Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Passager 23 - Sebastian Fitzek

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes...
Sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • joandthebooks 3 mars 2021
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Passager 23, où comment des passagers disparaissent (suicide ?) lors de voyages en mer.

    La thématique n’est pas énormément utilisée et donne une impression de claustrophobie malgré le monde présent sur ce paquebot. J’ai beaucoup aimé les personnages qui couvrent habilement une large facette d’individus, plus ou moins honnêtes. Martin Schwartz, homme en deuil, policier prêt à tous les risques, en particulier était particulièrement attachant.

    Il mélange au final deux intrigues séparées, l’histoire du passager 23 et une histoire secondaire. L’intrigue principale m’a beaucoup plu. Les thèmes abordés m’étaient peu familiers malgré le nombre de polars que j’ai lus, sûrement à cause des tabous associés. Pour la première fois, je me suis surprise à ne pas essayer de conjecturer sur ce qui se passait ou qui était coupable tant j’étais transportée par le récit très rythmé. Mention spéciale à la traductrice Céline Maurice.

    J’ai adoré ce thriller, terminé en 3 jours et qui m’a causé quelques nuits blanches après le travail parce que je voulais encore lire un chapitre (qui se transformait généralement en 5 chapitres, il faut dire qu’ils sont courts et que Passager 23 est difficile à poser....).

  • ju_se_livre 13 décembre 2020
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    ⚠️Alerte coup de coeur⚠️

    Un mot pour décrire ce livre : "PARFAIT !" Si vous le commencez, ne prévoyez rien d’autre, parce que croyez moi vous aurez du mal à le reposer avant d’avoir tourné la dernière page.

    L’auteur nous embarque dans une histoire complètement dingue et captivante sur un bateau de croisière. De mystérieuses disparitions, des personnages tous plus louches les uns que les autres, un rythme effréné, des rebondissements à la pelle, Mr Fitzek a vraiment un don pour instaurer ce climat oppressant qui rend ce thriller addictif. On est tenu en haleine du début à la fin.

    Si vous aussi vous embarquez sur le Sultan des mers préparez vous à passer un super moment. Ce livre est une bombe et ravira les amateurs du genre👍

  • Le Monde de Marie 26 juin 2020
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Voilà une lecture qui ne vous donnera pas envie de partir en croisière. L’auteur nous offre un huis-clos à l’intrigue oppressante et très bien construite. Meurtre, disparition, réapparition, serial killer, suicide... La force de cette histoire tient surtout de ses twists auxquels ont ne s’attend absolument pas.

    L’enquête est menée par Martin, un flic toujours prêt à mettre sa vie en péril dans ses investigations tant il n’a plus rien à perdre. Sa venue sur le Sultan sera pour lui d’abord la possibilité d’en apprendre plus sur le drame qui a détruit sa vie mais il va aussi se retrouver embarqué dans une enquête sur le Passager 23 !

    Le suspense est très intense et les solutions multiples. Jamais je ne me serais attendue à de tels rebondissements et révélations. Les faits sont très sérieux et surtout très graves. On découvre l’horreur. Au point de nous donner envie de remercier le tueur au lieu de l’incriminer.

    Même si j’ai trouvé certains passages un peu lent, j’ai été très prise par ma lecture. Il faudra attendre le dernier quart du livre pour que les choses s’accélèrent et qu’enfin lumière se fasse.

    Un très bon moment de lecture.

  • Auryn 14 février 2020
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Après avoir lu ce livre, vous ne verrez plus les croisières du même œil...

