Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Vices - Gipsy Paladini

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

" Fais tout de même attention. C’est quand on baisse la garde que les chiens attaquent. "
Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice est un concept. Suicides, harcèlements, disparitions, viols... Et comme si la cruauté du monde ne suffisait pas, Marie doit au plus vite se faire une place au sein d’une équipe de flics à vif.
Qui est l’homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D’où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Voilà autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien...

Vos #AvisPolar

  • Leroy Delphine 4 septembre 2018
    Vices - Gipsy Paladini

    Tout d’abord, je fus surprise de voir que le roman n’était pas une histoire à part entière mais un début de série. Dans ce livre, nous avons deux enquêtes de la BJV (Brigade des Jeunes Victimes) dans une métropole inconnue.
    Deux enquêtes très sombres, glauques par moment, mais efficaces.

    Je ne vous parlerai pas de la substance de ces deux enquêtes, je vous laisse le soin de les découvrir, histoire de ne pas manquer le côté percutant des intrigues mais aussi de la plume de Gipsy Paladini.

    Les membres de la BJV sont des écorchés vifs pour la plupart... soit par la vie, soit par leur profession. Ils sont confrontés à des enquêtes très dures mêlant des enfants, souvent, privés de leur innocence, bien trop tôt dans des quartiers à risques...

    J’ai aimé la fluidité des enquêtes qui se suivent comme une série télé, les personnages forts, les enquêtes percutantes et glaçantes. La playlist est démente, je me suis fait plaisir à écouter les morceaux pendant ma lecture pour une immersion totale. J’ai dévoré le livre en moins d’une journée, autant vous dire que la plume de l’auteure est addictive...

    J’ai un petit bémol quand même mais qui devrait se régler dès que la suite sortira... J’ai eu l’impression de débarquer dans une série déjà commencée... Bon, je me suis dit que Marie, le personnage principal, débarquait dans la brigade et que c’était normal... Mais beaucoup de zones d’ombres sur elle aussi donc on ne peut pas vraiment lire le livre de son point de vue non plus... Certains éléments arrivent par bribes et s’imbriquent dans le puzzle final... Les questions du résumé ne trouvent qu’en partie leurs réponses dans ce livre et la fin laisse augurer une suite mais frustration quand tu nous tiens ...^^

    Une très bonne lecture au niveau des enquêtes : rien à redire, c’est glaçant à souhait mais un flou au niveau des personnages qui perdure à la fin de la lecture et qui provoque, pour ma part, une frustration. Vivement la suite en tout cas car il ne faut pas me laisser comme ça, hein...^^

  • Sangpages 25 septembre 2018
    Vices - Gipsy Paladini

    Un livre qui se décline en deux parties. Deux histoires pour la même brigade. La BJV, Brigade des jeunes victimes. Une équipe avec ses histoires, ses alliés et ses presque ennemis. Ceux dont il faut se méfier.
    Un petit air de "Polisse" de Maïwenn. Un grand air de Paladini !
    J’avais déjà été happée par les précédents écrits de Gipsy : Sang pour sang et J’entends le bruit des ailes qui tombent mais alors là...Putain le truc ! (Me voilà à nouveau dans les gros mots mais parfois ça ne peut pas se dire autrement !)
    Vices c’est deux histoires aussi terrible, aussi dramatique l’une que l’autre : Trois petits singes et Zabulu.
    Vices c’est des personnages fabuleusement travaillés. Attachants et excellents : Marie, petite jeunette qui débarque de sa campagne, fan d’Eastwood. Zolan le ténébreux au grand cœur. Bia, fan de pop culture asiatique, experte en informatique. Amir, pour qui tout est bon à faire la fête. Marcus et Sophie la jalouse maladive.
    Chaque personnage poursuit ses propres démons et tente d’évoluer et de les chasser. Ils cheminent chacun à leur manière sur les voies de la vérité.
    Une première histoire, une première affaire pour Marie : la pendaison d’Amélie. Une histoire qui pourrait être celle de n’importe qui. La vôtre...
    La cruauté à l’état brut cachée sous une pseudo jeunesse qui n’est pas supposée comprendre. Une jeunesse déchue par les réseaux sociaux.
    J’ai trouvé là plus de haine, plus de violence dans ce récit presque quotidien, devenu presque banal que dans certains récits de tueur en série... Certaines scènes m’ont bouleversée et m’ont clairement foutu les frissons.
    Laissée pantelante comme après une grosse soirée, un matin d’hier après cette première histoire. Ce n’était pourtant que le début...
    On part pour une deuxième affaire : Djibril, 16 ans a disparu, une femme africaine est brûlée vive après avoir été rouée de coups.
    On plonge cette fois-ci dans les cités avec tout ce qu’elles peuvent apporter. La misère au quotidien dans toute sa splendeur ne générant pas grand choses d’autres que le vice sous toutes ses formes. Un univers à part, un autre monde...quoique...vos voisins, les gens juste là-bas...Le tout baigné par les croyances africaines, leurs rituels et leurs habitudes.
    Aucun temps mort. Magistral de bout en bout. Des émotions, des sentiments à la pelle...non au tractopelle. Un livre d’une réalité crue et sans faux semblant.
    La violence, Gipsy la décrit avec un réalisme puissant qui vous laissera sur le carreau !
    Et sa plume ? Que vous dire de sa plume ?
    Une poétesse du noir. Le noir foncé, le noir obscure...pas le noir clair !
    Acérée, piquante, à vous transpercer les mirettes...
    Allez je vous avoue mais chut ne le dites pas plus loin...C’est la deuxième fois après celui de Norek que j’ai lu un livre avec la boule dans la gorge et les larmes au bord des yeux. Faut que ça cesse !
    Bon, c’est pas tout ! Alors ? A quand la suite de la brigade des jeunes victimes ?

