Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Fille sous la glace - Robert Bryndza

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le froid a figé la beauté de ses traits pour l’éternité.
La mort d’Andrea est un mystère. Retrouvée dans la glace, elle emporte avec elle un effroyable secret.
L’inspectrice Erika Foster, réputée pour son esprit de déduction et son sang-froid est la mieux placée pour mener l’enquête.
Mais peut-elle encore faire confiance à son instinct ?
Qui sera le plus dangereux dans cette affaire ? Le tueur ? Ou elle-même ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • Aziza_Linda 20 mars 2021
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Coucou tout le monde,
    Bon, j’ai terminé ma lecture du premier tome de la série Erika Foster.
    J’ai beaucoup aimé cette découverte.
    Une jeune femme de bonne famille, Andréa, a été etrouvée morte dans l’eau glacée.
    Personne ne comprend ce meurtre car elle était jeune, belle, riche, appréciée de tous et préparait son mariage avec son fiancé, Giles. C’est en tous cas ce que veut croire sa famille endeuillée, qui va vite déchanter au fur et à mesure de l’enquête.
    C’est Erika qui va être chargée de l’enquête en remettant le pied à l’étrier suite au décès de son mari Marc.
    Un caractère bien trempé, têtue, intuitive, désobéissante, persévérante, elle va s’attirer les foudres de ses supérieurs qui fricotent avec certains membres de la haute dont fait partie le père d’Andrea.
    Erika est une dure à cuire qui ne se laisse pas impressionner et veut croire en la justice, quitte à y laisser sa carrière.
    Elle peut heureusement compter sur ses subordonnés Moss et Peterson, qui sont de son côté.
    Ce fut une lecture addictive avec des paragraphes courts qui nous incitent à tourner les pages.
    L’écriture est fluide et le suspense au rendez-vous.
    Dommage qu’il m’ait fallu tant de temps pour le lire mais boulot + fatigue = coucher à l’heure des poules 🐔 (bon OK, l’âge y est peut-être aussi pour quelque chose).
    Comme vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et, évidemment, j’ai les 3 tomes suivants dans ma PAL

  • LesRêveriesd’Isis 8 octobre 2020
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Voici un polar qui me faisait de l’œil. J’en attendais beaucoup car la quatrième de couverture offrait de belles promesses… et j’en ressors ni complètement déçue, ni vraiment emballée. Étrange sensation.

    Une jeune fille de la haute société, Andréa, est retrouvée assassinée ; son corps est prisonnier de la glace. Pour tous les hauts gradés de la police, il faut vite résoudre l’affaire, et sans faire de vague ! Politique oblige. Le père de la victime est influent… L’enquête est confiée à une femme : Erika Foster, une revenante, presque, tant son passé douloureux est encore frais et vivace. Alors, entre embûches, entrelacs politiques, jeux d’influence et cache-cache avec le meurtrier, une longue lutte s’engage, une lutte pour la vérité. Finalement, dans cette haute société brillante, le vernis est mince et les secrets inavouables sont épais. Voilà ce que découvre Erika…

    Il faut le reconnaître, le roman est très rythmé : l’enquête contient de multiples ramifications, chaque pas en avant se solde de deux pas en arrière et chaque lièvre levé semble finalement n’être qu’une fausse piste jusqu’à l’élément clef. En cela, le livre est réussi. Le crime sordide, des personnages détestables à souhait, une absence d’indice, des luttes intestines au sein de la police, tous les ingrédients d’un bon polar sont présents. Et pourtant… pourtant, je n’ai pas pleinement accroché : je n’ai pas vraiment vu l’intérêt de certains passages, qui m’ont semblé plus sensationnels qu’autre chose, certains passages très crus également m’ont paru prendre moins sens dans l’économie d’ensemble.

    Une chose est néanmoins certaine : l’auteur sait rendre certains personnages détestables. Des chefs arrogants qui pensent plus à leur carrière et au politiquement correct qu’à la résolution de l’enquête, des nantis qui se croient au-dessus des lois, des personnages tellement amochés par la vie qu’ils en deviennent aigris et agressifs… il y en a une myriade ! Et c’est peut-être là que ça a coincé pour moi. Finalement, beaucoup de personnages m’ont paru très antipathiques – c’était très certainement voulu par l’auteur- mais je n’ai pas eu assez de part d’humanité. Le duo Moss – Erika Foster, qui sont, à mon sens, les personnages les plus fouillés du point de vue humain, n’ont pas suffi à rééquilibrer la balance.

    J’ai beaucoup apprécié le personnage de Moss : loyale, douce et en même temps forte et animée par de réelles convictions, elle est une alliée de choix pour notre courageuse héroïne. Erika, l’enquêtrice, est comme je les aime : cabossée par la vie, imparfaite, emplie de doutes. Détestée des uns, appréciée des autres, elle subit les pressions des nantis, et armée de ses seules convictions, elle s’entête à essayer de résoudre une enquête toujours un peu plus opaque. Elle porte à elle-seule la quasi totalité du roman. C’est un personnage très intéressant, mais pour autant, fait étonnant, je n’ai pas tremblé lorsqu’elle était en danger.

