elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme... Pour le capitaine Merlot, d’Interpol, les conclusions médico-légales placent cette victime dans une longue série. Les gendarmes nîmois vont alors apprendre à leur grande stupéfaction, qu’Interpol tente depuis vingt-cinq ans de démanteler un réseau de trafic d’êtres humains. Louis Barthes, notaire à la retraite, est à la recherche de sa soeur jumelle dont il ignorait l’existence. Ses démarches vont a peu à peu le faire remonter jusqu’à une poignée d’orphelins juifs dont la fuite vers l’Espagne s’est arrêtée dans les Pyrénées... Jeune adolescent de 13 ans, surdoué, Bruno passe des vacances dans les Pyrénées quand il tombe dans un dangereux torrent et est emporté par les flots. Il parvient miraculeusement à s’extirper des eaux tumultueuses, et cherchant de l’aide, découvre une communauté vivant hors temps et hors réalité dirigée par une grande prêtresse qui se fait appeler Virinaë. Trois fils que Céline Denjean tisse ensemble dans un suspens et une tension exceptionnels, et surtout avec sa remarquable maîtrise du récit révélée dans ses précédents romans.

Vos #AvisPolar

  • Encore Un Livre 14 février 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Je pense que je viens de lire une de mes plus grosses claques en matière de thriller cette année avec Le cheptel !!! C’est une p***** d’histoire qui prend racine au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, je n’en reviens pas ! Céline Denjean n’à rien à envier à personne ! Chronique à chaud ou je laisse décanter ? Peu importe, les grandes lignes et une très grosse partie de mon ressenti ne m’ont pas quittée dès les premiers chapitres de ce livre qui fait tout de même presque 700 pages !!!Le cheptel rejoint les thrillers appuyés sur des faits historiques que je n’oublierai pas, rien que je ne sache pas. Mais la manière de raconter les différents récits m’ont passionnée et captivée ! J’use et abuse des «  !!! » mais Le cheptel est à mon sens un de ces thrillers intelligents où la fiction se mêle à la réalité, c’en est déconcertant !

    En réalité tu es une pétocharde Atrimen, parce que tu as peur de désobéir, de prendre une décision, ta décision…La plus grande des peurs est peut-être celle de remettre en cause nos croyances…
    Céline Denjean a imaginé cette communauté qu’est le cheptel situé en pleine montagne au cœur des Pyrénées. Au delà des murs la réalité est inconnue, on comprend comment s’entretient la peur et le conditionnement intellectuel. Cette intrigue majeure est percutante de bout en bout, elle résonne d’une manière incroyable ! Même si on se doute bien qu’une telle communauté ne puisse vivre en totale autarcie à l’heure actuelle, ce qui se cache derrière ces murs n’en reste pas moins terrifiant et parfaitement plausible fût un temps. Elle entrecroise les récits passionnants, dont celui de Louis Barthes qui m’a particulièrement émue « Tu n’es pas Louis ! Mon fils est mort ! » . Voilà comment la quête de Louis Barthes est née, les paroles de sont défunt père lui reviennent en mémoire. Son destin qui s’est joué au Vél d’Hiv m’a profondément touchée. Juste en quelques pages, un témoignage sur l’élan de courage d’une femme héroïque sauvant deux innocents parmi tous les parqués au Vél d’Hiv, amène une émotion particulière entre l’incompréhension et la colère que l’on ressent face à cette rafle. Quelques pages je vous dis, mais juste assez pour que cela donne une dimension hors norme au récit. D’ailleurs l’absence de ce coté racoleur est à souligner, les détails glauques et sordides sur cette rafle n’y ont pas leur place. Je n’aurais eu de toute façon aucun plaisir à les lire pour un sujet sensible qu’on ne peut pas se permettre de traiter à la légère. N’oublions pas la tension du thriller dans une enquête où une jeune femme a été victime d’une chasse à l’homme. Au cœur de la cellule TEH – Trafics d’êtres humains- où les coupables demeurent redoutables et insaisissables, l’enquête va très vite prendre de l’ampleur, nos enquêteurs vont être confronter ce à quoi l’homme est encore capable aujourd’hui…

    Comment expliquer ce coup de poing, ce sentiment que j’ai eu tout au long de ma lecture !? J’ai enfin renouer et retrouver le thriller que j’aime ! Je ne sais pas quoi vous dire d’autre pour vous convaincre de le lire, il y’a encore tant de choses à dire et de réflexions à faire sur ce bouquin qui fait près de 700 pages ! Mais je risque de vous dévoiler beaucoup d’éléments de l’intrigue qui m’ont abasourdie. C’est une histoire où tout s’enchaîne et les premiers maillons sont dans le résumé. N’envisagez pas de le lire si vous n’avez pas quelques heures devant vous. Il ne s’essouffle pas, il captive et monte en puissance jusqu’à la fin qui est parfaitement maîtrisée, ce qui laisse présager quelque chose de grande envergure en 2019 où je serai au rendez-vous le jour J !

