Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Outsider - Stephen King

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

24 #AvisPolar
9 enquêteurs
l'ont vu/lu
10 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le corps d’un jeune garçon de onze ans, qui a été violé et partiellement dévoré, est retrouvé dans un parc dans la petite ville de Flint City, dans l’Oklahoma. Des empreintes et des témoignages conduisent rapidement l’enquête vers Terry Maitland, professeur d’anglais et entraîneur de l’équipe de jeunes de baseball, père de famille et citoyen respectable. L’inspecteur Ralph Anderson, dont Maitland a entraîné le fils, l’arrête immédiatement et publiquement. Les preuves semblent accablantes malgré l’alibi donné par Maitland, d’autant que s’y ajoute son ADN, mais une vidéo le montre dans une autre ville à l’heure exacte du crime. Malgré les protestations d’innocence de Maitland, toute la ville le croit coupable. La détective privée Holly Gibney mène un complément d’enquête pour dénouer l’énigme.

Vos #AvisPolar

  • Angie - Blog Culturez-moi 8 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Un retour aux sources ?

    Stephen King et moi c’est une longue et vieille histoire. On s’est connu avec Simetierre quand j’avais 12 ans (oui 12 ans, j’avais piqué le livre à ma cousine plus âgée). Quelques terreurs nocturnes plus tard le coup de foudre était là. J’ai grandi accompagnée de Shining, des Tommyknockers, du Fléau, de Misery, de Carrie et tout ses innombrables classiques. Mais plus récemment, il m’est arrivée d’être déçue à la lecture de certaines de ces histoires. Le dernier en date Bazar. Fait extrêmement rare j’ai abandonné le livre à la moitié. Je n’en pouvais plus d’ennui. L’intrigue n’avançait pas d’un poil, les descriptions étaient longues et inutiles. Bref, avec L’outsider j’espérais renouer avec le Stephen King de ma jeunesse.

    Fin du suspens, ce fût le cas. J’ai retrouvé tout ce que j’aime tant chez cet auteur. Des personnages hauts en couleurs, des communautés attachantes et totalement immersives, de vraies bulles de lectures temporelles. Ce qui fait tant le charme de ses histoires c’est également la cohérence de son univers. Ainsi la trilogie Mr Mercedes sera invoquée à maintes reprises dans le roman (ce qui me donne d’ailleurs très envie de la reprendre sachant que je n’ai lu que le premier tome). C’est ça qu’on aime chez Stephen King. Cet attachement au détail et à la cohérence globale de son récit qui prend place dans un tout, dans un univers complet.

    A l’instar des romans d’un grand nombre de ces romans , l’histoire prend place dans une petite ville où tout le monde se connait, où chacun connait les histoires de son voisin. Chaque personnage est ainsi attachant en soi. Stephen King a le don de nous faire connaître sur le bout des doigts toute une panoplie de personnages sans pour autant alourdir le récit. Les informations sont distillées progressivement afin de dresser le panorama complet de l’univers présenté. La lecture et le style sont très fluides et agréables à lire. Les chapitres assez courts permettent la mise en place d’une bonne dynamique de l’histoire. Sans pourtant utiliser des cliffhangers à tour de bras, vous aurez beaucoup de mal à stopper votre lecture.

    Tout débute par un meurtre…

    Le style policier n’est pas le plus courant dans l’oeuvre de Stephen King. Il s’est véritablement adonné à ce genre littéraire avec l’écriture de la trilogie Mr Mercedes. Pourtant ici, tout débute comme un thriller policier des plus « banals ». Le jeune Frank Peterson, 11 ans, est retrouvé sauvagement assassiné. Son meurtrier l’a violé et lui a arraché de nombreux morceaux de chair. Dès les premières pages, on découvre que cet acte abominable trouve déjà son coupable : l’entraîneur de l’équipe de Baseball de la ville. Tout accable cet homme connu et aimé de tous : témoins visuels, empreintes, traces ADN. Et pourtant, il a un solide alibi : il n’était pas présent dans la ville de Flint City au moment des faits… Bien évidemment ce scénario permettra de mettre en lumière le système judiciaire américain et ses travers. Coupable à moins de prouver le contraire…

    Après un petit tiers de l’intrigue, on se demande comment tout ce sac de nœuds va bien pouvoir évoluer ? Comment les policiers vont-ils démêler le vrai du faux dans cette situation inexplicable ? C’est là que tout le talent de Stephen King opère. Sa manière à la fois douce et terriblement brutale de nous faire sombrer en quelques pages dans un tout autre genre. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous faire perdre le plaisir de cette « surprise » dans l’intrigue. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’à la lecture des premières pages, vous n’auriez jamais imaginé qu’à la moitié du roman tout basculerait de cette manière.

    En bref

    Avec ce nouveau roman, Stephen King démontre une fois de plus tout le talent dont il est capable. C’est une histoire surprenante qui nous ramène aux sources de son oeuvre. Il s’agit sans conteste d’une de mes meilleures lectures de ce début d’année. Si je ne mets pas le tampon coup de cœur c’est simplement parce que j’ai trouvé la fin un peu trop rapide et lisse à mon goût. J’aurais aimé quelque chose qui « tabasse » un peu plus comme dirait AnaïsSerialLectrice. Mais comme je le dis souvent : je suis très difficile sur les dénouements 😉 Dans tous les cas, je ne peux que vivement vous conseiller ce dernier roman du Maître.

  • Laura Quesnot 10 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    👥 L’Outsider - Stephen King 👥
    Traduction : Jean Esch @editionsalbinmichel
    Le Diable peut avoir de nombreux visages. Et s’il avait le vôtre ?
    Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent.
    Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?
    Quand le Maître sort un nouveau livre on a pas le choix on court l’acheter et on passe tout notre temps libre à le dévorer 😁
    Ce livre ne fait pas exception, dès les premières lignes il nous happe, c’est la magie de Stephen King qui opère, on ne peut pas lutter. Avec une écriture immersive, un don pour les petits details qui rendent les personnages quasi réels, créant une empathie et un attachement pour eux immédiats, l’histoire nous enveloppe, nous coupe du monde qui nous entoure, il n’y a plus qu’elle.
    La première partie du livre se lit comme un thriller, on suit l’enquête, on cherche à comprendre, à trouver une explication et doucement on bascule vers le fantastique avec quelques scènes mémorables (pour moi la plus marquante se passe dans la salle de bain de Hoskins 😰). de plus, une belle surprise survient vers la moitié du livre, le retour de quelqu’un qu’on aime beaucoup ❤. Et bien sûr comme toujours, des petites touches d’humour Kingien agrémentent le tout. Vous l’aurez compris j’ai adoré ce livre et j’attends avec impatience la sortie en avril d’Élévation 😍.

