Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sous son toit - Nicole Neubauer

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Il a du sang sur les mains. Il ne se souvient de rien.
Quand l’avocate Rose Benninghoff est retrouvée morte dans son appartement à Munich, la gorge tranchée, le commissaire Waechter semble tenir le coupable idéal : Oliver Baptiste Junior. Le garçon de quatorze ans était tapi dans le sous-sol de l’immeuble, les mains couvertes de sang. Manifestement battu par son père, un homme que la victime avait fréquenté, Oliver prétend n’avoir aucun souvenir de la soirée qui a précédé le crime.
Par ce rude hiver, le plus froid depuis des années, le commissaire Waechter et son équipe organisent une redoutable chasse à l’homme pour démasquer le meurtrier. Mais le mystère qui entoure Rose, secrète et insaisissable, les ralentit autant que la neige qui recouvre la ville...
Véritable best-seller outre-rhin, le premier volet des enquêtes du commissaire Waechter.

Vos #AvisPolar

  • Booksnpics 20 février 2019
    Sous son toit - Nicole Neubauer

    Avec cette première enquête du Commissaire Waechter, Nicole Neubauer nous emmène à Munich. Une avocate, discrète et sans histoire, est retrouvée morte dans son appartement. le coupable semble tout désigné mais celui-ci prétend ne plus avoir de souvenirs de la soirée précédant le meurtre.
    Le commissaire Waechter et son équipe de fins limiers vont avoir du fil à retordre afin de dénouer cette affaire.
    Ce polar se construit de manière tout à fait classique mais j’ai eu beaucoup de mal à m’y plonger. Les faits ne sont peut être pas assez développés, les personnages liés à la victime, la succession des séquences… Ces différents éléments n’ont pas réussi à provoquer ce sentiment d’attente que je recherche à la lecture d’un polar. le manque de fluidité du style en est peut être la cause mais, si j’en avais eu la possibilité (ma connaissance de l’allemand est loin d’être suffisante), j’aurais été curieuse de lire ce roman dans sa version originale afin de comparer mon ressenti.
    Si je n’ai pas accroché au récit en lui-même, je me dois de souligner le travail fait concernant la psychologie des enquêteurs, leurs faiblesses, leurs problèmes personnels. Rien que pour cela, je lirai avec plaisir la suite de leurs enquêtes.

  • Loudiebouhlis 26 février 2019
    Sous son toit - Nicole Neubauer

    J’ai longuement réfléchi à la façon de vous donner mon ressenti sur ce livre donc je vais tenter de vous donner cela dans l’ordre. 

    Le livre commence sur le meurtre mystérieux d’une femme qui, en apparence, parait avoir une vie dès plus tranquille. Un ex-compagnon, avec qui elle semble avoir correctement mis fin à leur relation. Un ex-beau fils avec qui elle avait une relation mère-fils. Une adorable voisine plus âgée qui s’avère être sa meilleure amie. Et un métier qui la rend heureuse. Déjà rien qu’avec ça, une certaine intrigue se forme dans l’esprit du lecteur. Du moins, dans le mien. A ce moment-là, j’ai monté toutes les hypothèses possibles et inimaginables dans ma tête. En espérant sincèrement ne pas avoir deviné la fin du livre dès les cinquante premières pages. Surtout quand le livre en fait 400. A mon grand désarroi, je me rends compte que si. J’ai tout compris, bien trop tôt 

    Le plus gênant, c’est la frustration que certains passages me font ressentir. Lorsqu’un bout de suspense se met en place, celle-ci retombe aussi vite. L’auteur n’arrive pas à maintenir son lecteur en haleine. Et c’est bien dommage. Laissant retomber son intrigue bien trop rapidement. On retrouve malheureusement une certaine lenteur et une répétition, notamment dans les tentatives d’interrogatoires des différents enquêteurs, avec des personnages qui se cantonnent dans leur silence tout au long du livre. Ces mêmes personnages qui s’avèrent littéralement agaçant tout au long des pages. Quand aux enquêteurs, le trio fonctionne plutôt bien. Il est d’ailleurs ce qui me donne le plus envie de croire en l’évolution de l’auteur.

    Cependant j’ai découvert petit à petit que cette petite brique comporte pas moins de dix chapitres, soit des chapitres allant de 40 à 70 pages. Autant vous dire qu’il faut s’accrocher pour tenir un chapitre entier. Ce qui pourrait en effrayer plus d’un. Heureusement, Nicole Neubauer à une écriture très fluide, très facile qui se laisse dévorer et avec une certaine avidité. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que c’est un premier roman. Je pense que malgré le fait que je reste sur ma faim à la clôture de ce roman, je tenterai de laisser à nouveau sa chance à l’auteur car je crois en l’évolution de son potentiel. 

    Comme vous pouvez le constater, mon avis n’est pas réellement un avis puisqu’une semaine après la fin de ma lecture, je suis encore pris entre deux feux. Ais-je aimé ? Oui et non. L’intrigue ne tient pas la route. Le dénouement est amer. Cependant le potentiel de l’auteur attise la curiosité du lecteur. 

  • Happy Manda Passions 11 mars 2019
    Sous son toit - Nicole Neubauer

    Une etoile c’est sévère surtout pour un premier roman ou d’habitude je suis bien plus indulgente.
    J’ai trouvé l’intrigue hautement attrayante, mais je ne sais pas si c’est un problème de rédaction, de traduction mais un roman vraiment difficile à suivre.

