Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Cheptel - Céline Denjean

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le corps d’une jeune femme est retrouvé en Lozère. Au regard des éléments qu’ils détiennent, les enquêteurs de la SR de Nîmes se forgent rapidement un avis : elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme... Pour le capitaine Merlot, d’Interpol, les conclusions médico-légales placent cette victime dans une longue série. Les gendarmes nîmois vont alors apprendre à leur grande stupéfaction, qu’Interpol tente depuis vingt-cinq ans de démanteler un réseau de trafic d’êtres humains. Louis Barthes, notaire à la retraite, est à la recherche de sa soeur jumelle dont il ignorait l’existence. Ses démarches vont a peu à peu le faire remonter jusqu’à une poignée d’orphelins juifs dont la fuite vers l’Espagne s’est arrêtée dans les Pyrénées... Jeune adolescent de 13 ans, surdoué, Bruno passe des vacances dans les Pyrénées quand il tombe dans un dangereux torrent et est emporté par les flots. Il parvient miraculeusement à s’extirper des eaux tumultueuses, et cherchant de l’aide, découvre une communauté vivant hors temps et hors réalité dirigée par une grande prêtresse qui se fait appeler Virinaë. Trois fils que Céline Denjean tisse ensemble dans un suspens et une tension exceptionnels, et surtout avec sa remarquable maîtrise du récit révélée dans ses précédents romans.

Vos #AvisPolar

  • Encore Un Livre 14 février 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Je pense que je viens de lire une de mes plus grosses claques en matière de thriller cette année avec Le cheptel !!! C’est une p***** d’histoire qui prend racine au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, je n’en reviens pas ! Céline Denjean n’à rien à envier à personne ! Chronique à chaud ou je laisse décanter ? Peu importe, les grandes lignes et une très grosse partie de mon ressenti ne m’ont pas quittée dès les premiers chapitres de ce livre qui fait tout de même presque 700 pages !!!Le cheptel rejoint les thrillers appuyés sur des faits historiques que je n’oublierai pas, rien que je ne sache pas. Mais la manière de raconter les différents récits m’ont passionnée et captivée ! J’use et abuse des «  !!! » mais Le cheptel est à mon sens un de ces thrillers intelligents où la fiction se mêle à la réalité, c’en est déconcertant !

    En réalité tu es une pétocharde Atrimen, parce que tu as peur de désobéir, de prendre une décision, ta décision…La plus grande des peurs est peut-être celle de remettre en cause nos croyances…
    Céline Denjean a imaginé cette communauté qu’est le cheptel situé en pleine montagne au cœur des Pyrénées. Au delà des murs la réalité est inconnue, on comprend comment s’entretient la peur et le conditionnement intellectuel. Cette intrigue majeure est percutante de bout en bout, elle résonne d’une manière incroyable ! Même si on se doute bien qu’une telle communauté ne puisse vivre en totale autarcie à l’heure actuelle, ce qui se cache derrière ces murs n’en reste pas moins terrifiant et parfaitement plausible fût un temps. Elle entrecroise les récits passionnants, dont celui de Louis Barthes qui m’a particulièrement émue « Tu n’es pas Louis ! Mon fils est mort ! » . Voilà comment la quête de Louis Barthes est née, les paroles de sont défunt père lui reviennent en mémoire. Son destin qui s’est joué au Vél d’Hiv m’a profondément touchée. Juste en quelques pages, un témoignage sur l’élan de courage d’une femme héroïque sauvant deux innocents parmi tous les parqués au Vél d’Hiv, amène une émotion particulière entre l’incompréhension et la colère que l’on ressent face à cette rafle. Quelques pages je vous dis, mais juste assez pour que cela donne une dimension hors norme au récit. D’ailleurs l’absence de ce coté racoleur est à souligner, les détails glauques et sordides sur cette rafle n’y ont pas leur place. Je n’aurais eu de toute façon aucun plaisir à les lire pour un sujet sensible qu’on ne peut pas se permettre de traiter à la légère. N’oublions pas la tension du thriller dans une enquête où une jeune femme a été victime d’une chasse à l’homme. Au cœur de la cellule TEH – Trafics d’êtres humains- où les coupables demeurent redoutables et insaisissables, l’enquête va très vite prendre de l’ampleur, nos enquêteurs vont être confronter ce à quoi l’homme est encore capable aujourd’hui…