  • universpolars 24 novembre 2018
    Vices - Gipsy Paladini

    Gipsy Paladini nous sert ici un concept original et audacieux : nous aurons entre les mains l’équivalent de deux séries, donc deux histoires bien glauques et noires. Deux épisodes - oui comme à la TV ! -, avec des personnages « forts » et bien présents - dans ma tête pour encore longtemps.

    Les histoires sont indépendantes, mais les mêmes personnages vivent à plein régime du début jusqu’à la fin...

    L’intro, classique, fait froid dans le dos. Dès les premières pages, le lecteur saura déjà qu’il va être confronté aux fissures qui apparaissent à force de s’acharner sur l’innocence.

    En parlant d’innocence, nous allons rencontrer Marie. Pas qu’elle soit innocente, non, peut-être insouciante, mais elle œuvre au sein de la Brigade des Jeunes Victimes (BJV) qui traite de la violence liée aux enfants ou jeunes adultes. La violence dans tous ses états.

    Marie est chimérique, une idéaliste qui rêve de justice. Mais la réalité lui permettra-t-elle d’assouvir son besoin de protéger les plus faibles ? La jeune lieutenante va en avoir le cœur net en débarquant dans cette brigade et en étant confrontée, peut-être, par la même occasion, aux joies de la désillusion.

    Ce personnage est épatant : fragile et fort à la fois. Un rapace dans un corps de moineau qui chante comme un corbeau. Lorsqu’elle s’adresse à vous, le sol se rapproche tellement vite que vous finissez le cul parterre sans avoir eu le temps d’ouvrir la bouche. La pertinence de ses mots est deux fois plus efficace qu’un haussement de voix.

    Mais son côté fragile, additionné à son inexpérience, remontera parfois à la surface. Normal, c’est assez humain !

    L’auteur nous emmènera au sein de cette brigade aux affaires sensibles, difficiles, qui ne font de loin pas la « Une » des journaux. Peut-être juste la place à de malheureux faits divers. Et pourtant... Comme le dit si bien « Tala », le chef de cette unité, il faut traiter le problème à la base. Et la base c’est quoi ? C’est le ou la jeune qu’on peut encore éventuellement récupérer.

    La perte d’innocence peut se déclencher chez une personne qui deviendra alors une victime, mais c’est également valable pour un agresseur, ce phénomène pouvant également amener une personne à une puissante agressivité.

    Finalement, je crois qu’on peut prétendre qu’une victime peut être un bourreau, et un bourreau une victime. Tout est relatif, tout est bien compliqué.

    La première affaire qui nous occupera permettra effectivement aux flics de la brigade de « récupérer une jeune fille à la base » : une gamine de 15 ans est retrouvée pendue dans sa chambre.

    Mises à l’écart, chantages, moqueries, humiliations publiques, harcèlements, on ne peut pas mieux trouver comme activités pour aboutir à un suicide. Gipsy Paladini appuie là où ça fait vraiment très mal et brise tous les garde-fous pour nous parler, sans détour, de la souffrance qui peut s’engouffrer au plus profond d’un être fragile et sans défense. Les jeunes face aux jeunes : une confrontation disproportionnée, injuste, inhumaine, immorale, dont les règles sont inexistantes.

