L’Inconnu - Eric Cherrière

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Les plus grandes familles françaises sont réunies au château Dragan pour un double mariage célébrant les unions d’héritiers de la sphère politique et financière. Les invités appartiennent tous au monde des puissants. Tous sauf un. L’Inconnu. Qui n’a pour seule richesse que sa haine.
Une des deux mariées, fille du ministre de l’Intérieur, est enlevée. Neuf mois plus tard, elle est retrouvée plongée dans le coma et sur le point d’accoucher.

Plusieurs années après, une nouvelle vague de crimes vise les mêmes familles... Et l’enfant né de ce drame se trouve irrémédiablement mêlé à l’enquête.

Dans cet ample roman où s’affrontent le mal et l’innocence, la fureur et la tendresse, à travers le face-à-face singulier d’un monstre et d’une petite fille, Éric Cherrière explore une société prisonnière de la violence et revisite la lutte des classes.

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 1er avril 2019
    L’Inconnu - Eric Cherrière

    C’est un coup de cœur, ce livre c’est de la dynamite, je suis rentrée à fond dedans. L’inconnu est un personnage incroyable qui ne peut que faire vibrer. Le scénario est osé et il faut reconnaître qu’écrire un thriller sur fond de lutte des classes c’était une très bonne idée.
    Lors de la célébration d’un double mariage de la haute société, sont réunis trois grandes familles représentant toutes les arcanes du pouvoir, l’industrie, la politique et la police. On navigue parmi les plus grosses fortunes de France. Seul parmi les invités, un inconnu. Une des jeunes mariées, enceinte est enlevée, elle sera retrouvée 9 mois plus tard dans le coma prête à accoucher. Des années plus tard, les mêmes familles semblent visées et cet enfant miraculé se retrouve au centre du drame.
    Le personnage de l’inconnu est celui pour lequel j’ai ressenti attirance et répulsion , il devient la personne à abattre mais semble toujours insaisissable. L’auteur en fait une sorte de héros punissant les ultras riches et laissant plusieurs gens du petit peuple en vie. C’est là toute la force de ce roman qui dans un contexte de crise fait que le peuple voit en lui un justicier vengeur. On assiste à la description des familles de la haute bourgeoisie, chez les quelles ont sent une fin de vie, un temps révolu. Tout le côté historique de ces familles sous la forme d’écrits retrouvés était juste parfait et donne du sens au mot tradition. Les rencontres avec la France profonde font un contraste détonnant. Lorsque sévit l’inconnu c’est avec un déchaînement de violence inouïe qui nous laisse KO et songeur. J’avais hâte de découvrir les motivations profondes de toute cette barbarie et je n’ai pas été déçu à vous de découvrir ce livre qui m’aura bouleversé et fait profondément réfléchir à la construction de notre société. Bravo pour ce roman violent certes mais mené avec un regard sans concession sur la dérive des puissants. Bonne Lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.