Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La faim et la soif - Mickaël Koudero

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le mal ne connait pas de frontières.
Roumanie, décembre 1989. Le peuple prend les armes, décidé à se soustraire de la dictature de Ceaușescu. Tandis que Bucarest se voile de rouge, la Securitate – sa garde rapprochée – abdique devant ce désir de liberté.
Paris, juin 2015. Dans un appartement aux allures de chapelle, une femme s’est tailladé les veines. Avant de commettre l’irréparable, elle a cherché à s’arracher les yeux. Plus étrange encore, elle a laissé un paquet de feuilles froissées sur lesquelles est griffonné le même nom : Nosferatu. Un mot roumain qui renvoie aux non-morts, aux vampires et au Diable.
Quelques mois plus tôt, c’est un jeune Roumain sans papiers qui a été découvert dans un parking en construction. Vidé de son sang. Les organes volés, son corps à moitié dévoré. Deux affaires en apparence distinctes. Et pourtant... Pour Raphaël Bertignac, ancien journaliste d’investigation, un lien existe.
Cannibale, Diable, organes... des mots aux sonorités animales qui poussent Raphaël à mener l’enquête à Paris, à Prague, et jusqu’au tréfonds de la Roumanie. Dans ces territoires interdits où plus rien ne répond à la raison. Il comprendra que sous les cendres de la révolution de 1989 et la chute de Ceaușescu est née une menace.
Intime. Cannibale. Sauvage. La faim et la soif.

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 5 février 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Une jeune femme s’est ouvert les veines après avoir tenté de s’arracher les yeux, elle a noircit des pages entières au nom de Nosferatu. Six mois plus tôt le corps supplicié d’un jeune Roumain sans papier a été retrouvé au fond d’un parking en construction. Raphaël Bertignac ancien journaliste d’investigation pense qu’il y a un lien entre ces deux affaires. Il reprend du service et commence une enquête difficile qui va l’entraîner de Paris à Prague où sont encore présents tous les stigmates laissés par le dictateur Ceausescu bien après la révolution de 1989. En lisant la quatrième de couverture et le titre j’étais persuadée de partir sur une énième histoire de vampires, je faisais fausse route, l’histoire n’est pas banale et les vampires ne sont pas ceux auxquels je pensais. Nous avons affaire à un scénario très bien mené, qui ne nous épargne pas des scènes sanglantes semblables à celles que l’on peut trouver dans la catégorie « gore » où la visite de lieux souterrains me font encore froid dans le dos. Un peu dans la lignée du Manufacturier mais en beaucoup plus soft. Le personnage principal, Raphaël nous est d’emblée sympathique, dès les premiers chapitres, on nous parle de son parcours tant professionnel que familial. J’ai été ému à de nombreuses reprises par sa volonté, sa ténacité et son courage.
    Un petit bémol pour les explications un peu trop didactiques qui souvent ont cassé mon rythme de lecture, nul besoin de m’expliquer ce qu’est un bonbon Pez, j’en ai mangé toute mon enfance, en revanche les rappels historiques ont été les bienvenus. Mise à part cela l’écriture reste fluide et le suspense intense ce qui en fait un honnête page-turner qui devrait emporter l’adhésion des amateurs du genre. L’auteur réussit à nous immerger dans une atmosphère suffocante dont on ressent la tension au plus profond de soi. Un auteur dont je vais suivre attentivement le parcours dorénavant. Bonne lecture.

