Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

En attendant les vers - Michaël molonska

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Automne 2010. Virgile David Blacke n’est plus flic et Amélie Laribi a endossé sa veste de capitaine. Ces deux-là ont travaillé ensemble. Ils se sont supportés. Ils ont sympathisé. Etaient-ils autre chose qu’un couple de chiens policiers dans un jeu de quilles ? Pendant que Blacke s’interroge, la Police découvre sur un ancien site industriel cinq cadavres : le massacre d’une famille entière, celle d’un " enfant du pays " qui rêvait de faire découvrir aux siens sa ville natale, quittée vingt-cinq ans plus tôt. Et voilà que se joue un film commencé au milieu des années 80... un méchant film qui mettra en scène sept salopards : une prostituée, un mal-aimé, un prêtre-clown, un motard en fauteuil roulant, un ex-dessoudeur de buraliste, un Polak mort-vivant et un recycleur de pieds nickelés...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Le Monde de Marie 27 avril 2021
    En attendant les vers - Michaël molonska

    Un plaisir de retrouver David Blacke et Amélie Laribi dans ce nouvel opus. Mais aussi le style de l’auteur qui nous plonge une l’ambiance avec le phrasé très ch’ti des dialogues et le décor des anciens quartiers miniers du Nord Pas de Calais.

    Un terrible massacre et une résolution un peu trop simple. Heureusement l’équipe du Capitaine Laribi, qui se voit directement impacté, ne va pas se laisser prendre par la facilité et va aller plus loin. L’IGNP puis un duo d’enquêteurs de Lille vont aussi se retrouver dans l’action.

    Une bande de 7 amis qui ont semé la terreur en 1985 va se reconstituée car le père de famille assassiné en faisait parti. Désormais mercenaires, ils vont jouer les justiciers de leur vengeance. Une intrigue que j’ai trouvé très bien menée car je ne m’attendais pas à de telles révélations et encore moins au final. J’ai émis de nombreuses hypothèses mais je ne suis pas parvenue à tomber juste. Ce que j’adore.

    David Balcke sera moins présent mais restera un point important de l’intrigue. Et ce, d’une manière à laquelle je ne me serais pas attendue non plus. On le retrouve à la retraite et le coeur brisé mais il n’a pas perdu de son humour.

    Une chose m’a quelque peu perturbée dans ma lecture. J’ai trouvé que la temporalité des faits manquait d’indications. Certes on sait lorsqu’on est en 1985 ou en 2010 mais dans le présent, les faits ne sont pas toujours présentés dans l’ordre chronologique et je m’y suis parfois un peu perdue.

