Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Outsider - Stephen King

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • loeilnoir 28 février 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Me voici de nouveau face à un roman de Stephen King comme un enfant devant un sapin de Noël… regorgeant de cadeaux d’un genre bien particulier… On y trouve de multiples abominations (on sait d’avance que Stephen King va nous emmener là où nous n’avons pas envie d’aller… et pourtant on y va quand même, et avec plaisir…), des terreurs insaisissables diaboliquement orchestrées et distillées de façon insidieuse et efficace… Mais ce n’est pas tout : voilà qu’entre deux cadeaux empoisonnés (l’un contenant les tortures infligés à un jeune garçon et l’autre les hallucinations traumatisantes d’un flic alcoolique atteint d’un cancer fulgurant, par exemple), quelques surprises de taille sauront rapidement convaincre le lecteur de la valeur de ce roman.

    L’Outsider est construit comme un bon polar, dans la lignée de Mr Mercedes, Carnets noirs et Fin de Ronde. On y trouve à bien des égards des similitudes avec CA et Docteur Sleep, qui raviront les fans. A propos de ces fameuses surprises que l’on découvrira au fur et à mesure de la lecture , Stephen King devient coutumier des références à ses propres livres, élargissant l‘univers partagé, dont il est le Dieu créateur. Une règle en écriture : quand on ouvre une porte, on la referme… Stephen King utilise cette règle à bon escient et cela tombe bien : son univers est empli de portes et de corridors qui ne demandent qu’à être ouvertes, refermées et arpentés… Jouissif, je vous l’avoue pour un mordu du maître…

    L’histoire donc, commence ainsi : le corps de Franck Peterson, 11 ans est retrouvé violé et mutilé dans un parc de Flint City, Oklahoma. Plusieurs témoignages ainsi que des empreintes accablent Terry Maitland, professeur d’anglais, entraîneur du club de base-ball, et bon père de famille. L’inspecteur Ralph Anderson, dont Maitland a entraîné le fils, certain de sa culpabilité, l’arrête publiquement lors d’un match de base-ball. Maitland nie farouchement et fournit un alibi en béton : le jour du meurtre il assistait, à 100 kilomètres de là et accompagné de trois collègues, à la conférence d’un célèbre auteur de romans policiers…

    Howard Gold, avocat, aidé d’un détective privé parvient à prouver la présence de Maitland à la conférence, alors que les policiers trouve les traces ADN du suspect sur les lieux du crime. La situation est complexe, d’autant plus que l’hypothèse du jumeau est éliminée rapidement… Devenu paria dans sa propre ville, Maitland est emmené au tribunal où l’attend une foule déchaînée. La manoeuvre vire au drame : Terry Maitland est tué sous les yeux de sa femme par le frère aîné de Franck Peterson… Suite à ce fiasco, Ralph Anderson est placé en congés administratif, mais rongé par la culpabilité et atterré par ce problème insoluble, il poursuit l’enquête, aidé par Yunel Sablo, policier et de Howard Gold . Le trio sera rejoint par une invitée de marque (une très bonne surprise pour ma part), qui parviendra à convaincre ses comparses de la présence du surnaturel dans cette délicate affaire. Le fantastique apparaît donc dans la seconde moitié du livre, par des références à la légende hispanique d’El Cuco, le croquemitaine dévoreur d’enfants…

    De nombreux ingrédients sont donc présents pour faire de cette recette un succès du maître : les peurs ancestrales, le portrait de l’Amérique au travers d’une petite ville où tout le monde se connaît, les bons vieux tubes rock n’roll… Le pire de la race humaine opposé à des personnages très travaillés et emplis d’humanité auxquels on va forcément s’attacher… Difficile encore de refermer un livre comme celui-là…

  • LeahBookAddict 7 mars 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Prenant, haletant parfois lent mais sans jamais s’ennuyer !

    J’ai beaucoup aimé les personnages ainsi que l’intrigue il me tardait de découvrir les secrets de l’outsider.

