Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Douve - Victor Guilbert

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

" Le gamin a Douve dans les veines."

Cette phrase, prononcée par son père quand il n’était encore qu’un enfant, l’inspecteur Hugo Boloren ne l’a jamais oubliée. Alors quand il apprend qu’un meurtre a eu lieu à Douve, il y voit un signe. Son père est mort, l’Alzheimer a dilué les souvenirs de sa mère ; c’est sa dernière chance de comprendre en quoi ce village perdu au milieu d’une forêt de sapins lui coule dans les veines.

Tout ce qu’il sait, c’est que son père, policier lui aussi, a été envoyé à Douve il y a quarante ans pour enquêter sur la fuite médiatisée d’un Islandais accusé de meurtre, et que sa mère, journaliste, l’a accompagné pour écrire un livre sur l’affaire.
Que s’est-il passé là-bas et pourquoi ont-ils toujours refusé d’en parler ?

Armé du livre écrit par sa mère, Hugo Boloren va plonger dans ce village peuplé d’habitants étranges, tous unis par un mystère qui semble les hanter. Au fil de son enquête, une question va bientôt s’imposer : et si le meurtre qui a récemment secoué le village était lié au séjour de ses parents, quarante ans plus tôt ?

Source : Hugo Thriller

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Savy 13 juillet 2022
    Douve - Victor Guilbert

    Je suis partagée.

    J’ai trouvé le début un peu long, difficile de me plonger dans ce roman et en même temps l’envie d’aller plus loin.

    J’ai bien fait d’insister d’autant que le livre se lit quand même très vite.

    La fin est surprenante ce qui fait le petit plus.

    Premier roman de cet auteur, faut peut-être laisser le temps à Victor Guilbert de trouver son style, à voir lors de son prochain polar.

  • dominolu 13 avril 2022
    Douve - Victor Guilbert

    Que dire de ce roman que j’ai terminé ce matin le sourire aux lèvres ?
    Douve de Victor Guilbert, un thriller ou un roman noir…je vous laisse juger, en tous cas un livre qui ne vous laisse pas indifférent !
    Douve, un village perdu au fin fond de nulle part ou personne et surtout pas moi n’a envie d’y passer des vacances sauf Hugo Boloren, inspecteur parisien en quête d’un passé, celui de ses parents à cause d’une phrase entendue dans la bouche de son père alors qu’il était enfant : « Le gamin a Douve dans les veines ». Son père est mort et sa mère journaliste est atteinte de la maladie d’Alzheimer et refuse de lui parler de son enquête et du roman qu’elle avait écrit à l’issue des évènements qui les avaient amenés tous les deux dans ce village maudit.
    Que s’est-il donc passé dans ce sinistre et sombre village 40 ans plus tôt ?
    Un vieil homme, l’ancien maire vient d’y être assassiné et la quête de Hugo va très vite se trouver liée à l’enquête des gendarmes et être au cœur d’un indescriptible imbroglio. Les habitants du village, secrets et énigmatiques, ont tous une bonne raison de faire connaissance avec Hugo : Maurice barman et hôtelier, Maxence et Damien bûcherons, Félicité et Grace Baldwin surnommées les sœurs Twins….
    Le décor est posé, j’ai suivi Hugo et sa bille tête baissée dans ses cheminements ponctués de carrés de chocolat (lui, pas moi)…
    Une écriture fluide et une pointe d’humour ont fait de ce roman un excellent moment de lecture, bref un auteur dont je vais assurément suivre les actualités futures.

  • Musemania 4 avril 2022
    Douve - Victor Guilbert

    J’avais vu passer ce thriller « Douve » lors de sa parution en format broché chez Hugo Thriller. Comme d’habitude, par manque de temps, je ne l’avais pas lu. Maintenant que le deuxième roman de Victor Guilbert parait (toujours aux Editions Hugo Thriller), « Terra nullius » avec un personnage récurrent (celui de Hugo Boloren) je me suis dit que c’était enfin l’occasion de m’y plonger. Et là me vient une seule question : mais pourquoi ai-je donc attendu si longtemps ?!