    Comment expliquer ce coup de poing, ce sentiment que j’ai eu tout au long de ma lecture !? J’ai enfin renouer et retrouver le thriller que j’aime ! Je ne sais pas quoi vous dire d’autre pour vous convaincre de le lire, il y’a encore tant de choses à dire et de réflexions à faire sur ce bouquin qui fait près de 700 pages ! Mais je risque de vous dévoiler beaucoup d’éléments de l’intrigue qui m’ont abasourdie. C’est une histoire où tout s’enchaîne et les premiers maillons sont dans le résumé. N’envisagez pas de le lire si vous n’avez pas quelques heures devant vous. Il ne s’essouffle pas, il captive et monte en puissance jusqu’à la fin qui est parfaitement maîtrisée, ce qui laisse présager quelque chose de grande envergure en 2019 où je serai au rendez-vous le jour J !

    Le cheptel est le premier thriller de Céline Denjean que je lis, il peut évidemment être lu indépendamment de La fille de Kali dont certains éléments refont surface dans l’intrigue, mais rien de spoilant cela m’a même donné cette envie irrépressible de le lire !

    A l’heure où écrire un roman documenté sur tout et n’importe quoi est devenu un argument de vente, une demande de reconnaissance de son travail, Céline Denjean en toute modestie se contente de remerciements, et de quelques lignes sur la fiction de l’histoire. Mais quid de la documentation historique ? Heureusement d’autres ne se sont pas contenté de le remiser dans la catégorie « lu et apprécié » Le cheptel a reçu cette année deux prix : Celui du Meilleur polar francophone 2018 au festival de Cognac, celui du Prix de l’Embouchure au festival polars du sud il y’a quelques jours seulement. Ne passez pas à coté !

  • Sharon 27 février 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Si vous aimez les romans policiers reposants, prévisibles, pas trop sanglants, bref, si vous cherchez un polar divertissant, passez votre chemin. Nous sommes ici dans un roman dur, difficile, non par son écriture, mais par les sujets qui sont abordés.
    Le roman semble se composer de trois intrigues différentes - qui finissent par se rejoindre, pas forcément de la façon dont on s’y attendait. Le plus attachant, à mes yeux, est Louis : oui, il n’est pas tout jeune, oui, il a eu une vie heureuse, sans histoire, cependant ce qu’il découvre de ses origines, ce secret de famille qui lui est révélé à la suite de la maladie de son père lui fait reconsidérer tout ce qu’il a vécu jusque là. S’il faut retenir un seul point de sa quête, c’est la découverte qu’il a toujours été entouré d’amour, et que l’on a toujours, quelque part en France, penser à celui qu’il était vraiment. Il est une expression pour qualifier les années pendant lesquelles Louis est venu au monde "les années les plus noires de notre siècle". Disons que l’on veut croire, très souvent, que "cela" est derrière nous, que "cela" ne peut pas recommencer. Pourtant, ce qui nous est conté dans les deux autres intrigues montrent que c’est toujours possible, ou probable.
    Prenez Bruno, un adolescent ordinaire, finalement, qui s’amuse avec ses copains. A la suite d’un accident, il se retrouve projeté dans un univers qui n’est pas du tout le nôtre - et pourtant, nous ne sommes ni dans la fantasy, ni dans la science-fiction. Il ne s’agit pas seulement pour lui d’évoluer dans un monde dont il n’a pas les codes, il s’agit de tâcher de s’en sortir plus ou moins bien, face à ces personnes qui semblent venir d’ailleurs - j’ai pensé, en un raccourci thématique, à Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque.
    Viennent ensuite les enquêteurs proprement dits. Ils sont nombreux, et pour certains, cela fait longtemps qu’ils sont sur la piste... de quoi au juste, de qui ? Et bien d’actes criminels qui paraissent totalement inimaginables - et pourtant, cela a beau être énorme, hors-norme, le lecteur se prend à dire que cela pourrait être possible, en un mélange d’utilisation des techniques les plus modernes (voir l’usage du Darknet) et des méthodes les plus anciennes pour conditionner les êtres humains. Vertige ? Oui, certainement.
    Surtout, l’on pressent très vite, et on le met à l’épreuve également, que ce ne sera pas une enquête tiède, pendant laquelle les enquêteurs ne risqueraient pas grand chose. Il suffit d’un rien pour que tout tourne mal, alors quand on sait que les origines de cette affaire remonte à plus de vingt ans, le "rien" qui peut tout faire déraper ne tient qu’à un fil. Là, j’aimerai citer d’autres faits, bien réels, que m’ont rappelé le dénouement, mais je vous en dirai alors vraiment beaucoup trop.