  • Sangpages 6 février 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Mickaël Koudero, c’est une de ces belles rencontres. De ces auteurs qui marquent ton cœur et y laissent une trace indélébile. Que ce soit lui-même, par sa personne, ou par son énorme talent.
    Son premier livre," des visages et des morts" m’avait littéralement percutée,(qui avait été auto édité sous le nom : "Les enfants d’Erostrate").
    Ce fut alors le début de quelque chose de très spécial et je ne peux que, pour cette chronique, m’adresser à lui directement en te laissant voir par le trou de la serrure 😜
    Cher Mickaël,
    Ton deuxième livre je l’attendais au tournant. Comme aux 24 heures du Mans, il ne suffit pas de réussir à faire un tour de piste, mais de véritablement tenir les tours suivants. J’étais donc très impatiente de lire ce petit dernier et voir si tu étais capable d’endurance.
    Tu m’as fait confiance et donné la chance de pouvoir lire "La faim et la soif" il y a plusieurs mois déjà et j’ai clairement compris, à ce moment-là, que tu étais non seulement capable de tenir les tours, de garder l’endurance, mais, aussi, que tu pouvais sortir grand vainqueur !
    Pas facile de parler de la Faim et la soif tant c’est un livre complexe. Il m’a fallu, je te l’avoue, m’accrocher un peu comme dans tous les livres super bien torchés, d’ailleurs. J’ai presque dû prévoir un peu de glace ou de neige à mes côtés pour éviter la surchauffe 😁
    Ton Raphaël Bertignac, grand reporter qui travaille désormais pour une entreprise de nettoyage de scène de crime, je l’ai adoré de suite.
    Un début qui m’a happée direct avec cette scène de crime d’une jeune femme qui s’est suicidée et où Raphaël fait une bien étrange découverte qui changera clairement le cours de sa vie et l’emportera dans les abysses du mal, mais ça il ne le sait pas encore...
    Tu m’as emmenée de la France à la Roumanie en passant par Prague la magnifique, que j’adore et j’ai clairement apprécié le voyage. Tu m’as fait suivre Raphaël pas à pas dans son enquête. J’ai tenté avec lui de comprendre et j’ai, moi aussi, rencontré l’histoire d’un pays, la folie d’une nation.
    Ton récit est riche et complexe. Il a fait mouliner mon cerveau et frissonner mon échine, dans le bon sens du terme. En lectrice exigeante, j’y ai trouvé la substance.
    Tu m’as surprise avec cette histoire beaucoup plus axée sur les personnages, sur le héros en lui-même et j’ai trouvé ça bien.
    Tu as su créer des personnages fabuleux, taillés sur mesure avec une précision d’horloger suisse. Profonds, riches, ils se sont imprimés sur ma rétine comme s’il étaient assis à mes côtés. Peu d’auteurs sont capables de créer des personnages avec autant de charisme, mais tu sais le faire.
    Ton récit m’a emportée dans un émotionnel puissant et ravageur. Il est rondement mené et sans aucune anicroche.
    Tu m’as encore une fois épatée avec ce très gros travail de documentation. Tout sonne tellement juste. Tu as réussi à incorporer toute la notion historique réelle avec une grande habileté. Le lien à la Securitate est, d’ailleurs, saisissant.
    Je n’ai plus très bien su si j’étais dans la fiction ou dans la réalité et ça a été forcément très flippant. Et puis, j’ai appris, découvert et ça, c’est clairement un plus.
    Ton excellente plume doublée d’un style vif et percutant m’a emportée dès la première page. Sans temps mort, sans répit à 200 kilomètres/heure.
    Les images, les odeurs sont venues titiller mes yeux et mes narines tant elles étaient puissantes et réalistes. J’ai adoré cette ambiance noire de noire presque étouffante, mais plus encore cette fin comme je les adore. Juste parfaite.
    Je sais, parce que tu es humble, que tu ne me crois qu’à demi-mot quand je te dis être le digne successeur de Grangé, mais tu m’as prouvé avec ce deuxième livre que c’était vrai et juste. Je sais que tu iras très loin.
    Ton œuvre est, pour moi, EXCELLENTISSIME et j’espère de tout mon cœur que les autres lecteurs le verront sous ce même œil.
    Merci pour ta confiance, Mickaël. Merci pour tout et bon vent à "La faim et la soif" 💓

    La faim et la soif, sort aujourd’hui, 7 février 2019. Enfile ta doudoune, enfourche ta fraiseuse si tu te trouves dans des mètres de neige ou alors chausse tes skis, mais quelle que soit la manière, fonce chez ton libraire pour te le procurer illico ! Ouais c’est presque un ordre 😁 mais c’est satisfait ou remboursé et je sais que je ne prends aucun risque parce je sais que j’ai raison (comme toujours 😜)
    T’es pas encore convaincu ? Alors, lis et tu verras !

