Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les yeux - Slimane-Baptiste Berhoun

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.

On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n’avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.

Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris.

Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l’Orme, on y aurait peut-être vu l’oeuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l’établissement sait faire d’une main de fer. À l’abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.

Galerie photos

spip-slider

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • ninie5131 8 février 2019
    Les yeux - Slimane-Baptiste Berhoun

    J’ai écouté plutôt que lu ce roman, (avec la voix de l’auteur).
    L’intrigue est surprenante, un huit clos dans un asile psychiatrique, des personnages très très décalés, pas mal de petites touches d’humour, des rebondissements à chaque page ou presque, un peu trop d’ailleurs à mon goût.
    Bref, un livre sympa, mais qui, à mon avis, traîne un peu ne longueur et pâti de trop nombreux rebondissements.
    Mal grès tout on s’attache à ces personnages et on passe un bon moment.

  • Maks 9 février 2019
    Les yeux - Slimane-Baptiste Berhoun

    Le roman débute tranquillement afin de planter le décor et les personnages puis se présente comme un thriller se déroulant dans un Asile de fous comme le nomme certains personnages ou plutôt dans un Hôpital Psychiatrique comme il convient de le dire. Le récit se déroule quelques années après la seconde guerre mondiale.
    Cet HP est situé au fin fond des hauteurs du Berry et est difficile d’accès, de plus il se déroule dans le froid hivernal, ce qui augmente la sensation d’isolement.

    Morts suspectes, disparitions, manipulations psychologiques, personnel soignant et chirurgiens troublants, maltraitance morale et physique des patients sont les maîtres mots de la première partie du livre, j’ai beaucoup aimé ces moments très angoissants.
    La seconde partie du récit va basculer et fur et à mesure dans le fantastique (en gardant tout de même le côté thriller), mais là, pour ma part c’est un petit peu moins bien passé, pourquoi ? Parce que le côté thriller était plus angoissant, plus réel, plus crédible, et je pense que cela n’aurait été que plus positif de continuer dans cette dynamique de peur panique.

    Après c’est tout de même agréable à lire, le style est bon, pas d’ennui, du suspense et des personnages bien construits, en particulier celui de Lucie, une jeune femme venant enquêter sur une maladie psychique spécifique.
    Les rebondissements s’enchaînent, beaucoup, trop ? Je ne peux pas dire cela car un roman à suspense en a besoin mais j’ai tout de même ressenti parfois une frustration sur la tournure des choses.

  • Encore Un Livre 28 février 2019
    Les yeux - Slimane-Baptiste Berhoun

    c’est haut la main que ce thriller a trouvé grâce à mes yeux !

    Les années 50. C’est dans une atmosphère déjà inquiétante que le p’tit Etienne ouvre le bal, première victime retrouvée dévorée dans la cour de l’Orme.

    L’atmosphère se révèle être le principal attrait que je recherchais, l’enquête pouvant presque passer en arrière plan. Pourtant ici elle restera excessivement présente mais intacte jusqu’à la dernière partie où une certaine terreur viendra s’emparer des tourments de l’Orme…

    Car l’auteur s’amuse avec la peur tout d’abord celle de la légende de la Hure, une bête qu’il est déconseillé de regarder sous peine de mourir… de peur. Légende, Métaphore, Entité ? Ça vous parle ? Le monstre nocturne..assurément.

    A mon sens le point fort de ce bouquin réside dans la crédibilité accordée aux personnages, ces « fous » comme on les appelaient alors, ces « malades mentaux » fût un temps, « patients » voir des « résidents »aujourd’hui.

    Leurs façons d’être, leurs comportements sonnent juste dans l’ensemble. Sous couvert d’humour ceux là prennent beaucoup de place dans l’histoire. Entre un qui pense se trouver dans un Relais et Châteaux, l’autre qui….non je vous dis rien. Et quand d’autres sont atteint de quelque chose de rare ça devient troublant..et réaliste.