    Ce premier dénouement - vous aurez la chance d’en avoir deux - est dramatique, d’une grande tristesse, car la violence est pure et malsaine. Une violence un peu particulière, qui vient du plus profond d’une âme dévastée.

    Ce récit est sombre, nerveux. Les personnages sont atypiques, également nerveux. L’ambiance est plombante, lourde - lourde de sens ? - mais paradoxalement elle est aussi d’une incroyable vivacité.

    L’auteure, par ses personnages dotés d’une forte personnalité, énergiques, nous sert des interactions et des échanges d’une magnifique subtilité. Bien des personnes dans cette histoire seront « cassées » par la franchise et le franc-parler ! Ça fait du bien, croyez-moi.

    À contrario, nous nous rendons compte que nous avons aussi à faire à des personnages qui ont un vécu - évidemment ! -, un passé qui fait parfois encore souffrir, qui les empêche de s’épanouir, des antécédents qui les rattrapent et qui les frappent dans les jambes pour les déstabiliser, voire les déséquilibrer. Des personnages comme la lieutenante Marie Lafontaine ou son coéquipier Zolan. Mais encore peut-être d’autres.

    Dans le second épisode, nous allons changer de registre, toujours avec les mêmes personnages que nous connaissons à présent bien, les présentations ayant été faites en bonne et due forme. Quoi que...

    C’est dans une cité déglinguée, occupée majoritairement par des ressortissants arabes ou africains, que nous allons trouver une autre sorte de violence. Tournantes dans les caves, corps carbonisé dans un appartement : la vie de cité est loin de ressembler à un long fleuve tranquille. L’auteur nous plongera dans cette ambiance de zone de non droit, ou plutôt dans laquelle on se donne tous les droits, d’une manière assez brutale.

    L’Afrique sera au centre de cette violence. Gipsy Paladini pointe cette fois sa plume vers la violence liée au manque d’éducation, aux croyances ancestrales ou à la peur, pour nous écrire, ou plutôt décrire le résultat plus qu’alarmant que peuvent engendrer ces aspects qui nous paraissent totalement inimaginables.

    Mis à part cette nouvelle enquête en terrain miné, nous allons faire de plus amples connaissances avec les personnages que nous côtoyons depuis le début. C’est à ce niveau-là que l’auteur me tiendra fermement en haleine.

    Et comme toute bonne série, ce livre se termine sur une continuité... Les personnages ont encore mille choses à nous dévoiler, mais encore faut-il gagner leur confiance absolue ! Oui, car ce que nous devons encore découvrir, ce sont les causes des profondes entailles qui défigurent chaque personnage.

    Je vous invite également à écouter la bande son que nous propose l’auteure au début et la fin de chaque série. C’est prenant, puissant et absorbant.

    Bonne lecture et bonne écoute.

  • Lectures noires pour nuits blanches 6 mars 2019
    Vices - Gipsy Paladini

    Vices est un concept original auquel j’ai rapidement adhéré. C’est une série littéraire dont ce livre comporte les deux premiers épisodes. Très proche d’une série télévisée, nous avons droit au générique musical avec la playlist, les jours qui défilent sur les pages comme à l’écran, une plume très visuelle et un rythme effréné. Pas de doute, on s’y croit. J’ai englouti le roman aussi vite que les épisodes de ma série préférée.

    Nous allons suivre la Brigade des jeunes victimes, spécialisée dans les crimes visant des mineurs et jeunes adultes. Ca annonce d’emblée la couleur, quand des enfants sont impliqués c’est toujours plus dur.

    Les thèmes de ces deux premiers épisodes sont le harcèlement scolaire et les dangers des réseaux sociaux pour le premier et les croyances et superstitions africaines pour le second. Des sujets éloquents, empreints de réalisme et d’authenticité, ça secoue, ça prend aux tripes.

    Un beau programme que Gipsy Paladini va nous servir avec brio avec sa plume acérée et percutante. Elle ne fait pas dans la dentelle Gipsy, bienvenue dans son univers de noirceur, ici pas de nuances, noir c’est noir !

    Les personnages eux sont hauts en couleur, très fouillés. Des personnalités hétéroclites, des écorchés vifs, apportant chacun sa pierre à l’édifice. Tantôt forts, tantôt faibles, touchants et agaçants, faisant preuve d’humour ou de cynisme. Tous gardent en eux des blessures et une part de mystère et l’auteure nous distille des petites bribes de leurs histoires par-ci par-là. Des secrets qui seront un peu le fil conducteur de tous les épisodes. Je sais pas vous, mais moi je suis très curieuse de les découvrir.

