Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Vos #AvisPolar

  • Leroy Delphine 4 septembre 2018
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Avec cette nouvelle trilogie, nous retrouvons le personnage de Cécile Sanchez, déjà rencontrée dans les romans de Ghislain Gilberti.
    Ce personnage féminin, très forte et brillante, arrivant à cerner les personnes qu’elle rencontre grâce à leur gestuelle, est une excellente commissaire, doublée d’une excellente psychologue.

    Ici, nous avons un thriller d’une noirceur rare, captivant de bout en bout, grâce à une intrigue foisonnante et une action rythmant le roman.
    Ghislain Gilberti est un de ses auteurs qui ne laisse rien au hasard, ses romans sont toujours hyper documentés, appuyant un certain réalisme coup de poing.

    Ce tome est découpé en quatre parties dont les noms évoquent les parties principales de l’Ancien Testament. Cela peut étonner mais à la lecture de ce roman, et à l’appui des versets en début des parties en question, cette "Bible" du Réseau Fantôme, ce cartel implacable, résonne étonnement avec certains versets...

    Cécile Sanchez se retrouve confrontée à un ennemi tentaculaire dont le(s) responsable(s) demeure(nt) une énigme totale pour tout enquêteur depuis plus d’une décennie.

    Sa Majesté des Ombres est un thriller radical avec des personnages forts, des enjeux brillants et des ennemis retors et dénués d’humanité.
    Ce tome est une magnifique introduction à une trilogie plus que prometteuse et malgré son volume (plus de 700 pages) se lit très rapidement et laisse un peu sur sa faim, bien que beaucoup d’arcs se ferment...

    L’attente va être longue mais pour une telle qualité, je vais me forcer un peu^^

    Amateurs de thrillers noirs, ne passez pas à côté de ce roman fleuve, qui est une indéniable réussite.

  • jeanmid 29 octobre 2018
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Ghislain Gilberti nous offre avec ce premier tome de la « Trilogie des Ombres « une plongée en apnée dans le milieu des narcotiques .
    Il vaut mieux en effet prendre sa respiration et son souffle avant d’avaler les 700 pages et plus de cette histoire où s’affronte flics et trafiquants comme une véritable guerre froide entre deux adversaires déterminés .
    Tous les coups sont en effet permis dans cet affrontement implacable entre la Police et les trafiquants mais aussi entre les différents services chargés de démanteler les réseaux , où l’orgueil et une fierté mal placée , effacent souvent les règles du jeu en équipe .
    D’un côté les régionaux sont représentés par le patron du SRPJ , le commissaire divisionnaire Friedblatt , flanqué d’une équipe de policiers alsaciens tous acquis à ses ordres .
    De l’autre , dépêchée de Nanterre par la Direction de la Police Judiciaire , la commissaire de Cecile Sanchez , va venir perturber la vie des flics locaux pour reprendre les enquêtes liées aux trafics de stupéfiants et surtout au nombreux meurtres en série qui y sont liés .
    Elle est précédée de ses succès et de ses compétences hors normes qu’il lui permet de sonder l’esprit des suspects et de les faire craquer mentalement sans les malmener physiquement .
    Son talent comme celui de son équipe de choc vont être mis à rude épreuve pour tenter de percer le mystère qui se cache derrière cette bande de narco trafiquants d’un nouveau genre , totalement insaisissable , qui agit comme l’éclair et ne laisse que des cadavres derrière elle .
    Les membres de cette équipe invisible appelée « Borderline » sont des hommes et des femmes surentrainées au service de l’Organisation qui n’hésite pas éliminer froidement tout distributeur de leurs produits qui aurait pu trahir la « cause ».
    Cécile Sanchez et son staff ont donc affaire à un adversaire polymorphe de haute volée qui ne lui laissera aucun répit et qui saura exploiter la moindre erreur faille qu’elle commettra.

    L’auteur nous livre un récit violent , froid , sans filtre ni aucune concession qui laisse son lecteur ( et ses protagonistes ) sous pression permanente .
    La drogue est une sujet que M. Gilberti connait pour en avoir abusé il y a quelques années . Il y a laissé des plumes et ce roman est un nouveau catharsis où toutes les émotions refoulées sont couchées noir sur blanc .
    Il nous dépeint une batterie de personnages , entiers et dotés d’une sacrée force de caractère , quel que soit le côté de la barrière où ils se trouvent .
    On est totalement captivé par cette histoire où les scènes d’actions , comme dans les meilleurs films du genre , s’enchaînent à un rythme infernal et où les surprises sont toujours intenses .
    La fin est une belle mise en haleine pour le second tome .
    Encore du grand art !

