Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Jeu de la Défense - André Buffard

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu’elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d’autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l’accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé. Ce dernier va tout tenter pour l’innocenter.
André Buffard nous embarque dans un roman judiciaire au plus près de la réalité, avec une affaire criminelle hors norme vécue de l’intérieur, depuis la garde à vue jusqu’au procès aux assises. Il dépeint avec précision la complexité des relations entre l’avocat et celui qu’il défend. Il brosse un portrait sans concession de l’institution judiciaire et de la place des médias dans une affaire qui fait la une. Il s’interroge aussi sur les motivations d’un avocat, et pose les questions fondamentales de son métier. Entre recherche de la vérité, argent, pouvoir, il montre comment la justice n’est, finalement, qu’un jeu...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Musemania 15 juin 2021
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Une raison particulière explique que j’ai sorti ce thriller de ma pile à lire : j’ai reçu grâce à www.bepolar.fr et aux Editions Filature(s) « L’affaire Thomas Royer » d’André Buffard qui est paru le 2 avril dernier. C’est la troisième aventure de l’avocat pénaliste, David Lucas. Comme beaucoup d’entre vous, je suppose et comme vous devez déjà le savoir à la fin, je préfère toujours commencer la lecture d’une série de bouquins à la naissance d’un personnage. C’était donc l’occasion rêvée de plonger dans « Le jeu de la défense ».

    Beaucoup d’originalités affublent ce premier roman de l’auteur, lui-même avocat de métier depuis 1972. Vu donc son bagage professionnel, aucun détail n’est laissé au hasard. Il prend bien le temps d’expliquer les filons du droit pénal et de la procédure pénale et ce, à chacune des étapes de l’enquête sur le meurtre de Ghislaine, jeune magistrate en stage à Lyon. Pour les novices ou néophytes, vous ne risquez donc pas d’être perdus malgré les très nombreuses subtilités du droit.

    Très souvent, cela donne l’impression que David Lucas, le personnage, nous narre son auto-biographie dans une affaire pénale spécifique. Pourtant, c’est bien une oeuvre de fiction. Pour un premier roman, le style d’écriture est déjà bien maîtrisé. C’est vrai que le domaine du droit m’aide mais quand même, j’ai trouvé cela fort agréable.

    Ayant moi-même accompli des études de droit et m’étant spécialisée notamment en droit pénal et ce, même si j’ai fait mes études en Belgique, le droit belge et le droit français reposent quand même sur les mêmes bases et ont conservé de nombreuses ressemblances. J’ai trouvé cela très plaisant de trouver dans un lecture noire, tout ce qui entoure mon domaine de prédilection.

    Je me lancerai sans trop tarder dans le second tome de la série avec « Jeux de dames ». Je vous reparle donc de cet écrivain très bientôt.

  • kathel 29 mars 2021
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Un roman policier qui se déroule à Lyon, dont le principal personnage est un avocat, cela m’a suffisamment intéressé pour que j’ouvre ce roman gagné à un concours « Quais du polar ». Écrit par un avocat, il s’est avéré passionnant pour la pédagogie, les détails concernant les mécanismes de la justice. L’enquête elle-même est suffisamment émaillée de moments plus stressants et de rebondissements pour maintenir l’attention et l’envie de continuer. Certes, le personnage principal est macho et peu sympathique, mais je pense ou du moins je laisse planer le doute : il s’agit sans doute d’humour, et d’ailleurs son comportement et ses remarques m’ont fait sourire plus d’une fois. Au final, une lecture fluide et captivante, mais sans grand relief au niveau de l’écriture.

  • Les Lectures de Maud 28 mars 2021
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Livre lu d’une traite, responsable d’une courte nuit. Bon une fois que j’ai dit ça…

    Mon premier livre de l’auteur et surement pas le dernier, heureusement j’en ai un autre sous la main pour bientôt.

    Passionnée de polars et de thriller, nous sommes habitués à retrouver des policiers, gendarmes, justiciers ou privés. C’est ma première lecture à travers les yeux d’un avocat de la défense.

    Grâce à cet angle nous découvrons l’ensemble des étapes, de la découverte du cadavre à l’énoncé du verdict.

    A travers cette enquête passionnante autour du meurtre d’une jeune magistrate qui émeut l’ensemble de la profession. Toutes les pistes vont faire jour, mais principalement sa vie personnelle, elle avait un amant… Pour peu que ce monsieur fasse parti du palais, il n’en faut pas plus pour que l’affaire explose au grand jour et que les médias s’emparent du sujet.