    Martin Schwartz a tout perdu, il y a quelques années, lorsque sa femme et son fils ont disparu en mer au cours d’une croisière. Depuis, il marche sur un fil et n’hésite pas à accepter des "missions suicides" pour la police allemande.
    Un jour, il va être contacté par une mystérieuse femme qui prétend avoir des révélations à lui faire sur la disparition de sa famille. Peu convaincu, il se rend quand même au rendez-vous qu’elle lui fixe sur "le Sultan des mers", le paquebot sur lequel sa femme et son fils sont tombés en mer.
    Mais lorsque Gerlinde Dobkowitz, son mystérieux rendez-vous, lui parle d’une petite fille retrouvée sur l’un des ponts du paquebot alors qu’elle avait disparu depuis deux mois et qu’en plus cette dernière avait la peluche préférée de son fils disparu, Martin est bien décidé à faire la lumière sur cette affaire et à trouver des réponses sur la disparition de sa famille.

    Encore une fois, Sébastian Fitzek nous offre un roman plein de suspense et de rebondissement. On est captivé par l’histoire de la petite Anouk qui a disparu pendant huit semaines et qui est réapparue comme par enchantement sur le paquebot. Elle ne parle que très peu, et toujours par bribes.
    On s’attache également à Martin qui peine à vivre depuis la mort de sa famille. Il n’a jamais cru à la thèse du suicide avancé par les enquêteurs et comprendre ce qui est arrivé à la petite fille lui permettrait peut-être d’avoir des réponses à ses questions.
    Mais mon personnage préféré reste Gerlinde Dobkowitz, une vieille dame pleine d’énergie, qui habite sur le paquebot afin de se mettre dans l’ambiance pour écrire son polar. Elle est très drôle et offre au lecteur, une soupape décompression.
    On enquête avec tout ce petit monde sans savoir réellement où on va tomber. Et j’étais loin d’imaginer le fin mot de toute cette histoire.

    Mais malgré tout, j’ai été un peu déçue par ce roman qui pour moi n’est pas le meilleur de l’auteur. J’ai trouvé que la fin nous offrait beaucoup trop de rebondissements. Et trop de twist, tue le twist. Dommage.

  • Lettres et caractères 30 juillet 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Les croisières n’ont jamais été ma tasse de thé et ça n’est pas Sebastian Fitzek qui va me faire renouer avec ce mode de tourisme de masse. Une lecture à éviter à tout prix si vous compter monter prochainement sur un paquebot.

    Les croisières n’ont jamais été ma tasse de thé : tous ces gens agglutinés sur un géant des mers, qui mettent des heures pour débarquer et tout autant pour rembarquer à chaque escale, ça m’angoisse autant que le RER A aux heures de pointe. Avec un environnement aussi oppressant, il y avait matière à faire un excellent thriller et Sebastian Fitzek ne s’est pas privé de l’écrire !

    Il s’en passe des choses sur son Sultan des mers, à commencer par de mystérieuses disparitions de mères et d’enfants passés par dessus bord. Des disparitions présentées officiellement comme des suicides mais que l’on peine à expliquer puisqu’au fond, personne ne tient trop à savoir ce qui leur est réellement arrivé. Comme l’armée qui aurait droit à 7% de pertes selon la légende urbaine, les paquebots perdraient en moyenne 23 passagers par an dans ces pseudos suicides.

    Mais entre passer volontairement par dessus bord et s’y faire aider, il n’y a parfois qu’un pas qui fait des bateaux de croisière des lieux de crime parfaits. Sauf quand un passager 23 réapparaît… Inutile d’en dire plus, il y a de quoi se régaler dans ce thriller (pardon, dans ce « roman familial » comme le présente l’auteur qui ne manque pas d’humour) aux multiples rebondissements. Ça rebondit tellement que ça rend l’histoire parfois limite invraisemblable mais ça repart de plus belle et on reste happé, scotché, hypnotisé par cette histoire, jusqu’à être cloué sur place par la chute. Un régal du genre !