  • AnnieLecture 6 février 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Quel livre !!! Quelle bombe !!! Quelle puissance !!!

    Nous sommes dans le domaine de la drogue, avec tout ce que cela comporte.

    A quelques années d’intervalle, un cartel sévit, et se termine par un bain de sang lors de l’interpellation des membres. C’est un fiasco pour la police.

    Le rythme ne laisse aucun répit, c’est violent ... c’est efficace, sans chichis... c’est super bien mené, et je l’ai littéralement dévoré !!!

    C’est un pavé de 700 pages qui de dévore tellement que l’on ne les voit pas passer. Ce livre m’a laissée sans voix !!! Ça va être long d’attendre le tome 2.

    Ghislain a le don de nous captiver avec son écriture avec un gros travail de recherches. C’est précis, incisif.

    Ce livre confirme l’énooooooooooooooooooorme talent de Ghislain. C’est du lourd, du très lourd. Bravo aussi à David Serra de croire en lui.

    Ma note : 20/20

  • Booksnpics 18 février 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Premier volet d’une trilogie, « Sa majesté des ombres » de Ghislain Gilberti nous emmène au coeur d’un trafic de drogue de grande ampleur. Bien qu’ayant des ramifications au-delà des frontières françaises, le Réseau Fantôme, n’en demeure pas moins invisible. Lorsqu’en 2010, les dossiers concernant des carnages sans précédent arrivent entre ses mains, la commissaire Cécile Sanchez de l’Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, va se voir confrontée à une organisation très bien rôdée…
    Quelle gifle ! En entamant la lecture de cette « petite » brique de plus de 700 pages, j’étais loin de m’imaginer l’addiction qu’elle allait provoquer. Bien obligée d’en abandonner la lecture de temps en temps, l’état de manque se faisait vite sentir. Plonger dans ce roman fut pour moi une véritable mise en apnée. Impossible de ne pas penser aux personnages, à la construction du récit entre deux temps de lecture.
    Au travers des quatre parties composant ce roman, Ghislain Gilberti a su construire un roman noir à la fois complexe et très intense dont les épisodes s’imbriquent les uns aux autres de manière telle à ce que le lecteur ne ressente aucun temps mort.
    Confrontée à un réseau hors du commun mais aussi à des mentalités d’un autre âge, Cécile Sanchez se révèle être une véritable professionnelle, une mentaliste n’ayant pas froid aux yeux, ne baissant jamais sa garde et forçant le respect de ses pairs. Nous sommes emportés dans ses réflexions, ses analyses et vivons cette enquête en plein coeur de l’action.
    Alors oui, Ghislain Gilberti envoie du lourd. le contenu est noir, très dense et je termine ce premier tome, très prometteur, avec un sentiment de manque en attendant le prochain volet…

  • polar_et_cafe_noir 27 février 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    💥 Coup de foudre💥
    Thriller génialissime, noir, brut, violent, fabuleusement addictif qui vous emmènera dans l’enfer d’un effroyable et impitoyable cartel de drogue et vous immergera au cœur des investigations des flics qui le traquent. 740 pages d’action et de tension pures dont on ressort KO et en manque. Totalement subjuguée par cette 1ère rencontre avec Ghislain Gilberti, quel talent ! ➡ A lire absolument !!

  • Angie - Blog Culturez-moi 5 mars 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    l y a des lectures où, quand vous refermez la dernière page, vous savez que vous n’oublierez jamais cette histoire. Vous savez qu’il y aura un avant et un après ce livre. Comme une nouvelle référence dans votre tête de lecteur. C’est typiquement le genre de livre qui va vous obnubiler pendant très longtemps. Vos amis vous entendrons leur rabâcher des milliards de fois : « Non mais vraiment lis-le tu ne te rends pas compte à quel point ce bouquin est dingue ! ». Voilà, c’est exactement ce que je ressens en refermant Sa majesté des ombres. Je pourrais m’arrêtez là et juste vous dire « Pose pas de question va l’acheter ! » mais je vais quand même développer un peu.

