Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Rome brûle - Giancarlo De Cataldo - Carlo Bonini

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À Rome, l’annonce d’un nouveau Jubilé attirant des millions de pèlerins relance les travaux publics et aiguise les appétits. Au Capitole, les constructeurs manigancent dans les coulisses pour sauver leurs intérêts et leur violence dépasse celle des truands. Coincé entre des politiciens honnêtes et des mafieux turbulents, Sebastiano, représentant du chef des mafias de Rome emprisonné, déclenche une opération d’obstruction apocalyptique. Bientôt toute la ville brûle !

Vos #AvisPolar

  • Killing79 7 avril 2019
    Rome brûle - Giancarlo De Cataldo - Carlo Bonini

    Ce livre est la suite de « Suburra ». Et comme je l’avais affirmé à la fermeture de l’opus précédent, je pensais que cette histoire mériterait une série télévisée, tant le contexte est foisonnant. Je me faisais donc une joie de poursuivre l’aventure dans le monde mafieux.

    On se retrouve d’ailleurs dans un environnement identique, les quartiers de Rome. Mais les acteurs ne sont plus les mêmes. En effet, sans spoiler la fin de l’épisode 1, beaucoup de protagonistes ne sont plus en mesure d’imposer leurs décisions. Les rôles ont donc été modifiés et les petits d’hier sont devenus les grands d’aujourd’hui. Mais si le pouvoir a changé de mains, il n’en reste pas moins toujours aussi partagé. Il navigue toujours entre les politiques, les gangsters, et les religieux.
    Je me suis donc replongé dans ces sociétés, qui sévissent en dehors de la vie du peuple et qui manigance en toute discrétion. Tout est une nouvelle fois affaire d’argent et de pouvoir et chacun se donne tous les moyens pour flatter ses intérêts personnels. Ainsi, les différents protagonistes usent de leurs influences pour faire fléchir l’autre et cela jusqu’au drame. Et le drame entraînant d’autres drames, le rapport de force est continuellement bouleversé.

    Ce deuxième volume est un peu moins violent et la corruption se manifeste beaucoup plus par le dialogue dans les bureaux que par la force dans la rue. J’ai pris autant de plaisir à suivre ces nouvelles manigances plus politiques. Comme dans une série (ou je sais, j’insiste !), j’avais hâte de connaître le déroulement et je me suis attaché à tous ces personnages, qui peuvent aussi bien être diaboliques qu’attendrissants.
    Giancarlo De Cataldo et Carlo Bonini ont su, cette fois encore, recréer une fiction addictive sur un milieu qui me fascine. Mais quand j’assemble ces romans sur la mafia italienne avec celui d’Olivier Norek sur nos quartiers français et celui de Roberto Saviano sur le trafic de cocaïne dans le monde, sachant que tous sont basés sur des faits réels, je me fais un petit de soucis quant à tout ce qui se passe autour de nous !

    http://leslivresdek79.com/2016/09/11/263-giancarlo-de-cataldo-carlo-bonini-rome-brule/

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.