Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Mictlan - Sébastien Rutés

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

A l’approche des élections fédérales, le Gouverneur – candidat à sa réélection – tente de maquiller l’explosion de la criminalité. Les morgues de l’Etat débordent de corps anonymes, que l’on dissimule en les transférant dans un camion frigorifique. Le tombeau roulant est conduit par Vieux et Gros, deux hommes au passé sombre que tout oppose. Gros est un sicario repenti qui fuit la violence ; Vieux recherche sa fille unique, sans doute assassinée, et pense qu’elle pourrait se trouver dans la remorque. Leur consigne est claire : le camion doit rester en mouvement. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Sans autre arrêt autorisé que pour les nécessaires pleins de carburant. Si les deux hommes dérogent aux règles, ils en sont certains, ils iront en grossir la cargaison. Partageant la minuscule cabine, se relayant pour conduire, Vieux et Gros se dévoilent peu à peu l’un à l’autre dans la sécurité relative que leur confère leur dépendance mutuelle.La rencontre avec un archéologue les oblige à réfléchir sur leur passé, leur rapport à la mort et au sacrifice, modifie leur regard sur le monde. Cette route semée d’embûches les conduira-t-elle au légendaire Mitclán, le lieu des morts auquel les défunts accèdent à l’oubli après un long voyage à travers le monde d’en bas ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Sylvie Belgrand 6 janvier 2020
    Mictlan - Sébastien Rutés

    Reçu il y a deux jours, et dévoré dans la foulée !
    Voilà un roman incroyable ! Pas de pause dans le récit, mais des répétitions, comme des gimmicks, pour accentuer le rythme halluciné et hallucinant de l’histoire. Nul doute que certain(e)s seront dérouté(e)s, mais pour moi, il y a de la poésie dans ce désespoir, dans cette violence.
    Jamais la collection "La Noire" n’a aussi bien porté son nom.
    À lire pour sortir des sentiers battus, à lire pour être surpris(e)

    #Mitclan #SebastienRutes #LaNoire #Gallimard #livres #chroniques #lecture

    Le quatrième de couverture :

    A l’approche des élections, le Gouverneur - candidat à sa propre réélection - tente de maquiller l’explosion de la criminalité. Les morgues de l’Etat débordent de corps anonymes que l’on escamote en les transférant dans un camion frigorifique. Le tombeau roulant est conduit, à travers le désert, par Vieux et Gros, deux hommes au passé sombre que tout oppose. Leur consigne est claire : le camion doit rester en mouvement. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Sans autre arrêt autorisé que pour les nécessaires pleins de carburant. Si les deux hommes dérogent à la règle, ils le savent, ils iront rejoindre la cargaison. Partageant la minuscule cabine, se relayant au volant, Vieux et Gros se dévoilent peu à peu l’un à l’autre dans la sécurité relative de leur dépendance mutuelle. La route, semée d’embûches, les conduira-t-elle au légendaire Mictlán, le lieu des morts où les défunts accèdent, enfin, à l’oubli ?

  • TheBookishAnchor 3 février 2020
    Mictlan - Sébastien Rutés

    J’ai toujours adoré les road trips, dans les films comme dans les livres.
    Avec Mictlan, cette soif de voir le monde a été rassasiée puisque nous suivons deux hommes à travers les Etats-Unis rejoindre le Mexique.

    Il fait chaud, le langage est familier voir cru, les envies de s’arrêter sur le bord de la route nombreuse.
    Ce livre pourrait faire référence aux très bons Sur la route ou Las Vegas Parano.
    J’ai beaucoup aimé les personnages de Vieux et Gros, à qui on s’attache rapidement après quelques pages.

    Un très court livre que j’aurais voulu bien plus long :)

  • Fandol 7 juillet 2020
    Mictlan - Sébastien Rutés

    Quelle aventure ! Quelle histoire remplie de cadavres où la mort est omniprésente, passée ou à venir ! La citation de B. Traven, un auteur dont j’ai beaucoup apprécié La révolte des pendus, La charrette et Rosa blanca, cette citation placée en épigraphe m’a fait tout de suite penser que j’allais plonger dans un drame mexicain et je n’ai pas été déçu.