    Avis complet sur le blog lettres-et-caracteres.com

  • Encore Un Livre 16 juillet 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    J’ai adoré Passager 23 ! Un thriller qui me happe dès les premières pages. Sébastian Fitzek a construit un superbe huis clos à bord du Sultan des mers. Une croisière qui m’a embarquée sur un sujet que je ne connaissais pas. Les disparitions volontaires ou pas à bord de celles-ci. C’est flippant. Ils sont des dizaines de passagers tous les ans à disparaitre. C’est tellement facile...Mais ce qui est flippant c’est comment sont traité ces disparitions. Comment les recenser ? Qu’est-ce qu’un passager 23 ?
    Voilà, à partir de quoi il a construit une intrigue phénoménale ! Basée sur ces faits, tout prend de l’ampleur au fur et à mesure. Avec un tel mélange, il est impossible de décrocher.
    Un passager qui ressurgit des mois après avoir disparu. Un père de famille qui a perdu sa femme et son fils lors d’une de ces croisières y sera appelé à mener l’enquête....
    Rien n’est laissé de coté. L’angoisse, et la sensation omniprésente d’être moi aussi sur le paquebot. le suspens avec une enquête en huis-clos, qui n’est pas sans rappeler mes premières lectures, celles où le coupable ne peut pas sortir de nulle part. On se dit qu’il est là, à bord lui aussi. C’est un jeu, une énigme à résoudre...

  • Lecturesetgourmandises 28 avril 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Les bateaux, ce n’est vraiment pas mon truc : je suis tout le temps malade et je subis chaque traversée en mer. Autant dire qu’une croisière ne me fait vraiment pas rêver … Et ce n’est pas Sébastian Fitzek qui me fera changer d’avis, loin de là !

    Alors oui, bien sûr, ce roman est une pure fiction et les évènements relatés sont issus de l’imagination de l’auteur. Néanmoins, comme le précise ce dernier, « tout bon mensonge a un fond de vérité » … et ça fait froid dans le dos !

    Ce thriller se passe à bord d’un bateau de croisière, le « Sultan des mers » sur lequel des personnes, en général une mère et son enfant, disparaissent mystérieusement. Et quelle surprise lorsque nous découvrons qu’une fillette portée disparue plusieurs semaines plus tôt réapparait par miracle.

    « Certains considéraient la mer comme le symbole de l’éternité et de la force de la nature. Lui ne voyait dans les vagues qu’un tombeau liquide »

    Le roman commence sur les chapeaux de roue, on découvre le personnage de Martin, un homme solitaire qui n’a plus aucun but dans la vie depuis qu’il a perdu sa famille lors d’une croisière sur le « Sultan des mers ». Nous sommes très rapidement plongés dans le coeur de l’intrigue, Martin étant confronté à son passé et à son impossibilité à accepter la mort de sa femme et de son fils.

    Arrivée à la moitié du récit, j’ai trouvé quelques longueurs, le récit enchainant quelques scènes pas forcément nécessaires à mon goût et je n’arrivai pas à déterminer où l’auteur voulait aller.

    Mais rapidement, l’histoire reprend de la vitesse, accumulant rebondissements et retournements de situation pour enfin aboutir à un dénouement auquel je ne m’attendais pas du tout !

    Lecteurs, n’oubliez pas que nous sommes dans un thriller : il y a des meurtres, de la torture et d’autres scènes assez violentes. Certains passages dérangeants ont provoqué en moi un léger malaise. Ce n’est donc pas un livre à mettre entre toutes les mains donc si vous êtes sensibles, passez votre chemin !

    Sébastian Fitzek, numéro 1 du thriller en Allemagne, est donc une belle découverte : j’ai apprécié ce thriller sous forme de huis-clos qui m’a emmenée dans des eaux sombres, très sombres.

    Moralité, je ne ferai pas de croisière de sitôt !

  • mimi85600 12 mars 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Martin, un flic, qui n’a plus rien à perdre après la disparition tragique de sa femme et de son fils sur un paquebot de croisière, quelques années plus tôt, se retrouve une fois de plus sous couverture dans une affaire particulièrement retorse.

