Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Miracle - Solène Bakowski

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

La vie de Laure, vingt-et-un ans, s’écroule lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau. Les médecins sont formels : la jeune femme est condamnée. Mais Laure est une battante, et grâce aux réseaux sociaux, récolte des fonds pour se lancer dans un projet fou : celui de traverser l’Atlantique en solitaire. Très vite, les internautes se prennent de passion pour cette jeune malade que d’aucuns voient comme une héroïne des temps modernes. Elle est invitée sur les plateaux de télévision, son périple est suivi sur YouTube par des centaines de milliers d’abonnés. Adulée, elle devient un symbole d’espoir et un modèle de courage. Dans sa course contre la montre, Laure pense avoir trouvé un sens à sa vie, mais une question parmi d’autres se pose : quel est le prix d’un miracle ?

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 19 octobre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Laure, 21 ans est atteinte d’une tumeur au cerveau : inopérable et incurable. Les médecins lui donnent 2 ans, peut-être 3, à vivre. « Incomplète. Sa vie, tout ce qu’elle ne fera pas. Incomplète. Tout ce qu’elle ne sera jamais, parce qu’elle n’en aura ni le temps ni l’envie. » Si la nouvelle a l’effet d’une bombe à retardement, l’espoir et l’envie d’accomplir un rêve naissent : traverser l’Atlantique en solitaire sur le bateau qui appartenait jadis à son père. De nos jours, rien d’impossible ! Pour cela, utiliser des moyens à portée de nos doigts, les réseaux sociaux. GoFundMe, Facebook, Instagram, YouTube, tous les moyens sont bons. En quelques clics et des milliers de partages, son rêve fait le buzz et devient le rêve par extension de milliers d’autres personnes atteintes du cancer. Sous le hashtag #OnEmbarqueAvecLaure, #LeCancerNeVaincraPas, Laure devient une idole des temps modernes, suscitant admiration, espérance et foi en l’avenir. Parfois, ce qui a fait votre gloire fait aussi votre chute : sûrement le prix à payer pour un miracle….

    Il y a toujours un avant et un après Solène Bakowski. Elles sont rares à percer ainsi les secrets de nos cœurs, à faire tomber les murs construits pour ne pas qu’on nous abîme trop l’âme. Elles sont deux, l’autre s’appelle Amélie Antoine. J’ai autant d’affection pour l’une que pour l’autre, et une même tendresse pour leur habileté à inclure dans leurs textes, des héroïnes de l’ordinaire, vous, moi, à qui il arrive des pépins de tous les jours, presque banals, mais qui se transforment bien souvent en drame. On sent que le dérapage est imminent, que quelque chose va nous sauter au visage, on ressent d’ailleurs cette petite gêne au creux de notre estomac qui va rapidement devenir une gigantesque boule dans la gorge. On sait que le chemin sera noir. On sait que l’humanité cruelle. On sait qu’on va morfler…

    En créant des personnages hautement charismatiques dans leur profonde humanité, comme Laure ou Lucas, ces héros ordinaires qui affrontent la maladie au quotidien, Solène Bakowski emporte avec elle ses lecteurs à qui elle montre le monde par le petit bout de la lorgnette, le côté face d’une même pièce dont on aurait déjà largement abusé du côté pile. Sadiquement, elle prend son temps. Elle nous fait aimer ses personnages. Elle nous les pose dans le creux de la main et elle dit nous regarde-les, prends en grand soin, parce que la vie (pas moi) va leur faire beaucoup de mal, va les atteindre au plus profond d’eux-mêmes et les laisser quasi morts sur le bord de la route. L’identification à ces personnages est quasi immédiate : c’est le talent indéniable de l’auteur.

    La 4e de couverture évoque la chute de Laure dans l’enfer des réseaux sociaux. Ne vous y méprenez pas, ce livre n’est pas un brûlot contre les réseaux que nous utilisons tous. Il est un miroir de la réalité, le fruit, à mon avis, de longues heures d’observations et d’analyses de ce qui s’y passe. Oui, les réseaux sont parfois « le cœur de la nuit », et les choses y vont très loin, bien trop loin. En cela, le roman est juste. Solène démontre de façon très pertinente combien ils peuvent être utiles et source de ralliement pour créer des communautés dans des combats communs, mais aussi combien ils peuvent rapidement vous faire payer au centuple le fruit de ce rapprochement. J’en faisais moi-même l’expérience très récemment encore : il suffit d’un canard boiteux dans une meute pour faire basculer tout le troupeau. Rajoutez à cela un discours pas trop débile, des attaques bien ciblées, un ton un peu méprisant, et vous obtenez une équation parfaite pour faire dérailler un train. Se greffent alors des insultes, des hashtags bien sentis, et tous les suiveurs qui trouvent très distrayant de partager des posts où on se moque, mais méchamment de quelqu’un. Pensez un peu à Greta Thunberg…. Son discours se perd dans la haine populaire juste parce qu’elle a l’air d’une sale gosse capricieuse. La popularité est un programme de démolition massive. « Tu vois bien que t’es un personnage public, alors on a le droit de tout dire, si on veut t’insulter on t’insulte, c’est pour ça que t’es sur Internet. » Les mots sont également un programme de destruction massive surtout lorsqu’ils détruisent votre moi profond « Il y a pire que le cancer, lui a répondu une voix en miettes à l’autre bout du fil, ce sont les réseaux sociaux. Nos gamins ne sont pas armés contre les dingues qui sévissent sur Internet. »