  • LectureChronique2.0 5 mai 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Je vous annonce un coup de coeur pour ce roman et pour l’autrice également que je vais suivre de près tant sa plume est magistrale.

    A la base, trois histoires bien distinctes :
    Louis, un notaire à la retraite part à la recherche de son identité, volée lors de la rafle du Vél’ d’Hiv’ .
    Bruno, un ado geek qui chute dans un torrent d’une montagne pyrénéenne et se retrouve blessé et perdu dans la forêt .
    La création de la section de gendarmerie T.E.H. ( Trafic d’Etres Humains ) à Toulouse qui rassemblent toute une série de meurtres mystérieux divers et variés de par le monde commis sur ces vingt-cinq dernières années.
    On suit également la vie d’Atrimen, jeune fille issue de ce fameux Cheptel.

    Toutes ces histoires vont se rejoindre et vont révéler une intrigue encore plus sombre et horrible qu’il n’est possible d’imaginer.
    Vous allez apercevoir les dérives illimitées de ce que peut engendrer la manipulation collective, les horreurs perpétrées lors de la grande guerre, le manque d’amour qui entraîne une vengeance hors norme, hors du temps même.

    L’auteur a brillamment reussi à imbriquer toutes les pièces de ce puzzle géant pour nous laisser deviner le galvanisant dénouement qui s’inscrit dans la continuité de cet énorme récit.
    L’assaut final est totalement inattendu et ouvre sur la perspective d’une suite envisageable.

    J’ai mis du temps à digérer ce pavé tellement l’histoire est splendide, les personnages sont différenciables par le ton employé, reconnaissable à chacun.
    Un thriller d’une puissance inégalée, tu sens que la main bienveillante de l’autrice s’est posée sur toi et t’entraine par la beauté des mots dans cette ballade au coeur de mon Sud-Ouest natal.

    J’ai du mal à trouver mes mots, je suis toujours époustouflée par cette lecture qui m’a pris trois jours mais que j’ai vécu si intensément. Il va me rester longtemps dans la mémoire celui là.
    Je ne peux que vous le conseiller si les gros volumes ne vous font pas peur. Un talent sans pareil que je vous incite fortement à découvrir.

    Extrait : Le garçon commença de trembler. Il y avait le froid, certes, mais il y avait surtout la peur. Que se passait-il dans cette communauté ? Qui était la femme qui se faisait appeler Virinaë ?
    Où allaient tous ceux qui étaient " raflés " et dont l’unique passage sur cette terre se soldait par une pierre blanche portant leur nom ? Et par-dessus tout, qu’allait-il devenir ?! Une énième lumière blanche fendit le ciel en zigzaguant, suivie d’un fracas à réveiller un mort.

  • L’atelier de Litote 28 mai 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Le cheptel fait suite à La fille de Kali, nous y retrouvons Eloïse Bouquet et son équipe ainsi que les gendarmes nîmois qui vont être face à la découverte du cadavre d’une jeune femme sans identité qui pourrait bien avoir fait l’objet d’une chasse à l’homme. L’enquête prend de l’ampleur avec l’arrivée du Capitaine Merlot d’Interpol qui suit une piste depuis de nombreuses années sans résultats à ce jour. Une autre intrigue va nous être proposée en la personne de Louis Barthes dont les recherches sur son passé vont nous tenir en haleine et nous ramener au moment de la rafle du Vél d’hiv en juillet 42. Il y aura aussi Bruno, 13 ans qui après être tombé dans un torrent dangereux, cherchera du secours auprès d’une communauté recluse vivant en autonomie et dirigée par Virinaë leur grande prêtresse. Trois fils à dérouler d’une même pelote. C’est pour moi un grand coup de cœur l’intrigue est excellente et m’a captivé de bout en bout. J’ai particulièrement aimé suivre l’enquête sur les réseaux de trafic d’êtres humains qui est un sujet dont on sait qu’il existe toujours. Une descente en enfer parfaitement maîtrisée qui aborde de nombreux thèmes comme la manipulation, l’endoctrinement, le sectarisme, le dark net, l’esclavage… L’écriture est superbe, malgré le nombre important des personnages, l’auteur ne m’a pas perdu. Il faut reconnaître que les personnages ont une profondeur qui les rend sinon sympathiques pour le moins attachants. C’est avec un plaisir de lire et une soif de découverte que j’ai terminé ce thriller redoutable en un weekend. Il faut saluer le travail de recherche impressionnant, pour arriver à une intrigue qui se tient et reste totalement crédible, zéro défaut côté scénario c’est du grand art. La description de la communauté nous fait entrer dans un monde parallèle et surréaliste. Tout ce qui se rapporte à la seconde guerre mondiale nous montre à quel point il est important ne rien oublier. De quoi réfléchir sur notre société et ses dysfonctionnements, quelles que soient les époques. Ce qui me réjoui le plus c’est de savoir qu’il y a une suite avec « Double amnésie » et que je vais pouvoir retrouver certain des protagonistes dans une enquête différente. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/05/28/37341322.html

