Population : 48 - Adam Sternbergh

Notez
Notes des internautes
3
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Caesura Texas – une minuscule bourgade clôturée, au fin fond du désert. Population ? 48 habitants. Des criminels, a priori. Ou des témoins. Comment savoir ? Tous ces gens ont changé d’identité, et leur mémoire a été effacée. Pour leur bien. Dans l’optique d’un nouveau départ.
En échange de l’amnistie, les résidents doivent accepter trois règles simples : aucun contact avec l’extérieur, aucun visiteur, et aucun retour possible en cas de départ. Une expérience unique, menée par un mystérieux institut. Pendant huit ans, tout ce petit monde est resté à peu près en place. Jusqu’à aujourd’hui. Errol Colfax, en effet, s’est suicidé... avec une arme qu’il n’aurait jamais dû posséder. Puis Hubert Humphrey Gable est assassiné. Calvin Cooper, le shérif local, est contraint de mener l’enquête. Ce faisant, il risque de déterrer des secrets que l’essentiel des habitants – y compris lui-même – auraient préféré voir rester enfouis. Trop tard pour faire marche arrière. Bientôt, un irrépressible déferlement de violence va s’abattre sur les rues poussiéreuses de Caesura...

Vos avis

  • Sangpages 6 novembre 2018
    Population : 48 - Adam Sternbergh

    Bienvenue à Blind Town - Caesura, la visite guidée va débuter dans quelques secondes. Vous êtes donc priés d’attacher vos ceintures. La compagnie Super 8 est ravie de vous accueillir et vous souhaite bon voyage.
    Quelques règles de sécurité sont à connaître avant notre départ :
    Aucune visite de l’extérieur possible.
    Aucun contact avec l’extérieur une fois dans la ville.
    Aucun retour possible en cas de départ.
    Vous aurez un nouveau nom tiré d’une liste de nom d’acteurs ainsi qu’un nouveau prénom, tiré d’une liste, cette fois-ci, de vice-présidents américains. Faites votre choix !
    Ah et j’oubliais un léger détail : votre mémoire sera partiellement effacée afin que vous puissiez profiter un maximum de cette ville idyllique.
    Prêts ?
    Mieux que les programmes de protection du FBI, des criminels, des témoins sont placés à Caesura pour repartir à zéro. Une nouvelle vie en laissant leur passé derrière le grillage de 4 mètres qui entoure la ville.
    Mais est-ce qu’un tel grillage peut retenir le passé d’hommes ou de femmes qui sont, peut-être, des criminels ? Ou alors des témoins d’actes sordides, toujours recherchés pour leur dénonciation ?
    Un début gentil-joli. Tout semble aller pour le mieux dans cette jolie bourgade. Survient alors le suicide d’Errol Colfax suivi d’un meurtre, le premier depuis 8 ans, puis de nouveaux arrivés qui semblent avoir un but et la petite ville "tranquille" voit son petit monde basculer…
    Un coup pied dans une fourmilière ou chaque fourmi pourrait bien avoir quelque chose à cacher.
    Un récit qui, derrière sa fiction, soulève de nombreux problèmes, de nombreuses questions. Suffit-il d’effacer une partie de la mémoire d’un criminel pour le rendre inoffensif ? Peut-on vivre normalement sans connaitre les événements de sa vie ? Quels actes nous avons pu commettre ? Qu’en est-il de ce vide ? Peut-on faire comme si de rien n’était et mélanger ainsi des criminels et des témoins et se dire que tout ira pour le mieux dans le meilleur des monde ?
    Le docteur Holiday qui chapeaute cette expérience, au travers d’un institut, semble vraiment le croire et c’est fort utile d’avoir des gens parqués comme des rats de laboratoire, qu’on peut observer à loisir.
    Une trame ultra originale pour une intrigue fort complexe qui te conduira là où tu n’aurais, peut-être, pas voulu aller. Un final explosif et flamboyant !
    Un livre inclassable : roman noir, roman d’anticipation et polar...Un livre qui ravira donc les amateurs de tous les genres.
    Nous vous remercions d’avoir choisi la compagnie Super 8 et espérons que cette visite vous a plu. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas grave puisque dès que vous aurez mis un pied en dehors de ce bus, vous ne vous rappellerez de plus rien !
    A lire absolument !

