Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Poids du monde - David Joy

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Après avoir quitté l’armée et l’horreur des champs de bataille du Moyen-Orient, Thad Broom revient dans son village natal des Appalaches. N’ayant nulle part où aller, il s’installe dans sa vieille caravane près de la maison de sa mère, April, qui lutte elle aussi contre de vieux démons. Là, il renoue avec son meilleur ami, Aiden McCall. Après la mort accidentelle de leur dealer, Thad et Aiden se retrouvent soudain avec une quantité de drogue et d’argent inespérée. Cadeau de Dieu ou du diable ?

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 30 septembre 2018
    Le Poids du monde - David Joy

    "La disparition d’Adele Bedeau" est un roman étrange , sombre qui vous désoriente dès le prologue .
    On y fait connaissance avec Manfred Baumann ,un trentenaire , solitaire et mal dans sa peau - voire asocial - dont l’existence n’est faite que d’habitudes , de rituels et où il n’y a aucune place pour la surprise ou le hasard . Employé d’une agence bancaire- grâce à l’entregent de ses grands parents qui l’ont élevé - à Saint Louis , une petite ville alsacienne située à proximité de la frontière suisse , il déjeune tous les midis au Restaurant La Cloche des mêmes plats et il y retrouve toujours les mêmes habitués des lieux pour jouer au cartes le soir . La quiétude de la municipalité est un beau jour bouleversée par la disparition de la serveuse du Restaurant La Cloche , Adèle Bedeau .
    L’inspecteur Gorski est chargée de l’enquête et Manfred , en tant que client régulier , fait partie des suspects potentiels. Pour Gorski la disparition de cette jeune fille résonne en lui avec un écho particulier : elle lui rappelle la mort d’une adolescente , Juliette Hurel , vingt ans plus tôt alors qu’il démarrait dans le métier . Une affaire étrange qui le hante encore aujourd’hui, persuadé que le coupable qui a été arrêté à l’époque n’était pas le bon. Les deux affaires pourraient elles être liées à Manfred Baumann ?
    Un livre singulier , à la coloration "vintage " où la lenteur du rythme et les plongées psychologiques peuvent rappeler certaines histoires du Commissaire Maigret où certains films "provinciaux "de Claude Chabrol ( l’auteur écossais a d’ailleurs créé de toute pièce une fausse bande annonce d’un film que Chabrol n’a jamais tourné..).
    Graeme Macrae Brunet nous offre une histoire où le noir domine , mettant en scène des personnages complexes notamment celui de Manfred dont on suit la progressive descente aux enfers psychologique . Elle commence par une maladie de la persécution puis se dégrade vers une perte de repères tangibles où son imaginaire prend peu à peu le pas sur le réel .
    Vous vous laisserez captiver par ce récit , parfois déroutant mais souvent angoissant où l’on se laisse perdre entre réalité et fiction ( cf le prologue ) , faits divers ou imaginés. Un jeu malicieux où l’auteur aime perdre ses lecteurs comme ses protagonistes.
    Un roman réaliste et glaçant qui ne laissera , j’en suis sûr , personne indifférent.

  • madame.tapioca 4 mars 2019
    Le Poids du monde - David Joy

    Du noir, du très noir ! Un livre où l’on ne quitte jamais bien longtemps l’obscurité, le danger, et le désespoir.

    David Joy a retenu l’attention avec son premier roman « Là où les lumières se perdent ». J’avoue que me concernant, il est encore dans ma PAL et que je ne peux donc faire aucune comparaison entre les deux romans. Je remercie vivement le Picabo River Book Club et les éditions Sonatine pour cette lecture.

    Thad Broom, vétéran de guerre, revient vivre dans les Appalaches, dans le trou paumé où il a grandi, dans le mobil-home qui se trouve sur la propriété de sa mère. Mais quitter l’Afghanistan n’est pas si facile. Il ne parvient ni à oublier ce qu’il a vu ni à se pardonner ce qu’il a fait.

    Sa mère, April, est hantée par ses propres démons, un traumatisme secret qu’elle porte depuis des années.

    Entre eux se trouve Aiden McCall, qui à douze ans a assisté au meurtre de sa mère par son père avant de se suicider sous ses yeux. Ami fidèle de l’un et amant de l’autre, il n’en reste pas moins incapable de rapprocher mère et fils.

    Connectés par des liens de circonstance et de devoir, d’amitié et d’amour, ces trois vies misérables éclatent un peu plus quand Aiden et Thad assistent à la mort accidentelle de leur dealer et se retrouvent à la tête d’un paquet de drogue et d’argent.

    Tous les trois voient les stupéfiants et les dollars comme un moyen d’échapper à leurs destins mais cela va tout simplement les mener plus profondément dans la noirceur.

    Une histoire tendue, aussi déchirante que douloureuse où les personnages ressentent le poids du monde, alors que le leur est tout petit, entouré par les montagnes, les oppressant de toutes parts sans occasion de s’évader, enfermés aussi dans des souvenirs qui gouvernent leur destinée. « le poids du monde » c’est un roman cauchemar sur des vies gâchées qui tourbillonnent dans une brume de méthamphétamine.

    Un monde brutal s’étale sous les yeux du lecteur, favorisé par une prose aussi lyrique que dure, des dialogues réalistes et des moments très cinématographiques. Les amateurs de « rural noir » ne seront pas déçus. C’est puissant, âpre et sans détour. Ames sensibles s’abstenir. Vous rencontrerez des hommes encore en quête d’enfance, stupéfaits de se retrouver adultes avec du sang sur les mains. Mais en regardant bien, vous verrez aussi une immense histoire d’amitié, de loyauté et de sacrifices.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.