  • Sangpages 8 juin 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Est-ce que cela t’est déjà arrivé d’avoir envie de te foutre des claques ? Moi, oui…souvent...
    Ce livre est dans ma liseuse depuis quasiment sa sortie et va savoir pourquoi, il s’est enfoncé dans les tréfonds de ma PàL...Difficile d’admettre que je puisse ne pas avoir lu quelque chose d’aussi bon et brillant plus tôt…
    "Le Cheptel", c’est un récit en 3 tons :
    A la première personne pour Louis Barthes parti en quête de son passé.
    A la deuxième personne pour Atrimen du Cheptel et c’est techniquement brillant puisque cette forme dépersonnifie plus encore le personnage. Tu comprendras en lisant 😜
    Et une narration "classique" pour Bruno et la police.
    Une structure intelligente agissant comme un fil rouge qui te permettra de t’y retrouver dans ces différentes "scènes" ainsi que d’en exprimer toute leur intensité.
    Précis, détaillé, tout est parfaitement maîtrisé et tourne comme une pièce d’horlogerie suisse.
    Mais surtout, ne t’affole pas, le sujet semble gore et pourtant Céline a réussi le tour de main de ne pas entrer dans la surenchère. Tout est plutôt suggéré et c’est, là aussi, la force de ce livre.
    Tu y retrouveras les personnages de "La fille de Kali " avec Eloïse Bouquet et ses sbires, mais la transition est habile puisque ce n’est pas une réelle suite qu’il faut impérativement avoir lu le premier pour comprendre. Bien sûr que si c’est le cas, c’est encore mieux. De plus, elle y introduit d’autres personnages et évite ainsi un côté répétitif.
    Tu constateras direct que Céline voue quelque chose de très particulier au sacré et à la divinité. Les femmes prennent dans ses récits, des visages fort venimeux et dominateurs.
    Tu verras que la secte est abordée d’une manière très différente et plus terrifiante encore que d’habitude. Tout est d’un réalisme ultra percutant sans chichi exagéré et juste...probable...
    Céline Denjean pose un regard pertinent sur la manière d’aborder des faits de notre histoire sans croyance ou éducation. L’observation des événements historiques sans savoir, sans a priori ni connaissance est édifiante et donne matière à réflexion. Difficile à t’expliquer sans spoiler mais c’est clairement quelque chose qui m’a fascinée. Comme si tu expliquais l’histoire de notre humanité à un extra-terrestre. Ce dernier s’interrogerait sur des aspects qui, à nous, semblent évidents, acquis et que nous ne remettons pas en question tout simplement parce qu’on nous les a inculqués.
    Tout est super bien foutu. Céline n’a omis aucun détail et a réussi à créer une trame sans faille au point que cette histoire pourrait être celle du petit bled juste au-dessus de chez toi...Lève la tête, regarde bien...ne vois-tu rien ?
    On m’avait dit que le fille de Kali n’était qu’un début et que la suite s’avérait meilleure encore...et bien j’ai été gâtée, car c’est le moins qu’on puisse dire. Cette histoire a fait résonner en moi l’un des meilleurs Senécal mais je ne te dirai pas lequel et a replacé aussi des images d’un fameux film d’Eli Roth. Là non plus je ne te dirai pas lequel. Tu comprendras tout de suite en le lisant.
    Le cheptel est un terme que l’on utilise habituellement pour le bétail. Tu verras qu’ici, il prend une tout autre tournure et j’ai particulièrement apprécié le personnage de Bruno avec sa vision intra-muros tout à fait arbitraire qui a rendu, pour moi, l’aspect de ce "Cheptel" pire encore.
    J’ai retrouvé dans ce récit cette touche d’humour et de sarcasme jubilatoire mais j’ai surtout apprécié retrouver ces personnages taillés à la serpe, sculptés, modelés avec grand art.
    Une fois encore, comme dans la fille de Kali, le lecteur se retrouve dans cette position d’omniscient. Sans être dénué de suspense, bien au contraire, tu te retrouveras plutôt à suivre l’évolution d’une situation, à pénétrer la psychologie des personnages pour t’amener à te noyer dans leur folie. Tu auras suffisamment d’infos entre les mains pour imaginer toute sorte de scénario et c’est sans doute ce qu’il y a de pire, sans jamais voir arriver ce final éblouissant.
    En fait, pour tout te dire, Céline Denjean, elle te prend plutôt par la main en te chuchotant à l’oreille "Viens, je vais te raconter une histoire" d’un air...sadique…
    D’ailleurs je suggère que sous la définition : manipulation psychique soit écrit : Céline Denjean car je suis au regret de t’annoncer qu’elle te manipulera autant que ses personnages.
    Bref, tu l’as compris c’est un méga coup de foudre, c’est bon, c’est excellent, c’est génial...T’as compris quoi ? Hein ?
    Si tu es prêt à pénétrer au cœur de la pire des folies, si tu es prêt à absorber l’horreur alors accroche-toi bien fort et mets les gaz !
    Et moi ? Juste qu’une envie, me plonger dans "Double amnésie", son petit dernier...

