Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’écrivain public

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Missbook Missbook 30 mai 2019
    L’écrivain public

    Je remercie les éditions 10-18 et lecteurs.com pour l’envoi de ce roman.
    Reporter de guerre et auteur de romans policiers, l’Américain Dan Fesperman a couvert la plupart des conflits en Europe et au Moyen-Orient.
    Dans son dernier roman « L’écrivain public » publié aux éditions 10-18, dans la collection Grands Détectives en cette année 2019, Dan Fesperman exploite à merveille la noirceur des années 1940-1950, au cœur de New-York. Le style journalistique de l’auteur amène une réelle tension à son œuvre, par des phrases courtes et des dialogues à la répartie percutante. Si le format peut en effrayer certains, rassurez-vous, les quelques 500 pages se lisent de manière effrénée !
    Universitaire, il était prédit à un grand avenir, avant que le crack boursier de 1929 ne vienne détruire ses ambitions. Recalé au rang de simple flic, le jeune Woodrow Cain est appelé pour sa première intervention sur les bords de l’Hudson, où l’on vient de repêcher le corps d’un homme.
    Pour cette enquête, un mystérieux personnage va l’accompagner : un certain Dazinger…
    p. 13 : « Comme l’indique ma carte de visite, je vends du renseignement, quoique je sois plus connu comme traducteur et écrivain public. Je rédige toutes sortes de correspondances : lettres d’excuses, sollicitations, candidatures, demandes d’aide auprès de la municipalité, de l’Etat de New York, même de l’Etat fédéral, ainsi que des courriers justificatifs aux banques et créanciers. « 
    Mais de toute évidence Cain n’est pas le bienvenu dans son nouveau district, et on le lui fait savoir, au plus bas comme au plus haut de la hiérarchie, compliquant de plus belle son enquête.
    L’aide de Dazinger se révèle alors cruciale.
    p. 73 : « – Je suis venu vous proposer mon aide. C’est à propos de ce cadavre que vous avez trouvé le 6 avril sur les quais, côté Hudson. Votre première journée de service, si je ne me trompe ? »
    Sous sa couverture d’écrivain public, Dazinger semble bénéficier de relations dignes d’intérêt. Ce dernier va alors lui faire une révélation qui va accélérer le cours de ses investigations : un nouveau cadavre s’ajoute au premier, laissant Cain perplexe.
    p. 113 : « – Et vous croyez que la mort de ces deux hommes est liée au contenu de ces lettres ? »
    Dans un contexte très tendu, où la Mafia règne sans pitié, les dénonciations et règlements de compte vont bon train. Il va leur falloir établir une relation de confiance mutuelle, pourtant pas évidente…
    p. 189 : « – Voyez-vous, à un moment ou à un autre, il faudra me parler franchement de votre vie, si vous voulez garder ma confiance.
    – Je pourrais avoir les mêmes exigences à votre égard. »
    Elu meilleur roman policier de l’année par le New York Times, ce roman embarque le lecteur au cœur d’une enquête palpitante dans les années noires d’avant-guerre. Dan Fesperman nous décrit une Amérique ambigüe, où la paranoïa est omniprésente. Plutôt méconnue du grand public, l’auteur relate une période fascinante au cours de laquelle le sort des immigrés juifs est sous l’influence nazie. Je tiens également à souligner le travail de traduction de Jean-Luc Piningre, traducteur – entre autres – des auteurs Richard Ford, Jim Fergus et Richard Russo.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.