    Ce roman nous entraîne au cœur d’une grande enquête visant à démanteler un immense empire de narcotrafiquants. Habiles, intelligents, organisés, sans pitié, ces business-men de la poudre blanche échappent à la police depuis des années. Si l’histoire se passe majoritairement dans l’Est de la France, leur « terrain de jeu » s’étend bien au-delà des frontières de l’hexagone.

    Comme tout bon polar, les flics sont de la partie. Ici, vous apprendrez tous les rouages et tous les acronymes de la juridiction française. Le maître mot du roman c’est l’action. Aucun temps mort en 700 pages ! Je ne sais pas vous, mais moi des thrillers aussi longs sans aucun creux dans l’histoire j’en ai rarement vu…

    L’enquête de la police alterne parfaitement les moments d’investigation et l’action où ça tabasse sévère. Ghislain Gilberti sait créer une intrigue tellement prenante et addictive qu’on n’a même pas le temps de faire des suppositions. On se laisse porter par une lecture cocaïnée à 250km/h sur l’autoroute de la dope.

    Cécile Sanchez est plus qu’une commissaire de Police. […] Cette petite femme est surnommée la Torquemada dans le milieu en référence à un moine ayant sévit pendant l’Inquisition espagnole. Ses interrogatoires sont une référence, un mythe au sein de la police. Sans aucune pitié, avec une maîtrise parfaite de la psychologie et du langage du corps elle parvient toujours à trouver le talon d’Achille du suspect pour le faire craquer.

    Ghislain Gilberti sait une fois de plus provoquer chez le lecteur un attachement extrêmement fort aux personnages et à leur progression. Pas un seul personnage ne m’a laissé de marbre. […]Une tension se crée au fil de l’histoire et de l’attachement naît la peur. Quand on voit la violence du livre et de certains passages je peux vous assurer qu’on redoute la boucherie qui se prépare quelques chapitres plus loin. Comme c’est si bien résumé sur la 4ème de couverture, Sa majesté des ombres, est une véritable épopée.

    Cette lecture est bien plus qu’un coup de cœur. Sa Majesté des ombres est une révélation, une référence dans l’univers du polar. Il y aura une comparaison inévitable avec tout ce que je lirai à partir de maintenant. Ce volume n’est que le premier tome d’une trilogie intitulée La trilogie des ombres. Je vous jure qu’après avoir lu la dernière ligne j’aurais tué pour avoir la suite maintenant. Mais il me faudra patienter encore un peu. La sortie du deuxième tome Les anges de Babylone est prévue en avril de cette année.

  • Les Lectures de Maud 8 mai 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Une enquête en Alsace sur des morts de délinquants. La police est chargée de retrouver les coupables mais se heurte à des difficultés de taille, pas de témoins, pas d’indice. Jusqu’à l’arrivée de Cécile Sanchez qui va trouver les liens et tenter de démêler ce sac de nœuds. Habituée à faire parler les coupables, elle va se heurter ici à de multiples embûches : elle n’est pas la bienvenue et elle va devoir évoluer dans un monde où le machisme et l’ego sont Rois, même si les conséquences de cette attitude sont désastreuses. Mais aussi car les suspects arrêtés tombent comme des mouches. Elle en est convaincue elle n’a pas à faire à de simples dealers mais bien à une organisation bien rodée. Ce qu’elle va mettre en lumière va l’effarer. Mais est-elle au bout de ses surprises ? Un coup d’œil dans les archives vont la faire bondir et redoubler de motivation.
    Cécile, un personnage de suite attachant, même si charismatique, qui connaît son métier et possède les ressources psychologiques pour tenir. Nous décelons chez elle une certaine fragilité qui l’a rend humaine et d’autant plus crédible. Elle ne se laisse pas faire et va aller contre l’avis de la police local qui ne l’écoute pas. Pourquoi ? Elle vient de Nanterre et pour eux elle n’a rien à faire là et c’est une femme. Mais tenir bon est son credo, seule ou presque face à tous elle est coriace.
    Je salue la plume de l’auteur, la fluidité d’écriture qui font que même si ce livre est un pavé, il s’avale et se dégomme. Les détails sont à la fois très distillés. Le suspense est maintenu jusqu’au bout. Une narration que j’ai trouvé très bien construite, façon « toile d’araignée », tout est tissé afin d’arriver petit à petit aux éclaircissements, au déroulé et vers la solution. De nombreux rebondissements ponctuent ce livre et rendent la lecture addictive, l’envie de connaître la suite est plus fort que tout, quitte à y laisser quelques heures de sommeil. Cette histoire est hypnotisante, autant l’intrigue que les relations entre les différents personnages. L’auteur souligne ici, de manière très adroite, les conséquences des egos surdimensionnés dans les forces de l’ordre et les soucis de communication entre les services. J’ai passé un très très agréable moment de lecture. Je pense ne pas traîner afin de découvrir la suite des aventures de Cécile, qui au vue des derniers chapitres doivent être palpitants. Ne faites pas comme moi, ne tardez pas à découvrir ce livre !!!

