Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Respirer le noir - Collectif

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

L’angoisse à pleins poumons…

Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, Adeline Dieudonné, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R. J. Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et Mo Malø. Ces auteurs prestigieux, maîtres incontestés du frisson, nous entraînent dans une exploration sensorielle inédite autour de l’odorat.

Douze nouvelles originales, singulières et surprenantes, pour autant de voyages olfactifs à la découverte de mondes connus ou futuristes, de personnages terrifiants ou terriblement humains ; douze expériences sensorielles qui vous marqueront durablement de leur effluve.

Retenez votre souffle et laissez vos sens vous guider dans le noir.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • universpolars 8 juillet 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Quelle(s) bonne(s) nouvelle(s) ! Au singulier, concernant l’exclamation de ma part en réceptionnant le bouquin ; au pluriel, pour mon constat général en tournant la dernière page.

    J’ai un très grand respect pour ce genre littéraire, car la nouvelle contraint l’auteur à créer une tension, la maintenir et surprendre le lecteur en un minimum de mots. Pas facile. Dans cet univers, ça ne sert à rien de broder ou de tourner autour du pot, il faut aller à l’essentiel, pas le choix.

    Ces 12 nouvelles, vous pouvez les tourner dans tous les sens, elles se dirigeront indubitablement vers l’odorat. C’est la règle dictée par Yvan Fauth, le chef d’orchestre de cet ouvrage. Je vous invite à respirer un bon coup avant de commencer, car vous aller approcher le noir de très près, peut-être parfois en apnée. Ce conseil prendra alors tout son sens.

    Alors ? Quelles sont ces nouvelles ?

    R.J. Ellory, avec un récit très sombre, essaye de donner un certain sens à la justice. L’histoire de Sophie Loubiere, qui sent la mort à plein nez, vous tiendra certainement en haleine. Une odeur fétide, qui ne risque pas de vous lâcher, émane de la nouvelle de Franck Bouysse. Vous respirez toujours ? Vous sentez venir la suite ?

    Mo Malø nous emmène - évidemment ! - au Groenland, sur une piste olfactive, au plus proche de la planète, peut-être même de la conscience. Dominique Maisons, montre en main, nous retient 2 heures et 30 minutes avant que nous ne puissions reprendre notre souffle. François-Xavier Dillard, en collaboration avec Barbara Abel, nous emmènent au parc d’attraction. Ambiance mortelle !

    La nouvelle d’Adeline Dieudonné restera pour moi un coup de cœur. Ce récit d’une énorme violence sociale, tiré d’un fait divers belge datant de 1914, expose avec brio les conséquences de la misère - la vraie ! -, mais aussi de l’alcoolisme qui en découle, et peut-être aussi de l’humiliation et du manque de reconnaissance que l’on peut encaisser … ou non.

    Hervé Commère déroule un récit touchant, au terme duquel le lecteur se dira certainement qu’il serait parfois judicieux de réfléchir à deux fois. Vincent Hauuy, avec une enquête futuriste, nous enfouit au plus profond de la conscience, alors que Jérôme Loubry, vous le verrez, ne vous laissera pas de marbre avec son récit.

    Chrystel Duchamp nous conte une histoire d’amour éternelle. Surprenant ! Barbara Abel et Karine Giebel clôturent cet ouvrage avec un récit qui fait froid dans le dos. Oui, car la réalité, c’est bien connu, dépasse souvent la fiction.

    Voilà, il y en aura je pense pour tous les goûts, bien que l’odorat soit le sens de ces histoires ! N’hésitez pas à lever la tête et humer ces effluves bien noirs qui vous conduiront vers quelques instants riches en émotions.

    Bonne lecture.

  • Rose 21 juin 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Un recueil de nouvelles dont le fil est l’odorat ! J’en ai encore les effluves qui imprègnent mes narines tant les parfums de ces nouvelles m’ont marquée.

    Les 12 nouvelles abordent des sujets variés et utilisent des genres différents pour aborder le thème du recueil. Chaque auteur a joué avec Respirer le noir de manière très habile.