    Vraiment un thème original et une lecture addictive !

  • Lisez.du.polar 8 mars 2020
    L’Outsider - Stephen King

    ⭐️ Vous en reprendrez bien un peu ? ⭐️

    Je n’avais pas relu King depuis mes 19 ans. Depuis le jour où, complètement terrorisée, je refermai les pages de Simetierre et ne regardai plus jamais les chats de la même manière. C’était il y a 10 ans (si, si, 10 ans, à peine… l’essentiel étant de s’en convaincre).

    L’outsider s’ouvre sur l’arrestation publique de Terry Maitland, le coach de l’équipe de baseball d’une petite ville puritaine de l’Oklahoma, l’un de ses membres les plus respectés, une institution. Et quand l’accusation de meurtre pédophile tombe, c’est toutes les valeurs de l’Amérique profonde qui vacillent.

    L’enquête, pour démontrer la culpabilité ou l’innocence de Terry, va s’étendre sur seulement 13 jours. Treize jours au côté de l’Inspecteur Ralph Anderson, treize jours à suivre avec minutie chaque indice, chaque élément venant étayer l’une ou l’autre des versions. Treize jours à lutter pour rejeter ce que mon esprit cartésien refuse de voir et d’accepter, tout comme celui d’Anderson.

    Stephen King nous entraîne alors, contraints et forcés, vers ce qu’on tente de repousser : l’irrationnel, le surnaturel, l’univers de nos terreurs infantiles. Pour les inconditionnels du King, le terrain est connu. Pour moi, il est aussi escarpé que celui de Mahingan Falls (😜), et pourtant je m’y suis accrochée intensément, totalement captivée.

    L’Outsider aura été pour moi un réel plaisir de lecture et l’occasion de renouer avec le Maître.

    Finalement, je crois que je vais relire Simetierre.

  • Cocomilady 9 mars 2020
    L’Outsider - Stephen King

    J’ai retrouvé le plaisir des anciens romans, mais en un peu moins gore.

    Quel plaisir de retrouver la plume de Stephen King, qui reste mon auteur favori, avec ce roman qui m’a fait penser à ses plus anciens, mes préférés !
    La couverture est superbe, avec une coloration dorée et argentée et un personnage en relief.

    Comme je vous le disais plus haut, ce qui m’a vraiment plu, c’est de retrouver la patte de l’auteur et les ingrédients qui ont fait le succès de ses titres les plus anciens : une intrigue avec des meurtres, de l’horreur, un récit basé dans la réalité, mais où le fantastique s’invite et nous fait vite perdre pied. On se demande alors si tout cela ne pourrait pas être possible.
    Mais j’ai tout de même un petit bémol à émettre : je trouve un peu dommage que Stephen King se soit assagi avec l’âge et que les scènes terrifiantes et macabres, les points de vue du tueur etc. ne soient plus aussi présents.
    Résultat : j’ai eu beaucoup moins peur en dépit d’une histoire passionnante et pleine de surprises, flûte ! ??

    Par contre l’intrigue est parfaite, le suspense total : le coach est-il coupable ou innocent alors qu’on a retrouvé ses empreintes digitales et son ADN sur la victime ? Il clame son innocence et a l’air sûr de lui. Les faits vont vite compliquer l’enquête qui se révélera beaucoup plus complexe qu’il n’y paraissait au premier regard, un vrai casse-tête pour les enquêteurs et le lecteur...

    J’ai adoré l’horreur que l’auteur sait manier à la perfection, la manipulation psychologique du lecteur pour qu’il perde pied et soit amené à se poser tout un tas de questions. C’est du grand art sous sa plume, tout comme la part de fantastique et ce côté malsain toujours contrebalancé par des personnages foncièrement bons. La plume de Stephen King a l’art de nous plonger dans une sorte de film dont nous sommes spectateurs, du moins dans notre tête. Et encore une fois, c’est ce qui s’est passé pour moi.
    J’en ressors de ma lecture absolument enchantée et j’ai hâte de lire son prochain roman ! Vivement !