    Le cheptel est le premier thriller de Céline Denjean que je lis, il peut évidemment être lu indépendamment de La fille de Kali dont certains éléments refont surface dans l’intrigue, mais rien de spoilant cela m’a même donné cette envie irrépressible de le lire !

    A l’heure où écrire un roman documenté sur tout et n’importe quoi est devenu un argument de vente, une demande de reconnaissance de son travail, Céline Denjean en toute modestie se contente de remerciements, et de quelques lignes sur la fiction de l’histoire. Mais quid de la documentation historique ? Heureusement d’autres ne se sont pas contenté de le remiser dans la catégorie « lu et apprécié » Le cheptel a reçu cette année deux prix : Celui du Meilleur polar francophone 2018 au festival de Cognac, celui du Prix de l’Embouchure au festival polars du sud il y’a quelques jours seulement. Ne passez pas à coté !

  • Sharon 27 février 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Si vous aimez les romans policiers reposants, prévisibles, pas trop sanglants, bref, si vous cherchez un polar divertissant, passez votre chemin. Nous sommes ici dans un roman dur, difficile, non par son écriture, mais par les sujets qui sont abordés.
    Le roman semble se composer de trois intrigues différentes - qui finissent par se rejoindre, pas forcément de la façon dont on s’y attendait. Le plus attachant, à mes yeux, est Louis : oui, il n’est pas tout jeune, oui, il a eu une vie heureuse, sans histoire, cependant ce qu’il découvre de ses origines, ce secret de famille qui lui est révélé à la suite de la maladie de son père lui fait reconsidérer tout ce qu’il a vécu jusque là. S’il faut retenir un seul point de sa quête, c’est la découverte qu’il a toujours été entouré d’amour, et que l’on a toujours, quelque part en France, penser à celui qu’il était vraiment. Il est une expression pour qualifier les années pendant lesquelles Louis est venu au monde "les années les plus noires de notre siècle". Disons que l’on veut croire, très souvent, que "cela" est derrière nous, que "cela" ne peut pas recommencer. Pourtant, ce qui nous est conté dans les deux autres intrigues montrent que c’est toujours possible, ou probable.
    Prenez Bruno, un adolescent ordinaire, finalement, qui s’amuse avec ses copains. A la suite d’un accident, il se retrouve projeté dans un univers qui n’est pas du tout le nôtre - et pourtant, nous ne sommes ni dans la fantasy, ni dans la science-fiction. Il ne s’agit pas seulement pour lui d’évoluer dans un monde dont il n’a pas les codes, il s’agit de tâcher de s’en sortir plus ou moins bien, face à ces personnes qui semblent venir d’ailleurs - j’ai pensé, en un raccourci thématique, à Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque.
    Viennent ensuite les enquêteurs proprement dits. Ils sont nombreux, et pour certains, cela fait longtemps qu’ils sont sur la piste... de quoi au juste, de qui ? Et bien d’actes criminels qui paraissent totalement inimaginables - et pourtant, cela a beau être énorme, hors-norme, le lecteur se prend à dire que cela pourrait être possible, en un mélange d’utilisation des techniques les plus modernes (voir l’usage du Darknet) et des méthodes les plus anciennes pour conditionner les êtres humains. Vertige ? Oui, certainement.
    Surtout, l’on pressent très vite, et on le met à l’épreuve également, que ce ne sera pas une enquête tiède, pendant laquelle les enquêteurs ne risqueraient pas grand chose. Il suffit d’un rien pour que tout tourne mal, alors quand on sait que les origines de cette affaire remonte à plus de vingt ans, le "rien" qui peut tout faire déraper ne tient qu’à un fil. Là, j’aimerai citer d’autres faits, bien réels, que m’ont rappelé le dénouement, mais je vous en dirai alors vraiment beaucoup trop.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.