    Cette histoire n’est pas tout public, des passages peuvent vraiment laisser des traces l’auteur appuie pas mal sur le coté psychologique, je n’ose pas être audacieuse au point de vous recommander d’y foncer tête baissée, cela reste un roman de genre…mais j’ose penser que vous vous sentez prêts à résoudre le mystère des yeux qui terrorisent les âmes de l’Orme si vous comptez vous y aventurer..

    Tout ce mélange de réalisme, d’humour, de terreur et de fantastique est millimétré. Ma capacité visuelle étant imparfaite voir quasi nulle impacte souvent mon rythme de lecture. Je suis souvent déstabilisée dès qu’il s’agit d’imaginer quelque chose de plus abstrait, cela devient vite bancal. Mais grâce à cette écriture détaillée, claire sans surenchère inutile, l’ intensité est préservée du début jusqu’à la fin.

  • Ju lit les Mots 11 mars 2019
    Les yeux - Slimane-Baptiste Berhoun

    Grâce à une écriture maitrisée et un talent de conteur on est immergé dans une lecture de grande qualité et addictive. On ne peut lâcher ce livre tellement il est de qualité, tellement les descriptions sont imagées, comme une série que l’on suit avec intérêt.

    Plonger dans cette lecture atypique c’est gage de sensations fortes, avec pour seule règle « ne pas oublier que l’on se trouve dans un asile de fous et qu’il ne faut pas croire les fous »… Sauf lorsque l’on pense être fou soi-même…

    Les descriptions sont tellement précises que l’asile de l’Orme en devient réel et un personnage à part entière… Un personnage qui fera fémir d’horreur n’importe quel lecteur… Un hôpital psychiatrique isolé, délabré, trois bâtiments… Dont chacun sera le spectacle de l’horreur :

    « Il y a toujours eu des morts à l’Orme. C’est normal il parait dans un asile. »

    Une ambiance sombre et glaciale que le lecteur suit au rythme de ces pages qui deviennent un vrai page-turner tellement l’auteur réussi à nous embarquer dans la folie…

    Les personnages sont nombreux et pourtant à aucun moment l’auteur ne perd son lecteur, car chacun a sa propre personnalité : celui qui mange tout ce qui lui tombe sous la main, celui qui se prend pour un poulet, j’ai adoré La Mo, un homme qui se prend pour sa femme… Léo, qui fait flipper mais qui est très attachant… Cazal, complètement déjanté mais qui m’a fait rire… J’ai adoré Lucie, un personnage troublant… Attachant… Qui peu à peu fait basculer la lecture dans ce qu’elle a d’horrifique et surtout donne corps au récit avec sa construction psychologique de grande qualité.

    Mais il n’y a pas que les « fous » au royaume de cet asile, qui sont fous… La folie est en chacun des personnages…. Le gardien mauvais comme une teigne qui aime le pouvoir sur plus faible que lui… Ce directeur avide d’argent… Ce chirurgien qui cherche à comprendre… Mais à quel prix… Le seul dont la normalité est troublante est ce pharmacien qui veut juste faire son boulot tranquillement et peut être attirer l’attention de la belle Lucie.

    L’auteur fourni une belle palette de personnage, ce qui pourrait faire peur, mais loin de là. Chacun a son rôle et sa place dans cette histoire addictive.

    Un meurtre, des malades dont la peur du noir va être le point d’ancrage. Un monstre sévit dans les murs de cet asile… Mais parfois le monstre n’est pas celui que l’on croit… L’auteur nous balade pour nous attirer dans ses filets avec plusieurs rebondissements qui ne sont là que pour attirer le lecteur vers la toute fin du récit, pour comprendre où l’auteur a voulu amener son lecteur, qui va se prendre un grande claque tellement cela se termine en apothéose.

    Un final que l’on ne voit pas venir ou que l’on refuse de voir… Un final qui fait frissonner…

    Un roman qui se lit rapidement malgré ses 444 pages, qui nous balade entre folie, fiction et réalité sans laisser de répit à son lecteur qui referme sa lecture essoufflé tellement il en pris plein les yeux…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.