EWA - Matthieu Biasotto

Notez
Notes des internautes
3
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Elle s’appelle Ewa. Elle est particulière. Elle ne doit jamais se regarder dans un miroir. Jamais. Son don étrange est une malédiction qu’elle ne maîtrise pas. Son passé est difficile à porter. Il lui est impossible de partager son secret. Elle ne peut faire confiance à personne. Enfermée « pour son bien » à Miedzeska, dans une pension pour filles au cœur de la Pologne, Ewa survit entre humiliations et sévices. Elle serre les dents en rêvant d’évasion, mais personne ne s’échappe de cet internat. Alors pourquoi des filles disparaissent-elles sans laisser de traces ? Que deviennent-elles ? Et surtout… qui sera la prochaine ? Ewa ne doit jamais céder à l’appel des miroirs, elle le sait. Elle a juré. Et si la vérité se cachait dans son reflet ?

Vos avis

  • lenoir emilie 20 juillet 2017
    EWA - Matthieu Biasotto

    Un gros coup de cœur pour ce roman. Le premier que je découvre de l’auteur (et pas le dernier).

    Je l’ai littéralement dévoré et été embarqué dans l’histoire dès les premières pages.

    Pour résumer ce que j’en pense : Sombre, Terrifiant, Angoissant, Prenant, Bouleversant, Machiavélique.

    L’histoire en elle même est passionnante, très dure, horrible mais passionnante. Dès les premières pages nous sommes embarqués dans l’univers particulier d’Ewa, on s’interroge sur ce « don » qui la rend différentes des autres. Pourquoi doit-elle éviter les miroirs ?
    Suite à un tragique accident, son oncle est contraint de la placer dans un pensionnat pour fille où tous les miroirs devront être retirés pour son bien et celui des pensionnaires. Cet établissement qui est censé lui apporter un foyer et une protection va immédiatement révéler son vrai visage. Le lecteur est plongé dans l’horreur, les souffrances psychologiques et physiques que va traverser Ewa. On ressent en profondeur sa détresse, sa solitude, car à qui faire confiance ? Le personnel de l’établissement se montre d’une cruauté sans limite, les pensionnaires, toutes aussi effrayées les unes que les autres, sont en quelque sorte obligées de se montrer dures ; entre elles, pas de cadeaux. Et que dire de ces étranges disparitions parmi elles ?
    L’auteur joue avec nos nerf et le fait à merveille. La question centrale selon moi est « la confiance », a qui peut-on se fier ? On est sans cesse bousculé dans nos certitudes. On se retrouve à la place d’Ewa, on doute avec elle, on souffre avec elle. Cela en devient parfois oppressant mais on y prend un certain plaisir, peut-être un peu masochiste.

    La première partie du roman, est davantage centré sur l’arrivée d’ Ewa au pensionnat et sur ce qu’elle y subit. Cela a été pour moi le plus difficile, des pauses s’imposaient pendant la lecture afin de digérer les informations. Le lecteur peut se payer le luxe d’une pause mais pour Ewa, y a t-il un répit ? Une issue ?

    Dans la seconde partie, l’histoire est bien installée, le lecteur a fait la connaissance des différents personnages et commence à comprendre les règles qui régissent cet établissement. On rentre dans du suspens, dans le cœur de l’intrigue. C’est un tout autre rythme qui s’installe, bien plus rapide. L’auteur nous met sans cesse dans des situations de doutes concernant les liens entre les personnages. On a plus envie de le lâcher, on veux connaître la vérité. Je me suis fait piégée à ressentir de l’affection pour certains personnages pour ensuite les détester et inversement. Bref, de quoi nous retourner la tête ! Il y a un moment, où je trouvais qu’il y avait une baisse de régime ainsi qu’une petite incohérence chez un personnage, mais là encore, je me suis faite bernée en comprenant la raison de cela quelques chapitres plus loin, donc...bravo Matthieu Biasotto. J’ai cru comprendre qu’il y avait une suite, produite bien avant celui-ci, « Persécutée » que j’ai hâte de découvrir.