    Je suis plus que conquise par ce roman, la construction, l’écriture aiguisée, le rythme dynamique, l’univers de la série. J’ai beaucoup aimé le premier épisode et adoré le second. Ca monte en puissance, ça promet !
    Le troisième épisode est déjà disponible et le quatrième sort très prochainement. Il me les faut, je les veux tous !!!

    Laissez-vous tenter par ce livre et l’univers sombre et fascinant de Gipsy Paladini, vous ne serez pas déçus. Je vous le recommande vivement.

  • Lecturesetgourmandises 28 avril 2019
    Vices - Gipsy Paladini

    Je commençais à m’ennuyer un petit peu dans mes lectures, non pas qu’elles étaient mauvaises, mais parce que je n’avais pas eu ma dose de frissons, vous savez cette frénésie qui vous fait enchaîner les pages jusqu’à en avoir les yeux qui brûlent.

    Cette envie de dévorer le livre, de l’absorber en entier, je l’ai de nouveau ressentie avec « Vices » et ce fut un réel soulagement.

    J’ai totalement adhéré à l’univers de Gipsy Paladini : sombre, cruel, diabolique même.

    En me lançant dans « Vices », j’ai décidé de jouer le jeu à fond, raison pour laquelle j’ai écouté les musiques auxquelles l’auteure fait référence dans la préface. Cette bande son m’a permis de m’imprégner de l’ambiance et en lisant les dernières pages j’avais encore en tête les paroles de « Coming Down », chanson percutante et saisissante.

    Ce livre se présente d’une manière assez différente des romans que j’ai l’habitude de lire : nous sommes ici face à une série littéraire dont « Vices » contient les deux premiers épisodes qui peuvent être lu séparément puisqu’il s’agit de deux histoires ayant leur propre intrigue.

    On retrouve néanmoins les flics de la Brigade des Jeunes Victimes dans les deux enquêtes qui se succèdent à quelques jours d’intervalle.

    « Vices » résume à lui seul l’univers créé par l’auteure : des enquêtes difficiles car elles abordent des sujets tragiques sans langue de bois, des descriptions éprouvantes et pourtant nécessaires, et des personnages meurtris cachant chacun une part de mystère.

    Ce roman est véritablement mon premier coup de coeur de l’année 2018 !

  • Encore Un Livre 19 juillet 2019
    Vices - Gipsy Paladini

    Je n’avais jamais encore lu Gipsy Paladini..Mais quelle erreur, je ne l’explique pas. On m’a parlé de Vices comme un nouveau genre, celui qui allait m’en faire oublier d’autres...la curiosité et moi ça ne fait qu’un ...alors j’ai lu Vices...
    Au risque de répéter ce que j’ ai lu dans d’autres chroniques, je suis terriblement addict à Engrenages, c’est une série intense et évènementiel comme il manque cruellement dans le paysage télévisuel... mais pourquoi je parle de série ?
    Parce que Vices est construit comme une série, découpé en 2 épisodes ... "Trois petits singes" et "Zabulu", 2 histoires qui vont vous confronter à une réalité sans filtres, et zéro surenchère.
    Je suis sortie de mes lectures habituelles, depuis un moment j’avais l’impression de tourner un peu en rond, toujours la même trame, les mêmes ficelles et ...le même dénouement !
    Je ne vais pas vous mentir j’ai cherché la faille...mais je n’en ai pas trouvé...Gipsy m’a bel et bien sortie de ma zone de confort, j’ai retrouvé un intérêt particulier à cet univers brut, et sombre qui dépeint les noirceurs de certaines âmes.
    C’est une fiction...mais en aucun cas superficielle.
    Ma préférence va pour la première enquête du BJV, où on fait la connaissance de cette équipe avec la mort d’ Amélie une adolescente qui s’est privée de la vie..on tourne autour du harcèlement scolaire et les dérives que cela engendre.
    On sent la volonté de transmettre, de nous montrer ce qui se passe ailleurs... On ne se sent pas concernés par ce qui ne se voit pas, mais n’est ce pas pour autant que cela n’existe pas, n’est ce pas ?
    Vices bouscule les codes, il arrive et remet tout à plat, c’est intelligent, avec des thématiques profondes...et une sensibilité d’ écorché vif qui m’a séduite

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.