    Au-delà du mécanisme parfaitement décomposé du cercle vicieux lancé à pleine vitesse dans la seconde partie du roman, et dont je ne parlerai pas parce que ce serait criminel de vous en gâcher le plaisir de lecture (et croyez bien que c’est difficile, car j’aurais tant de choses à en dire…), Solène décortique l’arrivée de la maladie dans le cercle familial. Là encore, je ne peux que m’incliner devant la pertinence des propos et l’éventail des réactions proposées. Entre ceux qui veulent décider à la place du malade, ceux qui s’octroient le droit de décider de « la fin », ceux qui veulent gérer la vie du mourant parce qu’ils savent mieux, eux, ce qui est bon, et ceux qui entravent simplement la liberté de choix sur la fin de vie, Solène ne nous épargne pas grand-chose. Soigner et secourir à quel prix ? Sauver contre son gré ? Elle a même pensé à créer un personnage qui, de la lumière passe brutalement à l’ombre, comprenez un personnage qui représente une sorte de vénération familiale, fierté exacerbée de celle à qui tout réussit, à un passage au second plan, celle qui n’est pas entrain de crever… Belle brochette d’êtres humains, avec leurs failles et leurs forces, leur tendresse et leur violence. Absolument tout ce que j’aime pour ne pas entrer dans toute forme de manichéisme ou de jugement.

    Les romans de Solène Bakowski me procurent toujours de belles émotions. Si elles sont hétérogènes, elles n’en restent pas moins douloureuses parfois. Il y a toujours sur ses épaules le bon et le mauvais génie. Le bon peut être clément, le mauvais est sans pitié. Ses romans sont le reflet de tragédies ordinaires, de celles qui vous émeuvent le plus parce qu’elles peuvent être les vôtres… et dans certains cas, elles le sont. « (…) cette jeune femme portée aux nues par les réseaux sociaux. » en est une belle démonstration. Mais, « C’est toujours pareil, la compassion résiste mal à la proximité de la détresse. »

    Solène c’est un cœur tendre dans la nuit noire de l’existence. Sa sensibilité exacerbée fait d’elle un auteur rare, dont les mots, puissants, justes, parlent d’abord à vos tripes avant de parler à votre cerveau. Ses romans se vivent et se ressentent. Ils sont l’opposé de l’indifférence, ils nous mettent en face de nos propres contradictions et démontrent combien la vie se charge d’en faire tanguer l’équilibre.

  • Mes évasions livresques 20 octobre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Quand on lit la quatrième de couverture de Miracle, on ne voit pas trop la partie thriller. Quand on lit la première partie du livre non plus, bien que les pièces se mettent tranquillement en place.

    Laure apprend, à vingt-et-un ans, qu’elle est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau et qu’il lui reste deux années, voire trois à vivre. Ce choc plus ou moins digéré, elle fait le projet fou de traverser l’Atlantique avec le bateau de son père, grand navigateur qui est mort en mer quand elle était toute petite, au détriment de l’avis de son petit ami et de sa famille.

    Cherchant à être sponsorisée pour récolter de l’argent pour son projet, elle ouvre une page de crowfunding et les internautes sont tellement touchés que sa popularité décolle sur tous les réseaux sociaux.

    L’auteure nous dépeint de façon très réaliste l’exaltation et le désamour des internautes pour les personnalités qui font le buzz. Sortant de l’anonymat pour une certaine célébrité, Laure va déclencher l’intérêt des internautes et aussi celui des "Haters", plaie des réseaux sociaux...
    Mais le roman n’est pas une critique acerbe des réseaux sociaux, juste un regard réaliste face à ce microcosme de société avec ses fans, ses bienveillantes, ses haters, ses fanatiques et déséquilibrés...

    Le jour où Laure bénéficie de son miracle, le désamour commence. Si ces relations dans la vraie vie s’améliorent, celles avec ses "amis" se désintègrent...

    Miracle est un roman poignant et plein de bons sentiments que l’auteure arrive à transmettre aisément aux lecteurs, notamment grâce à des personnages très forts comme Laure et Lucas.

    Je vais devenir malheureusement un peu désagréable...