  • Encore Un Livre 14 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Dès que j’ai commencé les premières pages, j’ai été séduite, je n’étais pas partie pour en faire une lecture intégrale mais, j’ai fini par être obsédée par ce bouquin ! J’aime les enquêtes policières qui restent focus sur l’enquête, l’enquête rien qu’elle dans toute sa complexité ! Encore plus quand le coupable est cerné dès le départ et que l’intrigue cherche à le confondre ! Ma dernière lecture en date que j’ai lue d’une traite sur ce principe et tiré d’un fait divers : Prendre Lily de Marie Neuser que j’ai lu en une journée seulement (je vous le recommande) !

    Pour en revenir à King, j’appréhendais toutes ses descriptions et digressions parfois indigestes qui desservent l’histoire, pas toujours vous me direz, mais peu savent le faire. Avec King je me suis dit que j’allais attendre 1000 ans entre le début et la fin de chaque chapitre pour venir à bout des idées qu’il voulait faire ressortir de l’enquête..Ah ah ! Quand je vous dis que je suis une bleue quand ca concerne KING ! J’ai été prise à mon propre piège, King va à l’essentiel dans ce bouquin : L’audition des témoins, les données concernant les indices retrouvés sur la victime (accrochez-vous), et le coupable ! Les indices ne sont pas discutables, la science a parlé…mais l’obstination de Ralph, son entêtement et son ouverture d’esprit donnent une toute autre dimension à cette enquête d’une telle complexité ! C’est impossible de lâcher ce bouquin ! Je ne vous en dis pas plus, et je suis certaine que j’ai pu ne pas saisir toute la mécanique de King, ni les degrés de lecture qu’on peut lui accorder…

    Finalement, il n’y a rien d’insurmontable dans L’Outsider, j’ai presque envie de dire que ces digressions sont absentes si je me base sur mon ressenti personnel et comment j’ai vécu ma lecture parce que je n’ai vraiment trouvé aucune longueur dans cette histoire ! Au contraire ! J’ai tourné les pages à une vitesse folle, en moins de temps que d’habitude j’avais bouffé plus de la moitié du bouquin sans m’en rendre compte ! L’histoire est fascinante en de nombreux points que je ne vous divulguerai pas, mais s’il y a un truc sur lequel j’ai été scotchée et je pense que c’est là la maîtrise de King, c’est cette hallucinante facilité à me faire basculer de l’autre coté sans même que je m’en rende compte ! Je sais que beaucoup de lecteurs appréhendent cette partie « surnaturelle », ce sera la seule indication que je vous donnerai : franchement c’est léger, pour avoir lu pas mal d’histoires fantastiques, L’Outsider reste accessible à tous et l’histoire est surtout bien amenée. Cette légèreté n’empêche en rien les frissons et l’angoisse qui eux sont bien présents ! Plus c’est léger, plus c’est réaliste ! Et plus la peur est grande !

    J’ai 35 balais et je viens de découvrir pourquoi KING pouvait fasciner autant ! Cette découverte, ce rapport à la lecture de découvrir un nouvel auteur c’est beau et magique même quand cela vient sur le tard !

    Il y a bien longtemps qu’un livre n’avait pas pris autant de place dans mon quotidien..

    L’Outsider est une histoire passionnante ! L’enquête, l’histoire, le style, les personnages sont PASSIONNANTS de bout en bout !!!

  • Nos Livres et Nos Mots 15 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Un début de lecture très prenant..

    Beaucoup de personnes reprochent parfois à Stephen King de trop longues descriptions de lieux, de scènes, de personnages. Pour ma part c’est ce que j’aime… pouvoir fermer les yeux et imaginer immédiatement à quoi ce la ressemble.

    Les personnages principaux sont assez attachants, notamment, Ralph Anderson, un flic droit et intègre…

    Je m’attendais à des descriptions parfois plus dures, notamment sur les cadavres, mais pas du tout… J’ai été plus « apeurée » par Le Signal de Chattam. Ce livre pour moi s’apparente plus à un Thriller Fantastique qu’à un Roman d’Horreur.

    L’enquête est bien menée, et le fil de lecture très logique. C’est là que l’on dit Bravo à Stephen King pour sa façon de mener l’histoire, son imagination et l’enchainement surprenant des différents chapitres.

    Un bémol cependant… J’ai été assez déçue par le face à face entre l’Outsider et Ralph Anderson.. l’issue est un peu décevante et manque de peps.. Mais ce n’est que mon avis.

    Quoiqu’il en soit c’est une lecture prenante, et les 570 pages vite englouties !

  • La Papivore 18 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Je n’ai pas lu beaucoup de Stephen King. J’ai lu Shining, Docteur Sleep (la suite de Shining), Joyland, et il y a très longtemps j’ai lu Bazaar 1. J’ai aussi bien entamé Ça 1 mais je ne l’ai pas fini. Je ne suis pas une inconditionnelle qui a lu tous ses livres, mais j’aime beaucoup l’auteur.

    Ici, un crime horrible a été commis sur un enfant de 11 ans. Le suspect est tout désigné ; Terry Maitland, Coach T, qui entraîne l’équipe de baseball des enfants de la ville. Tout l’accable : des témoins de confiance l’ont vu dans les parages le soir du meurtre, certains l’ont même vu parler à l’enfant quelques minutes avant qu’il se fasse tuer, et l’ADN de Coach T est partout sur la scène de crime et le cadavre. Mais il y a un « mais ». Terry Maitland n’était pas en ville ce soir-là, sa présence dans un autre endroit a été attestée et vérifiée. Comment cela est-il possible ?

    C’est du très bon King. La première partie est un excellent thriller qui tient en haleine. Et tout comme les personnages principaux, on n’arrête pas de se demander comment cela est possible ?? On est envahi par le doute. Terry est le coupable, tout le désigne…mais c’est impossible.

    Puis la patte de King fait son apparition dans la seconde moitié du livre. Et ça correspond à l’arrivée dans l’histoire, de Holly, sorte de détective privée et qui est un personnage d’une autre saga de Stephen King (Mr Mercedes, Carnets noirs et Fin de ronde) – que je n’ai pas lue et ça ne m’a pas gênée outre-mesure. Et là, tout est remis en question.

    C’est magistral, et même si le côté fantastique et paranormal – genres que je n’affectionne pas – est largement présent, cela ne m’a pas dérangée (à l’inverse du Signal de Maxime Chattam). Les personnages sont géniaux, le flic Ralph Anderson tout particulièrement. Ce livre montre aussi que les croyances d’un homme peuvent s’effondrer malgré le bon sens. Ralph se questionne, doute, et ses certitudes sont ébranlées. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage du flic Yunel Sablo, secondaire dans l’histoire mais très attachant.

