Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Empire des chimères - Antoine Chainas

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

1983. La disparition d’une fillette dans un petit village. L’implantation dans la région d’un parc à thèmes inspiré d’un jeu de rôles sombre et addictif, au succès phénoménal. L’immersion de trois adolescents dans cet Empire des chimères qui semble brouiller dans leurs esprits la frontière entre fiction et "vraie vie".
Tragédie locale, bouleversement global et mondes alternatifs, Empire des chimères nous entraîne dans un labyrinthe vertigineux dont les ramifications finissent par se rejoindre… au cœur de tous les possibles.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Cigale17 25 septembre 2019
    L’Empire des chimères - Antoine Chainas

    Je ressors un peu essoufflée de ce gros roman en 2 livres, 8 parties et 156 chapitres, presque tous courts, auxquels il faut ajouter un intermède (entre les livres 1 et 2). Je l’ai lu lentement, en prenant des notes dans les deux premières parties avant de laisser tomber : ces précisions me ramenaient sans cesse en arrière pour vérifier qui était qui, si tel événement avait bien eu lieu de cette manière ou si j’avais confondu ou mal compris...

    Dès l’avertissement, avec une suite d’antithèses, Antoine Chainas annonce pourtant la couleur : « toute ressemblance avec des faits réels et irréels, toute similitude avec des personnes existantes et inexistantes, ne saurait être que fortuite et volontaire ». Ne pas être trop cartésien, donc… Un narrateur à la troisième personne raconte, au présent, les faits qui se déroulent majoritairement dans la première moitié des années 80, avec des retours en arrière d’inégale longueur concernant la guerre d’Algérie telle que l’a vécue Jérôme, un des personnages principaux, ou encore la genèse d’Empire des chimères et les aventures de ses concepteurs. Cependant, la même scène peut-être racontée deux fois, par les yeux de deux personnages différents. Il arrive aussi que certaines scènes soient présentées au futur ou au conditionnel sans qu’on sache toujours si elles auront lieu ou si elles auraient pu avoir lieu. À trois ou quatre reprises, ce narrateur laisse la place à un « nous » collectif dont je me garderai bien de dévoiler l’identité.

    Même si on voyage parfois à Las Vegas, l’action se déroule essentiellement à Lensil, village situé dans une région déjà sinistrée à cette époque. Trois ados se passionnent pour un jeu de rôle particulièrement addictif : ils possèdent une copie pirate de la deuxième version jamais commercialisée, Empire des chimères II. La disparition d’une fillette bouleverse l’ensemble du village. La gendarmerie intervient et n’apprécie pas trop l’enquête que Jérôme, le garde-champêtre, mène parallèlement à la leur. Autre sujet d’inquiétude, une moisissure, un champignon (achronalis anomalia) envahit les canalisations et les maisons ; le nom du parasite fait, me semble-t-il, allusion à une anomalie temporelle. Le lecteur comprendra que la moisissure contamine les deux univers : le « réel » et « l’imaginaire », sans que l’on sache trop lequel est lequel tant il est difficile parfois d’en tracer la frontière... Un consortium américain aimerait créer un parc de loisirs en Europe et, pour ce faire, contacte Henri Davodeau, originaire du village de Lensil où son frère Denis tient toujours l’agence immobilière familiale. Ce parc de loisirs s’inspirerait de la première version d’Empire des Chimères qui a connu un succès planétaire. C’est essentiellement à partir de ces divers éléments qu’Antoine Chainas élaborera son intrigue complexe et passionnante dont l’élément récurrent est une mystérieuse boîte noire avec, représenté sur le couvercle, un oiseau sur le dos.

    J’ai mis du temps à me laisser prendre et à m’immerger dans ce foisonnant roman, très intéressant par bien des aspects. Il est à peu près impossible de le classer dans un genre défini. Il touche au fantastique : on n’éprouve pas plus de certitude que les protagonistes, on ne sait jamais si le passage réaliste qu’on est en train de lire ne va pas glisser vers un ailleurs improbable et effrayant, mais un ailleurs qui serait toujours ici et maintenant. Il prend parfois l’allure d’un roman policier, parfois l’intrigue se double d’une critique sociale (dans la mire de l’auteur : le consumérisme, la perte d’une certaine forme d’innocence ou de naïveté, l’uniformisation de la culture, entre autres), parfois la vie du village et les mœurs de ses habitants viennent au premier plan. Chainas lui-même parle de « difformité littéraire » et qualifie son roman de « rural noir quantique vintage » dans une intéressante entrevue issue d’un échange de courriels avec le blog Nyctalopes. Ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit là d’une œuvre aboutie et parfaitement originale, aussi déroutante qu’attachante. J’en émerge un peu épuisée, mais enchantée !

  • QuoiLire 10 août 2019
    L’Empire des chimères - Antoine Chainas

    Ce roman est un roman clivant : ou bien vous allez l’adorer ou bien vous allez le trouver mauvais. D’ailleurs les notations sur les sites marchands ou les critiques sur les blogs reflètent bien ce point. Cela vient essentiellement de la lenteur du roman : si les personnages sont bien construits et en peu de détails révèlent bien leur physique, leur caractère et leur passé. Mais les personnages seuls ne font pas d’un livre un bon roman.

    Si l’idée de départ est originale et rapidement posée dans l’histoire, elle ne s’étoffe pas au fil de pages. Si l’auteur charme bien son lecteur au point où celui n’a qu’une envie d’en savoir plus, la déception de ce dernier ne fait que croître car rien ne se passe, rien n’évolue, et les liens entre ces univers parallèles sont si ténus qu’au final il est en droit de se demander si finalement il n’y a pas deux histoires indépendants dans ce livre. Si l’auteur voulait "brouiller dans leurs esprits la frontière entre fiction et « vraie vie »" comme l’annonce la quatrième de couverture, cela est réussi mais on en saisit pas l’intérêt.

    Quand au style, il faut bien l’avouer, il est lourd. Certaines phrases font leur poids au point où parfois elles en deviennent incompréhensibles et obligent le lecteur à revenir en ailleurs (quand il en a le courage). Même un lecteur rapide comme moi se verra englué dans le récit à l’image des personnages du roman dans leur petit village.

    Quelques points positifs tout de même.

    La lenteur du roman aura un effet soporifique sur votre lecture, les presque 700 pages passent lentement, le roman vous fera du profit. Usé comme le personnage du roman avec qui je partage le même prénom, après plus de 15 jours j’ai décidé de passer à la vitesse supérieure pour terminer les 100 dernières pages en recourant à la lecture rapide . et je crois ne pas avoir raté grand chose.

    Et puis le vocabulaire. Si le style est le cours, la phrase est riche, riche de mots inhabituels qui feront progresser votre vocabulaire si tant est que le dictionnaire qui est prêt de vous les connaissent (ce qui n’est pas le cas du dictionnaire fourni sur les liseuses Kobo).

    Un roman que je déconseille aux amateurs de page-turners aux intrigues tarabiscotées.
    (https://quoilire.wordpress.com/2019/08/10/antoine-chainas-empire-des-chimeres/)

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.