  • mimi85600 10 juillet 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Une fois n’est pas coutume, je vous mettrai la quatrième après vous avoir livré mon avis. En effet, pour ce roman, je pense et je ne suis pas la seule, qu’il est préférable d’en savoir le moins possible avant d’entamer sa lecture. Je vous laisserai donc le choix de lire ou non le résumé juste après tout en sachant qu’il en dit beaucoup et vous gâchera le plaisir de la découverte.

    Pour ma part, je me suis plongée dans ce polar sans rien en savoir et je m’en suis délectée de la première à la dernière page, happée par cette histoire hors nomes, originale et effroyable. Les personnages sont particulièrement soignés, l’histoire est d’une densité incroyable et Céline Denjean a su créer ses propres décors au milieu d’une région bien française.

    L’écriture est impeccable et l’histoire parfaitement orchestrée. Les chapitres s’enchaînent et plus vous avancez dans l’intrigue, plus vous voulez en savoir davantage. De la ville de Nîmes jusqu’aux montagnes Pyrénéennes, vous vous laissez embarquer dans cette spirale infernale aux côtés de personnages ô combien attachants. L’auteur a également su habilement mêler son histoire à l’Histoire avec un grand H et amener ainsi une dimension encore plus marquante à son roman.

    Alors, oui, ce roman est pour moi un énorme coup de coeur, une claque monumentale et il me tarde de lire "La fille de Kali" qui est le tome 1 et " Double amnésie qui est le tome 3. Le cheptel est donc le tome 2 mais il n’est pas gênant du tout de le lire en premier.

  • AnnieLecture 1er août 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    Une femme retrouvée morte... deux personnages : un homme de 73 ans qui va se lancer dans la recherche de ses racines et puis un enfant, Bruno, qui échappe à la rivière dans laquelle il tombe.
    Deux jeunes filles d’un autre âge, qui semblent vivre dans un autre monde. 
    Tout ce monde va se télescoper pour révéler un passé dont la base est la 2nde guerre mondiale. 
    L’enquête va se révéler difficile et minutieuse.
    Je me suis beaucoup attachée à Atrimen, une des jeunes filles d’un autre monde, naïve, touchante et pourtant très forte moralement. Le vieil homme est également très attachant.
    C’est un pavé qui se lit vite et se laisse dévorer. L’enquête se déroule à vive allure malgré quelques temps morts, et les révélations "reboostent" au fur et à mesure de la lecture... c’est astucieux. 
    Finalement j’ai beaucoup apprécié ce livre. Ça m’a donné envie de me pencher sur Le fille de Kali.

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Le Cheptel - Céline Denjean

    D’où sort donc Céline Le Denjean ?
    Dans quelle communauté a-t-elle bien pu vivre cachée sans que j’entende parler d’aller ?
    La prêtresse Virinaë n’a dû la libérer que très récemment parce que je ne sais pas comment j’ai pu passer à côté d’elle…
    Il faut croire qu’on fait tous des erreurs dans le vie !

    Une fois n’est pas coutume, juste au cas où vous seriez trop crevés pour lire toute ma chronique, je vous le dit tout de go, ce bouquin est une bombe ! Voilà, vous pouvez vous arrêter là.

