Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les mutilés - Gwenn Aël

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Gabriel a quitté la SR de Paris. À 35 ans seulement, ce jeune capitaine de gendarmerie vient s’enterrer à Laval, une petite commune du Tarn.

Homicides de volailles, bagarres de pochtrons, ça lui convient !

Mais c’est sans compter sur un meurtre d’une rare violence qui vient briser la sérénité de la commune si paisible d’ordinaire. Un homme est retrouvé dans les bois, le crâne pulvérisé. Plongé dans une affaire criminelle complexe, Gabriel voit dans le même temps son propre passé le rattraper. Celui auquel il voulait échapper est revenu. Celui qui ne trouve pas le repos...

Persécuté par sa propre histoire, le capitaine doit en outre faire face à un tueur hors norme et plus l’enquête progresse, plus l’individu qu’il recherche dévoile un profil inquiétant ; un être consumé par la rage, empli de noirceur.

Mais n’est-il pas les ténèbres, tout simplement ?

Vos #AvisPolar

  • Mes évasions livresques 2 août 2019
    Les mutilés - Gwenn Aël

    Après avoir découvert la plume de Gwenn Aël, l’été dernier, avec Ahriman, j’étais heureuse de voir que l’auteure se lançait dans le thriller (certes avec encore un peu de fantastique, mais un vrai thriller cependant).

    On y fait la connaissance de Gabriel, un flic qui a quitté Paris, après une affaire qui l’a démoli et qui est venu s’installer à Laval, histoire de continuer plus tranquillement sa carrière...

    Malheureusement, le repos sera de courte durée puisque Laval va être secouée par un meurtre violent, qui n’est pas sans rappeler un meurtre similaire, survenu une quinzaine d’années auparavant.
    Le jeune capitaine va tout faire pour élucider cette affaire, quitte à être rattrapé par ses propres démons.

    Les mutilés est un thriller teinté de fantastique qui est surtout un thriller d’ambiance, ambiance magnifiquement rendue.
    Un policier aux méthodes assez particulières qui ne reculera devant rien pour mettre un bon coup de pied dans la fourmilière, bien que sa hiérarchie et les puissants locaux lui mettent des bâtons dans les roues.

    J’ai beaucoup aimé ce roman pour la violence graphique de ses meurtres qui ne m’ont posé aucun problème à imaginer et qui du coup, m’ont très vite mise dans l’ambiance.
    De plus, cette ambiance est telle que la situation devient vite anxiogène.
    Le fait d’avoir déplacé le décor en Province donne un petit côté western au roman : le justicier étranger, sur lequel on n’a pas de prises, face à la communauté régie par les puissants, tenant les habitants par diverses emprises sur eux.

    Le lien amour filial : parents-enfants, est un thème prépondérant du roman, développant la psychologie de divers personnages et j’ai beaucoup aimé ce thème qui fut pour moi très intéressant.

    Enfin, un autre thème très important de ce roman est la folie résultant d’une certaine solitude ou d’un rejet, autre sujet que j’ai trouvé captivant.

    Comme vous pouvez aisément le deviner, Les Mutilés fut une très bonne lecture pour moi, j’avais l’impression parfois que l’auteure tournait un peu trop autour du pot, mais au vu des divers rebondissements, j’ai finalement trouvé que c’était justifié :)

    Je remercie Évidence Éditions pour leur confiance.

    Une évasion livresque captivante et frissonnante.

  • Laurent 13 décembre 2019
    Les mutilés - Gwenn Aël

    A partir d’une histoire relativement classique d’un capitaine de police fraîchement débarqué de Paris dans une improbable destination, le genre de bled qui est normalement dévolu aux futurs retraités ou alors à ceux qui ont quelque chose à se reprocher, ce meurtre d’une brutalité inouïe qui survient presque à son arrivée, des personnages bien sous tout rapport, Les Mutilés est un thriller d’une redoutable efficacité, retors à souhait, plus qu’une énième histoire se fondant sur les codes attendus (crime, investigation, suspects potentiels, indices, fausses pistes, les incontournables nantis ou encore les clichés du flic tourmenté et ses acolytes cachant aussi des cadavres dans leur placard), l’intrigue prend le temps de distiller son venin, il ne s’agit pas autant de dérouler une enquête déjà tortueuse par ses ramifications que de dresser le portrait du mal sous différentes facettes !