  • bookliseuse 10 février 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Avant de commencer, je tenais à vous préciser comment j’ai découvert cet auteur : à travers un article dans le journal de ma ville, paru en 2015, où, le journaliste faisait l’éloge de ce jeune auteur auto-édité et son premier roman disponible sur amazon : Les enfants d’Erostate, republié l’année dernière par une maison d’édition avec un nouveau titre : Des visages et des morts. Et depuis je patiente en attendant qu’il écrive un nouveau roman…et voilà presque 4 ans plus tard 😀

    Raphaël Bertignac la cinquantaine, ancien journaliste d’investigation indépendant, travail depuis 5 ans pour la société Cleanup, spécialisée dans le nettoyage et l’assainissement des lieux après décès. On découvre sa lente descente aux enfers depuis ses débuts de journaliste jusqu’à ce métier, qu’il n’aime pas. Il a tout perdu, son journal, son métier, sa femme, sa fille partie à l’autre bout du monde.

    En nettoyant l’appartement de Mathilde Bourgoin, jeune femme qui s’est tailladée les veines à l’aide d’un crucifix, après avoir tenté de s’arracher les yeux, il sent que cette mort est étrange. Il y voit l’opportunité de renouer avec son ancien métier et de regagner l’estime de tous.

    En fouillant, il découvre une feuille écrite de la main de la morte avec un seul mot : NOSFERATU. Chez les roumains ce mot désigne un non-mort, un démon ou celui qui apporte la peste. Pourquoi a-t-elle écrit ce mot ?

    Une théorie traverse rapidement son esprit en découvrant que Mathilde, avait subie une greffe de cornée récente : la mémoire cellulaire. Et si Mathilde avait des visions ? Si elle voyait les dernières images qu’a vu son donneur ?

    Voilà Raphaël parti dans une enquête qui va le mener dans les entrailles de Paris, puis à Prague, capital de trafics en tout genre pour terminer son enquête à Bucarest en Roumanie, pays qui subi toujours les séquelles d’années de pauvreté et dictature.

    L’auteur ne nous épargne aucun détail. En commençant par la description complète des corps retrouvés. Puis par les conditions de vie des roumains lors de la dictature de Ceausescu, un tyran sans pitié. Par la main des SECURITATES, qu’il recrutait et reconditionné dès le plus jeune âge, il faisait régner la terreur sur un peuple hanté par un passé de croyance (Dracula est né là bas). Il nous plonge dans l’horreur humaine, on a l’impression par moment d’assister à un marché ouvert, où tout se vend, se négocie, au delà de l’imaginable : le marché de l’horreur où l’argent achète tout, sexe, drogues, armes, humains, organes. Là on se dit en fait le Diable est sur terre : c’est l’homme !

    Un roman écrit comme un film, on le vit à 100 à l’heure, sans temps mort, l’auteur ne nous laissant aucun répit, ,ni détail. Âmes sensibles s’abstenir.

    Un livre hyper aboutit, on sent que l’auteur a travaillé dessus, fait beaucoup de recherches afin de présenter une histoire cohérente.

    Bravo Mickaël, j’avais eu un coup de coeur pour ton premier roman, là c’est un coup de foudre ! Je recommande à 200 %

  • Mes évasions livresques 19 février 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Ce roman me pose un gros problème... J’ai beaucoup aimé l’intrigue, l’ambiance, les personnages mais j’ai eu un gros souci avec le rythme du livre, ce qui m’a plombé la lecture.

    Nous sommes entraînés dans une enquête entre Paris , Prague et les Carpates. Suite à un suicide et à un meurtre à Paris, un journaliste, Raphaël Bertignac, va se lancer dans une enquête qui va le mener jusqu’en Roumanie à la poursuite d’un cannibale et dans le monde underground des vampyres...

    Le roman est extrêmement documenté et nous apprend beaucoup de choses sur la période dictatoriale Ceausescu et sur l’après cette période.
    Ce roman vous fera frémir et vous emballera par son intrigue dense et complexe.

    L’intrigue s’appuie beaucoup sur les personnages, avec une psychologie très développée qui nous entraîne dans le sillage des protagonistes et nous plonge en immersion dans le récit...

    Autant beaucoup de points de ce livre sont passionnants et palpitants, autant le rythme du livre m’a fait passer à côté d’une immersion totale...
    Un style trop abrupt, des descriptions à n’en plus finir... le sujet du livre pour moi aurait mérité un rythme plus pêchu tant le contenu le mérite.

    Bien sûr, ce n’est que mon avis et je ne lis que des avis enthousiastes sur ce livre donc ça ne l’a juste pas fait avec moi ou tout simplement pas le moment.

    Ne vous découragez surtout pas car Mickaël Koudero nous offre une intrigue très originale et fascinante ;)

  • Maks 19 février 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Noir, sombre, tranchant, effrayant, angoissant et captivant sont les mots que l’on peut poser sur ce roman. Cette histoire est une pure descente vers la folie, vers les abîmes de l’âme humaine.