    « Douve » est le parfait roman d’ambiance. Son auteur, Victor Gilbert, installe un climat empli de mystères, sombre et humide dans ce coin enfoui de France, au fin fond de tout, et qui ne mène à rien. Ce thriller est un excellent huit-clos français où l’intrigue est finement maîtrisée.

    On se retrouve donc dans ce petit village, bien loin de toute grande ville et où les secrets sont nombreux. Les habitants vivent en quasi complète autarcie et cachent bien des choses. L’arrivée d’Hugo Boloren, dont l’histoire des parents est intimement liée à ce village, est vue d’un très mauvais oeil.

    Le personnage de l’inspecteur de police Boloren est vraiment bien composé. Je m’y suis assez vite attachée car il est loin d’être parfait et ses failles ne le rendent que plus humain.

    Rien que l’ambiance m’a fait frissonner de plaisir. Les chapitres courts font que le suspens grandit crescendo et les pièces du puzzle se mettent alors petit à petit en place. Il ne faut pas beaucoup de pages pour que l’auteur installe son histoire et ce, efficacement. L’écriture fluide est vraiment très agréable à découvrir.

    Voilà encore une lecture que j’ai énormément appréciée. Etant donné la présence d’un personnage récurrent en la personne de l’inspecteur Boloren, je ne peux donc que vous conseiller ardemment de lire chronologiquement cette série.

    Me lançant dans le nouveau livre de Victor Guilbert, « Terra nullius », je vous invite à découvrir, sur mon blog, très prochainement ma chronique de ce second bouquin.

  • Kirzy 29 mars 2022
    Douve - Victor Guilbert

    « Un Twin peaks à la française » nous dit Olivier Norek sur la couv’. Une comparaison qui ne peut que susciter beaucoup d’attentes pour moi, la fan inconditionnelle de la série culte. Bon, très honnêtement, on est à des années-lumières de la complexité lynchienne et de son originalité aux accents surnaturels. Disons que le récit en reprend quelques codes : le quasi huis clos dans un lieu inquiétant et pleine de mystères, ici un village cul-de-sac hors du temps, tellement encaissé que les nuages y restent bloqués toute l’année, entouré de marais et d’une dense forêt de sapins où des nazis ont été décimés par des résistants à la Libération, en total marasme économique ; et des habitants pour le moins bizarres comme ces vieilles jumelles dont on sent dès le départ qu’ils peuvent se révéler hostiles si on cherche à percer leurs secrets.

    C’est justement ce qu’entend faire l’inspecteur Hugo Boloren, sympathique personnage qui débarque à Douve, attiré par un fait divers ( le meurtre d’un vieil homme, ex-maire du village ) qui réveille en lui le besoin de découvrir ses origines, ses parents ( un policier et une journaliste ) ayant enquêté il y a quarante ans, neuf mois avant sa naissance, sur la fuite, jamais élucidées, d’un islandais accusé d’avoir massacré sa famille. Très rapidement, l’enquête policière se double d’une quête de soi sur ses propres origines.

    Les faiblesses dans la gestion du rythme m’ont gênée. Durant deux tiers environ, le récit est plutôt mou et l’ambiance flottante du village n’est pas assez densément imprimée pour que cela puisse compenser cette faiblesse. En fait, c’est à l’image de l’enquêteur qui se laisse porter par les événements au point de se plonger dans le livre-enquête de sa mère chapitre par chapitre après quarante ans ! Alors que ce livre est le fil rouge. Pour le lecteur, c’est très bien, cette alternance passage du livre de sa mère et enquête actuelle, cela ménage le suspense, mais cela ne semble pas très logique étant donné l’urgence à la fois policière et personnelle. Cela ralentit pas mal, ça piétine, ça s’assoupit et dans le dernier tiers, tout se précipite, trop vite du coup avec une multiplication des dénouements / twists, le dernier étant à mon sens de trop.

    Au demeurant, ce polar est plaisant avec notamment des dialogues réussis plein d’humour, mais il ne me laissera pas un empreinte très nette.