    La police, la scientifique, les juges, greffiers, les médias, tout ce monde qui gravite autour d’une affaire, où chacun peut avoir sa propre conviction.

    Un style totalement addictif, des phrases courtes, de nombreux dialogues rythment parfaitement ce récit. De plus, le lecteur va de surprises en découvertes en même temps que l’avocat avance et accède aux éléments. A travers ses yeux et ressentis, on suit pas à pas l’évolution du dossier. Très habilement, l’auteur nous explique les points de procédure obligatoires et l’évolution que la justice a connu ces dernières années. Tout s’imbrique à merveille. J’ai particulièrement apprécié découvrir ce que pensait David sur la présence de l’avocat dès les premières heures de garde à vue. Les avantages, les inconvénients et la notion d’équilibriste qu’il faut parfois user pour caler l’imprévu dans un planning ultra chargé où chaque minute compte.

    L’ambiance au palais de justice est très bien documentée, sans pour autant nous paraître barbante. Au contraire, j’ai eu l’impression d’être un caméraman qui suivait le protagoniste principal partout et accédait à ses réflexions et pensées.

    L’auteur met très bien en lumière également comment une stratégie peut partir à volo si un nouvel élément surgit. Nous découvrons aussi la relation client-avocat, et l’établissement de la défense suivant les éléments ; mais aussi les dangers du mensonge.

    L’humain est placé au premier plan, ce n’est pas la vérité mais la défense d’un justiciable que l’on découvre ici. Les faits, les acteurs, le rôle de chacun, l’image d’une scène de théâtre, la distance, sont d’autant d’éléments essentiels peut être pour l’enquête mais pour l’avocat de la défense sa priorité est et reste son client. Même s’il doit jongler avec plusieurs dossiers en même temps.

    Même si je retiendrai que le « jeu », « la peur » et « l’adrénaline » sont parties prenantes dans ce rôle, les surprises de dernière minute, en règle générale, ne sont pas forcément les bienvenues.

    Après cette première rencontre avec David Lucas, il est certain que j’irai découvrir ses autres affaires, avec les envers du décor.

  • celine85 13 décembre 2020
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Ghislaine Labreuil Une jeune magistrate a été battue à mort alors qu’elle rejoignait en secret son amant Jacques Brochard. Celui-ci l’a découvert et dit avoir paniqué. Il s’est enfui et tous ce qu’il a fait après peut laisser croire qu’il est le coupable. Cet avocat et futur candidat à la marie confie sa défense au pénaliste Maitre David Lucas.
    Pour son premier roman, l’auteur André Buffard nous embarque dans un univers qu’il connait bien, celui de la justice car il est avocat depuis 1972, c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce roman et le rend réaliste. Il nous raconte de A à Z une affaire vue de l’intérieur, et tous les éléments autour qui viennent jouer sur le procès avec le déchainement des médias lors d’un gros procès, les rouages de la justice… Il nous démontre également la complexité de la relation avocat/client, ce que demande ce métier : défendre son client sans finalement s’intéresser au fait qu’il soit coupable ou innocent. Il ne faut pas avoir d’états d’âme.
    Maitriser le thème du roman, c’est bien mais ça ne fait pas tout. La encore André Buffard arrive a maitrisé le domaine de l’écriture. Son style est agréable et fluide. L’histoire est simple mais tout est maitrisé. Il sait embarquer son lecteur dans son univers, le manipuler, le faire réfléchir sur ce métier.
    On comprend à la fin du livre que tout ça n’est finalement qu’un jeu…

  • Michel BLAISE 27 novembre 2020
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Ghislaine LABREUIL est une jeune magistrat affectée auprès du cabinet du Doyen des juges d’instruction près le Tribunal de Grande Instance de Lyon. Iconoclaste, rétive à toute forme d’autorité et recourant de bon cœur à des méthodes peu orthodoxes, elle est découverte assassinée devant la garçonnière de son amant, maître BROCHARD, bâtonnier de l’ordre des avocats de Lyon.