    Le contexte historique m’a littéralement captivé, j’ai découvert plein de choses sur cette période sombre de la Roumanie, tellement intéressant que je pense me renseigner davantage sur le sujet et ce grâce à « La faim et la soif » sans quoi je n’aurais peut-être pas eu envie d’en savoir plus sur les agissements de « Nicolae Ceausescu » et sur la « Securitate ».

    Au niveau de l’enquête elle-même, c’est aussi captivant que le contexte du livre, « Mickaël Koudero » nous emporte sur les traces des légendes vampires (Vampyrs) dans des lieux de perdition, de Paris aux bas-fonds de Prague en poursuivant vers la Roumanie et ses lieux inconcevables comme le centre de détention de « Pitesti », bastion du lavage de cerveaux sous le régime de Ceausescu, nous sommes confrontés à la barbarie humaine du début à la fin et cela fait froid dans le dos.

    Les personnages sont très bien construits psychologiquement parlant, « Raphael » le journaliste que nous suivons tout au long du récit est un homme torturé, enfermé dans la spirale de ses propres démons et donne du cachet à l’histoire, les autres intervenants qui même s’ils n’apparaissent pas énormément sont eux aussi intéressants.

    « La faim et la soif », un titre qui va bien pour le récit qui y est conté, où le sang coule littéralement des pages au fur et à mesure de la lecture. J’ai refermé le livre avec une sensation amère après cette fin géniale, en sachant qu’il y a du vrai dans les faits historiques relatés et avec une seule envie, lire une autre histoire sombre écrite de la main de Mickaël Koudero.

  • Mouchemike 9 mars 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Un thriller glaçant.

    Pour ma première lecture de cet auteur, autant vous dire qu’il ne m’a pas laissé de marbre, un style incisif, sans concession qui nous glace le sang.

    Alors déjà parlons de notre personnage principal Raphaël (bon déjà c’est le prénom de mon fils...), un ancien journaliste d’investigation qui a tout perdu et qui se retrouve simple "nettoyeur" de scènes de crimes/suicides. Un homme rongé par le doute et par la tristesse de ne plus voir sa fille. Raphaël n’a plus rien a perdre quand il se retrouve sur un scène d’un suicide, qu’il doit nettoyer, où il trouve un mot griffonné sur du papiers : "Nosferatu" (diable, vampire).

    Ensuite notre homme se retrouve devant une question simple, pourquoi les yeux du cadavre (d’après le rapport du légiste) sont-ils dans cet état. Une greffe de cornée ? (alors ça aussi j’en ai eu une, alors comment vous dire que ça me colle des frissons quand je lis ce genre de choses).

    Raphaël va donc commencer, en tant qu’ancien journaliste ; à se poser des tas de questions sur ce mot et sur cette greffe, dont aucun rapport médical n’a été trouvé dans l’appartement. Ces recherches vont le mener dans les plus profonds travers de l’humanité, de la soif de l’homme pour trouver de nouveaux moyens de torturer et de tuer.

    Son enquête va l’emmener sur les traces de l’histoire de la Roumanie avec un passé rempli de violence et d’excès en tous genre sur un peuple asservi.

    Mickaël Koudero nous plonge de ce thriller terrifiant rempli d’infos historiques qui nous font froid dans le dos. Des personnages passants par toutes les émotions. Des scènes atroces. Notre envie de tout savoir de plonger dans ce monde obscur est insatiable.

