Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Et puis mourir - Jean-Luc Bizien

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Plusieurs samedis d’affilée, alors que tous les services de police de France sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes, de meurtres sont commis dans les beaux quartiers de Paris. Cela pourrait être l’œuvre d’un déséquilibré qui aurait poussé jusqu’à la vengeance les revendications de justice sociale, mais le commandant Jean-Yves Le Guen n’y croit pas.
Avec son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, ils jouent contre la montre. Car l’idée d’un « meurtrier gilet jaune » menace de faire l’objet de récupérations politiques qui ne feraient qu’empirer la situation – et le prochain samedi de protestations se rapproche …

Un polar d’actualité mêlant revendications sociales et vengeance personnelle – sur fond de Paris en état d’urgence.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Sharon 22 février 2021
    Et puis mourir - Jean-Luc Bizien

    Quand j’ai entendu parler de la nouvelle collection Fayard noir, j’ai eu très envie de découvrir ce livre, pour deux raisons. Tout d’abord, j’aime beaucoup les romans de Jean-Luc Bizien, ensuite, je me demandais comment un romancier exploiterait ce contexte politico-social qui nous a tous touchés, même au fin fond des campagnes.
    Une fois le livre terminé, je dois dire que je suis un peu déçue, parce que j’ai trouvé ce livre très classique. Les gilets jaunes sont là, oui, mais uniquement en toile de fond. Je n’ai pas été surprise par le mobile du tueur – et si je vous indiquais à quels autres romans il m’a fait penser, vous, lecteurs, comprendriez tout de suite de quoi il s’agit. Pour en dire simplement un peu plus, il s’agit de vengeance personnelle. Or, je pense toujours que la vengeance ne sert à rien, parce qu’elle ne répare rien, elle n’adoucit rien, elle ne rend pas justice et ne laisse qu’un grand vide une fois qu’elle a été assouvie. Si je peux ressentir la douleur de celui à qui justice n’a pas été rendue, l’empathie face à la victime, je ne peux éprouver aucune admiration,pour sa vengeance.
    Quant au duo de policiers, il officie au bastion, nouveau siège de la police, qui a la lourde tâche de succéder au célèbre 36, quai des Orfèvres. C’est devenu un lieu commun de la littérature policière contemporaine, et je ne compte plus le nombre de romans qui parlent du départ du Quai, de l’arrivée au Bastion, de la nostalgie du Quai, même si le Bastion est plus confortable. Je suis lassée de lire cet éternel passage obligé. Jean-Yves le Guen est un vieux de la vieille, plus proche de la retraite que de son début de carrière, et nostalgique, aussi, d’une certaine manière d’enquêter. le capitaine Patriziu Agostini est pour un respect strict de la loi, des procédures. Policier, oui, juge non. Si le Guen connaît ses limites, et ce qu’il s’autorise, Agostini découvrira les siennes au cours de cette enquête.
    Et puis mourir est un policier classique, peut-être trop à mon goûts.

  • lecturesdudimanche 10 février 2021
    Et puis mourir - Jean-Luc Bizien

    Encore un livre qui avait fait grand bruit mais dont je reculais la lecture, la faute à mon impression d’une omniprésence des gilets jaunes dans l’intrigue… Autant pour mes préjugés, car si le mouvement est bien évoqué dans le livre, c’est surtout qu’il sert de couverture aux actions punitives d’un tueur qui utilise les débordements des manifestations pour accomplir ses crimes en toute discrétion ! Evidemment, les revendications sociales et l’état des lieux d’une société en colère sont abordés, mais sans lourdeur aucune. Il s’agit plutôt de conter l’histoire d’un homme en colère, bien décidé à étancher sa soif de justice. Pourquoi ? Qui seront les prochains ? Autant de réponses qui se retrouvent dans les mains d’une équipe de flics dynamique dont les protagonistes sont deux fortes têtes parfois en opposition. On a le Breton et le Corse, et si les préjugés liés à leurs origines sont des raccourcis bien facile, force est de constater que la rudesse de leur caractère et de leur conviction en sont pourtant le reflet !

    Si les motivations exactes de l’assassin ne sont pas immédiatement connues, c’est pourtant rapidement que le lecteur entre en communion avec lui, le suivant dans son expédition meurtrière, en total désaccord avec ses actions quotidiennes.