    La plupart des personnages du roman disposent d’un mobile et d’un modus operandi. Ainsi, le compagnon de la victime - le jeune policier impétueux qui se trouve le soir des faits, avec son coéquipier, près du lieu du crime - avait découvert l’infidélité de Ghislaine LABREUIL sur le point de le quitter aussitôt que son amant, Maître BROCHARD, se serait lui-même séparé de son épouse, également présente sur les lieux de l’assassinat, nonobstant un alibi mensonger. Cependant, maître BROCHARD, également candidat à la mairie de Lyon, exclut de divorcer. Aussi, la juge Ghislaine LABREUIL, avant de se rendre au lieu de rendez-vous clandestin habituel, adresse à son amant un dernier ultimatum lui ordonnant de quitter sa femme ; à défaut, elle mettra immédiatement et définitivement un terme à la relation, ce qui est inacceptable pour BROCHARD. Au même endroit et au même moment, un SDF, ancien repris de justice, s’enfuit immédiatement après le crime.

    Autre chose, la jeune juge instruisait des dossiers de trafics de drogue très sensibles, mettant en cause un petit voyou, opposé à des bandes rivales de banlieue, qui promettait de se venger de Ghislaine LABREUIL et de ses méthodes déloyales bafouant les droits de la défense.

    Et si l’on ajoute pour bouquet final un greffier pervers et une présidente du Tribunal de Grande Instance aigrie qui déclare à propos de l’assassinat de sa collègue - : « Je ne vois pas pourquoi ils [les juges] ne pourraient pas être assassinés au même titre que les autres » (P.58) -, c’est la promesse faite à BROCHARD, que tout accuse tout accuse, jusqu’à ses propres déclarations à la police, d’un « jeu de la défense » mouvementé pour tenter d’obtenir un acquittement.

    Maître BROCHARD est interpelé, mis en examen et placé en détention provisoire pour assassinat. Ses déclarations et les indices matériels recueillis par la police sont autant d’indices graves et concordants de culpabilité. Il fait appel à l’un de ses confrères, le narrateur, pour assurer sa défense.

    Le jeu de la défense (éditions Plon, 2018) est le premier roman publié par le célèbre avocat pénaliste, maître André BUFFARD, habitué des cours d’assises. Il a défendu le terroristeCarlos, Pierre Chanal, l’affaire des disparus de Mourmelon, Jean-Claude Romand, certains membres d’Action Directe, Alain Carignon, Eric Cantona et bien d’autres encore.

    L’ouvrage a été sélectionné pour concourir au titre du Prix du Meilleur Polar Points.

    Le jeu de la défense est un thriller judiciaire, mais un thriller judiciaire pas tout à fait comme les autres. Et c’est l’une des raisons essentielles pour laquelle il mérite un avis très favorable. L’intrigue, sans toutefois être quelconque et banale, n’est pas, pour autant, novatrice ou exceptionnelle. Cependant, la plus-value du roman réside dans l’alternance de courts chapitres, qui se correspondent parfaitement, entre, d’une part, le déroulement de l’intrigue et, par ailleurs, le jugement du narrateur avocat - il s’agit, sans aucun doute de celle de l’auteur -, sur la Justice et, plus particulièrement, sur les juges et les avocats. Avec un souci de sincérité et d’authenticité, André BUFFARD s’applique à décrire, le plus souvent objectivement, quelquefois plus subjectivement, ses sentiments et ses opinions à propos du monde judiciaire - parfois contestables, souvent frappés du coin du bon sens : la paupérisation de la profession d’avocat, des magistrats davantage justiciers que juges, les petits arrangements entre amis (ça existe !). Et surtout, l’auteur a le souci pédagogique et passionnant d’exposer, en désavouant les bêtises dites sur les diverses chaines d’information ou dans la plupart des séries télévisées stupides, le fonctionnement de la justice depuis la commission d’une infraction jusqu’à la décision de la justice en passant par les enquêtes de police ou de gendarmerie.

    L’auteur semble vouloir démontrer, et il y parvient fort bien, que tout individu a le droit – et même le devoir – d’être défendu. D’abord parce qu’il s’agit de protéger tous les citoyens, y compris les innocents, des procédés qui consisteraient à violer les règles de procédure. Or, la forme c’est la garantie de la liberté, y compris (surtout) pour les innocents. D’autre part, quelle société démocratique accepterait un jugement sommaire sans la garantie d’une défense libre et respectée dans ses droits ? Un individu coupable, dont la preuve du méfait est rapportée - le doute doit lui profiter, comme elle doit profiter à tous - sera condamné, mais cette condamnation sera d’autant plus acceptée par la société que toutes les garanties de la défense auront été respectées. En cela, l’avocat et une justice soucieuse des droits de la défense participent du maintien de l’ordre social. Ce n’est que dans les régimes de dictature que les procès et condamnations ne sont pas acceptés par l’opinion publique, pas en démocratie. De ce point de vue, à peine d’arbitraire dont tout innocent peut être un jour la victime, le prix de la démocratie est d’accepter qu’un coupable, dont la preuve du crime qui lui est imputé n’est pas établie, reste en liberté.