  • manonlit_et_vadrouilleaussi 17 mars 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Paris. Juin 2015.
    Prenez garde à l’Ogre qui sévit dans les rues. Paris, Prague, la Roumanie. La chasse à la bête à commencer.
    Raphaël Bertignac, cinquantenaire et ancien journaliste d’investigation reconvertit en nettoyeur de l’extrême chez Clean-up ( homicide,suicide, morts naturelles) sent que quelque chose ne va pas dans sa dernière mission. Une jeune femme s’est tailladée les veines et a voulu s’arracher les yeux. Griffonné sur plusieurs feuilles un mot : Nosferatu. Mot roumain pour les vampires, les non-morts ou le diable. Aurait-elle vu l’innommable ?
    ➰➰
    Il tombe à pic ce roman en pleine saison croisée France-Roumanie 😆. Véritable page-turner ce récit est sombre et angoissant. Les chapitres sont courts et bien rythmés. J’ai adoré le personnage de Bertignac. Cette enquête, une renaissance pour lui.
    Bien plus qu’un thriller, c’est une prise de conscience des dérives d’une ancienne dictature. On s’enfonce peu à peu dans la noirceur humaine comme on s’enfonce dans les bas-fonds de Prague. Comme tout roman du genre difficile d’en parler sans spoiler. Un gros travail de recherche de l’auteur qui m’a permis d’en apprendre d’avantage sur la Roumanie. Dans tous les cas, cela fait froid dans le dos de penser que certains comportements existent ! Une belle découverte de la plume de l’auteur. Cependant, et ce n’est que mon envie personnelle 😆, j’aurais aimé que cela prenne une tournure d’un autre genre ( oui vous ne comprenez pas grand chose mais bon je ne peux pas vous dire 🙊)

  • Stef Eleane 3 avril 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Dernièrement j’ai lu de très bons romans, La faim et la soif n’a rien à envier aux autres livres qui sont passés entre mes mains 🙂

    J’ai été impressionné par l’écriture précise avec une grande rigueur et une multitude de détails. C’est le premier roman qui je lis de Mickaël Koudero, avant celui-ci il a écrit Des visages et des morts paru l’année dernière. Et bien entendu, il apparaît dans le recueil PHOBIA. Revenons à notre livre voulez-vous 😉 Je disais donc que sa plume est rigoureuse, immersive et captivante.

    Ok, c’est chouette tout ça, mais de quoi ça parle ?

    Raphaël Bertignac est un ancien journaliste d’investigation reconverti, après des déboires professionnels et personnels, dans le nettoyage de scènes de crimes ou suicides. Sa dernière mission l’emmène dans l’appartement d’une jeune femme qui avant de se tailler les veines, s’est arraché les yeux. Dans l’une des pièces, des lettres sur Nosferatu ainsi que des Saints intrigue Raphaël. L’âme du journaliste est en éveil.

    NOSFERATU

    Ce nom accaparait toute son attention, faisait vibrer sa mémoire. Il l’avait déjà lu ou entendu quelque part. Une réminiscence ancrée dans sa jeunesse.

    Arrivé à son domicile, il se fit un cappuccino, attrapa un carnet en moleskine et alluma son ordinateur.

    Google attendait les directives.

    Avec frénésie, il tapa les neuf lettres. Touche entrée.

    De bas-fond parisien au groupuscule « sataniques » Pragois, il n’ y a qu’un pas entre les mains de Mickaël Koudero . Il vous offre un petit guide touristique du noir, glauque, de l’insoutenable. Entre les sous-sols de l’horreur aux vertes forêts de la Roumanie.

    Un roman riche historiquement, puisque l’auteur remonte un peu dans le temps. Pas si lointain, mais suffisamment pour nous rappeler les horreurs perpétuées par Nicolae Ceaușescu.

    Une recherche de la vérité menée tambour battant. Un jeu de dupe exaltant. Un livre surprenant. Pour le coup, je ne suis pas restée sur ma faim !

  • warlop 5 avril 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    "on a relevé de nombreuses morsures à son cou, ses cuisses et son dos. A certains endroits. On a carrément dévoré sa chair. Quand à ses yeux, ils ont été enucléés"

    Un début percutant avec un premièr morr : une jeune femme s’est tailladée les veines après avoir essayé de s’arracher les yeux, Raphaël ex-journaliste, grand reporter, devenu après plusieurs déboires nettoyeur de scène de crimes. Raphaël un personnage charismatique, attachant, torturé qui se bat aussi avec ses fêlures. Raphaël retrouve son instinct de journaliste et va faire le lien avec un autre crime, quelques mois plus tôt d’un jeune roumain, les organes arrachés. Raphaël va poursuivre l’enquête qui l’emmènera de France à Prague en passant par la Roumanie. Une enquête dans les abysses du mal, entre croyances, vampirisme, trafics d’organes humains, cannibalisme. Un chemin vers l’horreur de l’humanité. Un voyage en plein cœur d’un pays qui se relève de la dictature de Ceausecu, mais pas libéré de sa milice "la liberatate".
    La documentation fouillée donne de l’intensité au récit, les descriptions des tortures, crimes soulèvent le cœur de dégoût et d’horreur tellement le réalisme est intense. Un voyage au cœur d’un pays reconstruction où les crimes contre l’humanité nous transpercent. On est dévastés.
    Un récit bien ficelé, fort, émotionnel, en total immersion entre réalité et fiction, tout s’entrechoque à une vitesse maximale, un vrai page turner, thriller societal, sombre, glaçant, un roman passionnant, terrifiant, un auteur qui maîtrise de main de maître son sujet, incisif, rythmé, une fin étonnante, un auteur que j’avais découvert avec desvisagesetdesmorts, qui confirme son entrée par la grande porte des maîtres du thriller.