  • Cancie 16 mars 2021
    En attendant les vers - Michaël molonska

    Octobre 2010, Éric Bastien, 41 ans, heureux de faire découvrir sa ville natale à sa femme Élisabeth et à leurs trois filles, après plus de huit cents kilomètres, arrive enfin à Auchel dans le Pas-de-Calais. Il arrête sa voiture devant l’usine de textile désaffectée. Soudain, une voiture se gare tout près. Un homme en descend, qu’Éric, plus qu’étonné en le voyant, appelle Gilbert. Celui-ci se met à l’injurier, puis se saisit d’un manche de pelle et frappe…
    Amélie Laribi, quant à elle, est devenue capitaine de police à Auchel, prenant la place de David Blacke avec qui elle faisait équipe, quand ce dernier a été viré pour insubordination. Il avait accepté son sort à la condition que Laribi prenne sa place. Voilà qu’en ce treize octobre, sept mois après, elle se rend justement chez lui avec un bouquet de roses pour le remercier lorsqu’elle est interrompue dans son élan par un coup de fil de l’agent Alexis Picavette : « On vient de découvrir cinq corps devant l’ancienne usine Auchelaine Dewavrin. Toute une famille. le père, la mère et leurs trois filles. Tous morts. L’homicide volontaire ne ferait aucun doute ».
    David Blacke, lui, affalé dans son canapé est en mode autodestruction lente, il attend les vers…
    Il va s’avérer dans l’enquête, que Éric Bastien surnommé La Teigne au collège, puis Riton par ses potes appartenait, dans les années 80, à une bande « les sept mercenaires » six garçons tous plus ou moins amoureux de la seule fille du groupe, dont les membres menaient la vie dure aux gens du coin.
    Il faut donc creuser la piste… le tueur serait-il un flic comme la scène d’entrée peut nous le laisser supposer ou bien est-ce un des survivants de la bande ?
    Pour raconter cette histoire et identifier le ou les coupables, Michaël Moslonka va devoir faire de nombreux aller-retours entre les années 1985, année charnière dans la vie du groupe de petits voyous et 2010.
    Les personnages tels qu’il nous les décrit sont plus vrais que nature. Les surnoms dont sont affublés certains, les qualifient déjà bien.
    Avec une écriture riche, imagée et rythmée, toujours juste, l’auteur nous embarque dans ce Nord où les zones commerciales ont remplacé les entreprises, « le présent est à la consommation. La production, elle, se passe ailleurs ». Il raconte la jeunesse, le mal-être des adolescents en quête de leur identité, leur besoin d’amour, de reconnaissance, le besoin de s’en prendre aux plus faibles pour exister, la difficulté de trouver son chemin. Il évoque aussi le racisme, les conséquences d’un long séjour en prison qui « que vous soyez coupable ou innocent, (elle) vous transforme en bête furieuse ».
    C’est un polar endiablé, foisonnant d’originalité, extrêmement bien mené duquel se dégage beaucoup de mélancolie et une certaine noirceur. Cependant l’écrivain a su l’éclairer en y apportant des touches de tendresse et d’humour et en le rythmant par de nombreuses chansons.
    La grande question soulevée par ce magnifique polar est à mon avis celle de savoir ce qu’aurait pu être notre vie, si, à tel moment, nous avions choisi une voie plutôt qu’une autre.
    Je trouve que la couverture et le titre sont en complète adéquation avec le contenu du polar.
    Je remercie les éditions LBS qui m’ont permis de gagner ce livre et je terminerai sur ces mots que Michaël Moslonka m’a gentiment écrits en dédicace : « Sans le noir du polar, la lumière de l’existence n’aurait pas le même éclat ».

  • L’atelier de Litote 11 mars 2021
    En attendant les vers - Michaël molonska

    Un roman touchant avec sa bande de copains, tous plus ou moins équilibrés mais qui gardent un côté attachant. Un roman coup de poing qui vous cueille dès le premier chapitre, la tuerie d’une famille entière, les Bastien et leurs trois fillettes. L’enquête sera menée par la capitaine Amélie Laribi qui a succédé au capitaine David Blake dépressif, alors que le commissariat d’Auchel dans le Pas-de-Calais entre en ébullition. La victime se révèle être un des membres d’une bande de jeunes qui vingt-cinq ans plutôt semait le désordre dans la région. Il n’en faut pas plus pour que les membres survivants se retrouvent et décident de venger leur copain Eric Bastien dit La Teigne. L’auteur nous dresse une galerie de portraits uniques et hauts en couleurs, composée de six garçons et d’une fille. Eric Bastien ou Riton, Lucien jambier dit Lulu, Beau parleur, Blondin, le Polak, Mehdi et la belle Myrtille. Se tisse une histoire qui trouve sa source dans le passé. Comme des ronds dans l’eau, les répliques des actes commis continuent à générer des effets nocifs même des années après. J’ai trouvé l’écriture de Michaël Molonska vivante et parfois déstabilisante, il ne se lasse pas de jouer avec les allers et retours dans le temps au risque de nous perdre. Le langage employé avec un accent ch’ti plus vrai que nature à résonné plus d’une fois à mon oreille. Un langage fleurit qui donne du corps au racisme ambiant avec des dialogues superbement réalistes et d’une fluidité à toute épreuve. En lisant ce livre j’ai senti une énergie qui se dégageait de cette bande de jeunes désœuvrés en quête de plus et surtout une envie de quitter corons et terrils pour aller voir ailleurs si l’herbe ne serait pas plus verte. Un bel hommage rendu aux gens de ch’Nord, à la noirceur et aux farces que la vie nous joue. Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.