Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Arène - Négar Djavadi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Benjamin Grossman veut croire qu’il a réussi, qu’il appartient au monde de ceux auxquels rien ne peut arriver, lui qui compte parmi les dirigeants de BeCurrent, une de ces fameuses plateformes américaines qui diffusent des séries à des millions d’abonnés. L’imprévu fait pourtant irruption un soir, banalement : son téléphone disparaît dans un bar-tabac de Belleville, au moment où un gamin en survêt le bouscule. Une poursuite s’engage jusqu’au bord du canal Saint-Martin, suivie d’une altercation inutile. Tout pourrait s’arrêter là, mais, le lendemain, une vidéo prise à la dérobée par une lycéenne fait le tour des réseaux sociaux. Sur le quai, les images du corps sans vie de l’adolescent, bousculé par une policière en intervention, sont l’élément déclencheur d’une spirale de violences. Personne n’en sortira indemne, ni Benjamin Grossmann, en prise avec une incertitude grandissante, ni la jeune flic à la discipline exemplaire, ni la voleuse d’images solitaire, ni les jeunes des cités voisines, ni les flics, ni les mères de famille, ni les travailleurs au noir chinois, ni le prédicateur médiatique, ni même la candidate en campagne pour la mairie. Tous captifs de l’arène : Paris, quartiers Est.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Musemania 15 mars 2022
    Arène - Négar Djavadi

    Fresque sociétale et sociale au travers des quartiers Est de Paris, Négar Djavadi nous envoie, lecteurs, au milieu de cette « arène », bien loin du cadre idyllique de la ville de Paris, vendu aux touristes.

    Via ce roman-choral, ce sont les destins d’une pléthore de personnages qui se verront bouleversés suite à une rencontre anodine et impromptue, menant à un drame. Au travers d’une durée de seulement 48h, l’auteure évoque cette société proche du chaos où le choc des classes sociales n’est jamais très loin.

    Constitués des X, XI, XIX et XXème arrondissements, les lieux sont constitués de plus de 70% par des cités où y vivent un florilège de communautés différentes. Alors que chaque individu tente de s’en sortir, les émotions seront exacerbées par des provocateurs, les réseaux sociaux, les journalistes.

    Ce qui pourrait être une énième critique de la vie moderne, est en fait un livre menant à la réflexion sur cette société qui s’étiole de jour en jour, où les sentiments de solidarité et d’empathie sont mis de côté. Y a-t-il encore une solution pour changer cela ? Alors que le Pouvoir préfère détourner le regard de ces problèmes, pourrait-il vraiment faire quelque chose ?

    Digne des meilleurs romans noirs, le livre fourmille de références, notamment cinématographiques et l’auteure offre des anecdotes historiques sur la ville de Paris. Néophyte, je ne les connaissais pas.

    Cette vision contemporaine réaliste et lucide est portée par un style brut et vif. Très ancrés dans l’actualité, les clichés sont absents. Mené avec beaucoup de tensions, le récit est très dense, tout comme le nombre de personnages mais au final, leurs histoires s’imbriqueront finement.

    Si vous souhaitez un livre « optimiste », alors ce livre n’est pas ce que vous cherchez dans l’immédiat mais néanmoins, gardez-le bien sous la main !

  • Matildany 20 janvier 2021
    Arène - Négar Djavadi

    L’Est de Paris où se téléscopent ceux qui y passent ou y vivent. Loin des cartes postales ou des décors clinquant de films...la débrouille, les embrouilles et la revanche à prendre.
    Benjamin Grossmann, qui a grandi là, devenu un important cadre dans une société de streaming, se fait banalement dérober son portable dans la rue...il retrouve le pickpocket, une dispute éclate. Le lendemain, une vidéo circule : un jeune de cité, pris pour un migrant, est au sol, immobile.
    Il est frappé brutalement par une policière, qui l’incite à se relever avant de comprendre qu’il est mort.
    Comme au jeu des dominos, les répercussions abattront l’un après l’autre les intervenants, depuis la fliquette turque qui doit s’imposer dans son boulot et fuit le patriarcat familial, l’immigré chinois acculé par les dettes qui jongle avec ses trois boulots, le gamin de la cité, la lycéenne qui a filmé..

    Découpé en nuances, (terme utilisé en musique pour signifier l’intensité du rythme), le roman Négar Djavadi est une valse, un opéra, un requiem...
    C’est l’hypocrisie de la société, avec les camps de migrants établis en plein Paris, au vu de tous, les dérives sociales, les petits arrangement. C’est le Paris malade, traumatisé par les attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.
    C’est le Paris contemporain, où tout file, le temps, l’argent, les images...
    J’ai beaucoup aimé ce roman au rythme trépidant, analysant les dérives de l’image reine, dénonçant l’intrusion et la dérive des réseaux sociaux dans l’actualité. La tension monte implacablement, à l’image d’une série télé bien calibrée, on sent les études de scénariste de l’auteure en filigrane, le terme "Arène" étant utilisé dans le milieu pour désigner le lieu de l’action.
    Ma note : 4,5/5

    https://instagram.com/danygillet

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.