    Je vous recommande d’aller mettre le nez dans ce recueil, il est parfait pour découvrir des auteurs et autrices.

    Ma nouvelle favorite est celle de Jérôme Loubry : Les doux parfum du cimetière. J’ai trouvé cette nouvelle très douce et touchante.

    Figurez-vous qu’il existe d’autres recueils aux @editionsbelfond avec les autres sens ! Perso, je vais aller y jeter un oeil (Regarder le noir), y glisser une oreille (Écouter le noir) et y caresser les pages (Toucher le noir).

    😱 Trouillomètre - Pense à respirer de temps en temps : certaines nouvelles sont soft mais une ou deux m’ont faite grimacer (ambiance glauque et stressante).

    Pour découvrir les visuels et le reste de la chronique, c’est sur Insta ou par là : https://roselivres.fr/2022/06/04/respirer-le-noir-recueil-de-nouvelles-chronique/

  • Les livres de Cédrick 31 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Après nous avoir proposé d’écouter, puis de regarder et de toucher le noir, les Editions Belfond nous proposent cette fois-ci de "Respirer le noir" dans un nouveau recueil de nouvelles, concocté par Yvan Fauth. Grand bien m’en a pris de me laisser tenter car ce voyage olfactif mérite le détour.
    Les effluves du noir ont la capacité d’enivrer le lecteur que je suis. de toutes les propositions, j’ai particulièrement apprécié celle du "parfum du laurier-rose" de R.J. Ellory, "Respirer la mort" de Sophie Loubière, "Deux heures et trente minutes" de Dominique Maisons, "Happy World" de François-Xavier Dillard, "Les doux parfums du cimetière" de Jérôme Loubry et "Petit nouveau" de Barbara Abel & Karine Giebel.
    Chacune de ces nouvelles propose à sa façon de "respirer le noir". Il s’agit de l’odeur du crime chez R.J. Ellory, d’un sens olfactif décuplé pour Sophie Loubière, des effluves élyséennes avec Dominique Maisons, d’une atmosphère létale chez Francois-Xavier Dillard, des odeurs d’un cimetière pour Jérôme Loubry, en finissant avec la fin de toute respiration proposée par Barbara Abel et Karine Giebel.
    J’ai lu ce livre avec un vrai plaisir, sur un rythme soutenu. L’exercice de la nouvelle est périlleux pour arriver à mettre en place une atmosphère crédible et puissante, puis à présenter rapidement les personnages pour leur donner vie. Ce recueil est une vraie réussite. Il propose une large palette du noir, un peu à la Pierre Soulages. Je vous recommande tout particulièrement ma sélection ci-dessus et je vous en souhaite une très bonne lecture !

  • Killing79 23 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Voilà enfin le retour des recueils qui m’ont fait aimer les nouvelles. Si vous doutez encore et si vous appréciez le noir, cette série consacrée aux sens va aussi vous faire changer d’avis sur ce genre littéraire, je vous le garantis. Après l’ouïe, la vue et le toucher, ce quatrième opus s’intéresse à l’odorat. Et une nouvelle fois, ces 12 petites histoires, contées par la plume d’auteurs de renom, vont vous faire passer par toutes les émotions.

    RJ Ellory nous parle d’un flic qui sort de prison après avoir essayer de réparer la justice.

    Sophie Loubière narre le destin d’un frère qui par accident développe un odorat hors norme.

    Franck Bouysse nous présente un homme malade qui sent le poisson et qui en souffre dans ses relations sociales.

    Avec Mo Malo, on part avec des explorateurs à la recherche d’un de leurs confrères qui a disparu dans le Groenland.

    Dominique Maisons nous entraîne à l’Elysée dans une enquête sur la mort subite d’un agent d’entretien.

    Dans les murs d’un parc d’attraction, François Xavier Dillard nous met en présence d’une famille prise au piège d’un attentat terroriste.

    Avec Adeline Dieudonné, on assiste à un drame familial sur fond de misère et d’alcool.

    Hervé Commère nous immisce dans la vie difficile des victimes du chômage, avec tous ses préjugés et ses jalousies.

