Mörk - Ragnar Jónasson

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

À Siglufjördur, à l’approche de l’hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu du nord de l’Islande plonge alors dans une obscurité totale...
Le jeune policier Ari Thór veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l’inspecteur Herjólfur, est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. L’illusion d’innocence tombe. Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets... Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, enfermée derrière les cloisons d’un hôpital psychiatrique, et qui tient peut-être la clé de l’énigme.

Vos avis

  • 1001histoires 28 novembre 2017
    Mörk - Ragnar Jónasson

    Mörk : roman traduit depuis l’édition anglaise et publié en France en 2017. Le titre original est "Náttblinda" ( Islande 2014 ). Deuxième titre traduit de la série "Dark Iceland".

    Nouvelles de Siglufjördur : le chef de la Police a changé, l’inspecteur Herjólfur a été nommé. Ari Thór Arason aurait bien voulu avoir le poste mais finalement c’est un autre qui a été choisi. Ceci étant, il n’y a que deux policiers à Siglufjördur, le troisième membre Hlynur s’est suicidé.

    La vie personnelle d’Ari Thór a été profondément bouleversée, c’est une surprise pour le lecteur. Kristin l’a rejoint, un bébé est né, un petit garçon prénommé Stefnir, aujourd’hui âgé de six mois. Kristin est médecin à l’hôpital d’Akuyeri. Mais le couple ne va pas bien, ce qui ne manque pas d’inquiéter Ari Thór au plus haut point, lui qui est déjà hanté par la mort de ses parents.

    Mais tout n’est pas sombre dans ce coin perdu du nord de l’Islande, un nouveau tunnel a ouvert la localité au reste de l’île. Le maire parle tourisme et pistes de ski. L’époque où Siglufjördur était la capitale de la pêche et des conserveries de hareng est définitivement révolue.

    Mais tout n’est pas sombre dans ce coin perdu du nord de l’Islande, sauf que nous sommes fin septembre-début octobre. Le soleil va disparaître pendant de longs mois, jusqu’en janvier. L’automne à Siglufjördur, c’est pluie, vent et nuit.

    Mais tout n’est pas sombre dans ce coin perdu du nord de l’Islande, sauf que l’inspecteur Herjólfur a été mortellement blessé par balles. Quelqu’un a tiré sur un policier pour la première fois en Islande et tous les regards sont désormais braqués sur Siglufjórdur ! Le sergent Tómas ( entrevu dans Snjór ) revient en renfort pour l’enquête qui a bien besoin de son dynamisme car Ari Thór a perdu le sien.

    Finalement tout est sombre dans ce coin perdu du nord de l’Islande et les habitants refusent de voir leur quotidien fait de violences conjugales, gangréné par la drogue et corrompu par les malversations financières et les abus de pouvoir.

    "Mörck" est le deuxième titre de la série "Dark Iceland", un nom qui ne m’a jamais semblé aussi bien choisi. L’atmosphère est oppressante, l’enquête ne fait que déterrer de vieux secrets.

    http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/11/ragnar-jonasson-suite.html

  • La bibliothèque de Céline 3 juillet 2018
    Mörk - Ragnar Jónasson

    Retour en Terre islandaise avec le second opus de Ragnar Jónasson. Après avoir littéralement dévoré le premier roman de l’auteur, Snjór, je me lance dans Mörk, son second opus.
    C’est avec délectation que je replonge dans l’univers de Ragnar Jónasson qui pourrait se résumer à trois mots : froid, solitude et isolement. Quel plaisir de retourner dans cette petite ville au nom imprononçable du nord de l’Islande ! L’atmosphère qui s’en dégage est vraiment unique. Une fois de plus, j’ai fortement apprécié les descriptions faites par l’auteur et l’importance qu’il accorde à la nature et au climat rigoureux qui habite le nord des terres islandaises. On entend le vent souffler et il nous glace les entrailles. On se perd au milieu des montagnes enneigées. Une fois de plus, je ferme les yeux et me voilà transportée dans cette lointaine contrée.
    Dans ce second opus, on retrouve Ari Thor, le personnage principal de Snjor. Depuis, bien du temps s’est écoulé et sa vie personnelle a évolué. Je n’en dirais pas plus par crainte de spoiler…Si des mois se sont écoulés, le policier, lui, n’a pas changé. Froid, taiseux, introverti, il parait de plus en plus énigmatique. Au fil du temps, on en apprend un peu plus sur son passé et son enfance douloureuse qui serait sans doute à l’origine d’une telle personnalité. Des éléments sont disséminés par ci, par là…Il semblerait que l’auteur veuille en garder un peu sous le coude pour de prochains opus. Bien que je n’apprécie pas les comparaisons, je dois reconnaître que je vois en Ari thor, un second Erlendur, le personnage (un policier lui aussi) crée par Arnaldur Indridason.
    Mais, connaissez-vous Arnaldur Indridason ? Il est le chef de file du roman policier islandais. Je vous en parlerai très bientôt. J’ai eu la chance de rencontrer les deux hommes à Quai du polar et j’avoue avoir été totalement subjuguée par ces deux rencontres. Pour plus de détails, vous pouvez vous référer à ma chronique « Quai du polar ».
    Je disais donc que je trouvais un certain nombre de similitudes entre les deux hommes. Tout d’abord, leur caractère taciturne et le fait qu’ils soient tous deux assez réservés. Puis également, leur enfance frappée par la disparition d’un proche. Enfin, l’un comme l’autre ne connaît le bonheur conjugal.
    Une fois de plus, l’Islande, ce petit pays qui ignore presque ce qu’est la criminalité, est touché par la violence. Un meurtre a eu lieu dans cette petite ville sans histoire. Et pas n’importe quel meurtre, puisqu’il s’agit de celui d’un policier. L’Islande figurant comme le troisième pays le moins touché par la criminalité, ne connaît pourtant pas que la douceur de vivre. Trafics de drogue, violence domestique, bavures policières, abus de pouvoir des politiques…nul lieu n’échappe à ces maux…

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.