    Si les deux premières parties m’avaient beaucoup plu, j’ai eu plus de mal avec le dernier arc : la vraie partie thriller du roman...
    Notamment à cause d’un personnage, difficile à cerner et que je n’ai sûrement pas compris...

    Autant la révélation est forte et bien amenée, autant j’ai eu du mal à croire à ce que je lisais car ça me paraissait assez farfelu.

    Je reste donc sur une petite touche de déception car je n’ai pas adhéré du tout à ce final qui n’est pas assez développé pour moi et, qui du coup, perd de son impact.

    Mais que cela ne vous rebute pas, cela reste mon humble avis et d’autres seront sûrement conquis par ce très beau thriller psychologique.

  • Annesophiebooks (Les lectures d’Anne-Sophie) 21 octobre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Parés une lecture qui secoue ? Alors montez à bord du Miracle. Et accrochez-vous, parce que ça va méchamment chavirer.

    Laure, 21 ans, souffre d’un cancer inopérable. Il ne lui reste que deux ans, peut-être trois. Cette fille de navigateur n’a plus alors qu’une idée en tête : traverser l’Atlantique en solitaire sur le voilier de son père.
    Hélas, cela nécessite beaucoup d’argent.

    Mais dans son malheur, Laure a la chance de découvrir le côté merveilleux d’internet : un post aura suffit pour que la Toile entière se retrouve derrière elle. À la soutenir. À se cotiser. À l’encenser.
    À coups de hashtags, de tags, de cagnottes et de messages.
    Et son rêve devient réalité.

    Jusqu’à ce que cette réalité devienne un nouveau cauchemar...

    Découpé en trois parties, ce roman vous transportera du rivage le plus clair de l’humanité jusqu’à l’extrémité de ses confins les plus sombres.

    Première partie : Embarquement. La mer est calme. À l’horizon, Laure et l’annonce de sa maladie.
    Les questionnements. Les regrets. Les espoirs.
    Et, droit devant, un îlot superbe et débordant d’amour et d’entraide.
    Oui mais.

    Deuxième partie. Le temps se gâte. Les premières bourrasques arrivent.
    La bonté couleur azur s’assombrit et se transforme.
    Tempête de haine. Ouragan de cruauté.
    Même attachés au mât ou cramponnés au bastingage, vous serez éclaboussés.
    Les quelques accalmies sont trompeuses, simples prémices de vagues malveillantes plus hautes encore.
    La compassion et l’empathie sont devenues férocité et jalousie.
    Laure l’idole est maintenant foulée aux pieds.
    Internet va lui faire payer cher chaque attention dont elle a bénéficié, à coups de posts débordants de venin.
    La menace est partout, les monstres cachés derrière leur écran peuvent être n’importe qui.

    Troisième partie. Le tsunami déferle. La folie et la fureur frappent de touts côtés.
    Laure prend l’eau, tourbillonne dans ce torrent de fiel.
    Remontera t-elle à la surface ?

    Roman coup de poing, Miracle nous immerge dans l’horreur qu’internet peut faire subir.

    Avec une plume qui nous taillade et des mots qui nous étreignent Solene Bakowski nous offre une histoire suffocante et addictive dont on se souviendra longtemps.

    À lire impérativement !

  • Angie - Blog Culturez-moi 21 octobre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Dès le premier chapitre, j’ai senti que cette lecture n’allait pas être de tout repos. Il en faut pour me chambouler, mais là après seulement une dizaine de pages, je me sentais oppressée, j’avais presque du mal à respirer. Au-delà des résonances personnelles avec le milieu médical que j’ai ressenti, c’est la plume de l’auteure qui m’a véritablement glacé le sang. A la fois poétique et ferme, elle nous raconte les faits de manière tranchante et nous insuffle les émotions avec une humanité incroyable.

    J’ai dévoré ces 400 pages avec un noeud dans la gorge, parfois une larme au coin de l’oeil et souvent une rage sourde. Miracle c’est avant tout un constat sur la manière qu’a notre société de traiter les faits et les évènements via les réseaux sociaux.

    A 21 ans, Laure n’avait pas prévu de mourir. Elle n’avait pas prévu qu’une tumeur cérébrale viendrait gâcher la danse de sa vie. Les réseaux sociaux sont friands de ce genre d’histoires. Parfois, ils sont même les premiers à permettre l’impensable, à réaliser des rêves. Comme celui de Laure, de traverser l’Atlantique en solitaire, avant que le cancer ne l’emmène. Mais Facebook, Twitter et tous les autres, ce sont aussi le Mal incarné. Cet empire impalpable peut apporter le meilleur, le plus noble, mais aussi le pire, le plus dégueulasse.