    C’est très bien écrit, malgré quelques longueurs dans la seconde moitié du livre, mais c’est peut-être une impression due à mon état de fatigue générale.

  • Sonia Boulimique des Livres 20 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    « L’outsider » est la suite de la trilogie (« Mr Mercedes », « Carnets noirs » et « Fin de ronde » ). Cela n’est pas nécessaire de l’avoir lue avant. Cette nouvelle enquête est totalement dissociée de la trilogie, malgré tout, si vous souhaitez découvrir les premiers un jour, il vaut mieux attaquer dans l’ordre, sinon vous allez être spoilés.

    Voilà une lecture qui me laisse légèrement perplexe. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi….

    J’ai adoré le début de cette histoire. Je suis tout de suite entrée dedans, plus j’avançais et plus je voulais savoir le pourquoi et surtout le comment. Je me délectais d’avance du surnaturel que je voyais poindre à l’horizon. J’étais dans la peau de l’enquêteur, je faisais mes déductions et mes recoupements dans mon coin. C’était addictif, les chapitres défilaient à vitesse grand V. L’écriture, passant des faits aux rapports d’autopsie et aux interrogatoires des témoins, insufflait un rythme d’enfer.

    Et la mayonnaise n’a pas pris. C’est devenu trop prévisible, la construction trop logique. A chaque page, je me disais « il va faire ça » ou « il va arriver ça ». Et je n’ai pas adhéré du tout au dénouement….

    Pourtant, j’ai apprécié retrouver la plume enchanteresse de Stephen King, sa façon de planter le décor et d’amener l’intrigue. Je retrouvais le Maître. Certains n’aiment pas trop ses descriptions jugées trop touffues, ou ses début longs à démarrer, mais moi c’est justement ce que j’aime chez cet auteur ! Cela me permet de me projeter totalement dans les lieux, dans l’univers, dans l’ambiance décrite. Une immersion totale. Les personnages étaient intéressants, leurs caractères et traits physiques tellement bien détaillés que je les visualisais parfaitement. J’avais l’impression de les connaître depuis toujours, et ça, c’est un ressenti génial ! J’étais contente de retrouver Holly, dont j’avais fait la connaissance lors de la trilogie. Les nombreux clins d’œil aux anciens romans de King étaient amusants, surtout là où ils étaient placés.

    Ce roman nous permet également de comprendre les tenants et les aboutissants du système judiciaire américain. On se rend compte de ce qu’est cette incroyable machine à broyer lorsqu’elle s’active. L’erreur judiciaire n’arrête pas ces rouages infernaux qui vous mènent, dans de nombreux États, à la peine de mort.

    Mais voilà, il m’a manqué ce truc, cette étincelle qui faisait de King le maître incontestable de l’horreur et du suspense. Son outsider ne m’a même pas fait frémir une seule seconde…

    Quant à la couverture, franchement, elle ne m’a pas inspirée du tout. Il y a eu beaucoup beaucoup mieux. Je pense notamment à celle du « bazar des mauvais rêves« , absolument merveilleuse.

    Lecture en demi-teinte pour moi, mais ce n’est que mon avis personnel. Je vous laisse le soin de le lire, n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé.

  • LKA06 22 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Que pourrais-je dire qui n’a pas déjà été dit sur ce nouveau roman de Stephen King ?
    On retrouve avec plaisir le grand maître de l’horreur avec ce nouveau pavé. Du pur King, parfait, rien de plus, rien de moins, fidèle à lui-même.
    Je n’ai pas été déçu.

  • Pickbooks 22 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Bonjour à tous !

    Il y a des auteurs dont le seul nom vous pousse à vous jeter sur leurs nouvelles parutions sans même regarder la 4e de couverture. C’est le cas de Stephen King, mais pas comme on pourrait s’y attendre. Je m’explique : même si je suis aussi courageuse qu’une mouette dans le coma, je suis assez friande des romans d’horreur ou fantastique. Je me jette donc toujours avec plein d’espoir sur les romans de ce cher King. Et s’ils sont en général indéniablement flippant il y a toujours à mon goût des éléments qui viennent gâcher des débuts prometteurs : des longueurs franchement indigestes, une incohérence dans le déroulement de l’intrigue qui devient parfois complètement délirante.

    Tout ça pour dire que oui, je me suis jetée sur L’Outsider mais en ayant des réserves.

    Et bien mal m’en a pris ! Tout d’abord le pitch de base est intriguant au possible : Franck Peterson, 11 ans est retrouvé mort après avoir été violé. Ce meurtre atroce est vite relié à un homme , Terry Maitland entraîneur des jeunes joueurs de baseball, dont les empreintes et l’ADN sont retrouvés sur la scène de crime. De nombreux témoins oculaires affirment également l’avoir vu avec l’enfant, pourtant il y a autant de preuves que Terry se trouvait au même moment à des centaines de kilomètres de là...

    L’histoire s’annonce donc plus que mystérieuse et l’est jusqu’à une bonne moitié du livre. Ensuite tout prend sens petit à petit et "l’horreur" se distille subtilement. Même la trouillarde que je suis n’a pas réellement eu peur. Il s’agit plutôt d’une ambiance angoissante et oppressante qui se répand tout du long. Il y a quelques longueurs mais rien d’insurmontable. L’intrigue se tient bien et les personnages sont intéressants.

    Bref, ce livre me réconcilie avec le King !

  • booksandmartini 26 février 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Pour mon tout premier de King, je suis plus que satisfaite.

    Je n’avais donc, par chance, aucune attente spéciale envers ce livre, ou aucune envie qu’il soit à la hauteur de la réputation de Stephen King. Aucune peur d’être déçue non plus.

    Mais je dois avouer que ce livre m’a très vite convaincue. Et je suis maintenant prête à découvrir d’autre oeuvre de Stephen King.

    Tout était là et parfaitement bien dosé. Les descriptions ni trop long mais pile nécessaire a comprendre ou ce situé, les différents personnages tous (ou en partie) attachant à leur manière. L’avancée de l’enquête qui ne traîne pas en longueur pour prendre une accélération dans les 50 dernières, mais on a ici plutôt un progression constante dans l’enquête et c’était parfait.

    Clairement, L’Outsider est un très bon investissement livresque !

  • anais_serial_lectrice 7 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    L’outsider, c’est quoi ?

