Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Cas zéro - Sarah Barukh

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Tout commence par un cas. Incompréhensible et inquiétant. Une série de symptômes incohérents et d’une gravité extrême. Laurent Valensi, médecin à l’hôpital Saint-Louis, ne sait comment soigner son patient, un certain Ali Benyoussef.
Déchiré entre sa famille qui veut le protéger d’une éventuelle contamination et un chef de service sans scrupule, il se lance dans une course contre la montre. En dépit de ses doutes, et face aux menaces qui pèsent chaque jour un peu plus sur lui, il va se battre pour sauver cet homme et faire éclater la vérité : si ce patient était le cas zéro de la terrible épidémie qui fait rage aux Etats-Unis et que l’on appelle « le cancer homosexuel » ?
Un thriller angoissant où Sarah Barukh, l’auteur de Elle voulait juste marcher tout droit, nous tient en haleine de la première à la dernière page.

Vos #AvisPolar

  • Louison Lit 24 mai 2018
    Le Cas zéro - Sarah Barukh

    J’ai très vite été happée par ce thriller scientifique et je l’ai dévoré. L’histoire se déroule sur quelques jours à peine, on a l’impression d’être dans un train fou que rien n’arrêtera et qui risque bien de tout écraser sur son passage. Laurent médecin à l’hôpital Saint Louis découvre par hasard le cas étrange et incurable d’un patient qui dérange sa hiérarchie. Ce patient AB semble être le premier cas d’une épidémie qui a fait son apparition dans le monde mais jusqu’à présent pas encore en France.
    "Trente-cinq nouveaux cas détectés aux Etats-Unis en quelques jour. Vingt en Angleterre."
    On parle alors de cancer homosexuel, puis d’un virus le LAV Lymphadénovirus. Nous sommes fin 1982 et ce sont les premiers cas du Sida qui apparaissent pourtant l’auteur choisi de ne jamais employer le vocabulaire qui s’y rattache de nos jours. L’auteur nous décrit parfaitement Laurent Valensi , ce jeune médecin d’origine tunisienne qui mettra tout en œuvre pour pratiquer son métier avec des questionnements, des remises en question et une foi inébranlable en l’humain. J’ai aussi apprécié tous les retours en arrière sur son enfance et celle de ses frères, sur la raison profonde qui l’a poussé à être médecin, sur son amitié indéfectible avec l’épicier David qui est bien plus que cela. Toutes les difficultés rencontrées dans sa vie de couple et l’impact terrible que ces événements vont avoir. Ce personnage est captivant parce qu’il a été parfaitement travaillé et recherché c’est lui qui tient toute l’intrigue sur ses épaules et croyez-moi on est à plat plus vite que lui. Les autres personnages sont aussi captivants ses frères, sa femme et sa fille, son équipe médical et le soutien qu’elle lui apporte, son ami Marc et bien entendu la relation patient- médecin avec Ali Benyoussef qui regroupe à lui seul tous les stigmates, homosexuel, arabe et infecté. Ce livre est très intense et les termes médicaux accessibles c’est une belle découverte et un bon moment de lecture et je ne ferai aucune comparaison avec des thrillers médicaux certes plus aboutis mais au combien moins humains.

  • valmyvoyou lit 2 février 2019
    Le Cas zéro - Sarah Barukh

    J’ai eu, l’année dernière, un coup de cœur si puissant pour Elle voulait marcher tout droit, que j’avais hâte de découvrir le nouveau livre de Sarah Barukh. Quand j’ai lu son premier roman, je n’écrivais encore pas de chroniques, cependant, je peux vous dire que c’est un livre qui m’a bouleversée et que j’ai adoré. Il fait partie des livres que j’emmènerais sur une île déserte.😍

    Mais, au moment de commencer la lecture, j’ai eu une petite appréhension. Comme Le cas zéro est présenté comme un thriller médical, ce qui veut dire un genre complètement différent d’ Elle voulait juste marcher tout droit, j’ai eu peur de ne pas retrouver ce qui m’avait transportée dans ce magnifique roman. Pourtant, ma curiosité était très aiguisée…

    Quelle pression pour réussir à vous faire passer tout ce que j’ai ressenti avec ce roman ! Je ne ressors pas indemne de cette lecture. Je suis complètement bouleversée. Je vais tenter de vous donner les raisons.