  • Le Boobooker 13 juin 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Papapapapa... Que dire après une lecture pareille ?! JE VOUS LE DEMANDE ! Un cartel invisible livre une guerre inimaginable aux rouages invisibles, tels des ombres. Un signe commun : un tatouage. Pour le reste, Cécile Sanchez, flic aux dons de mentaliste, va devoir repartir de zéro, faire face à des tueries, avec des modes opératoires encore jamais vu. Ça pose le pitch de ce polar exceptionnel 👍🏻
    .
    Un départ tonitruant, dès les premières pages on sent que l’auteur manipule son sujet à la perfection, c’est creusé, travaillé, mis en scène de manière à nous faire tourner page après page sans un soupçon de relâchement. La plume y est pour beaucoup, c’est fluide, direct et structuré de manière formidable. C’est même pas que j’ai adoré, c’est bien plus que ça ! Pas prêt d’oublier ce livre, ça c’est clair, mais surtout je compte bien le relire plusieurs fois tellement c’était génial 😍
    .
    C’était mon premier livre de cet auteur, mais j’ai déjà été me procurer la suite, qui ne devrait pas faire de vieux os dans ma PAL, mais je vais essayer d’attendre un peu, sinon je vais être démuni après l’avoir lu 😂
    .
    J’ai tellement été touché par la plume de l’auteur, il frappe juste, utilise un vocabulaire largement adapté à chaque situation, décrit les réseaux de drogues d’une manière jamais vue, chaque détail est analysé et passé au crible, monstrueusement bien écrit. C’est simple pendant ma lecture Laurine me parlait, mais j’étais carrément ailleurs, je répondais à côté sans pouvoir lâcher ce pavé dantesque 🤩
    .
    Le personnage de Cécile est, comment dire... Magique ! J’ai tellement adoré ses méthodes, son travail, ses analyses, ses interrogatoires, ses capacités de mentaliste. Pas prêt de l’oublier celle la non plus ! Je vous conseille, même plus que ça, je vous ordonne de lire ce polar ahurissant, rien ne lui résiste, aucune fausse note, du parfait point final 👏

  • La Papivore 18 septembre 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Attention, ça décoiffe

    Ce livre est l’occasion pour moi de créer la rubrique « Ça décoiffe« . Oui parce que c’est le premier mot que j’ai eu à l’esprit en fermant le livre il y a moins d’une heure. Je ne m’en suis pas encore remise !

    C’est le premier tome de la trilogie des Ombres. 740 pages le bordel… J’étais un chouilla découragée au début mais une fois prise dedans, je n’ai pas pu le lâcher. Et même si c’est un pavé, il est découpé en 4 parties, ce qui laisse un peu le lecteur reprendre son souffle. Et il y en a besoin, parce que comme je l’ai dit, ça décoiffe. La première partie intitulée Genèse n’a, de prime abord, rien à voir avec les deux parties centrales. C’est même assez déroutant. Mais tout est lié en réalité.

    La commissaire Cécile Sanchez est un personnage que j’ai A-DO-RÉ ; moitié psy, moitié mentaliste mais totalement flic, c’est une nana qui a des corones, beaucoup plus que les flics véreux à qui elle a à faire. Quant au gang sur lequel elle enquête, c’est une belle bande de malades prêts à tout pour faire durer leur main mise sur le marché des drogues dures. Avec une technique imparable, celle de l’hydre de Lerne : tu coupes une tête, deux autres repoussent. Ils ne font pas dans la dentelle, vous êtes prévenus !