    Alors, oui, La Fille sous la glace est un bon polar, bien ficelé, l’histoire est dense, mais il n’a pas réussi à m’emporter et à provoquer – chez moi- un réel élan du cœur pour les personnages.

  • Ju lit les Mots 11 juin 2020
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Premier volet de la série des enquêtes d’Erika Foster, cela faisait un moment que ce livre trônait dans ma liseuse. Le confinement m’a donné envie de piocher au fond de cette PAL qui devient vertigineuse, mais qui est sans fond également…. J’avais envie de découvrir et vous faire découvrir des livres déjà en vente et disponibles en version poche.

    Vous le savez et je ne m’en cache pas, à la fin de chaque article, je précise par quel biais, j’ai pu lire un livre, que mes lectures récentes se font grâce à mes partenariats. Même si je pourrais vous parler d’une sortie récente, je souhaitais avant tout vous permettre, d’accéder à ces livres. À quoi bon chroniquer si ceux qui le souhaitent, ne peuvent acheter dans l’immédiat. Certains me diront, mais il faut soutenir les maisons d’édition. Oui, je suis d’accord, mais il y a d’autres moyens, à mon sens, notamment en parlant des livres accessibles.

    Donc même si je lis des futures publications, ou des publications au moment du confinement, mes avis ne seront publiés que lorsque vous aurez la possibilité de les acheter. C’est à ce moment, à mon avis que nous pourrons parler de soutien massif.

    Revenons à cette lecture donc…

    On y trouve toutes les ficelles classiques du polar : une enquêtrice impliquée qui aime son taf, un brin perfectionniste, comme un bulldog qui ne lâche pas sa proie, malmenée par la vie, un chef sympa, tatillon, avec le respect de la loi chevillé au corps, des collègues plus ou moins cool, avec le lourd de service, qui sera ramené à la raison. Jusque-là, on a tous les ingrédients pour une intrigue classique, mais non-déplaisante pour autant.

    Erika Foster vient d’arriver à Londres pour enquêter sur la mort d’une « fille de la haute », tout s’annonce difficile. Le statut du père de la victime, une famille gravitant dans les hautes sphères, avec des relations politiques, la culpabilité d’Erika, qui va devoir marcher sur des œufs et se la jouer discrète tout en tentant de trouver le coupable.
    Seulement, voilà Erika Foster ne sait pas prendre de pincettes et ne fait pas dans la dentelle. C’est une tête brûlée, qui fonce avant de réfléchir, au risque de tout emporter autour d’elle, comme un tsunami. L’auteur a réussi à faire exprimer à ce personnage, la soif de vérité et le caractère « jusque boutiste« , au risque de se brûler les ailes. Cette obsession aurait pu la desservir, brisée, elle arrivera, pourtant, à constituer un trio très intéressant avec Peterson et Moss.

    Des descriptions visuelles des quartiers chauds de Londres et de l’autre côté celui, plus aseptisé, des riches. Une intrigue au milieu de la haute bourgeoisie de Londres, à la construction narrative classique, qui ne révolutionne pas le genre, mais agréable, qui permet de faire retomber la tension après une lecture bien hard… Avec une singularité qui donne un réalisme intéressant, puisque l’enquête se déroule dans le milieu aristocratique anglais… Avec toutes les pressions politiques qui mettront des bâtons dans les roues de cette enquêtrice atypique.

  • Livre_damour_et_deau_fraiche 3 décembre 2019
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Andréa, jeune héritière fortunée est retrouvée assassinée et gelée dans un lac près de Londres.
    Erica Foster, DCI, se remet difficilement du décès de son mari lors d’une "opération commando".
    Elle est la seule à voir le lien et à suivre la piste du tueur en série qui s’en serait pris à des prostituées.

    De nombreux rebondissements, peut-être le premier d’une série sur la DCI Foster...

  • Nonobstantine 17 novembre 2019
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    L’histoire ? Andrea DouglasBrown, fille d’un riche industriel londonien, est retrouvée dans un lac gelé dans un quartier du South London. Chargée de l’enquête, Erika Foster va se retrouver confrontée à une riche famille dont l’influence va peser sur l’enquête. Entre menaces, rivalités et un meurtrier tenace, les enquêteurs vont également devoir composer avec un scandale médiatique : que faisait une riche jeune femme de 23 ans dans les quartiers malfamés de Londres ?

