Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

En collaboration - Émile Brami

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Joseph Laborieux, policier rayé des cadres à la Libération pour intelligence avec l’ennemi, a une obsession : démasquer le tueur en série qui, depuis 1926, abandonne des cadavres de femmes vidées de leur sang. Le dernier de ces meurtres se produit en 1945 à Sigmaringen, où il a suivi les collabos français dans leur fuite. L’étau se resserre sur le coupable... mais les troupes alliées s’approchent. Le premier polar d’Émile Brami.

Enquête à Sigmaringen Aujourd’hui, mercredi 3 juillet 1946, j’ai été condamné à mort. " Ainsi commence la confession de Joseph Laborieux, ex-officier de police judiciaire, rayé des cadres en novembre 1944 pour n’avoir pas eu l’intelligence de jouer double jeu sous l’Occupation. Comme son collègue Verjus, Laborieux a pourchassé les juifs, les rouges et les " terroristes apatrides " du groupe Manouchian. Mais ce flic irréprochable n’avait en réalité qu’une idée en tête : démasquer le tueur en série qui, depuis 1926, dépose sur les quais de Paris les cadavres de très jeunes femmes vidées de leur sang. Le dernier de ces assassinats s’est produit en mars 1944, sous le Pont-Neuf. Et toujours aucune piste... Cinq mois plus tard, Laborieux n’a eu que le temps d’emporter les clichés de ses " Ophélie " dans sa fuite jusqu’à Sigmaringen, où la fine fleur des collabos continue d’espérer la victoire nazie. Et c’est là, un matin de février 1945, qu’une nouvelle victime est retrouvée sur une crique du Danube... Le coupable se trouve donc parmi les quelques centaines d’individus de l’enclave française. L’avancée des Alliés laissera-t-elle à Laborieux le temps de boucler cette enquête devenue son unique raison d’être et, qui sait, sa seule chance de rédemption ? Sur les traces d’un enquêteur buté et d’un tueur obstiné, Émile Brami entraîne le lecteur dans les recoins les plus sombres de " Sig ", dernier carré des ultras de la Collaboration.

Vos #AvisPolar

  • 1001histoires 14 mars 2020
    En collaboration - Émile Brami

    En collaboration : il y a eu deux débâcles en France durant la Seconde Guerre mondiale, celle de juin 1940 et celle d’août 1944 qui voit l’armée allemande se replier devant les troupes alliées. C’est au tour de ceux qui ont collaboré avec le nazisme de connaître l’exode. Je connaissais peu cet épisode. J’attendais beaucoup de la lecture de ce roman et je n’ai pas été déçu. J’ai été littéralement transporté pour vivre la fin d’un épisode noir de notre Histoire, un peu occulté par l’euphorie de la Libération.

    Émile Brami offre au lecteur un exceptionnel récit historique, reposant sur une documentation rigoureuse. Août 1944, la Libération de Paris approche, inéluctablement. La fuite vers l’Allemagne est la seule issue pour ceux qui ont collaboré. Nancy puis l’Allemagne à Baden-Baden, Neustadt an der Weinstrasse et c’est finalement Sigmaringen qui devient par la volonté de Hitler une enclave française au sein du Reich. Sigmaringen et sa colonie de collabos avec un pseudo gouvernement français héritier de Vichy. Pétain, Laval, Darnand et la Milice, Marcel Déat, Jacques Doriot du PPF et bien d’autres politiciens fantoches sont mis en scène de façon réaliste. Émile Brami se révèle un conteur hors pair, toujours passionnant et abordable à travers le regard du narrateur, un personnage fictif, français ordinaire qui a vécu l’occupation à Paris sans trop réfléchir aux conséquences de ses actes et dont la présence à Sigmaringen tient un peu du hasard. Les artisans de la collaboration intellectuelle sont aussi à Sigmaringen, parmi eux Louis-Ferdinand Céline, redevenu Docteur Destouches. Émile Brami est par ailleurs l’auteur d’une biographie de Céline qu’il nous présente ici dans toute sa complexité.

    Sigmaringen et son château des Hohenzollern comme cadre d’une fin pathétique qui pourrait être ridicule si sans cesse la réalité ne ramenait le lecteur à la tragédie. Ce subtil et habile mélange structure le récit historique de l’auteur.

    Dans son roman Émile Brami dresse aussi le portrait particulièrement fouillé de Joseph Laborieux, personnage fictif. C’est le narrateur, orphelin timide, solitaire et renfermé qui à mon avis s’est laissé entrainé durant l’occupation. Joseph est énigmatique, presque inquiétant, parfois attachant, certainement influençable mais fidèle à sa parole. Il n’a pas vu la fin arriver et il a négligé le petit détail qui lui aurait permis comme tant d’autres d’être blanchi ou de se faire oublier. D’une manière général dans ce roman, tous les portraits dressés par l’auteur sont justes grâce à un vocabulaire riche, précis et évocateur.