    Alors qu’il attend le feu vert de ses supérieurs pour entrer dans la danse, il décide de foncer tête baissée afin de sauver un gamin. L’opération terminée, alors qu’il est encore sur les lieux, une vieille bonne femme qui habite presque sur "Le Sultan", le fameux paquebot où la famille de Martin avait trouvé la mort, l’appelle sur sa ligne privée et lui demande de venir mener l’enquête à bord car un " Passager 23 ", une petite fille, vient de réapparaître dans de mystérieuses circonstances avec en sa possession le petit ourson en peluche de son fils.

    Martin ne réfléchit même pas avant de prendre un billet et d’embarquer sur le paquebot afin d’élucider ce mystère et de peut-être avoir une chance d’enfin comprendre ce qui est arrivé à sa famille.

    En montant à bord, il n’imagine pas dans quoi il vient de mettre les pieds. Que se passe-t-il sur ce bateau ? Pourquoi sa femme s’est-elle jetée dans les eaux profondes après y avoir balancé son fils préalablement endormi au chloroforme ? Qui est cette petite fille qui vient soudain de réapparaitre ? Quel terrible secret cache-t-elle ?

    En ouvrant ce livre, je n’imaginais pas dans quoi je mettais moi-même les pieds. Pourtant, j’ai déjà vu cette thématique dans une autre lecture, mais peut-on s’habituer à l’horreur indicible ? A l’inimaginable ? Non certainement pas.

    La déviance sexuelle dont il est question est très certainement la plus tabou qui soit tant personne ne peut la concevoir. Comment imaginer que de telles horreurs puissent exister ?

    Sebastian Fitzek ose pourtant s’attaquer à ce sujet si sensible et si choquant et le fait d’une main de maître. Son " Passager 23 " est un vrai page-turner qu’il est impossible de lâcher une fois le nez dedans.

    Et malgré la surenchère de twists à la fin, on aurait pu se contenter de la première explication qui se suffisait à elle-même, qui peut en gêner certain (pas moi), j’ai véritablement adoré ce thriller.

  • Lectures noires pour nuits blanches 6 mars 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Bienvenue à bord du Sultan des mers. Attention ce n’est pas un épisode de La croisière s’amuse que vous allez vivre. Si vous pensiez vous prélasser au bord de la piscine un cocktail à la main vous allez être déçus. C’est une ambiance tout autre qui vous attend. Glauque, étouffante voire malsaine.

    Chaque année de nombreux passagers disparaissent des bateaux de croisière. Disparition volontaire, suicide, meurtre ou pire... Ils sont désignés par le personnel des compagnies maritimes comme le passager 23. Fitzek a choisi ce sujet pour son intrigue. Une intrigue prenante, mouvementée et très bien ficelée. L’auteur nous entraine dans une spirale infernale dont on ressort estomaqués et sonnés.

    Martin, un flic spécialisé dans les missions d’infiltration, tourmenté depuis la disparition de sa femme et de son fils dans ces mêmes circonstances, est invité à enquêter sur un paquebot, sur la réapparition d’une enfant disparue. Vous suivez ? De toute manière il est trop tard pour quitter le navire. :)

    Ca s’annonce plutôt pas mal et nous n’en sommes qu’au début. Au fil des pages, l’enquête se corse et le mystère s’épaissit. Il y a de nombreuses révélations et rebondissements puis quand le brouillard se dissipe enfin, c’est l’horreur absolue ! On aborde un thème tabou que personnellement je n’ai jamais rencontré dans un thriller. C’est dérangeant mais audacieux .

    J’ai trouvé dommage que l’auteur ne nous parle pas plus de la vie à bord. Tout est centré sur l’enquête et au final on a plus trop l’impression d’être sur un paquebot.

    Un second petit bémol pour le prologue et l’épilogue qui pour ma part n’apportent rien à l’histoire.

    Pour le reste ça a été une excellente lecture. Un thriller addictif, très noir, un huis clos palpitant. J’ai découvert Sebastian Fitzek avec ce roman et il m’a convaincue. J’en lirai d’autres c’est certain.