    Mictlán , le lieu où les morts peuvent enfin accéder à l’oubli, est encore loin quand Sébastien Rutés m’embarque dans la cabine d’un camion semi-remorque frigo transportant cent cinquante-sept cadavres que le Gouverneur veut cacher en le faisant rouler constamment.
    Pour conduire ce transport macabre, deux hommes : Gros et Vieux, comme l’auteur les appelle. Ils ne s’entendent pas vraiment mais cohabitent par force sous la menace du Commandant qui couvre son supérieur visant sa réélection.
    Ici, je dois tout de suite parler du style d’écriture particulier de ce roman très noir découvert dans le cadre des Explorateurs du Polar de Lecteurs.com, un livre édité par Gallimard dans sa collection La Noire. Sébastien Rutés m’a étonné dès les premières lignes en écrivant sans finir ses phrases, les mots et expressions s’enchaînant sans cesse dans le mouvement de ce camion qui roule, qui roule vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans le désert. Surpris, au début, j’ai ensuite bien apprécié le style, la pertinence des réflexions, leur à-propos ainsi que les informations distillées au fil des pages.
    Enfin, il faut bien s’arrêter pour faire le plein dans une station-service et là, je retrouve un chapitre classique, des phrases courtes, des paragraphes. Cela permet de souffler très peu car les événements se précipitent, nos deux compères reprennent leur périple et le style s’adapte aussitôt à la route qui défile.
    Roman noir intrigant, palpitant, angoissant, macabre, Mictlán fait réfléchir au sens de la vie, à la misère, au pouvoir qui sacrifie les humains et autres êtres vivants sans état d’âme, enfin à la mort qui nous attend tous et toutes.
    Souffrir, ne pas souffrir, faire du mal à ceux qu’on aime, Gros y pense, revoit tout cela dans ses rêves agités lorsqu’il peut enfin dormir dans la cabine surélevée du camion pendant que Vieux conduit. Chacun revoit sa femme et sa fille ou sa mère et sa sœur mais il est temps de chercher un peu de paix, de trouver un peu de quiétude pour les vivants comme pour les morts.
    À la fin du livre, l’auteur qui publie son sixième roman, explique qu’en novembre 2018, un camion semi-remorque contenant cent cinquante-sept cadavres a été retrouvé près de Guadalajara, au Mexique. Ils étaient tous morts de mort violente. Ils étaient là parce que les morgues étaient pleines.

    C’est cette information qui a été le point de départ de son écriture, écriture que Sébastien Rutés conduit magistralement à son terme.

  • Matbaum 4 août 2020
    Mictlan - Sébastien Rutés

    Très grosse claque. C’est un sacré roman noir. Je doute que l’on puisse oublier gros et le vieux, lancés sur les routes du Mexique au volant d’un camion frigorifique bourré de cadavres, le temps que les élections se fassent, et avec interdiction de s’arrêter sauf pour l’essence, si bien qu’ils pissent par la fenêtre. Ils se méfient de tout, et de l’un de l’autre pour commencer, dans un pays livré à la corruption, aux narcos et à des militaires au service du plus offrant. Un pays où l’on meurt pour un oui ou pour un non, où les gamines de 13 ans sortent de l’enfance le jour d’un viol, où on la ferme parce que c’est comme ça et que ce monde ne changera pas. Un road movie terrible, sombre, réaliste, on imagine très bien que cette histoire peut être vraie, et d’ailleurs elle part d’un fait divers (157 cadavres retrouvés dans un semi-remorque près de Guadalajara, en septembre 2018. Noir, c’est noir, ce roman bouscule d’autant plus que le monde, hors pays les plus riches, ressemble à cela. C’est sombre, l’humain. Avant de lire Mictlan, il faut se préparer à en sortir bouleversé.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.