    A lire de toute urgence !

    Cocomilady

  • Lecturesetgourmandises 20 avril 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Après avoir multiplié des lectures particulièrement agréables ces derniers temps, j’ai voulu découvrir le dernier roman de Stephen King qui me faisait envie depuis plusieurs mois. J’avais lu des critiques très positives et je voulais me faire mon propre avis.

    Je ne sais pas si c’est lié aux fêtes de fin d’année ou à la fatigue, mais le fait est qu’il m’a fallut quasiment 3 semaines pour en venir à bout. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire et un rien suffisait à me sortir de ma lecture.

    C’est donc avec quelques difficultés que je rédige cette chronique, d’une part parce que je n’ai pas été particulièrement séduite par ce roman, et d’autre part parce que, la lecture s’étant étalée, je n’ai plus tous les détails en tête.
    Une chose est sûre, on se pose beaucoup de questions durant le récit, et celle qui revient le plus souvent est de savoir comment Terry Maitland pourrait être innocent alors qu’une multitude de preuves le désignent comme coupable.

    L’histoire se déroule dans une petite ville sans histoire des Etats-Unis. Tout le monde se connaît et chacun semble vivre en harmonie, jusqu’à la découverte du corps sans vie d’un jeune garçon qui a été brutalisé. Un crime sordide, atroce, qui sera résolu très rapidement grâce à l’accumulation de preuves contre Terry Maitland, entraîneur de l’équipe de baseball.

    Pourtant, à mesure que les preuves s’accumulent, des témoignages et faits contradictoires viennent bousculer la certitude des policiers, notamment celle de l’inspecteur Ralph Anderson.

    J’ai commencé à vraiment apprécier ma lecture vers la moitié du roman, notamment avec l’apparition du personnage d’ Holly. À partir de ce moment, j’ai senti que l’intrigue prenait un nouveau souffle et surtout que l’enquête s’accélérait.

    C’est donc une lecture en demi-teinte qui s’achève, avec des passages assez intenses et d’autres malheureusement très plats.

    Bien sûr, je ne vous déconseille pas ce roman, c’est simplement que de mon côté , j’ai eu du mal à accrocher alors que, jusqu’à présent, j’ai toujours dévoré chaque Stephen King que j’ai pu lire.

  • Oryane 7 juillet 2020
    L’Outsider - Stephen King

    L’outsider de Stephen King, Albin Michel

    Résumé : Terry Maitland est le résident idéal des villes moyennes américaines. Entraîneur de l’équipe locale de baseball et bon père d’une famille unie, l’homme voit sa vie basculer lorsque la police locale l’arrête devant des centaines de spectateurs venus applaudir son match le plus important. Ce qu’on lui reproche ? D’avoir violé, mutilé et assassiné un garçon de 11 ans. Un cas apparemment facile pour le policier enquêteur Ralph Anderson : des témoins oculaires ont vu Maitland avec le garçon sur la scène de crime, qu’il a laissée souillée d’empreintes digitales et d’ADN. Mais il ya un problème avec ce scénario. Maitland n’était pas à Flint City au moment du crime, et son alibi se tient : par des empreintes ADN, par la télévision, par ses proches. En allant fouiller dans la mythologie mexicaine. Il est donc à la fois coupable et innocent. Pendant ce temps là, une détective privée, Holly Gibney, mène son enquête de son côté pour trouver cette réalité mais la vraie.

    Avis : L’outsider mélange du policier et du surnaturel pur et dur duquel Stephen King ne s’est jamais vraiment éloigné. J’ai été prise de soubresaut de moment douloureux, comment ce livre a pu
    jongler avec la vie, et les histoires de mythologie. J’ai été subjuguée par un livre qui me donnait à la fois envie de le jeter, et à la fois envie de le lire. Ce roman reste dans notre tête il s’y inscrit à coup de fait étourdissant. Je conseille ce livre si on veut chercher à se découvrir une partie de soit autre.