    N’hésitez pas à embarquer pour cette croisière, de bons moments vous y attendent. Prenez tout de même avec vous votre bouée de sauvetage, on ne sait jamais...

  • Loudiebouhlis 26 février 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Des disparitions suspectes sur un bateau de croisière maquillé en suicide. Tout est dit. Non que dis-je, l’association du nom de l’auteur ne laisse plus de retenue au lecteur pour se jeter sur ce livre. Monsieur Sebastian Fitzek. Oui, je dis bien "Monsieur". J’ai un respect sans limite pour cet auteur, pour ses idées incroyables sans être peu crédibles. Bien au contraire. Quand je vois un nouveau thriller de cet auteur, je sais sans me tromper que ce sera une lecture parfaite. Peu importe mon état d’esprit. Cet homme à ce don indescriptible, le talent qu’on certaine personne de fasciner leurs lecteurs dès les premières pages de son livre. Et croyez-moi, ce n’est pas donné à tous le monde. 

    Dressons le tableau. Un passager 23, c’est un passager qui disparaît pendant une croisière. Oui, ça arrive et même très souvent selon les chiffres. Mais personne n’a besoin de connaître ses chiffres. A quoi bon ? D’autant que apparemment ce serait des suicides et non des disparitions suspectes. Apparemment...

    Départ imminent pour une croisière sur le Sultan des mers, bateau de croisière idyllique.. Enfin c’est un bien grand mot. Petite ville sur un bateau, tout a portée de main, absolument tout. Un endroit rêvé pour un séjour paradisiaque... Enfin rêvé, si on veut...

    Il n’y a ni paradis, ni tranquillité sur ce bateau. Bien au contraire, des rebondissements qu’on ne peut énumérer, une rythme haletant, déroutant. Lorsqu’on espère un soupçon de vérité, celui-ci se fait vite rattraper par les mensonges innombrables qui multiplie au fil des pages.

    Encore une fois, une lecture fascinante que j’ai été incapable d’abandonner avant de l’avoir terminée. Une lecture captivante, et surprenante. Je ne peux que continuer de vous recommander cet auteur car plus les livres passent, et plus je l’aime. À croire que déception et Fitzek ne font pas bon ménage. Pour le plus grand plaisir des lecteurs. 

  • Maks 8 février 2019
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Pour un premier essai, c’est une réussite, en effet c’est ma première lecture d’un roman de Sebastian Fitzek, cela faisait un moment que j’y pensais sans avoir franchi le pas, c’est fait et je ne regrette pas du tout, "Passager 23" a tenu ses promesses en proposant une agréable expérience.

    Nous sommes embarqués sur un énorme bateau de croisière en compagnie d’un inspecteur de police blasé, au bout du rouleau et qui n’a rien à perdre. Cet inspecteur va se retrouver à enquêter sur des disparitions, il va être entraîné malgré lui dans un jeu du chat et de la souris machiavélique à souhait, il va voir ses vieux démons ressurgir pour le plus grand plaisir du lecteur.

    L’ambiance est oppressante, ce sentiment est renforcé par le fait d’être en pleine mer, sans issue, de plus les pistes sont brouillées en permanence car quasiment tous les personnages mentent comme ils respirent, le lecteur est balladé de rebondissements en rebondissements.

    Je ressors de cette lecture avec une très bonne impression sur Sebastian Fitzek qui a réussi à me captiver à bord de ce monstre des mers, avec une sensation d’avoir découvert le digne fils littéraire d’Agatha Christie.

  • Sonia Boulimique des Livres 19 octobre 2018
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Dans ce nouveau livre, il nous emmène en croisière. Alors, chers lecteurs, attention, je tiens à vous prévenir : si vous avez prévu de partir en croisière dans les prochains mois, SURTOUT ne lisez pas ce livre, car il pourrait (il va) vous dégoûter de partir !