    Délaissant le genre fantastique, l’auteure toulousaine ose bousculer toutes les conventions en mettant un bon coup de pied dans la fourmilière du thriller, quitte à désarçonner parfois mais surtout à prendre à rebrousse-poil les aficionados rompus à l’exercice, c’est un voyage au cœur de la noirceur des âmes, celles qui aspiraient à trouver la paix, ce poids du passé qui resurgit au moment inattendu, les nombreuses surprises parsemant la narration ne sont que l’ersatz de ce qui attend le lecteur, une méthode indolore pour endormir la méfiance et quand l’impensable se produit, c’est toute la quintessence du roman qui fait chavirer l’esprit, l’extase produit devient alors encore plus percutante, comment se relever après ce coup de massue, quand on peut deviner qu’on est encore loin d’avoir été au bout de ses peines ?

    Je suis un monstre ...

    Tout paraîtrait dans l’évidence trompeuse des certitudes, dans cette atmosphère alternant volontiers la lumière du décor bucolique et ces zones d’ombre qui grandissent au gré des pages, entre huis-clos irrespirable et secrets de famille, le machiavélisme des uns contrastent avec la perdition de personnages en rupture avec la réalité, cette frontière n’a jamais paru aussi mince à l’idée de se frotter aux fantômes de ses sombres souvenirs, rien n’est délivré comme un cadeau bien emballé, Gwenn Ael déteste les grosses ficelles narratives, ce qui était déjà le cas dans ses romans teintés de paranormal ou d’irrationalité, explorer la psychologie des personnages en les poussant au plus près de leur désarroi ou autres affects, j’ai fusionné avec eux, fondu dans cette masse pour tenter d’extirper ce qu’il y a de pire dans l’humanité des sentiments écorchés, appuyer un peu plus sur les blessures afin de savoir, de se rapprocher peut-être de la vérité ...

    Tu es un monstre ...

    Sonder le cœur des âmes sensibles et en proie aux turpitudes des pires mensonges, des rejets qui torpillent tous les espoirs permis, les faux-semblants démontrent encore leur fourberie et magistral entêtement à rendre l’ambiance poisseuse, le protagoniste Gabriel Lestasse court après des chimères et l’envie de croire, malgré tout, à la rédemption, l’enfer n’est jamais loin, le purgatoire pourrait-il exister sans heurt ni soumission au point de devoir vendre son âme au diable ?

    La plume se révèle addictive en ce sens que le rythme oscille entre accélération foudroyante des rebondissements multiples et plongée édifiante dans la psyché de bon nombre de personnages, le poids des décisions varient dans la tenue des comportements imprévisibles, par définition l’être humain est une entité complexe à en définir tous les pourtours, la violence à l’œuvre se voudra hybride à travers chaque page, délétère comme ce nuage qui voyage dans le gris du ciel, menaçant comme la déferlante qui peut s’abattre à tout instant, le parti-pris de l’auteure d’égarer le lecteur dans ces chutes émotionnelles, de ces déchaînements intraitables devant l’aliénation mentale et c’est tout le roman qui évolue dangereusement vers des abysses de folie habitée, se protéger contre vent et marées, à tout prix.

    Monstre un jour ...

    L’auteure n’est ni la première ni la dernière à se revendiquer de l’œuvre de Graham Masterton, cet auteur britannique est l’un des plus grands romanciers connus notamment pour ses romans d’horreur et fantastique, s’il a souvent eu recours au surnaturel ou autres créatures mythologiques, Masterton avoue lui-même trouver son inspiration dans l’œuvre de H.P. Lovecraft, le point convergeant reste le constat devant l’indicible, la thématique de la différence d’être, du noyau familial qui reste le moteur d’évolution de tout un chacun, comment réagir et cristalliser ses peurs et ses angoisses face à son miroir, celui que l’on regardera en grandissant tous les matins (et tous les soirs), l’émancipation peut-elle tracer sa route au fil des épreuves, aussi insoutenables et impossibles soient-elles ?

    Monstre toujours ...

    Fort d’une construction machiavélique à varier le tempo d’un style en alerte permanente, une lecture intensément prenante qui n’a finalement que faire de ses presque 540 pages, je me suis pris un bel envol en frôlant souvent la syncope, voir défiler les chapitres comme un film en accéléré rappelle combien il est un exercice difficile de maintenir le suspense, de se permettre de plonger dans l’inconnu, de laisser cette ombre vous happer, au risque de vous manger tout cru ...

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.