Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Traque sur le web - Didier Fossey

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le cadavre d’une femme est découvert atrocement mutilé. Boris Le Guenn, chef de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, conclut en premier lieu à un cas isolé. Une mauvaise rencontre... Mais quand des meurtres de femmes se succèdent selon le même mode opératoire, il comprend alors qu’il est confronté à un tueur en série, organisé et méthodique, qui ne laisse aucune trace derrière lui.

Seul lien entre toutes les victimes : INTERNET.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 3 octobre 2018
    Traque sur le web - Didier Fossey

    Chronique d’un roman connecté !

    Connecté, c’est LE mot qui correspond le mieux à ce roman : connecté avec internet, connecté avec l’époque 2.0 mais aussi connecté avec la réalité de terrain des policiers.

    Quand le corps d’une femme est retrouvé violé et mutilé, le Commandant Le Guenn et son équipe ne savent pas qu’ils viennent de commencer une traque qui les mènera à un tueur méticuleux, entraîné, précis.... Un tueur connecté qui a fait des sites de rencontres son territoire de chasse.

    Une écriture rythmée, boostée par une intrigue efficace, « Tr@que sur le web »est un bon thriller qui respecte les codes du genre. Un meurtrier psychologiquement instable, des crimes en série, du sang sans aller jusqu’à des descriptions dignes de « Braindead »...

    Le style est agréable et on devine la patte du poulet derrière la plume de l’auteur : notre vocabulaire, nos soucis... Didier connaît son sujet et ça se sent :
    « La politique est partout. Tout est bon pour que les présidentiables fassent leur show. L’opinion publique, c’est tout ce qui les intéresse, hein ! Si l’on ne va pas dans ce sens là, on brandit au dessus de votre tête le spectre de la retraite anticipée, de la carrière avortée, bloquée, voire, de la révocation. C’est la nouvelle version de la carotte et du bâton ! Quand on a commencé tous les deux ça marchait à coups de lettres de félicitations et de gratifications. On était contents d’avoir résolu une affaire, on avait le sentiment du devoir accompli ! Maintenant c’est : attention à ne pas faire de l’ombre ou du tort à un tel ou un tel ! ».

    Toutefois deux petits bémols pour moi, le manque de profondeur des personnages (mais il s’agissait du premier roman de Didier et je suis certaine que ça a évolué depuis) ; et une erreur de procédure que ne peuvent pas relever les non-initiés à la procédure pénale (oui oui je suis exigeante je sais !).

    Malgré ces deux petits points qui n’ont pas pour autant gâchés ma lecture, « tr@que sur le web » est idéal pour passer un bon moment. Il se lit rapidement de part le rythme de l’intrigue qui ne souffre d’aucun temps mort et qui est bien amenée.

    Et vous, vous lancerez-vous à la poursuite ce tueur 2.0 ?

  • Sharon 21 février 2019
    Traque sur le web - Didier Fossey

    Si vous aimez les flics normaux et les enquêtes qui tiennent la route, ce roman est fait pour vous !
    Qui a décrété que les policiers devaient tous être divorcé/père d’une fille/alcoolique/drogué pour ne pas dire corrompu ? Boris le Guenn est marié, a deux enfants, et s’il est vrai que sa femme se plaint souvent de ses horaires de travail plus que flexible, elle a épousé un policier, et s’en accommode. Certes, elle s’ennuie un peu… et trouve un charmant compagnon (canin et carlin) pour lui tenir compagnie. Fred, son adjointe, et les autres membres de sa brigade ne semblent pas non plus avoir une vie chaotique – être policier suppose aussi routine, paperasse, et repos bien mérité le soir.
    L’enquête qui leur est confié remet pourtant en cause ce rythme de vie presque normal : un crime a été commis, très vite suivi d’un second. Personne n’aime les tueurs en série, sauf les scénaristes américains, et Boris le Guenn met tout en oeuvre pour le retrouver.
    La différence avec un auteur américain, c’est que Didier Fossey donne vie à ses personnages. Les victimes de ce tueur d’internet avaient un métier, des loisirs, des proches, avant de faire cette mauvaise rencontre. Elles n’étaient pas non plus des écervelées imprudentes. Si ce constat rend le tueur redoutable, il permet aussi de mettre au point plus facilement une stratégie pour le retrouver. Et, contrairement à certains personnages américains, les policiers français savent ce qu’est internet, un ordinateur, et une souris. La carte de Paris se double alors de celle de son réseau informatique. La modernité de ses cyber-cafés côtoie l’intemporalité de ses terrains vagues où l’on retrouve les cadavres, aujourd’hui comme hier.
    Bien sûr, certains pourraient reprocher à cet opus des péripéties très nombreuses. Cependant, les enquêteurs prennent le temps – de vérifier les preuves, de chercher des indices. Ils ne foncent pas tête baissé sur le premier coupable, se félicitant puis se mordant les doigts après coup. L’intuition n’a que peu de place dans ce récit, face à la minutie de l’investigation.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.