    Maintenant, si vous êtes un peu plus curieux, vous avez 2 solutions si vous voulez savoir comment construire un thriller absolument parfait, sans une seconde de break, sans reprendre votre souffle, et surtout sans lassitude : vous lâchez tout ce que vous êtes entrain de faire et vous précipitez !
    Et puis surtout, vous prenez le temps. J’ai mis un peu plus de 2 semaines pour digérer ces 650 pages, pas parce que c’était pas bon, mais parce qu’au contraire c’était trop bon !
    Je m’endormais le soir en pensant à la colonie, à Louis, à Bruno, à Elicen, à Atrimen. (vrai de vrai, vos personnages ont hanté mes nuits !)

    Ce n’est pas facile de résumer ce livre sans trop en dire, donc je vais être vraiment succincte.

    Le thriller s’ouvre sur une jeune fille qui court, poursuivie par des hommes et des chiens, consciente que sa vie est en danger et qu’elle ne peut s’en sortir vivante. Son corps est effectivement retrouvé par les gendarmes de Nîmes quelques heures plus tard, d’une balle en pleine poitrine.
    Les gendarmes arrivent vite à la conclusion que la jeune femme a été victime d’une chasse à l’homme.
    Ensuite, l’araignée-Céline nous tisse une sacré toile.
    Le lecteur suit plusieurs histoires en parallèle :
    – Louis Barthes, un vieux notaire en quête des origines de sa naissance
    – Les gendarmes nîmois collaborant avec le capitaine Eloïse Bouquet
    – Un adolescent, Bruno tombé dans une rivière qui se retrouve en territoire hostile en essayant de sauver sa peau.
    – un groupe de personnes, Le Cheptel qui semble vivre hors du temps, dans un monde parallèle au nôtre et qui vit dans une peur permanente.

    La force de ce thriller réside d’abord,indiscutablement, dans sa construction.
    Parce que chaque chapitre suit un protagoniste différent, on ne ressent aucun temps mort, et ça c’est carrément EXCEPTIONNEL, pour ne pas dire RARISSIME.
    Céline a su développer chacun de ses personnages de sorte que l’attachement du lecteur pour chacun est quasi immédiat. On ne lit pas un chapitre en se disant, bon sang vivement le suivant, mais pleinement, en savourant chaque évolution, chaque histoire et chaque problématique. On garde à l’esprit la problématique principale qui est de savoir à quel moment exactement tout se petit monde va finir par se retrouver mais on se laisse littéralement porter par le récit.
    Et comment elle a fait Céline pour nous rendre un peu plus accro ? Et bien, elle a adapté son discours et sa force narrative à chaque personnage. Pour faire court, Louis ne s’exprime pas comme Bruno. A chaque personnage son style propre, et son univers.

    On devient légèrement psychopathe parce que les personnages sympathiques ne sont pas forcément ceux que l’on préfère, et les méchants sont diablement attirants.
    Les thèmes abordés sont la manipulation des masses, le sectarisme, la perte, le devoir de mémoire historique, savoir d’où l’on vient pour savoir qui l’on est, et tous ces thèmes apportent des réflexions personnelles. Et oui, le lecteur ne gobe pas ici, il réfléchit aussi !

    Et maintenant quoi ?
    Parce que la fin c’est une immense blague. C’est quoi cette fin Céline ? Vous voulez qu’on se mette tous à hurler ? C’est pas humain de laisser le lecteur sur cette ouverture…
    J’espère que vous vous êtes mise au boulot et que le suivant est bien avancé parce que sinon vous risquez d’avoir des émeutes !

    En tout cas, la découverte de Céline Le Denjean me laisse ce formidable espoir que j’ai encore des auteurs fabuleux à découvrir et de sacrés bons moments de lecture qui se profilent. Le plaid et le feu de cheminée ont encore de beaux jour devant eux.
    Je me sens un peu orpheline ce soir de ces personnages qui ont partagé mes soirées pendant 2 semaines.
    C’est du très grand thriller,
    Du très bon thriller,
    Du thriller addictif et intelligent,
    Du thriller super bien écrit,
    De ces bouquins dont le lecteur a du mal à se défaire et qui restent longtemps en mémoire.

    Chapeau bas ! Vous allez faire partie de ces auteurs dont je commande les livres sans même avoir lu la 4ème de couverture car on sait d’avance à quel point ça va être bon.

    Non, non, je ne vous mets pas la pression 😉

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.