    Les sauts de chapitres n’en sont pas, je perdais le fil constamment. IL n’y a pas de suspense ou de rebondissement prenant, on s’interesse beaucoup plus à la vie des policiers qu’à l’enquete à proprement parlé.

    C’est dommage car l’histoire était interessante

    Une déception
    https://happymandapassions.blogspot.com/2019/03/sous-son-toit-neubauer-avis.html

  • Ju lit les Mots 11 mars 2019
    Sous son toit - Nicole Neubauer

    Une intrigue assez classique qui n’arrive pas à se démarquer, avec des flics et un coupable à trouver, une victime… Rose Benninghoff, retrouvée morte dans son appartement à Munich, la gorge tranchée, Oliver Baptiste Junior, quatorze ans retrouvé dans le sous-sol de l’immeuble, les mains couvertes de sang. Le père, un homme que la victime a fréquenté, Oliver prétend n’avoir aucun souvenir de la soirée qui a précédé le crime.

    Oliver, gamin perturbé, un père antipathique, ont une relation étrange que je n’ai pas réussi à trouver intéressante, que je n’ai pas compris et pour cause, l’auteur n’arrive pas à trouver les bons mots pour l’expliquer, ça tourne en rond et même à la fin on reste sans réponse… Dommage que cette histoire conflictuelle entre le père et le fils n’ait pas été plus exploitée. Quand à la victime, Rose Benninghoff, elle était lisse de son vivant, sans amis… Et sa mort, n’arrive pas à la rendre plus sympathique que ça, même quand on en apprend plus sur elle et son passé…

    L’enquête tourne en rond et lente… Lente et sans rebondissements ni suspense et n’arrive donc pas à décoller. L’auteur n’approfondit pas l’intrigue pour l’étoffer pour lui donner du piment et n’arrive pas à la faire décoller, même lorsque le passé ressurgit…

    Malgré ces défauts, l’auteur a travaillé de manière très intéressante l’équipe qui mène l’enquête : le commissaire Waechter, le Taiseux, Hannes et Elli… Même si parfois on s’embrouille un peu quand l’auteur parle d’eux… Elle a réussi à construire des personnages avec du caractère et une personnalité propre. Ils sont humains avec leurs failles et leurs travers et c’est en ça qu’ils sont intéressants, car le lecteur arrive à s’identifier facilement à l’un ou l’autre.

    Chacun est confronté à sa réalité, tout en faisant son boulot… Chacun doit trouver son équilibre, que ce soit en fuyant face ses responsabilités, en refusant un passé douloureux ou en prenant à la dérision les aspects qui gênent.

    Elli, qui choisi de tourner en dérision sa ligne, loin d’être svelte mais qu’elle met en avant, malgré les situations, du coup devient sympathique et le lecteur arrive très bien à visualiser les scènes de cet humour noir…

    Le commissaire Waechter, certainement le personnage le plus fragile et le plus intéressant avec son passé qu’il a du mal à porter et qui continu à le hanter…

    Hannes est celui qui a une vie bien rangée, avec femme et enfants… Du moins, il a une nouvelle famille, dans laquelle sa fille de 15 ans, débarque. Mais il ne veut pas d’elle sa vie… Elle le dérange. C’est le personnage le plus travaillé avec une conscience qui le bouscule et que l’auteur livre brut, sans fioriture, lorsqu’il refuse cet enfant qu’il n’arrive pas à aimer… Ou qu’il refuse d’aimer… Un sujet rarement abordé et que l’auteur nous livre comme une confidence que Hannes livre au lecteur.

    Le Taiseux, porte bien son pseudo et même si rien n’est divulgué sur sa vie prive, sa manière d’être, son comportement prêtent à sourire et lui donne du caractère.

    Même si je sors de cette lecture assez mitigée… Ce best-seller outre-Rhin n’a pas réussi totalement à m’embarquer… Néanmoins, pour un premier livre, il a des qualités indéniables que l’auteur arrivera certainement à corriger dans un prochain opus que je lirais avec plaisir.

  • Sangpages 12 mars 2019
    Sous son toit - Nicole Neubauer

    Une chronique bien difficile pour un livre qui me laisse perplexe.
    Une lecture partie sur les chapeaux de roue mais qui, comme un soufflé, n’a pas tenu le coup une fois sorti du four...
    Un polar assez classique mais qui avait quelques éléments suffisamment intéressants pour en faire quelque chose de bien. Une trame bien ficelée mais qui laisse beaucoup trop de zones d’ombre.
    Le personnage du commissaire Waechter est bien travaillé et l’on s’attache à lui très vite mais les autres sont assez fades et surtout manque de substance. On voudrait comprendre, on voudrait plus. Un livre dont la fin m’a laissé sur ma faim !
    Le voyage au travers de Munich est fort sympathique. C’est une ville que j’aime beaucoup et j’ai eu plaisir à retrouver l’atmosphère. De plus, ça change des romans francophones. Ca fait du bien !
    Mais il y avait ce truc. Plus je réfléchissais à ce qui me chiffonnait dans ce livre, plus il me devenait évident...qu’il aurait, sans doute, fallu le lire en allemand... La traduction ne m’a pas semblée à la hauteur. Un manque de fluidité marqué. Une impression de germanisme loin de glisser tout seul. C’est sans doute ce qui a croché le plus et pourtant je ne suis pas une littéraire de haut vol.
    C’est dommage car j’ai aimé le côté dramatique de cette histoire sordide où la vraie victime n’est peut-être pas celle que l’on croit.
    A vous de vous faire votre avis qui reste et restera le meilleur 🙂

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.