  • Claude 18 juillet 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Mon retour sur l’outsider de Stephen King. Cela faisait longtemps que je n’avais pas remis le nez dans un des livres du Maître et je n’ai pas été déçu. Stephen King à fait ce qu’il sait faire de mieux… du Stephen King et encore une fois, passé les premières lignes, j’ai été littéralement happé par le récit au point d’avaler, presque d’une traite, les 570 pages de ce thriller.
    Une fois n’est pas coutume tout débute avec l’arrestation de l’auteur d’un viol et meurtre, particulièrement horrible, commis sur un jeune garçon. ADN, empreintes digitales, procès-verbal des témoignages le désignant ; tout l’accuse. La charge est accablante et si l’enquête initiale, trop rapidement menée à mon goût, est somme toute classique, elle a pour mérite de nous plonger rapidement dans une ambiance polar. La suite vous donnera votre dose de suspense et de délicieux frissons. De ceux que nous recherchons et que Stephen King sait si bien nous donner. C’est du grand King avec, comme a son habitude, quelques clins d’œils en direction de ses romans. Au gré des pages vous discernerez des touches de Carrie, de Mr Mercedes, de Carnets noirs et j’ai du en louper. Je terminerais, sans spoiler (quel vilain mot), en citant, comme lui, Sherlock Holmes : « lorsque toutes les hypothèses raisonnables sont épuisées, force est de se diriger vers la dernière, aussi improbable soit-elle. »

  • Matildany 23 juillet 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Dans la ville de Flint City, un petit garçon est retrouvé sauvagement mutilé.
    Les éléments de preuves et les témoignages convergent vers une seule personne : Terry Maitland, un homme respecté de la communauté, professeur et entraîneur sportif côtoyant toute la jeunesse des environs. Ralph Anderson , policier en chargé de l’affaire, l’arrête. Mais Terry clame son innocence, et a un alibi : il était à des centaines de kilomètres de là et des témoignages le confirment. Peut-on être à deux endroits en même temps ?
    Un récit encore réussi de Stephen King, qui délaisse ici les romans foisonnants de personnages et les longues mises en place de l’action, pour nous plonger immédiatement dans une enquête, et y instiller peu à peu du surnaturel, comme dans sa trilogie de "Mr Mercedes". Les personnages sont à nouveau très réalistes et plein d’humanité, et on retrouve avec plaisir, en deuxième moitié du roman, Holly Gibney, une des protagonistes de ces récits.
    J’ai également visionné la série, qui ajoute ou transforme certains éléments, sans dénaturer le roman.

    Ma note :4,5/5

    https://instagram.com/danygillet

  • Marion Souch 7 octobre 2020
    L’Outsider - Stephen King

    L’enquête policière est bien ficelée et nous tient en haleine tout le long de ce pavé de 800 pages. Stephen King arrive même à nous faire croire à l’impossible, même si cet aspect surnaturel est pour moi de trop. On se croirait dans X-files

  • BulleDeLecture 4 novembre 2020
    L’Outsider - Stephen King

    Dans l’Outsider Stephen King mélange ce qu’il sait faire, le fantastique avec le réalisme. Et ça marche bien ! L’enquête est vraiment halletante et la première partie du roman se lit avec passion. Le thème abordé est très prenant et la pointe de mystère présente donne un côté abstrait qui ne choque pas. Si l’auteur était resté dans cette dynamique ça aurait été, à mes yeux, un livre juste parfait. Mais... Arrive la deuxième moitié du roman. Holly Gibney rentre en scène, et autant j’avait trouvé ce personnage incontournable dans la trilogie Mr Mercedes, là je me suis demandée pourquoi l’avoir fait apparaître dans l’Outisider. Je n’y ai pas compris la plus value que Stephen King a certainement pensée. A part nous faire quelques rappels sur la vie de Bill Hodges... et encore.

    Malgré tout l’écriture reste au top, le fond de l’histoire aussi et c’est ce que je retiens de ma lecture.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.