    C’est une plongée en plein cœur d’une enquête sur le meurtre abominable d’un jeune garçon, une enquête dans laquelle vous évoluerez aussi bien aux côtés de la police, que des avocats, que du présumé coupable, de ses proches, ou encore des parents de la victime… C’est donc une multiplicité de personnages qui vous est proposée ici, rendant l’ouvrage dense et occasionnant quelques neurones en moins pour le lecteur… En langage parlé, je vous dirais que j’ai « fumé de la tête », en langage blogueuse littéraire je vous dirais plutôt que j’ai fait chauffer mes méninges pour essayer d’y voir plus clair dans cette intrigue très, très mystérieuse. En effet, tout accable le présumé coupable, toutes les preuves convergent vers une seule et unique personne. Le hic ? C’est que le jour du meurtre, il n’était pas dans le secteur, et il y a des preuves, irréfutables cette fois encore, qu’il n’était pas présent en ville le jour où le gamin a été massacré. De là, commence un incroyable jeu de pistes pour tenter de faire la lumière sur cette sombre affaire. Et ce qu’on peut dire, c’est qu’il maîtrise le thriller policier, notre Stephen King !

    Alors, verdict ?
    « »
    Mais quelle atmosphère absolument incroyable dans ce bouquin, même dans les moments où l’intrigue stagne et où il ne se passe pas grand-chose au niveau de l’enquête ! Après en avoir parlé avec mon chroniqueur préféré Il en pense quoi Nico ? qui l’a lu en même temps que moi et qui est un fan incontesté de l’auteur, c’est un peu la marque de fabrique de King, de prendre son temps, de décortiquer méticuleusement les événements, sans forcément écrire une intrigue qui va à cent à l’heure. Malgré tout, je n’ai pas senti le poids de ces longueurs car il y a quelque chose qui a fait que je n’arrivais pas à poser mon bouquin. Et ce quelque chose, c’est la plume incroyable de l’auteur, noire au possible, glauque même par moment ! Il n’y a même pas beaucoup de violence finalement dans ce livre, enfin je veux dire, OK, le meurtre est vraiment sauvage, mais l’auteur ne s’attarde pas dessus, ni sur l’autopsie. La violence réside surtout dans les émotions, les sentiments, dans cette critique que l’auteur fait de la société américaine : il est question ici de la place de la justice aux Etats-Unis, (et quand on parle de justice, je dirais que c’est plutôt un sentiment d’injustice qui domine ici), une justice qui jette en pâture un homme malgré des zones d’ombres présentes dans l’enquête, quitte à briser sa vie, sa famille, sa réputation. Les comportements humains sont décortiqués, et on sombre dans ce qu’il y a de plus noir dans l’individu. Les drames seront nombreux, le lecteur est impuissant face à l’engrenage qui se met en place, et il ne peut qu’assister aux conséquences catastrophiques du cercle vicieux qui s’est mis en place. Dans le genre noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir, il est bon Mr King !

    L’intrigue est située en plein cœur des Etats-Unis, dans une petite ville où tous se connaissent et vivent dans une sorte de communauté. J’apprécie beaucoup ce genre d’environnement car ça crée un lien fort avec les personnages, et que ça engendre un véritable climat malsain et suspicieux.

    On notera deux parties distinctes dans le récit, difficile d’en dire plus sans spoiler l’intrigue, mais si une bonne première moitié de L’outsider est consacrée à l’enquête policière, on bascule ensuite vers quelque chose de différent, donnant une puissance particulière au livre qui m’a fait retrouver le King de mon adolescence.

    Le mot de la fin

    Mr Serial Lecteur : « Hein ?? Tu regardes une série avec moi ce soir ? Tu lis pas ?! Et d’ailleurs, pourquoi ça fait 3 jours que t’as rien lu ?!« 

    Mme Serial Lectrice : « Parce que j’ai fini mon King et…. que je me sens vide depuis que je l’ai terminé... »

    Quelle puissance dans l’écriture de l’auteur, quelle maîtrise du suspense, et quelle agréable surprise finalement de retrouver celui qui a fait mon éducation littéraire de très jeune adulte ! J’ai été tellement immergée dans la vie de cette communauté et dans ce livre que j’ai une sorte de spleen, je ressens un vide comme quand je rentre de voyage…

    On sait depuis quelques temps que L’outsider sera adapté en série par HBO. Je serai fidèle au poste !

    Je recommande, et je m’en vais direct acheter ses autres thrillers !

  • QuoiLire 11 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Le prix de Meilleur Thriller & Mystère aux GoodReads Choice Awards est amplement mérité par L’outsider.Pour une fois Stephen King nous livre un vrai roman policier, dans lequel l’enquête semble rapidement bouclé, le meurtrier arrêté et les preuves accablantes. Mais le génie de l’auteur est de faire basculer cette certitude dans l’incertitude complète en amenant les preuves de l’innocence complète du suspect. Comment cela est-il possible ? Qui est le vrai meurtrier ? Telles sont les questions auxquelles les quelques 500 pages suivantes vont tenter de répondre et qui vont rendre fou le lecteur."Chassez le naturel, il revient au galop", aussi avec un auteur qui a pour renommée d’être le maître de l’horreur, que le fantastique va rapidement reprendre les rênes du récit, mais de manière légère, sans grand tralala. Il faudra donc trouver la réponse aux deux questions précédentes de ce côté.Mais, tout comme dans la série de Bill Hodges, la force du livre réside dans la description acerbe de la société américaine, de la morale religieuse, des violences familiales, de l’intolérance, du racisme, du culte de la consommation, de la puissance des média. Dans L’outsider, cet aspect prend une nouvelle dimension : cette critique est à la fois plus poussée, mais avant tout plus subtile, dosée comme pour la composante fantastique.L’outsider est en quelque sorte le roman de la renaissance de Stephen King que nous attendions depuis son accident de moto, où le maître de l’horreur renaît de ses cendres et se transforme en écrivain policier-fantastique averti.
    https://quoilire.wordpress.com/2019/03/11/stephen-king-loutsider/