    Vincent Hauuy se lance dans une dystopie dans laquelle un flic va devoir entrer dans la mémoire d’un meurtrier pour connaître sa vérité.

    Jérôme Loubry nous offre un beau texte sur le deuil et le pouvoir des odeurs.

    Pour Chrystel Duchamp, un chagrin d’amour peut pousser un homme à un acte sans retour.

    Barbara Abel et Karine Giebel unissent leur talent afin de retracer l’évolution d’un virus parmi la population.

    Tout un programme ! Ces résumés aux univers complètement disparates vous ont mis l’eau à la bouche ? Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/05/23/759-collectif-respirer-le-noir/

  • unevietoutesimple 22 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Je retrouve cette série avec grand plaisir pour son quatrième opus. A chaque fois, je me demande comment les différents auteurs vont s’en sortir et systématiquement je suis épatée par leur imagination et leur capacité à rédiger une histoire qui tient la route et nous tient en haleine en si peu de pages. Bravo à eux et bravo à Yvan Fauth pour les avoir réunis.

    Gros coup de coeur pour la nouvelle de Jérôme Loubry que j’ai trouvé tellement émouvante et qui m’a remuée au plus haut point (je n’ai pas pu retenir mes larmes lors de certains passages). Parmi celles que j’ai également énormément appréciées, figurent celle de François-Xavier Dillard qui fait froid dans le dos tout comme celle écrite à quatre mains par Barbara Abel et Karine Giebel.

    J’ai apprécié l’humour noir et le cynisme de Franck Bouysse dont la nouvelle a fait naitre quelques sourires sur mes lèvres. J’ai retrouvé avec plaisir les contrées enneigées de Mo Malø.

    Je suis, par contre complètement passée à côté de la nouvelle d’Adeline Dieudonné dont j’avoue ne pas avoir saisi le lien avec le thème imposé.

    Je vous conseille de ne pas lire certaines nouvelles lors de votre pause déjeuner sous peine d’avoir l’appétit coupé car vous serez parfois tellement immergé dans l’histoire que vous ce sera comme si vous aviez les odeurs directement sous le nez et c’est bien loin d’un bouquet de roses, croyez-moi ! Ne vous fiez pas aux titres pour les repérer.

    Il ne reste plus qu’un seul sens à exploiter et pas le moindre puisque ce sera le goût. Encore d’excellents moments en perspective à venir.

  • Aude Lagandré 16 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    La fratrie s’agrandit. Après écouter, regarder, toucher, un quatrième sens est mis à l’honneur dans ce dernier recueil « Respirer le noir ». Il faut beaucoup aimer les nouvelles et la littérature de genre pour s’atteler encore une fois à mettre en lumière des textes courts, un peu boudés par les lecteurs plus friands de romans. Il est vrai que se frotter à l’exercice de la nouvelle est périlleux, et qu’en peu de mots, il faut susciter un attachement immédiat au récit, aux personnages, faire naître l’émotion comme on craque une allumette, et proposer une fin originale que le lecteur gardera en mémoire. Et pourtant, quel résultat ! Le coordinateur du projet, Yvan Fauth, n’a pas ménagé ses efforts depuis le début de cette aventure. Parce que la nouvelle, lui, il y croit. Il la défend. Il veut lui redonner ses lettres de noblesse. Il m’a d’ailleurs réconciliée avec le genre, moi qui en lisait très peu. Cette année, il s’offre une affiche à faire pâlir. Il y a les fidèles, le duo Barbara Abel/Karine Giebel, RJ.Ellory, et les nouveaux dont Franck Bouysse, Sophie Loubière, Hervé Commère, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et toute la troupe de ceux que vous allez découvrir. Une palette impressionnante de talents regroupés sous un même chapiteau.