  • mavic 11 novembre 2018
    Population : 48 - Adam Sternbergh

    Préparez-vous à pénétrer à Caesura, aussi connu sous le nom de Blind Town. Sa particularité ? 48 habitants dont aucun ne se souvient de ce qui l’a amené ici, ou plutôt pourquoi il a fait le choix de s’isoler au milieu de nulle part. Coupable, innocent personne ne sait, pas même vous, cher lecteur. Mais si je peux dire une chose c’est vous détesterez tout le monde sans exception.
    [...]
    à partir du premier meurtre, une ambiance pesante, pleine de doutes s’installe entre les habitants. Une ambiance, une tension que moi lectrice, j’ai ressenti jusqu’au bout de mes orteils. D’autant que l’environnement où évolue nos protagonistes ne fait qu’accentuer cette sensation.
    [...]
    Tout le monde est soupçonné, parce que soyons francs, pour moi tout le monde est coupable mais surtout antipathique. [...] Et paradoxalement, à force de les côtoyer dans un lieu si fermé, si isolé, j’ai fini par ressentir un p’tit quelque chose de positif pour eux. Un début de compassion je dirais même. Oui vous avez bien lu. Et si vous ne me croyez pas, alors lisez-le !
    Si l’hémoglobine ne coule pas à chaque page car l’auteur s’appuie beaucoup sur le côté psychologique des personnages, plus que sur les scènes d’actions à chaque page, on n’échappe pas à certaines scènes digne d’un Tarantino. A mon sens, en plus d’imaginer de façon explicite la scène, elle permet également de relancer l’intrigue et de captiver le lecteur.
    [...]
    En bref,
    Un thriller huis clos qui entraîne une atmosphère de doutes tout du long. Ici, ne vous fiez à personne car au fond personne qui il est et ce qu’il a fait. L’auteur a réussi à me captiver par la curiosité qu’il suscite, des scènes plus qu’explicites et cette empathie antipathique que l’on ressent à l’égard des habitants de Blind Town.

  • Mes évasions livresques 29 novembre 2018
    Population : 48 - Adam Sternbergh

    Population 48 est le troisième roman de l’auteur Adam Sternbergh. Ce roman est très original de par son pitch et de par son traitement.

    Une petite ville dont la population serait composée de témoins protégés par un mystérieux instituts. Les habitants ignorent ce qui les a menés jusque là car on leur a effacé la mémoire. Sont-ils d’anciens criminels ou de pauvres innocents qui ont dû témoigner à un procès ?
    Cette ville est "dirigée" par le shérif Calvin Cooper, ainsi que ses deux adjoints. Même eux ne savent pas qui est qui, ils sont juste là sous contrat, cherchant à se faire oublier également.

    Lorsqu’un des habitants est assassiné, c’est le début d’un déferlement de violence qui va anéantir tout ce que la ville et ses habitants avaient construit en huit ans...

    L’auteur nous place sublimement un décor et une ambiance anxiogène. Quand la violence débarque dans cette bourgade, tout le monde est susceptible d’être coupable et un étrange jeu va se jouer entre les habitants de la ville et les forces de l’ordre extérieures en contact avec l’institut à l’origine de cette expérience.

    J’ai trouvé les personnages très intéressants et bien dépeints et l’ambiance de ce roman au croisement du western et du post-apo.
    Deux genres que j’affectionne, ce qui fait que j’ai eu une très bonne lecture.

    Ce n’est pas un coup de cœur car j’ai trouvé la fin un peu trop gentillette à mon goût (attention, il y a beaucoup de morts mais mon esprit sadique en voulait sûrement plus^^).
    Une lecture très originale, totalement dépaysante et à la plume ciselée et fluide.

    Un roman à découvrir pour passer un très bon moment :)

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.