  • Les Lectures de Maud 8 mai 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Comment la découverte dans un appartement de certains documents, dont il avait pour mission de nettoyer, va bouleverser la vie de Raphaël ? Ancien journaliste d’investigation ses sens vont se réveiller brutalement et cette trouvaille va l’obséder jusqu’à ce qu’il décide de rempiler ! Au fur et à mesure de ses investigations, la boîte de Pandore est ouverte et ne se refermera qu’avec un point final : la Vérité. Que va-t-il découvrir ?
    Raphaël, c’est l’histoire d’un homme déchu, tant sur le plan professionnel que personnel. Et cette enquête, qu’il considère comme celle de la dernière chance de revenir au premier plan de la scène médiatique va l’embarquer au-delà des frontière et de l’inimaginable. L’obsession est telle qu’il va seul mener ses recherches qui vont le conduire jusqu’en Roumanie, jusqu’au-delà d’un réel connu. L’inconnu lui révèle un monde abject mêlant torture physique et psychologique d’un dictateur. Il va s’enfoncer dans les abîmes les plus sombres de l’âme humaine et bien loin de l’entendement. Ce qu’il va prendre pour des fables et légendes vont se révéler sous ses yeux, il se prend une claque et redoubler ses efforts pour que le monde entier ait accès à la Vérité. Celle-ci le mène, le conduit et l’emporte, mais jusqu’où ce personnage poignant est-il capable d’aller, d’entendre et de comprendre ?
    Je l’attendais avec impatience cette sortie. Je me suis laissée totalement emportée, aspirée et soufflée par la plume incisive, directe et rythmée de l’auteur. Cette intrigue très bien menée nous emmène dans le sordide le plus profond et fait remonter à la surface les conséquences du passé très habilement saupoudrés tout au long de cette lecture. J’en ai pris plein la figure comme on dit, la nausée n’était pas loin : les mots m’ont à la fois repoussée et attirée. Vouloir connaître la vérité est devenue aussi pour moi une manière de comprendre cette période méconnue. Savoir comment de telles atrocités ont peut-être existé a aussi accompagné ma lecture. Je salue la façon très brillante de l’auteur d’avoir su à la fois maintenir le suspense jusqu’au bout et nous décrire ces différentes pages historiques tout en bousculant le lecteur. Même après la chute ou la mort de certains dictateurs, comment leur endoctrinement perdure à travers les décennies ?
    Cette lecture m’a malmenée et marquée et après quelques recherches je me pencherai prochainement sur des livres sur la Roumanie et cette période de règne de ce couple complètement mégalomane qui a plongé ce pays dans un tel cahot.

  • polacrit 26 juin 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Une enquête dont les ramifications nous mènent dans le passé trouble et douloureux de la Roumanie de Ceucescu sur fond de prostitution, de trafic de drogue et d’organes humains.
    Raphaël, bien qu’il entame juste ses vacances d’été, est appelé par son patron afin de nettoyer une scène de suicide, le troisième en une semaine. La jeune Mathilde a tenté de s’arracher les yeux puis s’est tranché les veines avec un crucifix. Raphaël est aussitôt interpellé par ces circonstances pour le moins inhabituelles et peu cohérentes avec la personnalité de la jeune femme. Suite à ce qu’il découvre dans son bureau, il décide d’en savoir plus.
    Il découvre que trois mois plus tôt, Octavian, un jeune réfugié roumain âgé de vingt-deux ans, a été retrouvé dans un parking en construction pendu par les pieds, énucléé, sauvagement torturé. Raphaël prend contact avec le commandant Toussaint, une vieille connaissance, dont l’enquête n’a pas avancé d’un pouce. S’agit-il d’une vengeance ? D’un meurtre rituel ? De vampirisme ? Raphaël envisage toutes les hypothèses, même les plus farfelues.
    Poursuit-il un vampire ? Un cannibale ? Ou les deux ? Afin de percer ce mystère, il demande à Valérie Auteuil, une ancienne employée à qui il a appris son métier, de lui apporter un soutien logistique. La jeune femme accepte à la condition expresse que BFM TV aura l’exclusivité des résultats de son enquête. Persuadé que la clef qui relie les deux affaires réside dans le mot NOSFERATU et les Commerces du Diable situés dans la capitale de la République Tchèque, il se rend à Prague, sans se douter un seul instant qu’il y trouvera bien plus que les réponses à ses questions.
    "La Faim et la soif" est un thriller attachant à plus d’un titre : le style atypique et brut de décoffrage de l’auteur ; ses personnages tout en nuance, écorchés par la vie ; ses descriptions à coups de scalpel ; son histoire qui nous entraîne dans les plus sombres bas-fonds de l’âme humaine, dans ce que l’homme peut offrir de pire...Qualités qui séduiront les aficionados du genre ainsi que tous lecteurs en quête d’émotions fortes et de vertigineuses montées d’adrénaline.

