Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Dernière fenêtre sur l’aurore - David Coulon

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

La brigade des mineurs l’a usé. Les morts de sa femme et de sa fille l’ont détruit. A à peine 35 ans, Bernard Longbey n’est plus que l’ombre de lui-même. L’abîme s’ouvre un peu plus sous ses pas quand il se retrouve à enquêter sur l’assassinat d’une jeune étudiante. La connaissait-il ? Et pourquoi un détective privé est chargé de le surveiller, lui ? Tout est en place. L’enfer peut se déchaîner.

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 17 février 2020
    Dernière fenêtre sur l’aurore - David Coulon

    Avec ce premier roman , David Coulon nous réserve un remuage de tripes garanti en noirceur pur jus .
    Il nous embarque pour un voyage sans retour dans la folie des hommes , des hommes fous d’amour , prêts à tout, prêts à tuer pour que ce sentiment reste intact et ne soit jamais travesti.
    Un amour à mort .

    A l’origine il y a ce meurtre sordide d’une jeune étudiante de 18 ans , Aurore Boischel , égorgée. Deux flics sont sur le coup : Patrick Bellec , le beau gosse de service , coureur de jupons que sa femme a quitté a force d’être trompée et Bernard Longbey , trente cinq ans , mais qui en parait dix de plus , usé psychologiquement par son travail - il travaille à la brigade des mineurs où il reçoit chaque jour les témoignages les plus répugnants les uns que les autres de filles ou de garçons , ayant été abusés par un proche , le plus souvent par un parent . A l’aide de son petit dictaphone il les écoutent et les enregistrent , pour ne jamais oublier . Mais cette accumulation a fini par désarçonner le mental du flic dont les digues qui le protègent de la folie lâchent l’une après l’autre . Une rupture irrémédiable comme avec celle de sa femme Virginie , qui a quitté Longbey avec sa fille Sara pour rejoindre l’homme qu’elle aime . C’en est trop pour Bernard Longbey dont l’âme comme le coeur ont perdu définitivement leurs derniers repères , dernières bornes dépassées avant que l’enfer s’installe et laisse libre à son imagination destructrice .

    On se dit que l’on a atteint le summum de l’horreur humaine mais avec David Coulon on en découvre toujours de nouvelles .
    Avec « Dernière fenêtre sur l’aurore » on découvre la patte de l’auteur qui nous fait pénétrer à chaque roman dans des univers de noirceur insoupçonnés mais pourtant présents dans quelques cerveaux qu’une part d’humanité a déserté .
    Un style extrêmement efficace . Des personnages à la personnalité complexe et torturée que l’on suit à la trace jusque dans leurs têtes . Comme ici ce flic ,Bernard Longbey , un type qui a lâché prise avec la réalité , une réalité qu’il ne supporte plus . Alors quitte à mener le mauvais combat , de la mauvaise manière il a décidé d’aller jusqu’au bout quelles que soient les conséquences .
    Le lecteur n’est pas là pour juger , il est le témoin privilégié des actes de cet homme sur lequel le destin s’est acharné et qui s’est laissé dépasser par ses sentiments , là où un certain recul aurait du être nécessaire . Mais comment rester inactif face à tant d’injustice , face à tant d’innocentes victimes à la merci de leurs géniteurs , qui « bandaient pour leurs propres mômes »
    Un roman captivant de la première à dernière ligne , un témoignage dur mais nécessaire par les temps qui courent .

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.