    Tout d’abord, ce livre est un véritable page-turner. L’histoire est très rythmée, que ce soit au niveau de l’aspect médical, de la vie familiale du personnage principal, Laurent Valensi, de sa course contre la montre pour soigner son patient, des menaces qui pèsent sur lui. C’est un livre que l’on reprend dès que l’on en a la possibilité, qu’on ne peut pas lâcher. Il n’y a pas un moment d’ennui, les événements s’enchaînent, j’ai été à bout de souffle, tant j’étais happée par le suspense.

    Ensuite, le sujet me parle énormément. C’est très osé de la part de l’auteure d’avoir parlé du HIV, en partant des prémices de l’épidémie. Je suis née en 1977, j’ai donc vécu mon adolescence avec la peur du sida. Mais on savait comment la contamination s’effectuait, même s’il y avait encore des fausses idées et des préjugés qui circulaient. Lorsque Laurent rencontre Ali Benyoussef et qu’il soupçonne qu’il pourrait être atteint du LAV, appelé également « le cancer des homosexuels », il ne sait pas quelles sont les précautions à prendre.

    De plus, les autorités sont-elles prêtes à créer une psychose en France ?

    Le cas zéro est aussi une histoire d’humains. J’ai ressenti dans ma chair la détresse des soignants qui sont en première ligne. Ils sont désemparés face aux souffrances des malades. Le mode de transmission n’étant pas connu, quels sont les risques pour eux-mêmes ou pour leurs proches ? Ce livre m’a fait énormément réfléchir sur les conséquences qu’une telle maladie peut provoquer pour les malades, mais aussi dans la vie des médecins. Quels risques encourus pour eux et leurs proches ?

    Cependant, tout le monde n’est pas prêt à ce que le cas d’ Ali Benyoussef soit connu. Il ne faut pas effrayer les Français. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au scandale actuel de la maladie de Lyme, que certains soignants dénonçaient déjà il y a trente ans.

    Dans ce suspense, certains sont prêts à tout pour cacher la maladie. La confrontation entre le serment d’Hippocrate et l’argent est très bien rendue.

    Ali Benyoussef est considéré comme un pestiféré par certains. J’ai été bouleversée par le traitement infligé à cet homme.

    Enfin, certains personnages m’ont énormément touchée. Laurent, ce médecin qui se bat contre plus fort que lui. L’auteur dépeint son enfance, son adolescence, sa vie. Je me suis énormément attachée à lui, mais aussi à sa petite fille. Je vous invite aussi à découvrir le docteur David, Camille, etc. Mais, vous aurez deviné que d’autres personnages sont révoltants. Il y en a aussi, pour lesquels on ressent que la peur les dirige. Il ne faut pas oublier le contexte : une maladie mortelle dont on ne connaît rien, on ne sait même pas le mode de transmission.

    Conclusion

    Le deuxième livre de l’auteure a tenu, en ce qui me concerne, ses promesses. J’ai eu un immense coup de cœur pour Le cas zéro. J’ai été tenue en haleine, j’ai été bouleversée, j’ai pleuré, j’ai énormément réfléchi, j’ai été scandalisée, j’ai eu peur. J’ai analysé le comportement de chacun en tenant compte du contexte. J’ai souhaité que Laurent fasse certains gestes et en même temps, je ne le voulais pas. J’étais tiraillée, je me suis questionnée, bref, j’ai lu ce livre avec mes tripes. Je suis KO.

    Pour la deuxième fois, un livre de Sarah Barukh m’a submergée et je pense qu’il va rester en moi, comme Elle voulait marcher tout droit. J’ai terminé ma chronique et pourtant, je n’arrive pas à sortir de l’histoire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.