    ⭐️ En bref ⭐️
    Miracle est une plongée en Enfer, une descente aux abîmes de près de 400 pages dans ce que l’humain est capable de meilleur mais aussi de pire. De ce roman, on ne ressort clairement pas indemne, mais c’est une lecture d’une qualité rare qui prend aux tripes de la première à la dernière ligne. Le final inattendu et explosif a fini de me crucifier à mon canapé.

    Je recommande ce roman au plus grand nombre. Solène a le don de rassembler tous les lecteurs, dans le poétique, dans le juste et dans la noirceur sourde de notre monde actuel.

    https://culturez-moi.com/miracle-solene-bakowski/

  • Sangpages 24 octobre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Les réseaux sociaux comme un puit sans fond où chacun vomit sa haine, ses frustrations, sans même imaginer l’être vivant qui se trouve à l’autre bout de l’écran. Un être fait d’émotions qui se retrouvera façonné à la douleur.
    Ils retournent alors à leur vie sans se dire qu’ils en ont peut-être détruit une autre.
    J’ai fini en larme…
    Quelques mots qui ne sont qu’une partie de ma chronique très particulière que j’ai faite pour ce livre très particulier. Je ne peux malheureusement pas la copier ici...Elle ne serait pas lisible et tu comprendras quand tu l’auras vue. Je t’invite donc à la retrouver dans son intégralité sur mon blog :https://sangpages.com/2019/10/24/miracle-solene-bakowski/

  • Les_lectures_de_linzio 5 novembre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Mon dieu mais quel livre !! Mes émotions ont été mises à rudes épreuves durant toute cette lecture !
    .
    Laure, 21 ans, apprend qu’elle a une tumeur incurable, il lui reste 2, 3 ans tout au plus à vivre !! Cette bombe à retardement va complètement chambouler sa vie. Elle décide de traverser l’Atlantique et de partager son rêve, son combat sur les réseaux sociaux … elle ne s’attendait pas à un tel engouement !!
    .
    À travers cette histoire dure, triste, ô combien réelle malheureusement, c’est tout un système celui des réseaux sociaux qui y est dénoncé ici et de l’ampleur que peut prendre les choses jusqu’ à en devenir incontrôlable !! Entre la médiatisation à laquelle Laure ne s’attendait pas, toutes les personnes qu’elle va toucher indirectement, son combat pour survivre, ne pas se dire merde je vais bientôt mourir, je ne suis pas prête, mais est-on jamais vraiment préparer à vivre une telle chose ? Laure se prend tout ça en pleine face sans qu’elle sache comment gérer cette situation qui la dépasse, sans savoir gérer ses propres émotions et ceux de son entourage !!
    .
    Il s’agit d’une fiction mais une fiction qui va vous bouleverser, vous toucher, avoir les larmes aux yeux (pour ne pas dire pleurer !!) être impuissante, vouloir se battre pour Laure et tant d’autres, voilà ce que j’ai ressentis tout au long de ma lecture, voilà les émotions par lesquelles va vous faire passer Solène !! Elle possède cette sensibilité dans son écriture qui ne peut laisser indifférent ! Merci pour ce moment de lecture intense Solène !!
    .
    Ce livre, ce thriller psychologique, ce roman noir, ce roman en touchera plus d’un !!

  • Isa Naturaltales 6 novembre 2019
    Miracle - Solène Bakowski

    Ce que j’ai aimé :
    Les personnages : de très touchants personnages, Laure, sa mère ou encore Luca, le chat ... on s’y attache inévitablement.
    *
    Les sujets abordés : en général je ne suis pas particulièrement sensible au thème de la maladie en littérature. Ici j’ai été assez émue par certains passages à l’hôpital, la famille de Luca, la solidarité autour de l’héroïne. Tout ce qui tournait autour des réseaux sociaux était très réaliste, on assiste à des échanges qu’on a tous déjà lus en tant que grand utilisateur de réseaux (pour ne pas dire influenceur). D’autres thèmes aussi qu’on dévoile par après.
    *
    L’histoire et sa progression. D’un récit plutôt contemporain, Solène B. nous emmène progressivement vers un thriller psychologique pour clôturer en apothéose avec des révélations et scènes dignes de romans noirs .
    *
    Ce que j’ai moins aimé
    *
    Si je dois émettre une petite réticence ce serait pour la fin que j’ai trouvé abracadabrante sur certains aspects par rapport à tout ce récit fort en crédibilité . Plusieurs scènes sur la fin étaient un peu folles et m’ont empêchée de savourer les chouettes et surprenantes révélations.
    *
    Globalement c’était une très belle lecture, une histoire touchante qui aborde des thèmes importants autour de la maladie, de vraies questions qui invitent au "que ferions-nous ?". Autour des réseaux sociaux et même du harcèlement, tout ça avec une plume très sensible.
    Juste un peu déçue par quelques scènes finales qui m’ont sorties de mon immersion dans l’histoire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.