    Un seul reproche, mais le défaut était inévitable eu égard à l’activité dominante d’André BUFFARD, celui-ci ne dit pas que le procès pénal, toutes infractions confondues, de la simple contravention au crime, ne représente qu’une infime partie de l’activité professionnelle de la quasi-totalité des avocats et de l’œuvre de justice. Et, il ne faut pas croire que seul le procès pénal a trait aux libertés, à l’honneur ou à l’intégrité d’un individu ; c’est vrai également en matière civile, commerciale, fiscale... Mais qui serait intéressé par un livre, un film, ou une série relatifs à l’"autopsie" d’une expertise judiciaire à propos de malfaçons induites par un tassement différentiel du sol sur lequel est construite la maison achetée par un jeune un couple de classe sociale moyenne  ? Alors que, pourtant, ces contentieux sont souvent la conséquence de multiples dépressions ou suicides. Les affaires criminelles ne représentent, sauf dans l’esprit du public profane assoiffé de sexe, de sang et de sperme, qu’une infime partie de l’activité judiciaire, des juges et des avocats.

    Une observation enfin sur la forme, André BUFFARD a choisi un mode de narration interne, par conséquent à la première personne en adoptant un point de vue limité, le sien. Ce genre narratif, de plus en plus utilisé dans le roman policier, présente un inconvénient majeur : circonscrire le point de vue au seul personnage du narrateur et de limiter les effets dramatiques. Cependant, d’une part, cette posture propose l’avantage d’une plus grande proximité et intimité avec le lecteur - parfaitement réussi en l’occurrence -, d’autre part, elle était la seule appropriée dès lors que le narrateur/auteur souhaitait, dans ce roman, instruire le lecteur sur le fonctionnement de la justice à travers sa propre expérience, quand bien même il ne s’agirait que d’une fiction.

    En conclusion, le roman d’André BUFFARD est passionnant à lire (l’intrigue), instructif, sans être ardu (la justice). Je le conseille avec le même plaisir que je l’ai lu.

    Bonne lecture.

    Michel.

    https://fureur-de-lire.blogspot.com

  • Sylvie Belgrand 29 juillet 2019
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Le grand intérêt de ce roman, c’est qu’on suit une affaire judiciaire depuis l’intérieur, du point de vue de l’avocat de la défense. À cause des séries télévisées, le système judiciaire américain nous est généralement plus familier que le système français. André Buffard, avec son écriture simple, chronologique, comme un compte-rendu d’audience, nous donne bien à voir la complexité de notre justice.
    Ça, j’ai bien aimé.

    L’histoire se tient, et il nous est difficile de deviner qui est coupable.
    Ça, j’ai bien aimé aussi.

    Ce que j’ai moins aimé, c’est le personnage principal, tellement imbu de lui-même, presque cynique, prompt à juger tout et tout le monde, ce qui est un comble pour un avocat de la défense.
    Vraiment le genre de type qui m’insupporte. Sans doute est-il proche de la réalité, mais puisque nous sommes dans un roman, j’aurais préféré un héros plus "romanesque".

    #LeJeuDeLaDéfense #AndréBuffard #Poiints #lecture #livres #chroniques #polar

    Le quatrième de couverture :

    À Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu’elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d’autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l’accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé. Ce dernier va tout tenter pour l’innocenter.

    André Buffard nous embarque dans un roman judiciaire au plus près de la réalité, avec une affaire criminelle hors norme vécue de l’intérieur, depuis la garde à vue jusqu’au procès aux assises. Il dépeint avec précision la complexité des relations entre l’avocat et celui qu’il défend. Il brosse un portrait sans concession de l’institution judiciaire et de la place des médias dans une affaire qui fait la une. Il s’interroge aussi sur les motivations d’un avocat, et pose les questions fondamentales de son métier. Entre recherche de la vérité, argent, pouvoir, il montre comment la justice n’est, finalement, qu’un jeu...