    Ce récit est aussi un polar car Joseph Laborieux est policier. Mais sa carrière est banale. C’est peut-être le fait d’être obéissant et disponible qui l’a fait déraper pendant l’occupation. Le dimanche 7 mars 1926, sa vie a basculé suite à la découverte du cadavre d’une très jeune femme d’une quinzaine d’années abandonnée au bord de l’eau, vidée de son sang, enveloppée dans une longue robe de lin blanc. Près d’elle, un message évoquant Hamlet et citant des vers de Rimbaud. Par la suite, chaque année presqu’à la même époque un crime identique est commis et un cadavre avec la même mise en scène évoque Ophélie du tableau de Millais. Chaque année, une nouvelle Ophélie. Et cela devient l’obsession de Joseph Laborieux. Il suit toutes les pistes qui s’offrent à lui. Toutes sont des impasses. Et chaque année, une nouvelle Ophélie, y compris à Sigmaringen en 1945 au bord du Danube. Inlassablement Laborieux poursuit ce qui est devenu une quête plus qu’une enquête. Et chaque année, une nouvelle Ophélie, jusqu’en 1957. Joseph Laborieux est bien sûr toujours là, pour ses Ophélie. Le face-à-face final avec le coupable est d’une intensité psychologique efficace et le titre "En collaboration" prend alors tout son sens.

    Merci aux Éditions Écriture

    Découvrir l’Histoire en lisant

  • 1001histoires 14 mars 2020
    En collaboration - Émile Brami

    En collaboration : il y a eu deux débâcles en France durant la Seconde Guerre mondiale, celle de juin 1940 et celle d’août 1944 qui voit l’armée allemande se replier devant les troupes alliées. C’est au tour de ceux qui ont collaboré avec le nazisme de connaître l’exode. Je connaissais peu cet épisode. J’attendais beaucoup de la lecture de ce roman et je n’ai pas été déçu. J’ai été littéralement transporté pour vivre la fin d’un épisode noir de notre Histoire, un peu occulté par l’euphorie de la Libération.

    Émile Brami offre au lecteur un exceptionnel récit historique, reposant sur une documentation rigoureuse. Août 1944, la Libération de Paris approche, inéluctablement. La fuite vers l’Allemagne est la seule issue pour ceux qui ont collaboré. Nancy puis l’Allemagne à Baden-Baden, Neustadt an der Weinstrasse et c’est finalement Sigmaringen qui devient par la volonté de Hitler une enclave française au sein du Reich. Sigmaringen et sa colonie de collabos avec un pseudo gouvernement français héritier de Vichy. Pétain, Laval, Darnand et la Milice, Marcel Déat, Jacques Doriot du PPF et bien d’autres politiciens fantoches sont mis en scène de façon réaliste. Émile Brami se révèle un conteur hors pair, toujours passionnant et abordable à travers le regard du narrateur, un personnage fictif, français ordinaire qui a vécu l’occupation à Paris sans trop réfléchir aux conséquences de ses actes et dont la présence à Sigmaringen tient un peu du hasard. Les artisans de la collaboration intellectuelle sont aussi à Sigmaringen, parmi eux Louis-Ferdinand Céline, redevenu Docteur Destouches. Émile Brami est par ailleurs l’auteur d’une biographie de Céline qu’il nous présente ici dans toute sa complexité.

    Sigmaringen et son château des Hohenzollern comme cadre d’une fin pathétique qui pourrait être ridicule si sans cesse la réalité ne ramenait le lecteur à la tragédie. Ce subtil et habile mélange structure le récit historique de l’auteur.

    Dans son roman Émile Brami dresse aussi le portrait particulièrement fouillé de Joseph Laborieux, personnage fictif. C’est le narrateur, orphelin timide, solitaire et renfermé qui à mon avis s’est laissé entrainé durant l’occupation. Joseph est énigmatique, presque inquiétant, parfois attachant, certainement influençable mais fidèle à sa parole. Il n’a pas vu la fin arriver et il a négligé le petit détail qui lui aurait permis comme tant d’autres d’être blanchi ou de se faire oublier. D’une manière général dans ce roman, tous les portraits dressés par l’auteur sont justes grâce à un vocabulaire riche, précis et évocateur.

    Ce récit est aussi un polar car Joseph Laborieux est policier. Mais sa carrière est banale. C’est peut-être le fait d’être obéissant et disponible qui l’a fait déraper pendant l’occupation. Le dimanche 7 mars 1926, sa vie a basculé suite à la découverte du cadavre d’une très jeune femme d’une quinzaine d’années abandonnée au bord de l’eau, vidée de son sang, enveloppée dans une longue robe de lin blanc. Près d’elle, un message évoquant Hamlet et citant des vers de Rimbaud. Par la suite, chaque année presqu’à la même époque un crime identique est commis et un cadavre avec la même mise en scène évoque Ophélie du tableau de Millais. Chaque année, une nouvelle Ophélie. Et cela devient l’obsession de Joseph Laborieux. Il suit toutes les pistes qui s’offrent à lui. Toutes sont des impasses. Et chaque année, une nouvelle Ophélie, y compris à Sigmaringen en 1945 au bord du Danube. Inlassablement Laborieux poursuit ce qui est devenu une quête plus qu’une enquête. Et chaque année, une nouvelle Ophélie, jusqu’en 1957. Joseph Laborieux est bien sûr toujours là, pour ses Ophélie. Le face-à-face final avec le coupable est d’une intensité psychologique efficace et le titre "En collaboration" prend alors tout son sens.

    Merci aux Éditions Écriture

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.