  • QuoiLire 11 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Le prix de Meilleur Thriller & Mystère aux GoodReads Choice Awards est amplement mérité par L’outsider.Pour une fois Stephen King nous livre un vrai roman policier, dans lequel l’enquête semble rapidement bouclé, le meurtrier arrêté et les preuves accablantes. Mais le génie de l’auteur est de faire basculer cette certitude dans l’incertitude complète en amenant les preuves de l’innocence complète du suspect. Comment cela est-il possible ? Qui est le vrai meurtrier ? Telles sont les questions auxquelles les quelques 500 pages suivantes vont tenter de répondre et qui vont rendre fou le lecteur."Chassez le naturel, il revient au galop", aussi avec un auteur qui a pour renommée d’être le maître de l’horreur, que le fantastique va rapidement reprendre les rênes du récit, mais de manière légère, sans grand tralala. Il faudra donc trouver la réponse aux deux questions précédentes de ce côté.Mais, tout comme dans la série de Bill Hodges, la force du livre réside dans la description acerbe de la société américaine, de la morale religieuse, des violences familiales, de l’intolérance, du racisme, du culte de la consommation, de la puissance des média. Dans L’outsider, cet aspect prend une nouvelle dimension : cette critique est à la fois plus poussée, mais avant tout plus subtile, dosée comme pour la composante fantastique.L’outsider est en quelque sorte le roman de la renaissance de Stephen King que nous attendions depuis son accident de moto, où le maître de l’horreur renaît de ses cendres et se transforme en écrivain policier-fantastique averti.
    https://quoilire.wordpress.com/2019/03/11/stephen-king-loutsider/

  • La Caverne du Polar 15 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Aujourd’hui je vais vous parler du dernier roman de Stephen King, l’Outsider. Il était grand temps pour moi de chroniquer un livre du King. Cela fait très longtemps que je n’avais plus lu un de ses romans, mais je dois dire que bien m’en a pris. L’Outsider a été à la hauteur de ce que j’attendais, un vrai coup de cœur en ce début d’année 2019. Allez c’est parti en direction de l’Oklahoma à Flint City.

    L’histoire est écrite de manière chronologique et se déroule sur une période de 15 jours. La première moitié du livre est une enquête policière. On se retrouve dans une petite ville de l’Oklahoma, à Flint City où le corps d’un jeune garçon horriblement mutilé est découvert. Tout le monde se connait et bien entendu la découverte d’un meurtrier dans cette petite ville, a le don de semer la terreur, mais surtout la haine. Les témoignages affluent, les preuves scientifiques se multiplient, et Terry Maitland, le suspect est très vite arrêté. Dès lors on assiste à un véritable acharnement sur sa personne et sa famille toute entière. Mais ce dernier prône son innocence, il a un alibi et il va le prouver. Un homme que tout accuse peut-il être à deux endroits différents ?
    Dans la seconde moitié du roman, la tension monte d’un cran et le climat devient très sombre. Une autre enquête commence et on bascule dans le fantastique. Les personnages seront confrontés à des évènements défiant toute logique et allant à l’encontre de toutes leurs croyances. Ils devront ouvrir leur esprit s’ils veulent aller plus loin… avec Stephen King le surnaturel n’est jamais très loin…

    J’ai trouvé l’histoire, très intéressante et très originale. Je dois avouer que je ne savais pas vraiment quoi penser. Des fois ma raison me disait de me fier à Ralph, et des fois plutôt à Terry. J’étais perdu. En tout cas j’ai aimé l’histoire, les personnages, les descriptions et le style. On retrouve Stephen King dans ce qu’il fait de mieux, c’est à dire nous faire peur avec nos propres frayeurs. Le roman est construit sur une courte période, sans aucune longueur. Les personnages comme leur environnement sont très bien développés et même s’ils sont assez nombreux on ne s’y perd pas. D’ailleurs, je trouve que l’une des grandes qualités de Stephen King, c’est de savoir traiter un grand nombre de personnages sans jamais perdre le lecteur.

    Après tant d’année je dois dire que ça fait du bien de retrouver un si bon King. L’Outsider nous plonge dans la réalité, le surnaturel et les légendes, et oui tout ça dans un seul livre, mais avec Stephen King c’est normal… ! Alors si vous aussi vous aimez les enquêtes policières avec un soupçon de fantastique n’hésitez pas. Si vous ne l’avez pas encore lu, foncez chez votre libraire.

  • Les Lectures de Mystic 20 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    J’ai lu quelques romans de cet auteur étant plus jeune mais sans plus.
    Je redécouvre ces œuvres grâce à ma belle sœur qui elle , est une fan inconditionnelle 😍

    Dans ce roman un crime abominable est commis sur un enfant de 11ans. Les prémices de l’enquête nous révèlent immédiatement son meurtrier.
    Des témoins et des empreintes font de Terry Maitland le coupable idéal.
    Cet homme bien sous tout rapports et respecté clame son innocence.
    Serait-il possible qu’il dise vrai ?
    - Et si la vérité était ailleurs -

    Mon avis : ce roman débute par une simple enquête policière comme dans un thriller , et tout à coup sans que l’on s’y attende, nous plongeons petit à petit dans l’univers du fantastique et de l’horreur.

    L’intrigue est très bien menée, nous nous posons des tas de questions, nous doutons, à un moment j’étais complètement perdue, j’ai tenté d’élucider ce mystère avant de finir mon livre mais sans succès.
    L’auteur nous mène par le bout du nez.

    Cependant des phrases m’ont choquées par rapport au meutre, comme je suis maman et que cela touche un enfant, j’avoue avoir refermer le livre plus d’une fois, m’être changer les idées et reprendre ma lecture.

    Certaines personnes m’ont conseillé de lire la trilogie " Bill Hodges " avant de commencer L’Outsider.
    Je ne l’ai pas fait, je vous rassure que cela ne m’a aucunement gêné dans ma lecture, ne connaissant pas les personnages en question ni les résumés de chaque roman.
    Par contre cela a a attiser ma curiosité les concernant et j’ai très envie de les lire.

    Pour conclure , cette lecture était agréablement terrifiante !!
    J’ai vraiment aimé ma lecture, retrouver la plume de l’auteur est un régal.

    Le Maître de l’Horreur a encore frappé !!
    Chapeau bas Mr King 🤠

  • eTemporel 23 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Un an après Sleeping beauties, co-écrit avec son fils Owen, Stephen King est de retour avec un polar fantastique qui n’est pas sans rappeler Mr Mercedes, dont on retrouve d’ailleurs ici l’un des personnages principaux. L’outsider est un petit pavé de 600 pages qui se dévore plus qu’il ne se lit et dont l’adaptation en série est d’ores et déjà en cours de production. King a le vent en poupe du côté des adaptations, que ce soit au cinéma ou en série, et les romans ne sont pas encore arrivés en France que les droits audiovisuels sont déjà achetés ! Mais revenons-en au roman…

    Nous sommes à Flint City, dans l’Oklahoma. Ralph Anderson est inspecteur de police et il enquête sur le meurtre d’un jeune garçon de 11 ans, violé et en partie dévoré par son agresseur. Un crime qui s’annonce vite résolu, dans la mesure où le coupable a été reconnu par de nombreux témoins et a laissé des empreintes un peu partout. Ce qui est certes un peu surprenant, c’est que Terry Maitland est plutôt du genre citoyen modèle, professeur, coach sportif bénévole, tout ça, tout ça. Mais la plupart des tueurs en série cachent bien leur jeu, alors plutôt que de prendre le risque de le laisser filer et recommencer, on préfère bâcler un peu l’enquête et on l’arrête devant plusieurs milliers de personnes.