    Le premier polar de Robert Bryndza est une véritable réussite ! Immergé dans la haute société londonienne, le lecteur prend la mesure du pouvoir de la haute société dans le traitement des affaires criminelles. Très vite, j’ai ressenti une certaine empathie pour Erika Foster. Malmenée par sa hiérarchie, endeuillée par la mort de son époux, elle n’en reste pas moins courageuse, intègre et déterminée. J’ai beaucoup aimé la manière dont le personnage oscille entre fébrilité et détermination. Un personnage principal féminin abouti comme rarement !

    Quant à l’enquête, elle tient la route. Les rebondissements sont justes, et la fin m’a étonné autant qu’elle m’a satisfaite.
    Pour les amateurs de romans policiers, je vous recommande "La fille sous la glace", vous ne serez pas déçu ! :)

  • Lady_cafeine 30 octobre 2019
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Dans La fille sous la glace, on va suivre Erika Foster qui aurait de quoi être bouleversée par un drame survenu un peu plus tôt dans sa vie. Seule, elle n’a plus qu’un but : la justice. Quitte à se mettre à dos une famille en deuil et un supérieur (très attachant !) qui ne lui laisse rien passer. Mais le drame qui a secoué la vie d’Erika n’est pas au centre de cette histoire, bien qu’on sente gros comme le nez au milieu de la figure que l’auteur y reviendra dans un prochain roman. Ici, on s’intéresse à une gosse de riche brutalement assassinée, récemment aperçue dans un quartier bien mal famé où elle apparemment n’avait rien à faire…

    De ce point de départ va découler l’enquête d’Erika et de ses collègues, que j’ai trouvé tous plus attachants les uns que les autres. Pour moi les personnages secondaires sont toujours très importants et ceux-ci sont particulièrement bien travaillés. On entre dans le quotidien et la vie privée de certains, ils ne sont pas là simplement pour faire de la figuration ou servir de faire-valoir à l’héroïne.

    Je n’ai cependant pas eu de réel feeling avec Erika, sans la détester heureusement ! Mais ses choix étaient à mes yeux souvent discutables et même si j’ai apprécié ses échanges avec ces collègues, je ne me suis pas vraiment sentie proche d’elle. Il semble que tout, pour elle, tourne autour du drame qu’elle a vécu et l’on ne sait rien d’elle au-delà de cela. Pas un mot sur sa famille, sur son quotidien ou ses passions. Comme si sa vie avait commencé le jour du fameux drame. Et moi, cela m’a un peu gênée pour m’attacher à ce personnage principal. Pourtant, comme je le disais au début, le personnage ne tombe jamais dans le cliché.

    Si je m’attarde un instant sur la plume de l’auteur, je dirais simplement que les dialogues sont à mes yeux le gros point fort de ce roman ! Je me suis souvent perdue dans les descriptions et les passages narratifs, alors que les dialogues sont diablement savoureux et sonnent justes. Je me sentais véritablement prise dans l’histoire dès qu’un personnage ouvrait la bouche. En revanche, l’enquête est assez classique dans son rythme et plutôt avare de rebondissements qui nous retournent la tête. Elle est plaisante à suivre, et l’auteur joue efficacement avec certains codes de l’écriture que l’on retrouve habituellement dans les polars (des chapitres plus courts en fin de roman pour accélérer le rythme, par exemple).

    En conclusion je n’ai pas trouvé ce roman parfait au point de le classer dans mes coups de cœur, mais presque. L’héroïne ne m’a pas totalement convaincue, alors que les personnages secondaires sont une belle réussite de l’auteur. L’enquête est intéressante et je ne m’attendais pas à ce final, très bien rythmé.

  • caro.l.i.t.ne 12 août 2019
    La Fille sous la glace - Robert Bryndza

    Andrea est retrouvée morte. Prise dans la glace. Étranglée, mutilée.

    Andrea Douglas - Brown. Fille de Lord Hunstanton. Membre de la haute société britannique.
    Que faisait-elle alors au sud de Londres, dans un quartier populaire, éloigné de ceux qu’elle fréquente habituellement ?
    C’est Erika Foster qui est chargée de résoudre l’enquête, alors qu’elle même lutte pour surmonter un drame personnel .
    Il lui apparaît vite que la personnalité d’Andrea est plus complexe qu’il n’y paraît. Quels secrets cache-t-elle ?

    Nous voyageons du Nord au Sud de Londres.
    De la noblesse anglaise aux réseaux de prostitution et de trafic de femmes.
    L’auteur, dérange, aborde des thèmes intéressants et questionne la place des femmes dans la société. Confrontées au machisme, à la violence, aux préjugés, ce sont elles les héroïnes du roman.

    Malheureusement, le récit manque de profondeur et de densité. Les personnages sont peu nuancés et frôlent la caricature. Il est alors difficile d’éprouver de l’empathie pour eux. L’enquête a des airs de déjà-vu, l’auteur enfonce des portes ouvertes qu’il oublie parfois de refermer. le style est lourd, alambiqué.

    Dommage car le suspense est bien mené.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.