  • Les lectures de Maryline 9 décembre 2018
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Quel magnifique polar !!! Du grand art ! Bravo Monsieur Buffard ! Ce polar est tellement réel, tellement bien écrit, tellement bien décrit ! On sent bien que l’auteur sait de quoi il parle, cet avocat a su retranscrire un procès du début à la fin de très belle manière sur le papier.

    Une jeune magistrate est retrouvée morte, assassinée près d’une garçonnière où elle se rendait pour retrouver son amant, un avocat qui souhaite rentrer dans la vie politique. Malheureusement pour lui, il est le premier (et seul !) soupçonné très rapidement car tout l’accable. C’est alors qu’il demande à être défendu par Maitre Lucas, un très bon avocat (si ce n’est le meilleur !) de Lyon. C’est ce dernier que l’on suit dans ses investigations, ses recherches, ses demandes, sa préparation au procès... J’ai vraiment adoré suivre ce côté de l’enquête, du côté de l’avocat de la défense, c’est très rare dans les polars et là, c’est très réussi ! J’ai même eu envie de me faire défendre par cet avocat ! Il a des méthodes assez spéciales, il voit les choses différemment que la plupart des gens mais il est vraiment très bon et arrive la plupart du temps à faire acquitter son client. Mais va-t’il y arriver cette fois ? Pas facile à déterminer tellement les preuves sont contre son client.

    J’ai beaucoup aimé tout suivre du début à la fin, voir comment vit un avocat au jour le jour. En effet, il n’a pas qu’un seul client à la fois, il a énormément de boulot et il doit trouver où sont les priorités tout en faisant du bon boulot. Les clients ne sont pas toujours tendres, les histoires sont parfois difficiles, la défense peut s’avérer compliquée mais il garde la foi et la force de se battre pour ses clients. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cet avocat mais également pour l’écriture de l’auteur !

    L’intrigue se déroule à Lyon et ses alentours, c’est ma région donc c’est encore plus intéressant pour moi.

    Un très bon polar à lire pour les fans du genre, et même pour les autres afin de mieux se rendre compte de ce que c’est qu’être un avocat. C’est génial de suivre une enquête de ce côté-là ! Un auteur à découvrir assurément !

  • Les lectures de Maryline 9 décembre 2018
    Le Jeu de la Défense - André Buffard

    Quel magnifique polar !!! Du grand art ! Bravo Monsieur Buffard ! Ce polar est tellement réel, tellement bien écrit, tellement bien décrit ! On sent bien que l’auteur sait de quoi il parle, cet avocat a su retranscrire un procès du début à la fin de très belle manière sur le papier.

    Une jeune magistrate est retrouvée morte, assassinée près d’une garçonnière où elle se rendait pour retrouver son amant, un avocat qui souhaite rentrer dans la vie politique. Malheureusement pour lui, il est le premier (et seul !) soupçonné très rapidement car tout l’accable. C’est alors qu’il demande à être défendu par Maitre Lucas, un très bon avocat (si ce n’est le meilleur !) de Lyon. C’est ce dernier que l’on suit dans ses investigations, ses recherches, ses demandes, sa préparation au procès... J’ai vraiment adoré suivre ce côté de l’enquête, du côté de l’avocat de la défense, c’est très rare dans les polars et là, c’est très réussi ! J’ai même eu envie de me faire défendre par cet avocat ! Il a des méthodes assez spéciales, il voit les choses différemment que la plupart des gens mais il est vraiment très bon et arrive la plupart du temps à faire acquitter son client. Mais va-t’il y arriver cette fois ? Pas facile à déterminer tellement les preuves sont contre son client.

    J’ai beaucoup aimé tout suivre du début à la fin, voir comment vit un avocat au jour le jour. En effet, il n’a pas qu’un seul client à la fois, il a énormément de boulot et il doit trouver où sont les priorités tout en faisant du bon boulot. Les clients ne sont pas toujours tendres, les histoires sont parfois difficiles, la défense peut s’avérer compliquée mais il garde la foi et la force de se battre pour ses clients. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cet avocat mais également pour l’écriture de l’auteur !

    L’intrigue se déroule à Lyon et ses alentours, c’est ma région donc c’est encore plus intéressant pour moi.

    Un très bon polar à lire pour les fans du genre, et même pour les autres afin de mieux se rendre compte de ce que c’est qu’être un avocat. C’est génial de suivre une enquête de ce côté-là ! Un auteur à découvrir assurément !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.