    Seulement voilà, Maitland se trouvait à plus de 100 km de Flint City au moment du meurtre et il a non seulement des témoins mais aussi des preuves. Alors comment ce type s’est-il débrouillé pour se trouver à deux endroits en même temps ? Ralph se retrouve à enquêter aux frontières du réel et passé le premier tiers du roman, les choses prennent une tournure franchement étrange. Comme souvent chez King, tout commence par une situation bien ancrée dans notre réalité qui dévie insidieusement vers… autre chose, disons. Le personnage de Ralph Anderson est plutôt du genre cartésien, si bien que sa confrontation avec le surnaturel va lui donner du fil à retordre car elle va nécessiter de croire à quelque chose d’extraordinaire.

    J’ai beaucoup aimé cet aspect du roman. Les interrogations de Ralph, la manière dont il se débat pour réfuter l’évidence, se refusant à accepter l’inacceptable. J’ai aussi apprécié les personnages féminins, des femmes fortes, qui ont les pieds sur terre et qui pourtant n’hésitent pas à admettre que “l’univers est infini”, comme le dit Shakespeare. La présence un peu lunaire de Holly Gibney apporte une dimension supplémentaire à tout ça, c’est un personnage que j’aime beaucoup. Au final, ma seule déception réside dans le coupable lui-même, le croque-mitaine.

    Chez King, le combat du Bien contre le Mal est un thème récurrent et pendant des années, seuls les enfants ont pu lutter. A présent, nous avons Holly Gibney ! Par bien des côtés, son innocence enfantine s’en rapproche et c’est sans doute ce qui me plaît tant en elle. Mais cette fois, le grand méchant n’était pas vraiment à la hauteur. J’y ai cru un moment, lors de sa confrontation avec la petite Grace, mais le final me laisse un goût d’inachevé. Où est passée l’abjection de Randall Flagg ? Ou la méchanceté affamée de Grippe-Sou ? C’est ce méchant sans réelle envergure qui coûte sa cinquième étoile à ce roman. J’espérais une fin en apothéose avec une entité digne d’un Crimson King, et j’ai trouvé que l’auteur était un petit peu passé à côté.

    Bon, entendons-nous bien, ça reste un très bon roman que je recommande volontiers ! C’est juste que, de mon auteur préféré, j’attends encore et toujours plus !

  • aurore 31 mars 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Bonjour à toutes et à tous,

    En ce dimanche ensoleillé, je vais vous parler du dernier roman de Stephen King : L’Outsider.

    Terry Maitland vit une existence paisible avec sa femme et ses deux fillettes dans la ville de Flint City. C’est un entraîneur de baseball réputé et apprécié de ses joueurs et de leurs parents. Il est également professeur d’Anglais.

    Un jour, un crime d’une extrême violence est commis. En effet, le corps supplicié d’un petit garçon de onze ans est retrouvé dans le parc.

    L’enquête menée par l’inspecteur Ralph Anderson va désigner Terry Maitland comme unique coupable de ce crime abominable. L’analyse ADN ne ment pas.
    Mais Terry possède un alibi parfait alors comment est-ce possible ?

    Je lis les romans de Stephen King depuis très longtemps et celui-ci ne m’a pas déçue !
    Dès le départ on est littéralement embarqué dans l’histoire. L’enquête dirigée par Anderson est très bien menée. En effet, tout désigne Terry Maitland comme le coupable idéal. Mais comment peut-il se trouver à deux endroits différents au même moment ?
    Le doute s’installe dans l’esprit du lecteur...
    Ce roman possède tous les ingrédients nécessaires pour un excellent moment de lecture . Des personnages que l’ont peut facilement s’imaginer, des scènes de crimes sanglantes à souhait, un suspens haletant et une touche de fantastique rendent le récit addictif.
    Le Maître Stephen King a encore frappé...

    Résumé :

    Le Diable peut avoir de nombreux visages. Et s’il avait le vôtre ?
    Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City.
    Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent.
    Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?

  • lecturesdudimanche 6 avril 2019
    L’Outsider - Stephen King

    La petite ville de Flint City est en émoi après le meurtre sordide d’un gamin de 11 ans, et je vous passe les détails révoltants qui rendent ce crime encore plus intolérable. Mais l’assassin a singulièrement manqué de discrétion, laissant non seulement empreintes et traces ADN sur la scène de crime mais également en ayant été vu par de nombreux témoins, notamment en compagnie de la victime juste avant le meurtre ! Peut-être son statut de citoyen modèle au-dessus de tout soupçon lui semblait-il suffire ? Pour la police, arrêter ce monstre qui, en plus, est le coach sportif de tous les gamins de la ville et prof d’anglais au lycée et donc en permanence entouré d’enfants devient une priorité et l’arrestation est à l’image à la fois du meurtre et du meurtrier : spectaculaire !

    Oui, mais voilà… En plus de clamer on innocence, le suspect peut également prouver qu’au moment du meurtre, il n’était pas en ville et, en plus, dispose de nombreux témoins pour le prouver, et pour cause ! Il assistait à une conférence d’Harlan Coben ! ( 😍 Oups, désolée pour le gloussement de groupie qui vient de m’échapper...)

    Au début, les policiers se sentent invincibles ! Pas de bévue possible ! Puis, tout doucement, le doute s’infiltre. Et l’arrestation en fanfare a de lourdes conséquences. Pourtant, on ne peut pas se trouver à deux endroits en même temps, si ? Nooon…. Si ? (oui, ça peut durer longtemps comme ça… Mais vous avez saisi l’idée !)

    Voilà le topo… Avec une écriture dynamique, le King confirme son talent de conteur. Il y a de la colère et de la tristesse dans ces lignes, mais elles sont parsemées de petites remarques plus légères, de petites piques politiquement presque correctes, de sous-entendus et de franches blagues. C’est ce mélange parfaitement dosé qui devrait rallier à la cause du King les plus terre-à-terre d’entre nous, les réfractaires à l’horreur. On notera aussi, pour les aficionados du King, un nombre important de petits clins d’œil à ces œuvres passées ! Rien à ajouter, si ce n’est que, pour moi, le King, c’est comme un bon vin : il se bonifie en vieillissant !