    Nous embarquons donc à bord du « Sultan des mers », un paquebot censé représenter le farniente, les cocktails pris au bord de la piscine, les chambres avec vue sur la mer. On se souvient de la série télé « La croisière s’amuse », et on se dit « tiens ça me dirait bien une petite croisière sympa ».

    L’auteur nous offre tout autre chose : des disparitions inquiétantes, des secrets inavouables, un serial killer et ce mystérieux passager 23. Le cadre de l’intrigue sort totalement de l’ordinaire. Et Sebastian est définitivement le maître du thriller psychologique. Le lecteur ne peux plus lâcher le livre, pris dans cet engrenage de rebondissements, de pistes, d’indices, de meurtres. Et on ne tourne pas en rond dans ce huis clos oppressant, loin de là !

    Martin n’embarque pas non plus pour une croisière détente. Il va naviguer dans la mer déchaînée de ses souvenirs et de son passé. Il va tenter de trouver une fenêtre d’éclaircie dans cette tempête émotionnelle. Rien ne lui sera épargné. Tout comme aux personnages secondaires.

    La fin est à la hauteur du reste et la couverture est magnifique.

    Seul reproche : j’ai trouvé que les traits de caractère des personnages auraient mérité d’être plus approfondis. Mais à part cela, tout est parfait. Je le conseille aux amateurs du genre. Fitzek, c’est une valeur sûre.

  • Louison Lit 8 mars 2018
    Passager 23 - Sebastian Fitzek

    Je découvre Sébastian Fitzek avec passager 23 et il s’en est fallu de peu pour que j’aie un coup de cœur mais deux ou trois choses m’ont vraiment dérangé. Tout d’abord j’avais un peu peur de revivre un des épisodes de la croisière s’amuse au vu du titre et de la superbe couverture mais je n’y étais pas du tout, dès la lecture du chapitre 2, on sait qu’on est dans du lourd, de l’horreur, de l’indicible, du comme j’aime, d’ailleurs la suite n’atteindra plus à mon sens ce niveau. Il y a aussi ce prologue qui n’ait pas repris avant la fin du livre et n’ajoute rien à l’histoire. Puis on enchaine les rebondissements en veux-tu en voilà, au final on frise l’invraisemblance et c’est bien dommage parce qu’avec un peu plus de simplicité et de retenue c’était parfait, la surenchère fatigue à la longue et ne fait plus sens.

    Martin Schwartz, flic, travaille sous couverture, il ne se remet pas de la disparition en haute mer de sa femme et de son fils Timmy lors d’une croisière sur le « Sultan des mers » cinq ans auparavant. C’est le personnage central du roman et c’est celui qu’i m’a le plus touché, on a affaire à un homme abîmé physiquement et psychologiquement, on se demande même comment il fait pour continuer à vivre et pourtant il exécute des missions de plus en plus extrêmes et dangereuses. Une inconnue le contact depuis le Sultan des mers pour l’inviter à bord car il y a de nouveaux faits en rapport avec son affaire. On a retrouvé le doudou de son fils dans les mains d’une fillette mystérieusement réapparut et que l’on croyait morte.

    Il faut dire que le sujet des passagers disparus en mer fait partie d’un fait réel, par an il y aurait une moyenne de 23 disparus lors des croisières en mer. Suicides, accidents, meurtres, on ne sait pas mais le fait est là, de quoi faire un bon thriller non ? Martin va donc se retrouver au cœur de se navire à enquêter, il va y avoir beaucoup d’action, de nombreux personnages, c’est très bien mené et une fois qu’on aura compris le pourquoi des disparitions, il y aura en plus un sujet complètement tabou et que l’on ne voit que très rarement évoqué dans des romans qui ici nous emporte et fait le lien, c’est malsain et violent et j’ai adoré, âmes sensibles passez votre chemin.

    Encore un petit bémol cette fois-ci sur le livre en tant qu’objet, le livre de se tient pas, la couverture est trop molle et du coup c’était coton pour lire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.