    Avez-vous déjà pris le temps de focaliser sur votre respiration, de prendre conscience de tout ce qui se joue lorsque vous inhalez profondément ? Ce nouvel opus focalise sur les sens olfactifs, mais il vous dévoilera que l’on peut respirer de différentes façons… Chaque auteur possède sa propre interprétation de « Respirer », et chacun à sa manière réussit à vous coller des frissons, que l’air soit vicié, étouffant ou vivifiant. De nombreuses odeurs flottent ici, celle du laurier rose, celle du jasmin ou de la lavande, celle du sang, celle de la mort, celle du poisson, celle de l’haleine, celle de l’(in) humanité, celle des divagations humaines, celle des apparences, celle d’un potentiel futur. Les effluves noirs ondulent à chaque texte, mais pas seulement…

    « Respirer le noir » est sans doute mon préféré des quatre tomes parce que les nouvelles sont profondément ancrées dans notre époque, donc dans mes préoccupations. Sans doute est-ce cette proximité avec notre réel qui fait que chaque texte me parle intimement. Ces nouvelles possèdent le charme d’une résonance très actuelle et fleurent bon l’air du temps. De facto, à mon sens, « Respirer le noir » est plus cérébral, et laisse place à de vraies méditations personnelles après chaque lecture. Ne vous y trompez pas, plus intellectuel ne veut pas dire sans EmOtionS. Des émotions, vous allez en ressentir à la pelle, suffoquer, transpirer, vous asphyxier, puis sourire, déstresser et même visualiser votre futur.

    « Respirer le noir » berne vos sens grâce au « parfum du laurier-rose » R.J Ellory

    « Respirer le noir » va s’inscrire comme « Le tarin number one des réseaux sociaux » Sophie Loubière

    « Respirer le noir » s’abat sur vos émotions comme « des insectes kamikazes remplis d’humeur transparente » Franck Bouysse

    « Respirer le noir » est « Un cristal qui sent » merveilleusement bon. Mø Malo

    Le parfum de « Respirer le noir » flottera bien plus longtemps que « Deux heures et trente minutes » dans vos esprits. Dominique Maisons

    « Respirer le noir » demeure « cent fois plus puissant que le sarin » François-Xavier Dillard.

    « Respirer le noir » parcourt « cette ville noire, dans ce pays noir, dépouillé de sa rage et de ses illusions. » Adeline Dieudonné

    Dans « Respirer le noir » existe un lieu de vacances « où tant de drames s’étaient noués. » Hervé Commère

    « Respirer le noir » vous installe « un implant d’analyse » et « une interface neuronale. » Il devient un « pirate de cerveau. » Vincent Hauuy

    « Respirer le noir » incarne le « nez de la mort » Jérôme Loubry

    « Respirer le noir » provoque « l’amour à mort » Chrystel Duchamp

    « Respirer le noir » est le « Novitchok » qui va hanter vos nuits. « (…) il suffit de le toucher pour en mourir. » Barbara Abel/Karine Giebel

    Pour terminer, pardonnez-moi d’utiliser les mots des auteurs en les détournant. Je souhaite à « Respirer le Noir » de provoquer de nombreuses hallucinations olfactives. « (…) je trouverais le moyen de propager ce cadeau du ciel. »(Franck Bouysse) pour qu’il inspire de nombreux lecteurs. Au « Yvan, le charbonnier (…) un homme gentil et triste » (Adeline Dieudonné) je dis merci, tu as rassemblé autour de toi de belles personnes qui nous ont offert des textes, profonds, sincères, intelligents et émouvants. Tu peux être fier de toi (allez, souris) et d’eux !

  • loeilnoir 16 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Quatrième sens exploré dans cette expérience littéraire inédite, l’odorat est le thème imposé cette année par Yvan Fauth à une nouvelle pléiade d’auteurs enthousiastes et inspirés : Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, Adeline Dieudonné, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R. J. Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et Mo Malø.