  • VALERIE FREDERICK 8 mai 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Voilà bien vingt ans, au bas mot, que je n’ai plus lu de roman de Stephen King. Pourquoi ? Je ne saurais même pas le dire. Probablement parce qu’il est associé à mon adolescence, à une partie de ma vie révolue.
    Aujourd’hui, je me dis que c’est une grossière erreur. Déjà, et surtout, parce que le King, il mérite bien son nom. C’est le Roi du suspens, de l’intrigue aux étapes et au dénouement inattendus, du passage du réel à l’irréel, du quotidien de l’humain « basique » à l’horreur en un tour de main. Bref, rattrapage en vue !
    Ici, nous voilà aux côté d’un entraîneur d’une équipe de baseball locale pour jeunes garçons, très apprécié, Terry Maitland. Les flics du coin viennent l’arrêter lors d’un match décisif, lui, qui est professeur d’anglais au lycée de la ville, et qui a aussi entraîné accessoirement leurs fils.
    Un garçon a été assassiné et les traces ADN n’offrent aucune équivoque : Terry est le coupable.
    Cette arrestation va marquer le point de départ d’une série de catastrophes morbides inattendues et terrifiantes à la fois. Il faudra à nos inspecteurs une sacrée capacité d’adaptation au surnaturel pour comprendre comment agir et surtout, comment sauver sa peau.
    Un excellent roman au goût de « revenez-y » !

  • Sylvie Belgrand 9 mai 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Probablement le meilleur King que j’aie lu depuis des années !
    Les personnages sont attachants, enfin sauf le monstre et son sbire, l’histoire est prenante. Comme les héros, on se pose des centaines de questions sur le pourquoi du comment, et comme eux, on angoisse à l’idée des réponses possibles. Tout ça raconté par un Stephen King au mieux de sa forme, qui retrouve enfin ce rythme, cette écriture que j’aime tant.

    Le quatrième de couverture :

    PARFOIS, LE MAL PREND LE VISAGE DU BIEN. Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses ADN ne laissent aucune place au doute. Pourtant, malgré l’évidence, Terry Maitland affirme qu’il est innocent. Et si c’était vrai ? « Un récit foisonnant. L’Outsider rappellera aux lecteurs un des premiers romans de King : Ça. »

  • mouffette_masquee 12 juillet 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Avec ce livre, je renouais avec le maître King, que j’avais délaissé il y a plus de 15 ans, après une boulimie de ses lectures. Tout d’abord, c’est la couverture qui m’a attirée, elle est vraiment magnifique. Le sujet m’interpellant aussi, je me suis lancée. J’avais peur que la partie fantastique du livre (avec King, il y en a toujours au moins un peu) ne me perturbe car avec le temps et les multiples lectures, j’aime de plus en plus le concret, le potentiellement réel. Mais ça a été, car l’auteur sait amener son sujet pour que même nous, braves lecteurs, en venions à douter, à se demander : « Et si c’était possible ? ». Les personnages, parfaitement dépeints, sont rationnels et ne croient pas au fantastique, même quand celui-ci leur saute au visage. Jusqu’au point de bascule. Et là, tout commence ! Les chapitres courts rendent la lecture fluide, et installent un rythme soutenu qui nous embarque dans une course effrénée à la recherche d’une vérité irrationnelle. J’ai mis énormément de temps à lire ce livre (3 semaines), pourtant je ne me suis pas ennuyée ; j’ai apprécié les petites notes de poésie glissées au fil des pages, entre deux passages fantastiques ou terrifiants, l’alternance des points de vue, surtout à la toute fin, pour suivre une même scène. C’est donc pour moi une réussite.

  • piou1974 22 juillet 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Un enfant de 11 ans a été tué. Ce crime d’une extrême violence met en émoi la petite ville de Flint City. Très vite tout accuse l’entraineur emblématique de l’équipe de football, Terry Maitland. Des nombreux témoignages concordants le mettent en cause, des empreintes sont retrouvées et les tests ADN ne laissent plus aucun doute. Le coupable est demasqué.
    Mais comment expliquer que le suspect prouve qu’il se trouvait à un autre endroit au même moment. Un mystère que s’efforcera de percer l’inspecteur Anderson si ce dernier accepte les thèses non rationnelles.

    Ce livre est efficace, facile à lire mais sans surprise surfant sur des acquis est sur des thématiques quasi obsessionnelles de l’auteur : solitude, diapause régénératrice, metamorphose, manipulations basées sur des peurs ancrées.
    On est sur du un Stephen King très classique ; certains passages rappelleront un peu "ça", un ça plus intelligent qui aurait appris à jouer avec le Système

  • LeoLab 1er août 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Un "Spin-off" de la trilogie "M. Mercedes" passionnant de la première à la dernière page avec un très léger coup de mou sur le dernier quart de l’histoire. Le côté polar est magistral avec une enquête qui a stimulé grandement ma curiosité. La part fantastique lors de sa résolution m’a un peu moins plu. Quel plaisir cependant d’avoir retrouvé ce personnage si attachant qu’est Holly !

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    L’Outsider - Stephen King

    Terence Maitland, dit Coach T, entraîneur de l’équipe locale de baseball, connu et respecté de tous est arrêté au milieu d’un match, devant parents et enfants, accusé du meurtre d’un enfant, Frank Peterson. En ce 14 juillet, humilié, menotté, son existence s’arrête. De respecté, il devient méprisé. À Flint City, le temps se fige suite au choc. Pour la police, la culpabilité du coach ne fait aucun doute, les preuves sont solides, les témoignages inébranlables. Et pourtant… Au moment du meurtre, Coach T rencontrait Harlan Coben dans un séminaire, vidéo à l’appui. Comment une personne peut-elle se trouver dans 2 lieux différents au même moment ?

    C’est tout l’intérêt du roman. Voilà plusieurs années que je n’avais pas lu de romans de Stephen King, sûrement échaudée par les interprétations cinématographiques qui ne retranscrivent jamais l’ambiance que j’y trouvais (exception faite pour 22.11.63). Dès les premières pages, j’ai eu l’impression d’avoir à nouveau 17 ans, pelotonnée sous ma couette des dimanches entiers à lire les « Christine », « Cujo », « Carrie » et autre « Ca ». Le talent du maître, du conteur incroyable qu’il est, n’a pas disparu. Bien au contraire, il s’est même bonifié avec l’âge. En quelques lignes, il vous emporte dans son univers, vous empêchant de refermer son livre, tant l’attachement que vous ressentez pour ses personnages est grand. J’ai toujours aimé la façon qu’il a d’amener son histoire, de prendre son temps, de faire entrer ses personnages et de distiller cette ambiance qui devient graduellement pesante, angoissante, à vous donner la chair de poule.