  • Encore Un Livre 16 juillet 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Je ne connaissais pas encore Mickaël KOUDERO, LA FAIM ET LA SOIF était une de mes priorités de lecture après avoir vu de bons échos, mais surtout j’ai beaucoup apprécié la façon qu’il avait à parler de son livre et de sa « construction » lors de certains retours sur les réseaux. J’ai profité de mes quelques jours de congés pour me plonger pleinement dans cette histoire où j’ai été ferrée dès les premières pages lorsque le passé et le portrait de Raphael Bertignac sont retracés très limpidement, ancien journaliste d’une revue d’investigation spécialisée dans les faits divers « Près de chez vous » jusqu’à aujourd’hui où il est nettoyeur de scènes de crime. Une personnalité intuitive, curieuse il portera l’histoire jusqu’à la fin.
    À ses côtés, j’ai parcouru les recoins les plus sombres, j’ai côtoyé la folie et les déviances des hommes, à travers divers personnages, j’ai écouté ces récits glaçants racontant une Roumanie meurtrie après la chute de Ceausescu. J’ai appris que La Roumanie encourageait « fortement » les naissances, que plus elles étaient nombreuses au sein d’une famille plus celles-ci était valorisées, je vous laisse imaginer dans quelles conditions bien évidemment. C’est une chose que j’ignorais, et qui résonne particulièrement actuellement. Je me suis nourrie des recherches de l’auteur, j’ai bien eu du mal à me demander où s’arrêtait la part de fiction ou de réalité…
    Je suis ressortie un peu vidée, tant c’est dense, riche en information et en documentation.
    Jamais dans la violence extrême, parfois dans l’insoutenable, quelques passages peuvent heurter les âmes sensibles lorsque Raphael Bertignac affronte les méandres de certains réseaux les plus obscurs ; des Commerces du Diable à la théorie de la mémoire cellulaire des sujets passionnants, sombres où il n’est pas simple de s’extirper une fois mis le nez dedans, il se balade au gré de sa quête toujours mené par son fervent instinct et sa soif d’investiguer. Vidée, essoufflée par cette ambiance, ces crimes sordides qui vous collent à la peau, mais avec la satisfaction d’avoir lu un thriller maîtrisé, enrichissant, fouillé. Le résultat est au-delà de mes espérances.
    Mickaël Koudero exploite des sujets passionnants et a pu faire ce qu’il voulait de son histoire, je l’ai suivi sans hésitation aucune. Il possède un style qui demande quand même une certaine disponibilité, l’histoire ayant une belle épaisseur peut paraître parfois complexe par une narration immersive et généreuse qui nous rend groggy, mais tout cela est vite rattrapé tant l’écriture est soignée, souvent belle dans toute sa noirceur.
    J’ai beaucoup apprécié cette plume incisive pleine de pertinence en portant un certain regard critique sur la société, il nous interpelle et nous met en garde.
    Je suis assez épatée par ce talent émergent, ce n’est que le deuxième livre de l’auteur ! Ce n’est pourtant pas dans mon habitude de faire des comparaisons, mais si vous avez adoré LA CONJURATION PRIMITIVE de Maxime Chattam, je doute que vous ne soyez pas conquis par LA FAIM ET LA SOIF proposant les mêmes saveurs…un thriller de haute volée.