    Tous ont planché pour nous concocter un menu des plus surprenants. L’odorat est parmi les cinq sens celui qui me semble le plus simple à exploiter car contrairement aux autres il implique une action vitale : le fait de respirer. Toutefois aucun des auteurs ici présent ne s’est satisfait de la facilité en traitant ce thème et le résultat, à la hauteur des précédents tomes, est terriblement surprenant ! L’exploration de l’odorat se décline dans sa dimension scientifique, historique, et futuriste. Plusieurs auteurs ont fait le choix de l’ancrer dans notre société actuelle qui en cette période sombre est particulièrement anxiogène, je trouve que leurs nouvelles comptent parmi les plus réussies, les plus percutantes : la nouvelle Happy World de F.X Dillard qui traite de terrorisme de masse m’a plongé dans un malaise indescriptible. De même que la visite que nous propose D. Maisons au Palais de l’Elysée, en plus d’être d’actualité, est fortement troublante. Que dire du Petit Nouveau du duo renouvelé B.Abel / K.Giebel hormis qu’il est excellent et porte à réfléchir… Les horreurs relatées dans ces nouvelles sont crédibles et particulièrement angoissantes : pari de nouveau réussi !

    Respirez et plongez en apnée dans ce recueil qui ne vous laissera aucun répit ! Pour ma part, après ma lecture, je n’ose plus trop respirer à fond, je me méfie… Par contre, je salive d’avance quant au dernier opus consacré au goût !!!

    Je remercie chaleureusement les Editions Belfond Noir pour cette lecture !

  • Isabelle MAURETTE 9 mai 2022
    Respirer le noir - Collectif

    Comme dans chaque recueil de plusieurs plumes la “qualité” est inégale, pas spécialement pour l’écriture mais plutôt pour nos propres sensibilité et compréhension ! L’exercice est d’autant plus difficile dans ce cas, les auteurs devant se conformer au thème noir sur un des 5 sens !

    1 - R. J. Ellory - Le parfum du laurier-rose 4* : Andersen est un ancien policier qui sort de prison après avoir massacré un violeur-tueur d’enfant ! Seuls les souvenirs des odeurs lui donnent encore l’impression d’être vivant : celle de la mort qu’il avait donné ; celle du laurier-rose qui lui rappelle la fillette ! Les odeurs comme souvenir et souffrance ! Dénouement : bis repetita.

    2 - Sophie Loubière - Respirer la mort 4* : L’avenir de Willy a été transformé par un incident survenu dans sa jeunesse. Son frère lui avait maintenu la tête dans une bouse fraîche ! Depuis son odorat s’était hyper développé : bénédiction ou malédiction ?

    3 - Franck Bouysse - Je suis un poisson 5* : Une nouvelle cynique sur un symptôme réel et qui fait perdre tout sens des réalités à celui qui en souffre jusqu’à perdre son humanité pour arriver à son but : se faire aimer !

    4 - Mo Malø - Cristal qui sent 5* : Une expédition au Groënland pour retrouver le carnet d’expédition d’un climatologue disparu depuis 90 ans. Lors de leur périple il trouve une sorte de cristal qui émet une lueur et diffuse une douce odeur. Cette odeur va leur rendre physiquement perceptible l’odeur de tout ce qui existe, aussi infime soit-elle ! L’enfer !

    5 - Dominique Maisons - Deux heures et trente minutes 3* : Attentat à l’Elysée ? Arme chimique ? Que cachait le premier mort pour se laisser circonvenir ?

    6 - François-Xavier Dillard - Happy World 5* : Atroce mais excellente : en route vers l’apocalypse !!

    7 - Adeline Dieudonné - Glandy 2* : Je suis restée totalement hermétique, je n’ai à priori pas compris le rapprochement avec l’odorat !

    8 - Hervé Commère - Le monde d’après 3.5* : Air pur pour tous et cliché bien ancré !

    9 - Vincent Hauuy - Miracle 3* : Un comateux, un amnésique et un voyage dans les souvenirs : mensonge ou vérité ?

    10 - Jérôme Loubry - Les doux parfums du cimetière 5* : Du noir et de la tristesse pleine de tendresse !

    11 - Chrystel Duchamp - L’amour à mort 4* : L’apprenti-sorcier !

    12 - Barbara Abel & Karine Giebel - Petit nouveau 5* : Les relations sociales : une certaine vision ! (humour... noir)

    Parler des nouvelles n’est pas non plus une chose facile, il faut dire sans dévoiler ! Un recueil que je relirais, comme les précédents, les nouvelles sont rapides à lire et tout autant à oublier.

    #Respirerlenoir #NetGalleyFrance

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.