    J’aime particulièrement quand tout n’est pas blanc ou noir, et sous plusieurs formes, c’est exactement cette absence de possibilité de jugement monochrome qui m’a le plus convaincue dans ces lignes, car l’auteur s’est attaché à dépeindre une réalité complexe qui peut rendre caduque toute notion de justice.

    Une bonne lecture donc, mais avec tous les avis qui ont fleuri sur la toile, vous le saviez déjà !

  • myfabulousreading 24 novembre 2020
    Et puis mourir - Jean-Luc Bizien

    Plutôt sceptique au départ sur ce polar en pleine crise de gilet jaune, je voulais tout de même découvrir cet auteur que ma copine @les_lecturesdeflo adore depuis moult années.

    Et je me suis prise au jeu, j’ai mis petit à petit le contexte de côté, qui finalement ne sert que l’intrigue sans que ce soit lourd ou redondant et je me suis laissée emportée. Je dois avouer que cette histoire est terriblement bien menée en plus d’être tout à fait réaliste.

    Un tueur sévit dans Paris, tout en profitant de la crise des gilets jaunes pour passer entre les mailles du filet. Ses cibles : des quinquas/septuagénaires très aisés dont on ne sait s’ils sont liés entre eux d’une manière ou d’une autre. Est-ce un tueur en série ? Un règlement de compte ? Une vengeance ?

    Plus j’avançais, plus je tournais frénétiquement les pages et me sentais complètement absorbée. J’élaborais quelques hypothèses dans ma tête qui se confirmaient au fil de ma lecture. Et puis j’ai éprouvé de l’empathie pour ce tueur qui a pourtant des meurtres exécrables à son actif...

    Au final je n’ai ressenti aucune lenteur, tout s’enchaîne, nous tient en haleine et me laisse avec ce sentiment d’avoir lu un très bon polar. Je vais donc avec grand plaisir me pencher sur les autres ouvrages de Monsieur Bizien.

    https://www.instagram.com/p/CH-2okQn816/?igshid=nygp9tg6ujvy

  • Les_lecturesdeflo 23 novembre 2020
    Et puis mourir - Jean-Luc Bizien

    L’histoire :
    Nous sommes à Paris, durant l’hiver 2018. La France est en pleine ébullition et le mouvement des gilets jaunes paralyse la capitale chaque samedi sur fond de revendications et de violences. Comme si les manifestations ne suffisaient pas, un meurtrier sévit et se sert du chaos urbain pour s’échapper et passer inaperçu à chaque Acte.
    Qui est-il ? Quelles sont ses motivations ? Le commandant Jean-Yves Le Guen et son adjoint le capitaine Patriziu Agostini – duo improbable Breton/Corse – doivent répondre à ces questions au plus vite, car, chaque samedi, une nouvelle victime est à déplorer.

    Mon avis :
    Nous avons ici un scénario classique mais néanmoins efficace, avec un meurtrier, et les forces de police qui doivent le neutraliser au plus vite en comprenant ses motivations. Le mouvement des gilets jaunes sert uniquement à planter le décor, décrire l’urgence de la situation et mettre un petit coup de pression supplémentaire sur nos deux enquêteurs.
    Où est la prouesse alors ?
    Et bien tout est dans la plume de Jean Luc Bizien, dans sa façon de nous raconter les choses, de nous immerger au milieu du conflit qui fait rage, de donner une âme à ses personnages en nous faisant entrer dans leur tête et dans leur coeur.
    On ne peut pas rester insensible. Forcément, on les aime, tous, et c’est bien là le problème.
    Alors que faire ? Condamner les actes de celui qui veut rendre justice ? Blâmer celui qui veut faire respecter la loi ? Que feriez-vous ?

    Quel bonheur de me plonger à nouveau dans un livre de cet auteur ! Quatre ans que j’attendais de le lire à nouveau, ça fait long, mais ma patience a été récompensée, car j’ai adoré ce livre.
    Je suis certaine que peu d’entre vous connaissent Jean Luc Bizien et c’est bien dommage. C’est un auteur multi casquettes, qui sait écrire de la littérature jeunesse aussi bien que du polar en passant par le fantastique.
    Si vous voulez lire un excellent roman policier, ou découvrir cet auteur talentueux, ce livre est pour vous.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.