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    La faim et la soif - Mickaël Koudero

    Raphaël Bertignac est « nettoyeur de scènes de crime ».Un passage à vide lui a fait quitter une brillante carrière de journaliste à laquelle il ne croyait plus et un mariage avec une actrice nombriliste. Il est appelé en intervention dans un appartement où une jeune femme s’est suicidée. Mathilde Bourgoin s’est ouvert les veines avec un crucifix, en cherchant préalablement à se crever les yeux. Pas banal comme façon de mettre fin à ses jours. Partout apparaît le nom Nosferatu. La passion première de Raphaël renaît grâce à ces étranges événements. Le sang du journaliste d’investigation qu’il était autrefois bouillonne. Bientôt, la découverte d’un autre cadavre salement amoché propulse Raphaël sur les traces d’une organisation spécialisée dans le trafic d’organes. De Paris à Prague, en passant par la Roumanie, Raphaël se lance à corps perdu dans une réalité qui va totalement le dépasser.

    Vous avez peut-être découvert Mickaël Koudero avec « Des visages et des morts », roman qui laissait présager l’arrivée d’un nouveau talent dans le monde du Noir. Autant vous le dire tout de suite : « La faim et la soif » est le roman de la consécration. Comment vous expliquer à quel point j’ai été bluffée, d’abord par l’évolution dans l’écriture, devenue précise, affûtée, l’emploi de figures de style souvent très poétiques (surtout dans sa manière de décrire le physique des personnages ou les villes par lesquelles transite le héros), mais aussi par l’intrigue, menée de main de maître et cela dès les premières pages. Il faut que j’ajoute que ce roman est très documenté, le propos s’appuie sur des thématiques précises et fouillées, ayant certainement nécessité d’énormes recherches. Le tout rend ce thriller vraiment passionnant.

    Les thèmes abordés sont denses. J’ai été particulièrement intéressée par la mémoire cellulaire qui peut faire suite à une greffe d’organes. Le sujet, passionnant, ouvre bien des perspectives et les problématiques qui peuvent en découler coulent à foison. C’est par cette thématique précise que Mickaël Koudero a su susciter ma curiosité en proposant une intrigue originale et très accrocheuse. « Un receveur d’organes peut ressentir des émotions liées à la mémoire du donneur ? ». La question est posée ! Vous déduirez aisément que le trafic d’organes est le sujet principal de ce roman, et cette thématique est annoncée très rapidement dès les premières pages. « L’homme est devenu une marchandise comme les autres.(…) Nos chairs aux enchères ou l’absolu du pire. » Vous découvrirez également un approfondissement très intéressant du symbolisme des différents organes qui a nourri mon avidité de lectrice.

    Enfin, j’aimerais accentuer mon propos en mettant l’accent sur le fait que ce roman est véritablement un thriller sociétal bien ancré dans les problématiques de notre époque. J’y ai trouvé de belles réflexions sur le système politique et son fonctionnement, sur la misère, les drogues « ces poussières d’ange qui mettent de l’apothéose dans l’éphémère ». En racontant l’histoire de la Roumanie après la chute de Ceausescu, l’auteur nous embarque dans l’histoire d’un peuple dont personnellement j’ignorais beaucoup. Ainsi, il construit l’enquête que mène Raphaël sur les cendres de ce pays en y ajoutant les thématiques du cannibalisme et en laissant planer l’ombre du diable.

    C’est un récit qui va à 200 à l’heure, sans pauses et sans s’essouffler. Si la première partie pose vraiment le scénario, la seconde en donne véritablement le tempo et s’accélère encore. Cela peut devenir un problème si vous n’avez pas une lecture suivie du roman, car plusieurs personnages font leur apparition et vous risquez de perdre facilement le fil. Ça file comme un épisode de 24 heures chrono : si vous vous endormez 10 minutes, vous ne comprenez plus rien ! L’atmosphère suffocante, réaliste, est la cerise sur le gâteau. Elle est parfaite pour rendre ce thriller véritablement haletant.

    Pour terminer, haro sur la fin, tout simplement excellente. Habituellement, les fins ne trouvent pas grâce à mes yeux et je les retiens à peine. Celle-ci, peu conventionnelle, osée, clôture parfaitement bien une lecture électrisante. Je vous invite vraiment à découvrir Mickaël Koudero, vous m’en direz des nouvelles !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.