    Un roman, thriller fantastique, psychologique très réussit d’un auteur indépendant, qui pour l’amour de son art à fait le choix de garder cette liberté en s’auto-éditant. Un roman qui ne vous laissera pas indemne. Je le recommande fortement pour les amateurs du genre.

  • lesmotsdelau 21 octobre 2018
    EWA - Matthieu Biasotto

    Avec ce livre-ci, je vous livre l’un de mes coups de coeur depuis le début de cette année 2018 !
    Ewa ! Retenez bien ce prénom, son histoire va vous bouleverser...
    La couverture est sublime et représente totalement le calvaire que vit cette jeune fille russe.
    Ewa n’est pas une fille comme les autres. Son petit corps tout frêle renferme "un don" bien particulier, qu’elle ne maîtrise pas du tout et qui en fait une véritable malédiction.
    Un enfer à vivre pour elle mais également pour quiconque se trouvant près d’elle.
    En effet, cette jeune fille porte un lourd secret qui se cache par delà les miroirs.
    Pas de choix possible pour elle, si elle veut éviter les bains de sang, il faut fuir son reflet et tapir ce sentiment au fond d’elle.
    Dans ce début de livre, nous nous retrouvons au fin fond d’une Pologne austère de la fin des années 30.
    Notre jeune Ewa est prostrée dans le silence de la maison familiale, avec un père malade et une mère sévère et brutale. Elle va y vivre jusqu’au jour où un gros drame viendra ébranler sa vie.
    Son oncle, pour la protéger, va la prendre en charge le temps d’un long trajet. Ses yeux sont bandés et ils foncent vers un endroit qui lui est inconnu. Elle va être placée de force dans une pension pour jeune fille, particulière, très strict, perdue au cœur d’une forêt abyssale.
    Cette terrible pension de Miedzeska est dirigée d’une main de fer par une femme froide, sans pitié, que rien n’ébranle. A force d’enveloppes bien garnies, l’oncle va imposer le retrait de tous les miroirs.
    Elle va y vivre un enfer, y subir des tortures physiques mais aussi psychologiques. Un seul mot d’ordre : le respect, la soumission totale.
    Ewa ne pourra compter que sur elle-même dans ce terrible endroit froid, puritain et dénué de tout sentiment humain.
    La rébellion n’est pas permise, elle va vite apprendre à ses dépends de ses erreurs et nous, nous souffrons littéralement avec elle.
    Aucun temps mort, les scènes sont précises sans frioritures. La plume de Matthieu Biasotto Auteur est fluide et profondément efficace. Il sait comment nous figer dans cette ambiance pesante. Une lecture tellement addictive qu’il devient douloureux de poser ce livre.
    Ne faîtes confiance qu’à vous même.
    Vous risquez de ne pas sortir indemne de cette lecture ..

  • Sangpages 22 octobre 2018
    EWA - Matthieu Biasotto

    Voilà bien longtemps que je voulais m’attaquer aux écrits de Matthieu. Un poil trop fantastique pour moi, de ce que je pouvais en voir. Ce pourquoi j’ai tardé ! M’y suis finalement mise avec ce petit dernier "Ewa".
    La part de fantastique est, dans cette oeuvre, encore tout à fait plausible et acceptable puisque légère et ça a passé comme une lettre à la poste !
    Très graphique, les descriptions sont remarquables. On perçoit même le goût de la douleur, on touche son intensité. On s’imbibe de l’humiliation et de la peine !
    Dans une atmosphère de camp de concentration, on vit, on respire avec Ewa.
    Un début que j’ai adoré et trouvé franchement haletant et puis voilà...Arrivée vers la deuxième partie... ce petit quelque chose de je ne sais pas quoi qui a fait que j’ai pas ... Des petites choses qui m’ont parues incohérentes, comme un peu bâclée. Tout m’a paru trop prévisible. Un ressenti très culinaire en fait...Un magnifique soufflé qui retombe....
    Enfin voilà...Ce n’est que mon humble avis puisque beaucoup d’autres l’ont trouvé fabuleux et n’hésitez pas à en faire votre propre avis !

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.