  • Happy Manda Passions 6 mars 2022
    Douve - Victor Guilbert

    Avis aux amateurs de suspense dramatique, voici un thriller dont on ne peut absolument pas prévoir la fin. le mystère qui se déploie au fil des pages est addictif, sur un scénario très imaginatif.
    Si vous aimez les secrets vous allez l’adorer. Il ne se lit pas pied au plancher, bien au contraire il faut savourer chaque phrase, chaque pensée du héros (roman mené à la première personne). C’est presque une ode à la poésie, avec un brin de philosophie existentielle.
    Hugo Coloren a une petite phrase assassine qui tourne en boucle dans sa tête "Le gamin a Douve dans les veines". Son père mort et sa mère a la mémoire qui s’échappe de jour en jour. Il va profiter de son statut de policier et d’un meurtre commis à Douve même, pour essayer de comprendre ce que son père a voulu dire ce jour là. Douve est un petit point sur une carte, une seule route pour y accéder et dont la seule issue est une foret de résineux hostile. Pourtant ce village du bout du monde lui réserve de terribles surprises, Quelles sont ces abdominales horreurs qui coulent dans ses veines ? Un piège se referme peu à peu sur lui et la vérité semble s’éloigner car à Douve tout est plus compliquée que cela ne parait.
    N’hésitez pas à faire un tour sur mon blog ou instagram happymandapassions pour des avis plus complets, des booktrailers aussi

  • Sonia Boulimique des Livres 1er mars 2022
    Douve - Victor Guilbert

    Douve, charmant village touristique STOOOOOP. Douve est un village perdu au milieu de nulle part, terne, à l’orée d’une foret hostile et humide. Si l’enfer était sur Terre, il serait à Douve. D’ailleurs, la réputation du village n’est plus à faire, puisqu’il y a quarante ans, un drame dans « La ferme de l’horreur » s’est produit. Une mère de famille et ses deux enfants ont été tués. Le père est vite devenu le principal suspect. Les parents d’Hugo, notre narrateur, s’étaient rendus sur place : son père était flic et sa mère, journaliste, comptait bien relater l’affaire dans un livre.

    « Douve. Aucune promesse joyeuse dans cette traînée monosyllabique. Personne ne sait d’où le village tire son nom. J’ai lu quelque part, sans doute dans le livre de ma mère, que l’abondance de marais dans les environs est une explication que l’on donne parfois. Un hameau terne et marécageux planté au bout d’une route de campagne. »

    Lorsqu’Hugo tombe par hasard sur un article de journal relatant un nouveau meurtre à Douve, il voit là un signe du destin : il pose une semaine de congés et prend la route, direction ce village paumé. L’occasion pour lui d’essayer de comprendre ce qui s’est passé il y a quarante ans, et de savoir pourquoi, selon son père, « Il a Douve dans le sang ».

    Installez-vous confortablement, avec un bon stock de bières et de chocolat (vous comprendrez pourquoi lors de la lecture), et laissez-vous porter jusqu’à Douve. Ce village est un personnage à part entière, l’ambiance est pesante, étouffante, mystérieuse, les habitants le sont tout autant. Pas facile de délier les langues lorsqu’on est pas du pays. Hugo va remuer la fange, questionner, jusqu’à ce que la vérité sorte enfin.

    La plume est fluide, délicate, elle transporte le lecteur. Les chapitres sont courts, la narration à la première personne du singulier permet au lecteur de s’immerger totalement dans le récit. Les allers-retours avec le passé, grâce à la lecture du livre de la mère d’Hugo, donnent des indices, mais pas suffisamment, vous pensez bien ! Le rythme est assez tranquille, nous sommes dans un roman noir, « Douve » n’est pas un page turner à proprement parler. Quoique…Je dois avouer que je suis restée scotchée à ma tablette, j’en voulais plus, impossible de lâcher ma lecture. Si Hugo voulait connaître ses origines, moi encore plus ! J’avais l’impression d’être une mouche survolant tout cela, analysant chaque détail.