    En un mot

    Je ne sais pas quoi vous dire de plus, à part vous partager mon enthousiasme après cette lecture palpitante. L’écriture de Ghislain Gilberti est d’une efficacité incomparable, je me suis laissée embarquer par sa plume précise : il m’a prise par le bras et je me suis laissée faire. Je n’ai eu qu’à suivre le mouvement. Et j’ai kiffé ! Mais en refermant le livre, plusieurs questions me taraudent ; leurs réponses seront certainement dans le deuxième tome, les Anges de Babylone, qu’il faut absolument que je me procure !

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres (01)

    Elle ne va pas être facile à écrire cette chronique sans que vous ayez l’impression que je lui cire les pompes à Ghislain.
    En fait, si, je vais lui cirer les pompes, et sacrément même, une bonne grosse couche de cirage qui devrait tenir jusqu’à la sortie du tome 2.
    Il l’écrit très bien lui même à la page 525 de son livre « GOTTVERDAMI » ( bordel de merde, pour les non initiés au dialecte alsacien)
    A chaque parution du Monsieur, je me dis que le nouveau ne peut pas être aussi bon que le précédent, qu’il va forcément y avoir une déception.
    Vous savez quoi ? Et bien NON !
    Alors, je n’ai pas lu « Dernière sortie pour Wonderland », c’est le seul : pas parce que je n’ai pas aimé, seulement parce que j’avais lu le Patrick Sénécal avant (« Aliss ») et que le personnage de Alice commençait à me taper un peu sur les nerfs…
    Bref !

    Je dois dire que là, il a fait fort. Il nous embarque dans une trilogie dont ce premier tome, place le décor. L’écriture est calibrée, le rythme effréné, c’est 24 heures chrono en bouquin.

    En bref, de quoi ça parle ?
    Tout commence en 2003 par l’interpellation d’un gros dealer dans une villa, interpellation qui se finit dans un bain de sang. Ce cartel, spécialisé dans la vente d’une drogue extrêmement pure fonctionne de manière tout à fait innovante car son organisation est hors norme. Cette affaire est rapidement enterrée car elle s’est soldée par un fiasco total et de nombreux morts chez les dealers mais aussi chez les flics.
    En 2010, une nouvelle série de meurtres attire l’attention de Cécile Sanchez, qui fait rapidement le lien avec les évènements de 2003.
    Elle se rend donc à Strasbourg pour poursuivre ses investigations

    D’abord, je dis merci à Ghislain de m’avoir permis de plonger dans un récit se déroulant en Alsace, entre Strasbourg et Mulhouse : quel bonheur de retrouver cette région chère à mon coeur l’espace d’un bouquin ! C’est un plaisir fabuleux de reconnaitre les lieux dont l’auteur parle, les ambiances, presque de sentir les odeurs.

    740 pages pour poser le décor d’une organisation tentaculaire spécialisée dans le traffic de drogue. Cet univers, totalement maitrisé par l’auteur nous laisse entrevoir, de l’intérieur, l’organisation d’un cartel.
    740 pages pour qu’on puisse apprivoiser des personnages de flics, très travaillés. Ca m’a rappelée à bien des égards, les gros pavés de Stephen King à ses débuts, lorsqu’il prenait tout son temps pour installer une vraie ambience et surtout creuser ses personnages. J’ai retrouvé cette volonté de décortiquer les identités dans ce livre là.
    J’ai aimé revoir Cécile Sanchez, personnage récurrent des romans de Gilberti, hanter les lieux, et donner l’image d’une femme forte, qui ne baisse pas les bras, mais qui nous émeut aussi par sa fragilité. Le personnage de Grux suscite également beaucoup d’attentions et de questionnement et je parie que Ghislain lui fera la part belle dans le tome 2.
    740 pages d’action pure qui ne laisse pas beaucoup de temps morts, un suspense sacrément bien mené, de l’originalité dans l’histoire, un vrai travail documenté.
    Ce livre ferait une série télé très addictive, bien huilée, action genre 24 heures chrono avec la patte d’un Olivier Marchal qui sait si bien transmettre les ambiences et nous faire plonger dans l’univers des flics.

    Tout ça pour dire que c’est un excellent Gilberti.

    Ca fait un moment qu’il est entré dans la cour des grands. Il y gagne ses galons à chaque nouveau roman et il faudra désormais compter avec lui !
    En tout cas, moi je serai fidèle au poste, j’espère que vous aussi.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.