Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ce qui reste de candeur - Thierry Brun

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Thomas Boral était l’homme de main de Franck Miller, un individu véreux en cavale suite à de nombreuses malversations. Il est aussi le témoin capital à son procès qui doit avoir lieu prochainement. Ayant fait main basse sur l’argent amassé par Miller, Boral est devenu un repenti pour sauver sa peau et échapper à une vengeance inéluctable. En attendant le procès, il est protégé par les autorités, mis à l’abri, reclus, au pied de la montagne Noire. Mais pour combien de temps ? Dans cette région on dit que le vent rend fou et que les gouffres attirent et ne rendent jamais les imprudents tombés dans leurs entrailles. Et plus dangereuses que le tueur lancé à ses trousses, il y a là des rancœurs accumulées... D’ailleurs on dit aussi de Delphine qu’elle est si belle que les hommes pourraient tuer pour elle...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • L’atelier de Litote 16 mars 2020
    Ce qui reste de candeur - Thierry Brun

    Un personnage central autour duquel tout semble tourner. Thomas Boral est un sale type, qui aimerait bien laisser son passé d’homme de main derrière lui. C’est sans compter la haine que son ex-employeur et toute son organisation lui porte alors qu’il les a trahis pour sauver sa peau. Il est sous protection policière car il doit témoigner dans le procès à venir. Cette période d’attente qui voit monter en lui toutes les névroses imaginables n’est pas de tout repos. Une écriture acérée pour nous faire plonger dans le destin de cet homme, sans sa solitude, voulue et subie. On pourrait presque parler d’un polar rural puisque toute l’intrigue se passe dans un lieu isolé, une planque non loin de Mazamet. Mais il y a malgré tout des voisins et quels voisins ou plutôt quelle voisine ! J’ai adoré suivre les mésaventures de Boral, un peu comme si toutes les malédictions s’abattaient sur lui. Pour un homme qui veut se fondre dans le paysage, côté discrétion, on repassera. La région de la Montagne Noire prend une belle place dans ce roman. L’auteur n’est pas avare de descriptions autant de la météo et des déluges qui s’abattent sur le pauvre monde que de la géographie qui offre de belles lignes quasi poétiques. Un livre court qui se lit d’une seule traite tant on a envie de savoir ce qui va arriver à notre personnage principal. Un récit où se mêle les désordres de mère nature et la vie des hommes, leurs souffrances et leurs violences. Et puis il y a Delphine qui dès le départ apparaît comme le grain de sable qui empêchera la machine de tourner et on n’est qu’au début de nos surprises avec elle. Un roman fort qui pourrait bien vous plaire autant qu’à moi. Bonne lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.