    Dans cet opus, Stephen King délaisse l’État du Main pour l’Oklahoma et ce n’est pas innocent. Dans les années 80, le Maine bascule progressivement du côté du parti démocrate. Or, Stephen King avait besoin que son intrigue se situe dans un État à majorité républicaine, qui applique, de surcroît, la peine de mort. En effet, cet État extrêmement conservateur, qui prône le christianisme évangélique est l’un des plus rigoristes des États-Unis, avec le Texas. Il se place aussi au 3e rang des exécutions par injection létale. Le lieu choisi permet donc d’asseoir le propos et de placer un contexte précis pour raconter les faits.

    C’est bien un thriller sociétal que le King nous propose. Les allusions à Trump le situent dans une époque précise (la nôtre), il y développe un oeil critique sur le système judiciaire. Toute la première partie est consacrée à l’arrestation, à l’examen des preuves, aux arguments de défense du Coach, mais aussi aux témoignages « d’honnêtes citoyens » qui viennent entrecouper le récit. Je suis toujours fascinée par la propension des gens à juger de la culpabilité de quelqu’un et par la facilité avec laquelle on oublie la présomption d’innocence. En créant cette scène d’entrée dans laquelle l’humiliation du coach prend toute son ampleur en étant arrêté devant la ville entière, Stephen King nous entraîne dans les arcanes de la vindicte populaire. « Oui, mais j’ai l’intention d’en parler avec mon avocat d’abord.(…) Puisque je suis présumé innocent tant que je n’ai pas été reconnu coupable. Belle contre-attaque, songea Ralph. Un criminel endurci n’aurait pas fait mieux. » Il exploite avec dextérité le sujet puisqu’il va jusqu’à développer les incidences de cette arrestation publique dans le cercle familial et amical. « Il n’a pas de fumée sans feu ». J’y ai tellement retrouvé les remarques, le ton, les attitudes, l’aveuglement des familles républicaines que j’ai pu rencontrer que s’en est troublant, et criant d’authenticité. Ce roman est une photographie conforme à tout ce qui peut me perturber dans la conception des choses du peuple américain. Cela va bien au-delà d’une simple perception, c’est pour moi une réalité quotidienne que je n’arrive toujours pas comprendre après 6 années passées dans le pays.

    Le roman s’ouvre donc sur un scénario assez classique : meurtre, accusation, arrestation du coupable, présentation des preuves, début du processus judiciaire. Dans ce rouleau compresseur judiciaire, d’une affaire claire et sans doute possible, un petit grain de sable vient enrayer la machine : Maitland a un alibi et cet alibi est incontestable. Les preuves détenues par la police le sont également : l’ADN ne ment pas, les témoignages se recoupent. C’est dans la seconde partie que la magie de Stephen King opère. C’est également là, précisément, que j’ai retrouvé le King que j’aime, celui qui vous embarque vers des contrées que vous ne pouviez pas imaginer. Il a tellement pris son temps dans la première partie pour asseoir son scénario, développer les caractéristiques de ses personnages que vous ne pouvez que le suivre et dévorer ses mots. Page 199, il donne un nouveau tournant à son récit. Les personnages prennent alors de l’ampleur, de la consistance, de la profondeur. Il faut que je vous parle de Ralph Anderson, ce flic qui a orchestré l’arrestation du coach et présumé, par son acte, de sa culpabilité en provoquant les événements qui suivront. Magnifique portrait que ce personnage qui en vient à s’interroger sur lui-même, ne reste pas sur ses acquis et progresse lentement vers une autre vérité.

    Enfin, ce que Stephen King fait le mieux c’est générer la peur, cette frayeur sourde qui naît progressivement en vous. C’est toute lumière allumée, à l’écoute des moindres bruits, dormant peu et mal que j’aie terminé son roman. Il n’a pas son pareil pour vous filer les chocottes, quand vous passez votre temps à vous dire que ce n’est qu’un livre. « Je crois qu’il y a dans ma tête des dizaines de pensées alignées en file indienne derrière chaque pensée. » C’est exactement cela.

    Stephen King n’a rien perdu de sa superbe, ses livres sont toujours aussi envoûtants. Il vous embarquer et faire naître en vous, LA TERREUR…

  • calyenol 6 novembre 2019
    L’Outsider - Stephen King

    ᒧ’OUTƧIᗡƎЯ 2eme lecture du #automneduking .
    .
    "Tout cela n’est qu’un rêve.Un rêve d’une incroyable netteté.Je vais me réveiller...il me dira que j’ai fait un cauchemar dans lequel on l’avait arrêté pour meurtre.Et on en rira."
    .
    Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City.
    Témoins,empreintes,désignent aussitôt le coupable.
    Un des habitants les plus respectés de la ville.
    Aucun doute,même les analyses ADN confirment.
    Mais Terry Maitland maintient qu’il est innocent,qu’il a un alibi...
    Qui croire ? Les témoins qui l’accusent ?
    Ceux qui sont son alibi ?
    Les preuves ?
    .
    "Une fois que vous avez éliminé le possible,ce qui reste,aussi improbable que cela puisse paraître,ce doit être la vérité."
    .
    Il paraît qu’on a tous un sosie quelque part !
    Beh là avec ce livre,je me suis dit que je préférais ne pas en avoir...puis au fur et à mesure que j’avancais dans ma lecture,je me suis dit "ouais,non,vaut mieux avoir un sosie".
    King m’a de suite hapé avec cette histoire où l’intrigue se pose dès le départ et embarque jusqu’à la fin.
    Un crime épouvantablement décrit se mêlant aux légendes urbaines, dans une petite ville comme les aime le King,met en scène la vie quotidienne de personnages qui vire à l’horreur.
    On bascule entre le réel et l’irréel,on est tenu en haleine en se posant la question "c’est quoi ce truc".
    Le King m’a "absorbé" jusqu’au final.
    En parlant de final,j’avoue que je m’attendais à un final plus dingue.
    J’aurais voulu plus de spectaculaire,du King des débuts,retrouver ce fantastique,ce surnaturel,cet étrange,ce petit truc qui fait l’auteur.
    Bon je ne vais pas trop râler parce que le suspense était là même si on était pas dans l’horreur fantastique mais plus dans le thriller fantastique qui,ma foi,donne un petit plus pour moi qui suis fan de thriller.
    En bref,je peux dire que j’ai adoré ma lecture en compagnie de ce super narrateur.
    Et vous,avez vous lu ᒧ’OUTƧIᗡƎЯ ?
    .
    "Parfois,le mal prend le visage du bien."

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.