    La tension grandit un peu plus après chaque page, on se demande jusqu’où cela va aller. Les personnages sont intéressants. Hugo, déjà, pour lequel on ne peut que ressentir beaucoup d’empathie. Il est flic, travaille à la Brigade Criminelle. Enfant unique, il s’occupe de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Son père est décédé il y a peu. Alors, ok, un flic qui prend une semaine de congés, comme ça, au pied levé, c’est pas hyper réaliste, mais bon, je ne vais pas pinailler non plus…Ce que j’ai adoré chez Hugo, par contre, c’est son addiction ! Il a arrêté de fumer et a remplacé une « drogue » par une autre. Laquelle me direz-vous ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire, non mais 😉 !

    Et que dire des habitants du village ? Ils gardent jalousement leur secret, faisant bloc ensemble. Ils sont atypiques, c’est le moins qu’on puisse dire ! Vous avez, entre autre, des jumelles octogénaires, genre Tweedledum et Tweedledee dans Alice au pays des Merveilles, un mec qui se promène en slip, genre le Naked Cow Boy de Times Square.

    Les affaires se mêlent, entre Hugo et la recherche de son passé, les meurtres d’il y a quarante ans, et le meurtre d’aujourd’hui. Tout va se fondre dans ce récit à huis-clos en plein cœur de Douve, jusqu’au dénouement, qui autorisera enfin le lecteur à reprendre son souffle.

    Méfiez-vous, on ne repart pas de « Douve ». Un roman noir fait pour les amateurs ! Il vous apportera les frissons dont vous avez besoin lors de vos lectures. Pour ma part, je campe à Douve, j’y attends la suite de pied ferme ! Vous me rejoignez ?

    « -Ce patelin, on l’aime ou on le déteste. Il n’y a pas de nuance. Si je devais lui donner une devise, vous savez ce que ce serait ?

    Il s’approche pour mettre un peu de suspense et une touche de solennité à son slogan mûrement réfléchi, et tout en se plaçant à côté de moi pour contempler la même pluie qui tombe par la même fenêtre, il murmure :

    -C’est quitte ou Douve. »

    #Douve #VictorGuilbert #HugoThriller

  • DesLivresEtMoi7 13 février 2022
    Douve - Victor Guilbert

    Pour son premier thriller, l’auteur nous propose une intrigue plus sombre et originale qu’il n’y paraît, finement pensée et rondement menée. Si l’action n’y tient pas une place prépondérante de prime abord, c’est parce qu’elle cède volontiers la place à une ambiance remarquablement bien installée et particulièrement redoutable : Très vite celle-ci nous happe et nous attrape, se fait pesante et oppressante pour ne pas dire étouffante et angoissante… Et à l’instar de ses étranges habitants, le piteux village de Douve devient un personnage à part entière dont on ne sait que penser si ce n’est qu’il faut s’en inquiéter…
    Bien que le terme « inspecteur » m’ait d’abord écorché les yeux, celui-ci relève du détail et s’est vite fait oublier au profit d’un personnage principal aux allures d’anti-héros. S’il peut nous sembler banal au premier regard, son addiction comme son tempérament et son cynisme sans oublier son passé sauront très vite retenir toute notre attention. Dès lors c’est avec beaucoup d’intérêt qu’on fait sa rencontre à Paris pour l’accompagner dans ce petit bled paumé pour des vacances décidément mortelles… Très vite on se laisse gagner tant par sa quête que son enquête, avides que l’on est d’en savoir plus sur son passé comme sur ce qu’il s’est passé.
    Si le dénouement peut nous paraître trop brusque car trop riche en révélations après quelques longueurs, il s’avère bigrement intéressant et inattendu, nous prenant presque au dépourvu à l’issue d’une lecture fort prenante, servie par une plume particulièrement fluide, plaisante et agréable, un style soigné et efficace.

    Chronique : https://deslivresetmoi7.fr/2022/01/chroniques-2022-douve-de-victor-guilbert.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.